27 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

24 mars 2019

Meurtre de Dragoslav Ognjanović : le dangereux métier d'avocat en Serbie


Gabrielle Blais
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

février
2008
Déclaration unilatérale d'indépendance du Kosovo

mars
2003
Assassinat du premier ministre de Serbie, Zoran Djindjic

février
2003
Proclamation de la création de l'État de Serbie-et-Monténégro

février
2002
Début du procès de l'ex-président yougoslave Slobodan Milosevic

octobre
2000
Démission du président de la République fédérale de Yougoslavie, Slobodan Milosevic

décembre
1995
Signature à Paris d'un accord de paix en Bosnie-et-Herzégovine

juillet
1995
Début d’un massacre à Srebrenica, en Bosnie-et-Herzégovine

mars
1992
Référendum sur l'indépendance de la Bosnie-et-Herzégovine

juin
1991
Proclamation d'indépendance de la Croatie

mai
1980
Décès du maréchal Tito en Yougoslavie

août
1975
Signature à Helsinki d'un accord sur la sécurité en Europe

septembre
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

octobre
1954
Signature d'un accord sur le statut de Trieste

octobre
1949
Fin de la guerre civile en Grèce

octobre
1947
Annonce de la fondation du Kominform

Le 28 juillet 2018, l'avocat Dragoslav Ognjanović est abattu par balle devant son domicile à Belgrade. Son fils de 26 ans, qui était sur les lieux, a également subi des blessures lors de l'attaque (1).La presse locale qualifie cette attaque « d'embuscade ». Il est la 19e victime de crimes en lien avec les organisations criminelles en Serbie cette année (2). Puisqu'aucune arrestation n'a été faite à ce jour, plusieurs médias, ainsi que des organisations non gouvernementales, soupçonnent qu'il y ait de la corruption à de hauts niveaux (3).

Une clientèle hors du commun

Dragoslav Ognjanović était un avocat renommé dans son milieu. Au début des années 2000, il a défendu l'ex-président Slobodan Milosevic, lors de son procès pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) (4).

Ognjanovic avait aussi parmi ses clients certaines des figures les plus importantes de la mafia serbe, dont Luka Bojovic. Selon les informations recueillies par le Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP), Bojovic serait le leader d'une organisation criminelle opérant près de Belgrade, mais qui s'étend jusqu'en Europe de l'Ouest. Lui et son clan sont accusés de trafic de drogue, de trafic d'armes, de trafic de véhicules volés, de falsification de documents, d'enlèvements et de meurtres (5).

Selon ce que rapporte le quotidien serbe Vecernje Novosti, Bojovic, est « une des principales figures d'un des deux clans du milieu originaires de Kotor, au Monténégro, qui se livrent depuis plusieurs années une guerre sans merci en Serbie et au Monténégro (6) ». Borba, un quotidien du Monténégro, rapporte que cette guerre serait liée au trafic de drogue, plus précisément à la disparition de 300 kilos de cocaïne dans un port espagnol (7). Depuis 2014, ce conflit aurait même fait une trentaine de morts à Belgrade et dans plusieurs villes du Monténégro (8).

Une sécurité compromise

Ognjanovic n'est pas le seul avocat serbe œuvrant dans le milieu criminel à subir ce sort, ce qui inquiète fortement les autres membres de la profession. En 2015, Vladimir Zrelec, l'avocat de Slobodan Saranovic, membre important du clan rival lui-même tué en 2017, a été assassiné lui aussi à Belgrade (9). Le président du barreau serbe, Viktor Gostiljac, se dit choqué par ces meurtres; il a même réclamé une réunion avec les ministres de l'Intérieur et de la Justice pour parler de la sécurité des avocats en Serbie (10). Bozo Prelevic, un avocat notoire ayant travaillé pour le ministère de l'Intérieur de la Serbie, affirme que cette attaque constitue un sévère avertissement pour les autres avocats qui défendent des criminels (11).

L'Ordre des avocats de Serbie a déclaré dans un communiqué du 29 juillet 2018 que l'assassinat d'Ognjanovic « a montré de la manière la plus draconienne les circonstances dans lesquelles les avocats en Serbie exercent leur profession (12) ». À la suite du meurtre de leur collègue, ceux-ci ont suspendu leurs activités professionnelles dans l'ensemble du pays pendant 1 semaine. Ils voulaient ainsi exprimer leurs inquiétudes face au risque de violence auquel ils sont confrontés lorsqu'ils exercent leur métier (13).

Radmila Dragicevic-Dicic, juge à la Cour suprême de Serbie et vice-présidente de la Commission Internationale de juristes (CIJ), va dans le même sens. Elle déclare que : «La sécurité des avocats est essentielle au bon fonctionnement du système judiciaire et à la protection de la primauté du droit. Les autorités serbes doivent maintenant prendre des mesures urgentes pour rétablir un climat de confiance dans lequel elles montrent qu'elles sont capables d'assurer la sécurité des avocats potentiellement menacés, et pour enquêter et traduire en justice les auteurs de ce crime (14). »

Quand mafia et pouvoir s'entremêlent

Ceux qui connaissent bien le monde criminel de Belgrade sont d'avis que le meurtre d'Ognjanovic est attribuable à la guerre qui fait rage entre les deux clans pour le contrôle du marché de la drogue, puisque le leader continuerait de mener ses opérations malgré son incarcération (15). Cependant, les autorités serbes affirment qu'il n'y a pas de lien entre le meurtre de l'avocat et son travail avec Luka Bojovic, précisément parce que celui-ci est actuellement emprisonné en Espagne. Il sert une sentence de 18 ans, apparemment pour « association criminelle » (16). Les motifs exacts de son emprisonnement ne sont pas clairs.

Plusieurs soupçonnent que le milieu politique, la police ainsi que le pouvoir judiciaire seraient liés avec les meurtres perpétrés par la mafia (17). Certains pensent même que le gouvernement et les autorités en charge ne feraient pas les efforts nécessaires afin de résoudre ces meurtres. Lorenzo Bodredo, journaliste et cofondateur de l'Investive Reporting Project Italy (IRPI), est d'avis qu'il y a un manque d'intérêt de la part des gouvernements à résoudre les cas, plutôt qu'un manque de capacité (19).

Selon les données de l'organisation sans but lucratif Crime and Corruption Reporting Network (KRIK), depuis 2012, 124 affaires de meurtres ont été enregistrées. Cependant, seulement 9 d'entre elles ont été résolues (19). Toujours selon le KRIK, entre 2012 et 2017, seulement 4 des 83 meurtres qui semblent être liés à des gangs ont été élucidés (20). Une base de données intitulée "The Black Book", établie par le KRIK et Radio Free Europe, démontre que dans plus de deux tiers des cas, les autorités n'ont identifié ni le tireur ni celui qui a commandé l'attentat (21).

L'enquêteur en chef du KRIK Stevan Dojcinovic a même déclaré sur son compte Twitter : « L'une des parties impliquées dans cette guerre mafieuse est ouvertement soutenue par l'État (22). » Plusieurs spécialistes sont du même avis lorsqu'ils s'attardent aux données. En effet, Dobrivoje Radovanovic, un spécialiste du crime, a même affirmé au KRIK que, selon lui, « la raison pour laquelle la plupart des tueurs ne sont pas encore identifiés est le lien entre le crime organisé et les structures policières, le ministère public et les institutions de sécurité (23) ».

Aleksandar Vucic, le président de la Serbie, gouverne celle-ci de manière autoritaire. En effet, selon le media Deutsche Welle, l'opposition politique et la liberté de presse n'ont pas leur place (24). De plus, on reproche au système de justice d'avoir un manque d'indépendance. Certains accusent même le président et son parti, le Parti progressiste serbe (SNS), de népotisme (25). Selon l'avocat de renom Bozo Prelevic, la Serbie est aux prises avec un problème de drogue et, pour lui, il semble clair qu'un certain groupe de criminels soit lié au parti au pouvoir (26). Il ajoute également que le lien qu'il semble y avoir entre le crime, l'argent et la politique détruit le pays ainsi que son système judiciaire (27).

Le président a pour sa part assuré que la « situation sécuritaire était bonne (28) ». Toutefois, il affirme que l'État doit s'attaquer de manière plus brutale au conflit entourant le marché de la drogue (29).




Références:

1) DW, Mafia murders shock Serbia, reveal web of corruption, 31.07.2018, https://www.dw.com/en/mafia-murders-shock-serbia-r... , consulté le 22.03.2019.

2) Loc. Cit.

3) Loc.cit .

4) Le Figaro avec Reuteurs, Un avocat de Milosevic assassiné à Belgrade, 28.07.2018, http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/07/28/97001... , consulté le 22.07.2019.

5) OCCRP People of Interest, https://www.reportingproject.net/peopleofinterest/... consulté le 22.03.2019.

6) Tribune de Genève,Serbie : Un ex-avocat de Milosevic abattu à Belgrade, 30.07.2018, https://www.tdg.ch/monde/exavocat-milosevic-abattu... consulté le 22.03.2019.

7) Loc.cit

8) Loc.cit

9) Dimitar Dilkoff et AFP, Un ex-avocat de Milosevic assassiné à Belgrade, 29.07.2019, https://www.europe1.fr/international/un-ex-avocat-... , consulté le 22.03.2019.

10) Loc. cit.

11) RFE/RL, Serbian lawyers announce strike in response to killing of ex-Milosevic attorney, 29.07.2018, https://www.rferl.org/a/serbian-lawyer-ognjanovic-... , consulté le 22.03.2019.

12) DW, op. cit.

13) CIJ, Serbie : le meurtre de l'avocat Dragoslav Ognjanović doit faire l'objet d'une enquête urgente, 31.07.2018, https://www.icj.org/fr/serbie-le-meurtre-de-lavoca... , consulté 18.03.2019.

14) Loc. cit.

15) DW, op. cit.

16) Aram Roston, A US Navy SEAL has been jailed in Serbia, Buzzfeed News, 16.10.2018, https://www.buzzfeednews.com/article/aramroston/da... , consulté le 22.03.2019.

17) DW, op. cit.

18) Lorenzo Bodredo,The Black Book shows the state unwillingness to solve murder case, 13.07.2017, https://www.krik.rs/en/the-black-book-shows-state-... , consulté le 22.03.2019

19) KRIK,Serbia and Montenegro: Only four gang-related murders solved in 5 years, 27.07.2017, https://www.krik.rs/en/only-four-gang-related-murd... , consulté le 22.03.2019

20) Loc. Cit.

21) Loc. Cit.

22) DW, op. cit.

23) KRIK, op. cit.

24) DW, op.cit.

25) Loc.cit.

26) Loc.cit.

27) Loc. cit.

28) Tribune de Genève, op. cit.

29) Loc. cit.

Autres références

Alexandre Lévy, Serbie : À Belgrade, la mafia menace la tête de l'État, Courrier International, 16.04.2010, https://www.courrierinternational.com/revue-de-pre... , consulté le 17.03.2019

Alain Constant, Serbie : les miliciens du crime, Le Monde, 19.03.2018, https://www.lemonde.fr/televisions-radio/article/2... , consulté le 17.03.219

Abigail Fox, 14 most notorious mafias in the world. , Matador, 15.05.2014, https://matadornetwork.com/nights/14-notorious-mafias-world/ , consulté le 17.03.2019.

Hurriyet Daily News, Turkish police nab Serbian mafia boss by trafficking Russian lover, 27.09.2018, http://www.hurriyetdailynews.com/turkish-police-na... , consulté le 17.03.2019

Telegraph UK , The bitter fates of 12 godfathers of Luka Bojovic: They butchered, murdered and then they ended up even worse, 30.05.2018, https://www.telegraf.rs/english/2962622-the-bitter... , consulté le 18.03.2019.

Tom Worden, Serbian gangsters killed rival, ate him for lunch in a stew and disposed body using a meat grinder, Daily Mail UK, 23.03.2012, https://www.dailymail.co.uk/news/article-2119103/S... , consulté le 17.03.2019

Dernière modification: 2019-03-31 22:02:21

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Meurtre de Dragoslav Ognjanović : le dangereux métier d'avocat en Serbie
>mars 2019


Serbie : le premier ministre Vučić a les yeux sur la présidence
>février 2017


Radovan Karadzic clame son innocence lors de son procès devant le TPIY
>octobre 2014


Démocratie prudente au Kosovo
>septembre 2014


Serbie : l'étape des négociations d'adhésion à l'Union européenne commence enfin
>février 2014


Tensions pré-électorales au Kosovo
>octobre 2013


La relation Belgrade-Pristina sous pression européenne
>mars 2013


Le boucher de Srebrenica devant la justice
>septembre 2011


Résolution de la Serbie à l'ONU: l'Union européenne applaudit
>novembre 2010


Nouveau patriarche en Serbie : le voeu d'ouverture de l'Église orthodoxe
>février 2010


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016