21 août 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

24 mars 2019

Yémen : la pire crise humanitaire du monde


Mélissa Labonté
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

décembre
2017
Assassinat de l’ex-président du Yémen, Ali Abdallah Saleh

janvier
2015
Démission du président yéménite Abd Rado Mansour Hadi

septembre
2012
Manifestations anti-américaines dans plusieurs pays arabes

juin
2011
Départ du président yéménite Ali Abdallah Saleh

mai
1990
Réunification du Yémen

mai
1984
Annonce du boycott des Jeux olympiques de Los Angeles par l'Union soviétique

mars
1979
Entrée en vigueur d'un accord de cessez-le-feu entre le Yémen-Sud et le Yémen-Nord

novembre
1967
Proclamation d'indépendance de la République populaire du Sud-Yémen

septembre
1962
Proclamation de la République arabe du Yémen

septembre
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

avril
1955
Ouverture d'une conférence internationale à Bandoeng

À ce jour, le Moyen-Orient demeure l'une des régions du monde où les conflits et les tensions géopolitiques sont les plus nombreux et les plus complexes. Mis à part le Bahreïn, le Qatar et les Émirats arabes unis, tous les États du Moyen-Orient ont connu la guerre depuis leur indépendance. Certains conflits ont pris de telles ampleurs qu'aujourd'hui, tous les pays de la région se retrouvent impliqués, directement ou indirectement, dans l'un d'eux (1). Au fil des années, la communauté internationale a vu défiler le conflit israélo-palestinien, les guerres en Afghanistan, en Irak et au Liban, les conflits en Libye ou en Syrie, pour ne nommer qu'eux.

La multiplication de ces conflits, de même que leur perduration dans le temps, ont fait naître un phénomène de lassitude sur la scène internationale. Par conséquent, certains d'entre eux ne bénéficient pas d'une couverture médiatique appropriée et tombent ainsi aux oubliettes (2). Dans la foulée des printemps arabes de 2011, les mouvements de contestation contre les vieilles dictatures ont inévitablement mené à l'augmentation des conflits internes. C'est notamment le cas du Yémen, un pays ravagé par des années de guerre civile. Souvent qualifié de « conflit oublié » du monde contemporain, il s'agirait pourtant de la pire crise humanitaire au monde selon l'Organisation des Nations unies (3).

Des fractures territoriales et confessionnelles insurmontables

Depuis 2014, le Yémen est victime d'un conflit des plus meurtriers, dans lequel des enjeux communautaires, religieux, politiques et internationaux se superposent. Les origines du conflit actuel proviennent de profondes divisions politiques et religieuses remontant aux années 1990. Pays jeune et instable, le Yémen est également l'État arabe le plus pauvre (4). Séparée en deux territoires durant la Guerre froide, puis réunifiée par la suite sous un pouvoir central au Nord, la population ne parviendra toutefois pas à dépasser cette fracture territoriale entre nord et sud. Majoritairement de confession sunnite, le Yémen comporte aussi une forte minorité chiite (les Houthis), représentant environ 45 % de la population (5).

Le conflit débute réellement en 2004, lorsque les Houthis, marginalisés et mis à l'écart par le gouvernement central, se révoltent contre celui-ci. Cela a eu pour effet d'accentuer les tensions dans le pays. En 2011, après 33 ans au pouvoir, le président Ali Abdallah Saleh se voit dans l'obligation de céder le pouvoir au vice-président Abd-Rabbo Mansour Hadi. Ce dernier a la lourde responsabilité de constituer un gouvernement transitoire chargé de rétablir la paix dans le pays. Cependant, la situation demeure inchangée et la tentative de pacification est finalement un échec (6).

Profitant du mécontentement quasi généralisé de la population, les Houthis renforcent et étendent de plus en plus leur contrôle territorial au Nord. En septembre 2014, ils s'emparent de Sanaa, la capitale du pays, à la suite de quoi le président et les membres de son gouvernement sont obligés de fuir le pays (7).

L'intervention du « gendarme régional »

Dès 2009, l'Arabie saoudite s'est inquiétée de la progression de l'insurrection chiite des Houthis le long de sa frontière et a procédé à des frappes ciblées (8). En effet, le Yémen occupe le sud de la péninsule arabique et les deux États partagent une frontière de 1458 km. En 2015, une coalition de neuf pays arabes, menée par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, est entérinée par la résolution 2216 du Conseil de sécurité de l'ONU. Son objectif : redonner le pouvoir au gouvernement légitime. Une violente campagne aérienne est alors lancée contre les Houthis. C'est précisément cet évènement qui marquera le début d'un vrai conflit armé.

Quatre années plus tard, les hostilités atteignent désormais le territoire en entier et les participants au conflit se sont multipliés. Le soutien de la coalition envers des groupes armés a favorisé la prolifération de milices dépourvues de toutes obligations de rendre des comptes (9).

En plus des frappes aériennes et des combats au sol, la coalition a imposé un blocus naval et aérien au Yémen, engendrant ainsi de graves pénuries de nourriture et de soins médicaux. Pour la population civile, les répercussions du conflit sont terribles. Selon un rapport de Save the Children, plus de 85 000 enfants de moins de cinq ans ont succombé à la famine depuis le début du conflit (10). Des épidémies répétées de maladies mortelles telles que le choléra et la diphtérie font également rage dans le pays (11).

À la fin de 2018, le nombre de victimes était estimé à 6872 pour les décès et 10 768 pour les blessés. La majorité d'entre eux seraient des victimes des frappes aériennes menées sans discernement et de façon disproportionnée par la coalition. Selon le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme, le nombre réel de victimes serait bien plus élevé (12).

Selon Riyad, la capitale saoudienne, les rebelles houthis constituent une menace mortelle en plus d'être soutenus par l'Iran, son éternel rival. Ainsi, le conflit au Yémen semble être devenu une « guerre par procuration » entre les deux puissances régionales. Pour Riyad, il faut à tout prix consolider son rôle de gendarme régional, afin d'empêcher l'Iran de renforcer son influence dans la région. Appuyée par Washington, la coalition a bénéficié d'un soutien matériel militaire d'une valeur de plus de 15 milliards de dollars (13).

Une frontière théâtre des hostilités

Au-delà de la répression contre les Houthis, l'intervention de l'Arabie saoudite au Yémen est également motivée par la présence du groupe terroriste Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA). Bien implanté au Yémen, AQPA a déjà mené plusieurs attaques transfrontalières en Arabie saoudite en 2009 et 2010. Devenue une menace à la sécurité et à l'intégrité territoriale de Riyad, sa présence à la frontière préoccupe grandement (14).

Depuis le début de l'intervention militaire de l'Arabie saoudite au Yémen, les combats entre rebelles yéménites houthistes et soldats saoudiens font rage à la frontière. Les provinces saoudiennes du sud, soit Jizan, Asir et Najran, partageant une frontière avec le Yémen, sont le théâtre des hostilités (15).

D'autres tragédies, se déroulant également à la frontière, témoignent de la dimension humanitaire du conflit. Chaque semaine, une cinquantaine d'enfants yéménites tentent de faire passer clandestinement du khat, une herbe psychotrope euphorisante, en Arabie saoudite. Les trafiquants utilisent les enfants, sous prétexte que ceux-ci ne peuvent être arrêtés, seulement être reconduits à la frontière et renvoyés au Yémen. D'après des contrebandiers, sur des centaines d'enfants passeurs appréhendés par les gardes-frontières saoudiens, des dizaines sont victimes d'agressions physiques et sexuelles (16).

Finalement, le Yémen semble être devenu la terre de tous les maux, où toutes les vieilles querelles se retrouvent : sunnites et chiites, Arabie saoudite et Iran, États-Unis et Iran, etc. Force est de constater que l'intervention de l'Arabie saoudite n'a rien résolu et n'a fait que provoquer une crise humanitaire sans précédent dans un pays déjà affligé par la pauvreté. Selon un groupe d'experts, les forces houthies, yéménites, saoudiennes et émiraties sont toutes coupables de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité (17).

Un cessez-le-feu complet et la levée de tout blocus sur l'aide humanitaire sont maintenant réclamés par les acteurs internationaux. Même si la paix est loin d'être rétablie, la population yéménite y entrevoit enfin une lueur d'espoir.

Médiagraphie

(1) RAZOUX, Pierre, « Moyen-Orient : pourquoi tant de guerres? », L'Express, 25 décembre 2014, URL [hyperlien] (consulté le 24/03/2019)

(2) ROUXEL, Mathilde, « Couverture médiatique des conflits au Moyen-Orient : comment dépasser l'indifférence? », Les clés du Moyen-Orient, 23 janvier 2015, URL [hyperlien] (consulté le 22/03/2019)

(3) BONNEFOY, Laurent, « La guerre et la crise humanitaire au Yémen : un conflit oublié? », IEMed de la Méditerranée, 2018, URL [hyperlien] (consulté le 23/03/2019)

(4) CNEWS, « Les 4 clés pour comprendre la guerre au Yémen », 28 février 2018, URL [hyperlien] (consulté le 22/03/2019)

(5) KAVAL, Allan, « Entretien avec Benjamin Wiacek- Le Yémen, prochain champ de bataille du Moyen-Orient?, Les clés du Moyen-Orient, 4 novembre 2013, URL [hyperlien] (consulté le 22/03/2019)

(6) ibid.

(7) AMNESTY INTERNATIONAL, « Yémen. La guerre oubliée », URL [hyperlien] (consulté le 18/03/2019)

(8) CNEWS, op.cit.

(9) AMNESTY INTERNATIONAL, op.cit.

(10) SAVE THE CHILDREN, «Yemen: 85,000 Children May Have Died from Starvation Since Start of War », 20 novembre 2018, URL https://www.savethechildren.org/us/about-us/media-and-news/2018-press-releases/yemen-85000-children-may-have-died-from-starvation, (consulté le 24/03/2019)

(11) MÉDECINS SANS FRONTIÈRES, « Crise au Yémen : guerre, malnutrition, soins de santé en état de siège », URL [hyperlien] (consulté le 18/03/2019)

(12) HUMAN RIGHTS WATCH, « Yémen, évènements de 2018 », URL [hyperlien] (consulté le 18/03/2019)

(13) BEAUDET, Pierre, « L'Arabie saoudite en guerre contre le Yémen », Le Devoir, 18 octobre 2018, URL [hyperlien] (consulté le 18/03/2019)

(14) ROBERT, Antoni, « Les motivations de l'intervention de l'Arabie Saoudite au Yémen et sa légalité au regard du droit international », Université Laval, 2016, 11, URL [hyperlien] (consulté le 18/03/2019)

(15) XINHUA NEWS, « Les batailles s'intensifient à la frontière entre le Yémen et l'Arabie saoudite, selon certaines informations », 16 février 2019, URL [hyperlien] (consulté le 24/03/2019)

(16) RAYES, Yasser, « Contraints à la contrebande pour survivre, de jeunes Yéménites violés par des garde-frontières saoudiens », Middle East Eye, 11 mars 2019, URL [hyperlien] (consulté le 24/03/2019)

(17) HUMAN RIGHTS WATCH, op.cit.



Dernière modification: 2019-03-31 22:04:42

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Yémen : la pire crise humanitaire du monde
>mars 2019


Yémen : théâtre de la « pire crise humanitaire » de la planète
>février 2018


Tempête d'affrontements au Yémen
>novembre 2017


Le Yémen face à la pire crise de choléra jamais enregistrée
>octobre 2017


Yémen : la confrontation avec les Houthis mène le président à démissionner
>février 2015


Yémen : terre d'affrontements dualistes
>janvier 2014


Commémoration sanglante au Yémen
>octobre 2012


Présidentielle yéménite : aux urnes pour un seul candidat
>février 2012


L'égalité des sexes est encore d'actualité au Yémen!
>septembre 2011


Le président Ali Abdallah Saleh est chassé de son palais au Yémen
>septembre 2011


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019