19 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

16 avril 2019

La Russie devient le deuxième plus grand exportateur d'armes au monde... et après ?


Axel Bonato
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

mars
2018
Réélection de Vladimir Poutine à la présidence de la Russie

septembre
2016
Réélection en Russie du parti Russie unie

octobre
2015
Attentat contre un avion de la compagnie russe Metrojet

janvier
2015
Chute importante du prix du baril de pétrole

juillet
2014
Écrasement d'un avion de la Malaysia Airline au-dessus du territoire ukrainien

mars
2014
Tenue d'un référendum en Crimée

février
2014
Ouverture des Jeux olympiques d'hiver à Sotchi, en Russie

mars
2012
Élection de Vladimir Poutine à la présidence de la Russie

décembre
2011
Réélection du parti Russie unie en Russie

avril
2010
Signature du traité Nouveau départ (New Start) entre les États-Unis et la Russie

mars
2008
Élection de Dmitri Medvedev à la présidence de la Russie

décembre
2007
Élection en Russie du parti Russie unie de Vladimir Poutine

juin
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

février
2007
Entente sur un éventuel démantèlement du programme nucléaire nord-coréen

septembre
2004
Dénouement d'une prise d'otages dans une école de Beslan, en Russie

mars
2004
Élection de Vladimir Poutine à la présidence de la Russie

décembre
2003
Élection du parti Russie unie en Russie

décembre
1999
Annonce de la démission du président russe Boris Eltsine

La montée en puissance de la mondialisation depuis la Seconde Guerre mondiale a démontré que l'économie joue un rôle important dans les relations internationales. En effet, lorsque le moment arrive où plusieurs États organisent des conventions ou signent des traités, c'est souvent pour améliorer leur économie respective. Comme quoi l'argent est bel et bien « le nerf de la guerre » (1).

Mais peu importe comment l'économie peut être un vecteur important d'une société épanouie, il faut tout de même se demander si la fin justifie les moyens. Certains pays comme le Canada et les États-Unis peuvent utiliser leur immense territoire qui regorge de ressources naturelles de toutes sortes. Pour d'autres, comme le Costa Rica et Singapour, c'est l'industrie touristique qui sauve la mise. Cependant, il peut arriver qu'un pays use de méthodes controversées, et ce, malgré une « bonne économie », pour renflouer les coffres de l'État.

C'est exactement le cas de la Russie, qui malgré une économie extrêmement diversifiée (énergies, agriculture, industrie automobile, agroalimentaire, etc.), « s'est hissée au deuxième rang des pays producteurs d'armes en 2017 [...] (2) ». En renforçant année après année une industrie éthiquement discutable, la Russie doit toutefois composer avec les conséquences qui viennent avec (3).

Lorsque la tradition devient une nécessité

La vente d'armes, ou plus spécifiquement l'exportation d'armes, n'est pas chose nouvelle en Russie. En effet, « depuis que les armes à feu sont apparues en Russie [au XIVe siècle] (4) », la tradition de la fabrication d'armes s'est transmise de génération en génération. Pour ce faire, les riches bourgeois russes profitaient d'un territoire riche en minerai de fer. En priorisant l'extraction de ce métal plutôt que l'agriculture, la Russie faisait d'une pierre deux coups : elle renforçait son système de défense par la fabrication d'armes et créait des relations un peu partout dans le monde en vendant ce métal ferreux (5).

À l'origine pour combattre les peuples indigènes révolutionnaires, les armes ont continué à servir comme moyen de défense tout au long de l'histoire russe. Plus tard, c'est sous l'effigie de l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) que les exportations d'armes ont réellement pris leur envol (6). Dans un contexte de tensions géopolitiques entre les États-Unis et l'URSS, la guerre froide opposait alors deux idéologies fort différentes : le capitalisme américain et le communisme soviétique.

Pour faire contrepoids à l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), l'URSS a conclu avec plusieurs pays d'Europe de l'Est une alliance militaire : le pacte de Varsovie. En plus du régime chinois communiste, ces alliés politiques devenaient du même coup des marchés de premier plan (7). Pour mettre des chiffres sur les mots, l'évolution des ventes des exportations d'armes à feu est passée de 5 000 millions de dollars courants à 24 000 millions entre 1973 et 1987, tout juste avant la chute de l'URSS (8). Lorsqu'une superpuissance en craint une autre...

Depuis la chute de l'URSS, la Fédération de Russie n'a pas cessé de fabriquer et exporter des armes. En fait, selon un rapport de l'Institut de recherche sur la paix internationale de Stockholm (SIPRI), les entreprises d'armement russes avaient rapporté 37,7 milliards de dollars US durant l'année 2017 (9). Ce sont ces mêmes chiffres qui plaçaient la Russie deuxième exportateur mondial.

Parallèlement au nombre d'armes exportées par la Russie, les critiques à l'égard de ce marché n'ont cessé d'augmenter. Pour expliquer les critiques dont la Russie est victime, il faut comprendre d'où elles proviennent : des États-Unis. Logiquement, les États-Unis ne changeront probablement jamais leur position. La raison et le motif sont simples : mettre des bâtons dans les roues à ce pays qui pourrait devenir une superpuissance mondiale. De plus, rappelons que les États-Unis ont combattu la Russie – ou l'URSS avant 1991– pendant plus de quarante ans. Comme le souligne Simon Hooper, journaliste pour CNN, la Fédération de Russie est une potentielle future superpuissance émergente comparable aux États-Unis et à la République populaire de Chine (10).

Le sujet des exportations d'armes russes est tellement pris au sérieux par les Américains qu'ils n'hésitent pas à sanctionner quiconque voudrait encourager les compagnies d'armements en question. Dans ce sens, « les gouvernements étrangers ont commencé à renoncer à des contrats d'armements avec des sociétés russes [...] » puisque le département d'État américain « a dressé fin octobre une liste de 39 sociétés d'armement russe avec lesquelles il est désormais interdit de commercer, sous peine de sanctions (11) ». Parmi ces sociétés, 10 figurent dans le top 100 (12).

Toutefois, l'acharnement des États-Unis à sanctionner celui ou celle qui encourage l'industrie de l'armement est paradoxal. Encore selon le rapport de SIPRI, « les producteurs d'armes américains représentaient 57 % du total des ventes en 2017, avec 42 entreprises dans le top 100 pour un chiffre d'affaires cumulé de 226,6 milliards de dollars (13) ». À titre comparatif, c'est six fois plus que le chiffre d'affaires russe qui, redisons-le, ne s'élève « qu'à » 37,7 milliards de dollars (14).

Les conséquences de la vente d'armes : un bilan controversé

En sciences politiques, l'étude d'une réalité ou d'un phénomène cache parfois certaines conséquences. La vente d'armes par la Russie ne fait pas exception. Au-delà des quelques milliards de dollars et des critiques américaines envers cette industrie, les conséquences qui lui sont liées sont non-négligeables.

Tout d'abord, économiquement parlant, l'industrie de l'armement est loin de s'essouffler, et ce, malgré les sanctions imposées par les États-Unis. En effet, il est difficilement envisageable que la Chine par exemple, le dernier pays à avoir été sanctionné, néglige les 98 milliards de dollars que le commerce avec la Russie a généré en 2018 (15).

Bref, si l'industrie russe peut garder ses partenaires, rien ne serait capable de tacher le prestige industriel et technologique qu'elle apporte à l'État. Comme l'explique Isabelle Facon, spécialiste des politiques de sécurité et de défense russe, l'industrie de l'armement a représenté depuis 1990 « un peu plus de 50 % de l'emploi total [...] (16) ». Alors après les exportations, la renommée internationale et l'emploi que procurent cette industrie à la Russie, la question de la vente d'armes continuera vraisemblablement à faire polémique d'un bout à l'autre du globe.

Finalement, l'industrie de l'armement russe provoque souvent des questionnements à savoir si elle est éthiquement acceptable. En fait, la controverse est directement liée aux pays auxquels aboutissent lesdites armes. À savoir si la Russie s'y attarde est un autre débat, l'essentiel, c'est comprendre que l'expansion de ce commerce peut engendrer des conséquences sombres.

À titre d'exemple, la Russie a vendu un nombre d'armes particulièrement important à l'Azerbaïdjan. Cependant, ce pays d'Asie de l'Ouest doit continuellement composer avec l'Arménie qui lui dispute une région frontalière. Résultat : les armes si chèrement payées par le gouvernement azerbaïdjanais ont causé la mort d'au moins 110 personnes (17). Du même coup, les souvenirs de la guerre – pourtant terminée en 1994 – refont surface.




Références:

(1) Duroselle, J.-B., « Paix et guerre entre les nations : La théorie des relations internationales selon Raymon Aron », Revue Française de Science Politique, publié en 1962, http://www.persee.fr/doc/rfsp_0035-2950_1962_num_1... consulté le 5 avril 2019

(2) Équipe de rédaction, « Russie : Le contexte économique », Expert-Comptable- International, publié en avril 2019, http://www.expert-comptable-international.info/fr/... consulté le 5 avril 2019

Agence France-Presse, « La Russie, deuxième plus gros producteur d'armes en 2017 », La Presse, publié le 9 décembre 2018, https://www.lapresse.ca/international/europe/20181... consulté le 5 avril 2019

(3) Leymarie, Philippe, « L'éthique s'invite dans les ventes d'armes à l'Arabie saoudite », Le Monde Diplomatique, publié le 19 septembre 2018, https://blog.mondediplo.net/l-ethique-s-invite-dan... consulté le 5 avril 2019

(4) Manaïev, Georgui, « Comment la Russie est-elle devenue l'un des plus gros exportateurs d'armes au monde ? », Russia Beyond, publié le 16 novembre 2018, https://fr.rbth.com/histoire/81879-russie-exportateur-armes, consulté le 2 avril 2019

(5) Ibid.

(6) Bourg, Denis-Paul, « Graphique des exportations d'armes par les États-Unis et l'Union soviétique de 1973 à 1989 », World Military Expenditures and Arms Tranfers, publié le 4 septembre 2013, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Exportatio... consulté le 5 avril 2019

(7) Manaïev, Georgui, op. cit.

(8) Bourg, Denis-Paul, op. cit.

(9) Agence France-Presse, « La Russie, deuxième plus gros producteur d'armes en 2017 », 45e Nord, publié le 10 décembre 2018, http://www.45enord.ca/2018/12/sipri-russie-deuxiem... consulté le 5 avril 2019

(10) Hooper, Simon, « Russia : A superpower rises again », Edition CNN, publié le 13 décembre 2006, http://edition.cnn.com/2006/WORLD/europe/12/12/rus... consulté le 5 avril 2019

(11) Agence France-Presse, « Une loi américaine a un effet dissuasif sur les ventes d'armes russes », La Presse, publié le 28 janvier 2018, https://www.lapresse.ca/international/europe/20180... consulté le 5 avril 2019

(12) Agence France-Presse, « La Russie, 2ème plus gros producteur d'armes », Tribune de Genève, publié le 12 décembre 2018, https://www.tdg.ch/monde/La-Russie-2eme- plus-gros... consulté le 5 avril 2019

(13) Agence France-Presse, « La Russie, deuxième plus gros producteur d'armes en 2017 », op. cit.

(14) Ibid.

(15) Équipe de rédaction, « Russie-Chine : Les échanges commerciaux en forte hausse », Sputnik France, publié le 13 juillet 2018, https://fr.sputniknews.com/economie/20180713103718... consulté le 5 avril 2019

(16) Facon Isabelle, « Industrie d'armement russe : une situation paradoxale », Cairn, publié en février 2011, https://www.cairn.info/revue-geoeconomie-2011-2-page-61.htm, consulté le 5 avril 2019

(17) Agence France-Presse, « Manifestation en Arménie contre les ventes d'armes de la Russie à l'Azerbaïdjan », L'Orient le Jour, publié le 13 avril 2016, https://www.lorientlejour.com/article/980754/manif... consulté le 5 avril 2019

Dernière modification: 2019-04-18 10:07:38

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

La Russie devient le deuxième plus grand exportateur d'armes au monde... et après ?
>avril 2019


La lutte pour les droits humains se poursuit en Russie, malgré le décès d'une fervente militante
>février 2019


La douce revanche de Vladimir Poutine
>février 2019


Démonstration de la puissance russe à la frontière sino-mongole
>février 2019


La traite humaine en Europe de l'Est : héritage de la chute de l'URSS
>février 2019


La Russie en quête d'influence au Moyen-Orient
>novembre 2018


Bilan du Mondial 2018 : les Bleus ne sont pas les seuls gagnants
>octobre 2018


Sommet à Helsinki : Poutine plait, Trump moins
>octobre 2018


L'Union économique eurasienne sous le spectre de la Russie
>septembre 2018


Énergie marémotrice en Russie : révolution dans la production d'électricité?
>mars 2018


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016