15 septembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

26 février 2019

Le canal de Salwa: la nouvelle arme de l'Arabie saoudite?


Jonathan Poudrier
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

janvier
2015
Décès du roi Abdallah Ben Abdelaziz al-Saoud d'Arabie saoudite

août
2005
Décès du roi Fahd d’Arabie saoudite

juin
1982
Décès du roi Khaled en Arabie saoudite

novembre
1979
Attaque de la Grande mosquée en Arabie Saoudite

mars
1975
Assassinat du roi Fayçal en Arabie saoudite

octobre
1973
Début du premier «choc pétrolier»

août
1967
Ouverture d'un sommet des pays arabes à Khartoum

septembre
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

septembre
1960
Création de l'Organisation des pays producteurs de pétrole

avril
1955
Ouverture d'une conférence internationale à Bandoeng

novembre
1953
Décès du roi Ibn Séoud d’Arabie Saoudite

L'Arabie saoudite et le Qatar sont des voisins dont les relations sont tendues. Le Qatar a beaucoup de liens avec l'Iran, ce qui ne plaît pas aux autorités saoudiennes. Les relations sont devenues encore plus difficiles en 2017, alors que les deux pays ont rompu leur liens diplomatiques, car l'Arabie saoudite accuse le Qatar de financer des groupes terroristes(1). Riyad a même imposé des sanctions économiques à son voisin. Cependant, Doha résiste bien à ces mesures à l'aide de sa forte économie(2).

Ces tensions vont prendre une autre tournure en 2018. En effet, Riyad annonce qu'elle songe sérieusement à créer un canal sur la longueur de la frontière entre l'Arabie saoudite et le Qatar. Ce dernier ayant comme seule frontière terrestre celle avec l'État saoudien, le canal transformerait le pays en île(3).

Économie et sécurité

Le canal serait situé près de la frontière de Salwa, qui a le nom de la baie près de celle-ci. Il s'agit de la frontière entre le Qatar et l'Arabie saoudite. Il est donc surnommé le canal de Salwa. Cette construction serait un projet de grande envergure. En effet, le canal mesurerait 60 km de long, environ 200 mètres de large, et aurait une trentaine de mètres de profondeur. Il serait construit à environ 1 km de la frontière qatarie, ce qui laisserait une bande de terre entre le canal et le Qatar. Riyad estime que la construction coûterait environ 745 millions de dollars. De plus, les autorités saoudiennes voudraient qu'il soit terminé en un an(4). Il s'agit donc d'un très grand projet qui pourrait avoir beaucoup d'utilité pour l'Arabie saoudite.

La zone entre le Qatar et le canal serait utilisée pour construire une base militaire, une centrale nucléaire et un dépôt de stockage des déchets radioactifs(5). Il s'agit donc de sécuriser la frontière et d'éloigner les matières dangereuses de la population saoudienne. Ensuite, le canal, lui-même serait une voie navigable pour toutes sortes de bateaux. Des bateaux commerciaux, des navires de croisières et des yachts pourront passer.

Riyad compte aussi installer des ports et des marinas tout le long du canal(6). Ce projet est vu comme une attraction touristique. L'Arabie saoudite veut installer des hôtels de luxe des deux côtés du canal, avec des plages et des terrains de sport. Il y a aussi une importance économique à ce canal. Il s'agit du transport de marchandises, notamment le pétrole, qui aurait une nouvelle voie d'accès(7).

Le froid entre Riyad et Doha

C'est dans les années 1990 que le Qatar a commencé à se distinguer dans la péninsule arabique. Avec l'invasion du Koweït par l'Irak, le Qatar voit que l'Arabie saoudite n'est pas aussi puissante qu'elle le laisse paraître. Il a donc commencé à chercher des alliés ailleurs. Cette recherche a permis au Qatar de se faire connaître à travers le monde et a favorisé un rapprochement entre le pays et les États-Unis. En 2003, Washington a même transféré une base militaire de l'Arabie saoudite vers le Qatar(8).

La montée en importance de Doha n'était pas bien vue par son voisin saoudien. Cela a terni les relations entre ces deux pays. C'est en 2017 que ces tensions ont pris plus d'importance, car le Qatar aurait donné 1 milliard de dollars à l'Iran et à des groupes terroristes. Il s'agissait d'une rançon pour libérer des dignitaires qataris. Cette manœuvre a été mal perçue par l'Arabie saoudite, qui estime que le Qatar finance des groupes terroristes ainsi que son principal ennemi, l'Iran. Plusieurs pays, dont l'Arabie saoudite, avaient menacé Doha d'entreprendre des mesures militaires contre elle(9). L'annonce de la construction du canal de Salwa se fait donc sous fond de tensions récentes entre ces deux pays.

Selon le Washington Post, il semble que ce projet pourrait être une forme de représailles ou d'attaque de la part de Riyad contre le Qatar(10). Elle veut faire comprendre qu'entretenir de bonnes relations avec l'Iran est quelque chose qui ne passe pas.

Twitter à la rescousse du Qatar

La construction du canal pourrait avoir plusieurs conséquences. L'Arabie saoudite veut créer une zone tampon entre le canal et la frontière qatarie. Cette zone ne permettrait pas que le commerce terrestre passe entre les deux pays. Cependant, cette conséquence n'en est pas vraiment une. En effet, depuis 2017, le Qatar a interdit les produits saoudiens(11). Il ne se faisait donc déjà plus de commerce entre eux.

De plus, plusieurs analystes ont des doutes par rapport au projet. Ali Shihabi est le fondateur de la Arabia Fondation, et il croit que le projet saoudien va se retourner contre lui. Il croit que ce canal va protéger le Qatar et non pas l'isoler. Le Qatar est beaucoup plus vulnérable en ce moment. De plus, Shihabi dit que ce canal est utilisé seulement comme arme psychologique contre le Qatar(12). Un autre analyste, Andreas Krieg, un professeur assistant en défense au collège King, à Londres, croit que l'Arabie saoudite n'a pas les moyens pour réaliser le projet. Du moins, pas sans avoir des impacts sur son économie(13).

Une autre conséquence est la vision que les gens et les autres pays ont du projet de canal. Sur Twitter, beaucoup d'utilisateurs du Moyen-Orient critiquent les politiques saoudiennes. Ils voient aussi ce canal comme la preuve d'un échec de Riyad à s'imposer contre le Qatar(14). Il est vrai que les tentatives des autorités saoudiennes de faire mal à Doha n'ont pas donné les résultats escomptés.

Les autorités qataries ont rapidement affirmé qu'elles étaient prêtes à discuter avec leur voisin pour régler le conflit, mais qu'elles ne céderont pas à des pressions. En ce qui a trait au canal de Salwa, le ministre qatari des Affaires étrangères, Mohammed ben Abderrahmane al-Thani, croit que ce projet ne mérite pas d'être commenté(15).

Malgré toute les tentatives de la communauté internationale de régler le conflit, il semble qu'on se retrouve dans une impasse. Si la situation ne change pas peut-être que le Qatar deviendra réellement une île.




Références:

(1) Agence France-Presse, « Saudi Arabia may dig canal to turn Qatar into an island », The Guardian, 1er septembre 2018, URL https://www.theguardian.com/world/2018/sep/01/saud... consulté le 25 février 2019.

(2) SANTI, Michel, « Qatar-Arabie : une paix froide », La Tribune, 23 avril 2018, URL https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/qatar-a... consulté le 26 février 2019.

(3) Agence France-Presse, op. cit.

(4) Asia News Monitor, « Saudi Arabia/Qatar : Saudi Arabia to turn Qatar into island by digging new canal », le 3 septembre 2018, URL https://search-proquest-com.ezproxy.usherbrooke.ca... consulté le 25 février 2019.

(5) Sputnik News, « Riyad avancerait dans la construction d'un canal qui le séparerait au Qatar », le 20 juin 2018, URL https://fr.sputniknews.com/international/201806201... consulté le 26 février 2019.

(6) AlArabiya.net , « Salwa canal, a Saudi tourism project that means more isolation for Qatar », le 10 avril 2018, URL https://search-proquest-com.ezproxy.usherbrooke.ca... consulté le 26 février 2019.

(7) ibid.

(8) SANTI, Michel, op. cit.

(9) ibid.

(10) TAYLOR, Adam, « Saudi media says kingdom could turn Qatar - its neighbor and rival - into an island », The Washington Post, le 21 juin 2018, URL https://www.washingtonpost.com/news/worldviews/wp/... consulté le 26 février 2019

(11) RFI, « Le Qatar interdit les produits d'arabie saoudite et des Émirats arabes unis », le 27 mai 2018, URL http://www.rfi.fr/moyen-orient/20180527-le-qatar-i... consulté le 26 février 2019.

(12) TAYLOR, Adam, op. cit.

(13) ibid.

(14) Al Jazeera News, « Twitter mocks Saudi plans to turn Qatar into an “island” », le 6 avril 2018, URL https://www.aljazeera.com/news/2018/04/twitter-moc... consulté le 25 février 2019.

(15) Sputnik News, « Washington et Doha sur la même longueur d'onde concernant la crise du Golfe? », le 13 avril 2018, URL https://fr.sputniknews.com/international/201804131... consulté le 26 février 2019.

Dernière modification: 2019-03-02 14:26:49

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Le canal de Salwa: la nouvelle arme de l'Arabie saoudite?
>février 2019


L'Arabie saoudite penche pour l'énergie solaire
>novembre 2018


Softbank : la conquête du monde technologique
>octobre 2018


Crise saoudo-canadienne : Riyad hausse le ton pour faire taire les critiques
>octobre 2018


L'Arabie saoudite à l'ère de Mohammed ben Salmane : entre islamisme et modernité
>octobre 2018


Coup de jeune au sein de la monarchie saoudienne
>février 2018


Se procurer l'eau : l'autre guerre du golfe Persique
>avril 2017


Le divorce entre les États-Unis et l'Arabie Saoudite n'est pas pour aujourd'hui
>novembre 2016


Le divorce entre les États-Unis et l'Arabie Saoudite n'est pas pour aujourd'hui
>novembre 2016


Virage ou mirage ?
>mai 2016


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019