10 décembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

12 février 2019

Le Brexit fera t-il tomber Theresa May?


Jonathan Poudrier
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

mai
2019
Élections au Parlement européen

mai
2019
Annonce de la démission de la première ministre britannique Theresa May au Royaume-Uni

juin
2017
Réélection du Parti conservateur de Theresa May au Royaume-Uni

mars
2017
Début d’une série d’attentats terroristes au Royaume-Uni

juin
2016
Tenue d'un référendum au Royaume-Uni sur la sortie de l'Union européenne

mai
2015
Réélection du gouvernement conservateur de David Cameron au Royaume-Uni

septembre
2014
Tenue d'un référendum sur l'indépendance de l'Écosse

mai
2014
Début des élections législatives au Parlement européen

juillet
2012
Ouverture des Jeux olympiques de Londres

mai
2010
Élection au Royaume-Uni d'un gouvernement dirigé par le conservateur David Cameron

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

avril
2009
Tenue du Sommet du G20 à Londres

juillet
2007
Présentation de la journée Live Earth

juin
2007
Assermentation de Gordon Brown au poste de premier ministre du Royaume-Uni

juin
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

mai
2007
Formation d'un gouvernement dirigé par Ian Paisley en Irlande du Nord

mai
2005
Réélection au Royaume-Uni d'un gouvernement travailliste dirigé par Tony Blair

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

mars
2003
Début d'une offensive militaire d'envergure en Irak

Le 15 janvier 2019, le Parlement britannique avait comme mandat de voter sur l'accord de sortie de l'Union européenne(UE), aussi appelé Brexit. Cette sortie est prévue le 29 mars 2019(1). Theresa May, la première ministre du Royaume-Uni, s'est imposée comme porteuse de cet accord. Cette position lui a attiré plusieurs problèmes. Certains qualifient l'accord de trop léger. D'autres croient qu'il va trop loin. L'accord présenté par Theresa May n'a donc pas été adopté par le Parlement. Cela représente un coup dur pour la première ministre. Cet échec crée aussi des incertitudes sur l'avenir de celle-ci.

La défaite et la renaissance?

L'accord pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne a été refusé par le Parlement britannique. En effet, seulement 202 députés ont voté pour, tandis que 432 ont voté contre. Il s'agit d'un accord qui aurait facilité la sortie du Royaume-Uni de l'UE. Theresa May avait travaillé pendant près de 2 ans pour le négocier(2). Elle était si liée à cet accord que le Parlement a décidé d'entreprendre une démarche de vote de confiance contre son gouvernement, en réaction à l'échec.

Un vote de confiance est une motion du Parlement du Royaume-Uni. Celui-ci organise un vote qui déterminera si la Chambre des communes a encore confiance au gouvernement en place. Si le vote de non-confiance est accepté, le gouvernement tombe et le pays entre en élection. Si le vote ne passe pas, le gouvernement garde le pouvoir, car il a encore la confiance des députés(3).

Une motion de ce type a été enclenchée par le Parlement britannique contre Theresa May. Durant le vote de confiance, le 16 janvier 2019, 325 députés ont voté pour garder le gouvernement en place contre 306 qui ont voté contre(4). Theresa May et son gouvernement ont donc survécu à ce vote. Cela leur permet de rester au pouvoir. Cependant, la première ministre n'est pas tirée d'affaires. Le Brexit reste un dossier complexe pour elle. De plus, ses adversaires semblent devenir de plus en plus nombreux.

L'effritement du règne de Theresa May

Dans cette situation difficile, Theresa May garde certains alliés. En effet, les résultats du vote sur l'accord du Brexit montrent qu'il y a encore des députés de son parti qui l'appuient. Lors de ce vote, 196 conservateurs ont voté pour l'accord(5). Une bonne partie de son parti est donc encore de son côté. Ses alliés sont restés à ses côtés, car ils croyaient que l'accord proposé par May était mieux que le fait de ne pas en avoir, lors de la sortie de l'UE(6). Ils l'ont donc suivie lors des deux votes. Cependant, la première ministre perd de ses alliés. En effet, 118 conservateurs ont voté contre l'accord(7). Cela montre que sa popularité s'effrite.

Son principal adversaire est le Parti travailliste. Il s'agit du deuxième parti ayant le plus de députés à la Chambre des communes britannique(8). Ce parti est dirigé par Jeremy Corbyn. Il prône une sortie légère de l'Union européenne et croit qu'une sortie sans accord est dangereuse. Le Parti travailliste n'était pas satisfait de l'accord négocié par Theresa May. Il s'est donc positionné contre l'accord et ses députés ont majoritairement voté dans ce sens(9). En effet, 248 des 251 députés travaillistes ont voté contre l'accord(10). Corbyn a ensuite refusé de rencontrer Theresa May pour parler de leurs différends(11).

Theresa May est donc en difficulté, et ce, même si elle a survécu à un vote de non-confiance. Elle a cependant une possible porte de sortie. Il s'agit de s'allier avec le Parti travailliste. Pour ce faire, il lui faudra, par contre, répondre aux exigences de Corbyn. Ce dernier a finalement envoyé une lettre contenant ses exigences afin qu'un prochain accord soit satisfaisant pour son parti. Cependant, plusieurs députés du Parti travailliste et du Parti conservateur se sont positionnés contre une alliance entre les deux partis(12).

L'avenir de la première ministre est donc incertain. Elle devra réussir à rallier son parti et des membres des plus petits partis si elle veut se sortir de cette situation sans faire trop de compromis.




Références:

(1) BBC News, « Brexit : Theresa May's deal is voted down in historic Commons defeat », URL https://www.bbc.com/news/uk-politics-46885828, page consultée le 12 février 2019.

(2) ibid.

(3) ibid.

(4) REUTERS, Thomson, « U.K.'s Theresa May survives confidence vote sparked by Brexit deal defeat », CBC, URL https://www.cbc.ca/news/world/theresa-may-brexit-c... page consultée le 12 février 2019.

(5) BBC News, « Brexit : Theresa...», op.cit.

(6) LANGFITT FRANK, « British Prime Minister Theresa May's allies are trying to sell the Brexit deal », National Public Radio, URL https://www.npr.org/2018/12/03/673022600/british-p... page consultée le 11 février 2019.

(7) BBC News, « Brexit : Theresa...», op.cit.

(8) Perspective Monde, « Élections législatives », URL http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... page consultée le 12 février 2019.

(9) BERNARD, Philippe, « Brexit : les états d'âme des travaillistes », Le Monde, URL https://www.lemonde.fr/international/article/2018/... page consultée le 12 février 2019.

(10) BBC News, « Brexit : Theresa...», op.cit

(11) WALDIE, Paul, « Britain's May survives no-confidence vote, still faces uphill battle in resolving impasse over Brexit », The Globe and Mail, URL https://www.theglobeandmail.com/world/article-brit... page consultée le 12 février 2019.

(12) BBC News, « Brexit: Labor plan can get majority, says John McDonnell», URL https://www.bbc.com/news/uk-politics-47170369, page consultée le 12 février 2019.

Dernière modification: 2019-02-18 22:12:37

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

La frontière entre les deux Irlande : une entrave majeure à la négociation du Brexit
>novembre 2019


Johnson prend l'ascendant dans la course au 10 Downing Street
>septembre 2019


Le Brexit fera t-il tomber Theresa May?
>février 2019


Baisse du taux de chômage au Royaume-Uni : une bonne nouvelle?
>janvier 2019


Glasgow, la ville trouble
>janvier 2019


Après le Brexit, l'Afrique est dans la mire des Britanniques
>octobre 2018


Il y a 40 ans : Amnistie internationale décrochait le prix Nobel de la paix
>mars 2018


D'Hollywood à Westminster : l'internationalisation d'un mouvement
>novembre 2017


Brexit : dur divorce au sein de l'Europe
>octobre 2017


Des élections crève-cœur pour le Parti national écossais
>octobre 2017


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019