13 novembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

5 février 2019

La dynamique inégalitaire mondiale se poursuit


Xavier Morin
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

juillet
2012
Confirmation de l’existence du boson de Higgs

octobre
2010
Ouverture du treizième Sommet de la Francophonie

avril
1993
Élargissement de l’accès public au World Wide Web

février
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

août
1975
Signature à Helsinki d'un accord sur la sécurité en Europe

février
1971
Référendum favorable au droit de vote des femmes en Suisse

septembre
1961
Début des travaux de l'Organisation de coopération et de développement économiques

janvier
1960
Création de l'Association européenne de libre-échange

août
1955
Ouverture d’une conférence internationale sur l’énergie atomique à Genève

avril
1948
Création de l'Organisation européenne de coopération économique

À l'occasion du Forum économique mondial de Davos, en Suisse, l'organisation caritative Oxfam a publié un rapport démontrant que 2018 avait été encore une autre année où, selon elle, les riches se sont enrichis et les pauvres appauvris (1).

Vingt-six personnes aussi riches que la moitié la plus pauvre du globe

Oxfam a déclaré que la richesse de plus de 2 200 milliardaires à travers le monde avait augmenté de 900 milliards $ en 2018, soit 2,5 milliards $ par jour. Cette augmentation de 12 % de la richesse des plus aisés contraste avec une chute de 11 % de la richesse de la moitié la plus pauvre de la population mondiale (2).

D'ailleurs, le rapport d'Oxfam souligne que les 26 milliardaires les plus riches possèdent autant d'actifs que les 3,8 milliards de personnes qui constituent la moitié la plus pauvre de la planète. En 2017, 43 milliardaires possédaient autant de richesses que la moitié de la population mondiale. En 2016, ils étaient 61 (3). À titre comparatif, la fortune de l'homme le plus riche au monde, Jeff Bezos, atteignait 112 milliards $ l'an dernier et le budget de santé de l'Éthiopie, un pays de 105 millions d'habitants, correspond à 1 % de sa fortune (4).

Plus précisément, c'est au Moyen-Orient que la dynamique inégalitaire est la plus forte, puisque 10 % des plus riches possèdent 61 % des richesses de la région; suivi de près par le Brésil, l'Inde et l'Afrique sub-saharienne (5).

Considérant cette tendance, taxer massivement le top 1 % devrait être une politique évidente pour les politiciens cherchant à renverser cette dynamique. Pourtant, les mouvements populistes d'aujourd'hui sont davantage préoccupés par l'immigration et la souveraineté que par le taux maximum d'imposition sur le revenu (6). De même, la première ministre du Royaume-Uni, Theresa May, a déclaré que les inégalités ont été réduites à leur plus bas niveau en 30 ans. Une déclaration qui s'est avérée fausse (7).

Une solution contestée

Pour l'économiste français Thomas Piketty, les inégalités de revenus ont tendance à augmenter dès que les revenus du capital augmentent plus vite que la croissance économique (8). Donc, selon lui, la solution aux inégalités mondiales se trouve dans la création d'un impôt mondial sur le capital qui serait complémenté par une très grande transparence financière internationale (9).

De fait, cet impôt permettrait de stopper la spirale inégalitaire, tout en régulant efficacement la dynamique de concentration mondiale des patrimoines. Pour ce faire, les gouvernements du monde doivent s'accorder sur sa mise en place en établissant un barème d'imposition qui s'applique à toutes les fortunes du globe pour ensuite répartir les recettes entre les nations (10).

De la sorte, l'impôt mondial sur le capital assurerait la pérennité de l'ouverture économique et de la mondialisation, et ce, en la régulant efficacement et en partageant les bénéfices de façon équitable dans et entre les pays. Avant toute chose, l'impôt mondial sur le capital devrait consolider l'atteinte d'une transparence démocratique et financière sur les patrimoines et les actifs détenus par les ménages à l'échelle internationale (11).

Piketty qualifie lui-même l'impôt mondial sur le capital d'«utopie utile», mais selon lui cette solution peut très bien se mettre en place de façon graduelle et progressive pour les nations qui le désirent en organisant la coopération entre les divers «outils» régionaux (12).

Par contre, certains économistes qualifient cette solution de dangereuse, car elle empêche la réalisation d'actions plus concrètes, telles que l'établissement de rapports détaillés sur les spécificités des paradis fiscaux (13).

Par ailleurs, dans une récente étude, le Fonds monétaire international (FMI) atteste qu'il n'y a aucune évidence qu'une plus grande augmentation du capital comparativement à la croissance économique crée des inégalités. En effet, selon le FMI, Piketty néglige certaines forces endogènes, notamment le caractère cyclique du taux d'épargne (14).

D'après l'étude du FMI, dans 75 % des pays étudiés, une croissance des revenus du capital supérieur à la croissance économique s'accompagne d'une baisse de la part des richesses détenues par le 1 % le plus riche. Ce qui contredit la thèse de l'économiste français ainsi que sa solution (15). Bref, les inégalités sont un phénomène complexe et les solutions à cet enjeu ne font pas l'unanimité.

Médiagraphie

(1) Oxfam, «L'année dernière, la fortune des milliardaires a augmenté tous les jours de 2.5 milliards de dollars alors que la richesse de la moitié la plus pauvre de l'humanité n'a fait que diminuer», 21 janvier 2019, [hyperlien] (consulté le 31 janvier 2019)

(2) Larry Elliot, «World's 26 richest people own as much as poorest 50%, says Oxfam», The Guardian, 21 janvier 2019 [hyperlien] (consulté le 31 janvier 2019)

(3) Loc. cit.

(4) Agence France Presse, «26 milliardaires détiennent autant d'argent que la moitié de l population mondiale», L'Express, 22 janvier 2019, [hyperlien] (consulté le 31 janvier 2019)

(5)Timothée Vilars, «Inégalités mondiales : 3 chiffres chocs et 4 solutions de l'équipe Piketty-Chancel», L'OBS, 14 décembre 2017, [hyperlien] (consulté le 31 janvier 2019)

(6) The Economist, «As inequality grows, so does the political influence of the rich», 21 juillet 2018, [hyperlien] (consulté le 31 janvier 2019)

(7)The Economist, « Is inequality rising or falling?», 8 mai 2018, [hyperlien] (consulté le 31 janvier 2019)

(8) PIKETTY, Thomas, Le capital au XXIe siècle, Paris, Seuil, 2013, 800 pages.

(9) ibid. p. 836-840.

(10) Loc.cit.

(11) Loc.cit.

(12) Loc.cit.

(13) Steve Denning, «What Thomas Piketty Got Wrong», Forbes, 16 mai 2014, [hyperlien] (consulté le 31 janvier 2019)

(14) Carlos Goes, «Testing Piketty's Hypothesis on the Drivers of Income Inequality : Evidence from Panel Vars with Heterogenous Dynamics», International Monetary Found, 1er aout 2016, [hyperlien] (consulté le 31 janvier 2019)

(15) Loc.Cit



Dernière modification: 2019-02-14 11:14:17

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Une vague verte lors des législatives suisses
>octobre 2019


La dynamique inégalitaire mondiale se poursuit
>février 2019


Le référendum suisse: abolissons le nucléaire!
>septembre 2017


La Suisse : toujours sur la liste noire ?
>décembre 2016


L'argent se gagne en travaillant : l'échec du référendum suisse sur le revenu garanti
>septembre 2016


Couse à la présidence de la Fifa : Blatter s'accroche
>février 2015


La santé de la couche d'ozone inquiète l'OMM
>septembre 2011


XIIIe Sommet de la Francophonie en Suisse : plusieurs défis pour les francophones dans le monde
>novembre 2010


La Suisse verte
>mars 2010


La Suisse tente un rapprochement avec l'Union européenne
>janvier 2009


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019