18 avril 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

19 février 2019

Un climat politique orageux en France


Philippe Lacasse
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Balado: Le monde en perspective




Nouveauté. Écoutez en baladodiffusion les rencontres qu'animent les professeures Isabelle Lacroix et Karine Prémont sur des questions qui touchent les enjeux démocratiques, les relations internationales ou les modes de scrutin. Des rencontres de 20 minutes dans un style simple et ouvert avec des spécialistes, des personnes présentes sur le terrain et aussi des étudiantes et étudiants de second cycle.

Au fil du temps

novembre
2018
Commémoration du centenaire de l'armistice marquant la fin de la Grande Guerre 1914-1918

novembre
2018
Référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie

juin
2017
Élection du parti La République en marche ! aux législatives en France

mai
2017
Élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République française

décembre
2015
Fin de la Conférence de Paris sur le changement climatique

novembre
2015
Attentats terroristes en France

janvier
2015
Manifestations d'envergure en France à la suite d'attentats terroristes

mai
2014
Début des élections législatives au Parlement européen

janvier
2013
Intervention militaire française au Mali

juin
2012
Élection d'une majorité de gauche aux législatives en France

mai
2012
Élection de François Hollande à la présidence de la République française

mai
2011
Arrestation de Dominique Strauss-Kahn à New York

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

juin
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

mai
2007
Élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République française

février
2007
Dépôt d'un important rapport du GIEC sur les changements climatiques

octobre
2005
Éclosion de violence dans les banlieues parisiennes

mai
2005
Tenue d'un référendum en France sur le projet de Constitution européenne

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

Depuis la conférence sur le climat COP21 à Paris, en 2015, le rapport de la France face au climat a quelque peu changé. Du jour au lendemain, celle-ci a prétendu être un modèle de la responsabilité climatique et de la considération pour les générations futures; mais qu'en est-il vraiment?

Hulot claque la porte

Depuis de nombreuses années, il est « en vogue » de tenir un discours fermement opposé aux changements climatiques, mais sans montrer une réelle volonté politique de changer les choses. Un cas est celui de l'accord de Copenhague sur le climat en 2009. Pourtant généreusement médiatisé à l'époque, celui-ci a seulement mené à quelques semaines de capital politique présenté sur la scène internationale par divers politiciens, sans que l'on observe de changements en profondeur (1). Par exemple, l'intention de la France est noble, mais ses actions face à la question climatique n'ont pas satisfait son ancien ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot.

La décision de celui-ci de démissionner a pris tout le monde par surprise : sa famille, ses amis, et même le président de la république. Le départ fracassant de Nicolas Hulot a frappé l'esprit de plusieurs, mais certains auraient pu s'y attendre. Avant de devenir ministre dans le gouvernement d'Emmanuel Macron le 17 mai 2017, Hulot était animateur pour Ushuaïa, une émission française traitant de nature et de biodiversité. Hulot n'a pourtant pas acquis sa passion pour l'environnement et la nature en travaillant pour une chaîne de télévision. Il a plutôt gagné sa notoriété comme activiste environnemental au sein de la Fondation pour la Nature et l'Homme qu'il a fondée en 1990 (2).

Par la suite, Hulot a jeté son chapeau dans l'arène politique, faisant du lobbyisme auprès de chefs d'État, comme Nicolas Sarkozy, en faveur de la cause climatique, mais sans grand succès (3). Après avoir constaté que le président de la république faisait la sourde oreille à ses doléances, Hulot a pris la décision, en 2011, d'annoncer sa candidature à l'élection présidentielle française. Déçu, en outre, par l'abandon de la taxe carbone promise par le gouvernement en 2007, et, en 2010, de celle des principes fondamentaux du « Grenelle Environnement », Hulot est allé jusqu'à déclarer que l'environnement est redevenu un simple enjeu électoral (4).

Le risque pris par Macron en 2017 était donc important. Travailler avec une figure comme celle de Nicolas Hulot était un couteau à double tranchant. La popularité d'un activiste écologiste de cette stature conférait à Macron un capital politique important auprès des écologistes. Cependant, un homme aussi impétueux et passionné qu'Hulot n'allait pas faire des courbettes pour plaire au président. Malheureusement pour Macron, ce pari n'a pas marché pour lui.

Symbole d'un gouvernement qui voulait faire les choses différemment, l'espoir que la nomination de Hulot a suscité a fait en sorte que sa démission, le 4 septembre 2018, a été encore plus dommageable. Ce qui a rendu son départ si critique, « ce n'est pas seulement parce que le chef de l'État, en perdant un ministre irremplaçable dans son genre, voit l'un de ses coups les plus spectaculaires se terminer en capilotade (5) », mais aussi parce qu'un pilier du macronisme est ébranlé.

Des résultats environnementaux insuffisants

Lorsqu'il a annoncé sa démission surprise, Nicolas Hulot a dressé une liste d'échecs qui l'ont poussé à la porte : « Est-ce que nous avons commencé à diminuer nos émissions de gaz à effet de serre ? La réponse est non. Est-ce que nous avons commencé à réduire l'utilisation des pesticides ? La réponse est non. Est-ce que nous avons commencé à enrayer l'érosion de la biodiversité ? La réponse est non (6). » Exaspéré et transi par son expérience, il dit s'être heurté à un mur au sein du gouvernement du premier ministre Édouard Philippe; mais qu'en est-il de ses accomplissements en tant que ministre?

Lors de son séjour au sein du gouvernement, Hulot a tout de même réussi quelques bons coups, par exemple : « l'obligation d'avoir 50 % de produits sous signes de qualité dans les cantines et l'extension de l'interdiction des néonicotinoïdes (7) ». Certains ont tout de même critiqué des décisions prises par Hulot, dont celle, le 7 novembre dernier, de renoncer à la réduction du nucléaire à 50 % du mix énergétique français (8). Le principal critique de Hulot est toutefois Hulot lui-même. Lors de sa tirade du 28 août 2018, il a en effet décrié son propre échec, notamment en ce qui concerne la coopération entre le ministère de l'Agriculture et celui de la Transition écologique et solidaire (9).

Pour ce qui est de sa succession, François de Rugy, le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire, a du pain sur la planche. Qu'il soit question des tarifs gaziers, jugés inconstitutionnels par l'Union européenne (UE), ou encore de fixer un échéancier à la fermeture de réacteurs nucléaires, beaucoup reste à faire, y compris ramasser les pots cassés par son prédécesseur (10).

COP24 : une France plus prudente

« Chat échaudé craint l'eau froide. » Ces mots de Moncrif se révèlent quasi-prophétiques en ce qui concerne l'attitude prudente de la France face à des projets climatiques trop ambitieux. Macron y repensera à deux fois avant de se frotter de près à l'enjeu environnemental. À la COP24, la conférence des Nations unies sur le climat à Katowice, en Pologne, la France a en effet décidé de prendre une place moins active, selon quelques observateurs (11). Ni Macron, ni Philippe, n'ont daigné se présenter à la conférence ayant eu lieu du 3 au 14 décembre 2018 (12).

La démission de Nicolas Hulot amène une question plus large sur la politique française et mondiale : y a-t-il encore de la place pour les visionnaires comme Hulot, ou faut-il nécessairement une volonté de compromis et de patience pour arriver à ses fins?

Médiagraphie

(1) Tom Zeller jr, «At Climate Talks, a Week of Posturing», The New York Times, 13/12/2009, URL [hyperlien] consulté le 18/02/2019.

(2) Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l'Homme, «Mission», URL [hyperlien] consulté le 18/02/2019.

(3) Charles Jaigu, «Nicolas Hulot s'invite encore dans le débat politique», Le Figaro, 07/06/2008, URL [hyperlien] consulté le 18/02/2019.

(4) Alexandre Pouchard, «Nicolas Hulot, du petit écran à la candidature», Le Monde, 13/04/2011, URL [hyperlien] consulté le 18/02/2019.

(5) Éric Mandonnet, « Avec Hulot, Macron a pris son risque… et perdu » L'Express, 28/08/2018, URL [hyperlien] consulté le 18/02/2019.

(6) Nicolas Hulot « Nicolas Hulot : les raisons de sa démission surprise », France info, URL [hyperlien] class='liendanstexte' href='/bilan/servlet/BMDictionnaire?iddictionnaire=1495'>gouvernement-d-edouard-philippe/nicolas-hulot-les-raisons-de-sa-demission-surprise_2915243.html, consulté le 18/02/2019.

(7) Lorène Lavocat, «Bilan de Nicolas Hulot : décevant, trop décevant» Reporterre, 29 août 2018, URL [hyperlien] consulté le 18/02/2019.

(8) Ibid.

(9) Ibid.

(10) Le Télégramme, « Écologie. Les neuf défis de François de Rugy », 04/09/2018, URL [hyperlien] consulté le 18/02/2019.

(11) Sophie Chapelle, «COP24 : La France a renoncé à jouer un rôle moteur dans les négociations climatiques» Basta magazine, 17 décembre 2018, URL [hyperlien] class='liendanstexte' href='/bilan/servlet/BMPays?codePays=FRA'>France-a-renonce-a-jouer-un-role-moteur-dans-les-negociations, consulté le 18/02/2019.

(12) Ibid.



Dernière modification: 2019-02-25 22:08:38

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Perquisition de l'opposition en France : Jean-Luc Mélenchon dénonce furieusement un abus de pouvoir
>mars 2019


Un climat politique orageux en France
>février 2019


Donner du sang, oui, mais pas pour toute la France...
>octobre 2018


Le président français devant le Congrès américain : séduction ou critique ?
>septembre 2018


Le populisme sous la loupe du Forum mondial de la démocratie de Strasbourg
>janvier 2018


Des élections désastreuses pour le Parti socialiste en France
>octobre 2017


Nostalgie ou changement sans dérangement
>juillet 2017


Présidentielle française: entre espoir et dépit
>février 2017


Des États-Unis à la France, Donald Trump ne laisse personne indifférent
>février 2017


Benoît Hamon : une victoire inattendue aux primaires de la gauche
>février 2017


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016