23 septembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

28 novembre 2018

La traite d'enfants et de femmes au Ghana : des efforts inutiles?


Olivier Brisebois-Bérubé
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

décembre
2000
Élection de John Kufuor à la présidence du Ghana

janvier
1997
Assermentation de Kofi Annan au poste de secrétaire général des Nations unies

décembre
1981
Renversement du gouvernement de Hilla Limann au Ghana

janvier
1979
Retour au multipartisme au Ghana

janvier
1972
Renversement du gouvernement de Kofi Abrefa Fusia au Ghana

août
1969
Tenue d'élections législatives au Ghana

février
1966
Renversement du président Kwame Nkrumah au Ghana

mai
1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

septembre
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

avril
1960
Proclamation de l'indépendance du Togo

octobre
1958
Proclamation de l'indépendance de la Guinée

mars
1957
Proclamation de l'indépendance du Ghana

avril
1955
Ouverture d'une conférence internationale à Bandoeng

février
1951
Premières élections législatives au suffrage universel sur la Côte-de-l'Or (Ghana)

Alors que l'esclavagisme a été le combat de plusieurs nations au 20e siècle, comme l'illustre la Convention relative à l'esclavage de 1926, la traite humaine persiste. Même si cette problématique sociale est observable un peu partout dans le monde, l'Afrique est particulièrement touchée. Cependant, la recherche scientifique liée à la traite humaine des pays africains est compliquée, puisque peu de données sont transmises et la capacité à tracer les victimes est défaillante (1).

Le Ghana, pays de l'Afrique de l'Ouest, est toutefois une des exceptions qui confirment la règle. Terre fertile à la traite d'enfants depuis des décennies, le Ghana travaille de concert avec les États-Unis pour éradiquer ce problème.

Une calamité sociale qui persiste

La traite humaine au Ghana ne date pas d'hier. Déjà, en mars 2002, le gouvernement lançait une campagne de sensibilisation afin de conscientiser la population (2). Les enfants étaient alors la tranche de la population la plus touchée par le trafic humain. La situation n'a guère changé (3). En 2010, un rapport des États-Unis établissait que le Ghana avait une place prépondérante dans le marché humain des femmes et des enfants en Afrique de l'Ouest, avec d'autres pays, comme la Gambie, la Sierra Leone et le Sénégal (4). Au Ghana, la traite a principalement pour but la prostitution et le travail forcé.

Le nombre réel de personnes atteintes par la traite humaine et l'esclavage moderne au Ghana est cependant difficile à identifier. La problématique est complexe et des autorités hésitent à collaborer. Certaines données existent tout de même. En 2009, les États-Unis affirmaient qu'au moins 30 000 enfants étaient forcés de travailler, comme pêcheurs, porteurs et pour le tourisme sexuel (5).

En 2015, l'Unité contre la traite humaine (AHTU) dénombrait 238 enquêtes liées à ce problème, contre 118 en 2016 (6). L'AHTU spécifiait d'ailleurs que plusieurs de ces enquêtes concernaient le travail forcé et la traite humaine entre différents pays. La provenance des esclaves du Ghana est internationale. Au-delà de l'Afrique, certaines victimes proviendraient aussi de la Russie, du Vietnam et de la Chine. D'importants réseaux d'enlèvement et des vagues migratoires favorisent la traite humaine. Ces réseaux exportent aussi des femmes et des enfants ghanéens vers l'Europe, principalement en Italie et en Allemagne, à des fins d'exploitation sexuelle (7).

Les activités économiques du lac Volta, un réservoir d'eau douce au Ghana fournissant le pays en poissons, participent grandement à la traite des enfants. En 2003, une étude sur le travail des enfants au Ghana évaluait à 49 000 le nombre d'enfants directement ou indirectement touchés par le trafic humain au lac Volta (8). D'ailleurs, 50 % des cas de traite humaine au Ghana sont liés à l'industrie de la pêche (9).

Les familles pauvres y envoient leurs enfants travailler en échange de revenus (10). Presque la totalité de ces travailleurs mineurs forcés sont des garçons. En 2015, 21,5 % des jeunes garçons forcés de travailler au lac Volta étaient âgés entre 0 et 6 ans (10). Ces enfants sont très souvent privés d'éducation, ont des conditions de vie misérables, sont insultés, battus ou agressés, et les noyades constituent un risque mortel réel (11).

Une réelle motivation politique et de l'entraide internationale

Le Ghana souhaite réellement enrayer la traite humaine sur son territoire. Depuis 2005, elle est illégale et sanctionnée, grâce à la Loi sur la traite des êtres humains. Cette loi identifie l'obligation pour toute personne possédant des informations sur la traite humaine d'en faire part aux autorités. La loi crée également un fond géré par le gouvernement destiné à secourir les victimes et à les aider (12).

Le travail forcé des enfants est aussi illégal en vertu de plusieurs lois. La Constitution du pays adoptée en 1992 stipule que le Parlement doit adopter des lois protégeant les enfants des violences physiques et psychologiques. De nombreuses lois existent : le Code du travail de 2003, le Code criminel de 1960, la Loi sur la violence domestique de 2006 et certaines dispositions de la Loi sur les enfants de 1998 (13).

Le problème persiste tout de même. Toutefois, le Ghana travaille activement avec d'autres nations afin de faire évoluer la situation. Les États-Unis aident particulièrement le Ghana. En 2015, un partenariat pour la protection des enfants a été signé entre les deux pays. Le Ghana est le premier pays à travailler en collaboration aussi étroite avec les États-Unis pour améliorer les conditions de vie des enfants. Ce partenariat offre une aide financière au Ghana, ainsi qu'une expertise (14).

Récemment, le Ghana a aussi bénéficié d'une reconnaissance internationale de ses efforts contre la traite des êtres humains. Le 28 juin 2018, le secrétaire d'État des États-Unis, Mike Pompeo, a publié son rapport annuel sur la traite de personnes (TIP). Le TIP est une référence internationale en la matière. Il sépare les pays en quatre catégories : les niveaux 1, les niveaux 2, les niveaux 2 à surveiller et les niveaux 3 (15).

Le Ghana s'est classé dans la catégorie niveaux 2 à surveiller, une avancée pour le pays. Cette catégorie regroupe les pays qui n'atteignent pas le minimum exigé par les États-Unis en ce qui concerne la lutte de la traite humaine. Cependant, ces pays montrent des efforts et une motivation afin d'améliorer la situation, même si le nombre de victimes reste très élevé (16).

Le Ghana travaille également en étroite collaboration avec plusieurs organisations non gouvernementales (ONG). Des ONG ghanéennes aident le gouvernement dans leurs actions (17). Par exemple, le 11 avril 2017, l'ONG Challenger Heights a sauvé 17 enfants forcés à travailler au lac Volta (18).

La pauvreté comme principal facteur

Déjà, en 2002, la pauvreté et l'économie fragile étaient identifiées comme des causes directes de la traite humaine et du travail forcé des enfants (19). Au Ghana, près de 25 % de la population se trouve sous le seuil de la pauvreté et la dette publique s'élève à 71,8 % du produit intérieur brut (PIB) (20).

La pauvreté est identifiée comme la principale cause des enfants travailleurs du lac Volte (21). Les familles n'ont pas d'autre choix que d'envoyer leurs enfants. Un calcul économique est fait par les familles, entre le besoin de revenus et la possibilité que leurs enfants soient maltraités, voire kidnappés (22).

Au final, la preuve n'est plus à faire : la traite des êtres humains rapporte gros. Les organisations criminelles profitent de la pauvreté des individus et des sociétés afin de s'enrichir. Une estimation de l'Organisation internationale du travail (OIT) effectuée en 2005 chiffrait d'ailleurs à 32 milliards de dollars US les profits générés (22).




Références: :

(1) BEAUDOIN, Danielle, «Quelle est l'ampleur de la traite des personnes dans le monde? La réponse en carte», Radio-Canada, 27 janvier 2017, URL https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1013530/ample... (Page consultée le 18 novembre 2018).

(2) PANAPRESSE, «Le Ghana lance une grande campagne contre le trafic des enfants», 8 mars 2002, URL http://www.panapress.com/Le-Ghana-lance-une-grande... (Page consultée le 18 novembre 2018).

(3) LACZKO, Frank et Elzbieta GOZDZIAK, «Data and Research on Human Trafficking: A Global Survey», International Organization for Migration, 2005, URL http://imumi.org/attachments/article/132/Data_and_... (Page consultée le 18 novembre 2018).

FREE THE SLAVES, «Trafficking's Footprint : Two-Phase Baseline Study of Child Trafficking in 34 Communities in 6 Districts in Ghana», avril 2018, URL https://www.state.gov/j/tip/rls/tiprpt/2010/142760.htm... (Page consultée le 18 novembre 2018).

(4) UNITED STATES DEPARTMENT OF STATE, «Country Narratives : Countries G Through M», 2010, URL https://www.state.gov/j/tip/rls/tiprpt/2010/142760.htm... (Page consultée le 18 novembre 2018).

(5) AKWASI, Tiffany, «Child trafficking in Ghana : statistics, problem and solutions», YEN, 2018, URL https://yen.com.gh/106548-child-trafficking-ghana-... (Page consultée le 18 novembre 2018).

(6) UNITED STATES DEPARTMENT OF STATE, «2017 Trafficking in Persons Report – Ghana», refworld, 27 juin 2017, URL http://www.refworld.org/docid/5959ecc84.html (Page consultée le 18 novembre 2018).

(7) UNITED STATES DEPARTMENT OF STATE, «Country Narratives : Countries G Through M», Op. Cit.

UNITED STATES DEPARTMENT OF STATE, «2017 Trafficking in Persons Report – Ghana», Op. Cit.

(8) SINGLETON, Kirsten et al., «Child Trafficking into Forced Labor on Lake Volta, Ghana», International Justice Mission, 2016, URL https://www.ijm.org/documents/studies/ijm-ghana-re... (Page consultée le 18 novembre 2018).

(9) FREE THE SLAVES, Op. Cit.

(10) AKWASI, Tiffany, Op. Cit.

(11) SINGLETON, Kirsten et al., Op. Cit.

(12) GOVERNMENT OF GHANA «Human Trafficking Act, 2005», 9 décembre 2005, URL http://ecowasmigration.ug.edu.gh/wp-content/upload... (Page consultée le 18 novembre 2018).

(13) SINGLETON, Kirsten et al., Op. Cit.

(14) U.S. EMBASSY IN GHANA, «U.S. and Ghana Mark Progress in Addressing Child Trafficking», 31 octobre 2018, URL https://gh.usembassy.gov/u-s-and-ghanaian-official... (Page consultée le 18 novembre 2018).

(15) IBRAHIM, Abubakar, «Ghana's ranking for 2018 ‘Trafficking in Persons' improves», My Joy Online, 29 juin 2018, URL https://www.myjoyonline.com/news/2018/June-29th/gh... (Page consultée le 18 novembre 2018).

UNITED STATES DEPARTMENT OF STATE, «Tier Placements», 2017, URL https://www.state.gov/j/tip/rls/tiprpt/2017/271117.htm... (Page consultée le 18 novembre 2018).

(16) Loc. cit.

(17) AMBASSADE DE FRANCE À ACCRA, «Appui à la lutte contre le trafic d'êtres humains en Afrique de l'Ouest», 15 juin 2016, URL https://gh.ambafrance.org/Appui-a-la-lutte-contre-... (Page consultée le 18 novembre 2018).

(18) BIVIGOU, Lise, «Ghana : Une ONG sauve 17 enfants victimes de trafic», Infos d'Accra, 11 avril 2017, URL http://infosdaccra.com/ghana-une-ong-sauve-17-enfa... (Page consultée le 18 novembre 2018).

(19) PANAPRESSE, Op. cit.

(20) CENTRAL INTELLIGENCE AGENCY, «Africa : Ghana», The World Factbook, 13 novembre 2018, URL https://www.cia.gov/librarY/publications/the-world... (Page consultée le 18 novembre 2018).

(21) SINGLETON, Kirsten et al., Op. Cit.

(22) UNITED NATIONS OFFICE ON DRUGS AND CRIME, «Traite des êtres humains : personnes à vendre», 2018, URL https://www.unodc.org/toc/fr/crimes/human-traffick... (Page consultée le 18 novembre 2018).

Dernière modification: 2018-12-03 07:50:50

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

La traite d'enfants et de femmes au Ghana : des efforts inutiles?
>novembre 2018


L'Afrique : de plus en plus branchée
>novembre 2018


Un environnement toxique persistant au Ghana
>février 2017


Chaude lutte à prévoir pour l’élection présidentielle ghanéenne
>novembre 2016


Des élections exemplaires au Ghana
>février 2013


Une grande perte pour le Ghana
>octobre 2012


Élection démocratique et sans violence au Ghana
>janvier 2009


L'indépendance ghanéenne: de l'or à la politique économique
>avril 2007


L'heure des bilans a sonné pour Kofi Annan
>octobre 2006


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019