17 novembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

20 novembre 2018

L'Afrique : de plus en plus branchée


Camille Mercier
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

décembre
2000
Élection de John Kufuor à la présidence du Ghana

janvier
1997
Assermentation de Kofi Annan au poste de secrétaire général des Nations unies

décembre
1981
Renversement du gouvernement de Hilla Limann au Ghana

janvier
1979
Retour au multipartisme au Ghana

janvier
1972
Renversement du gouvernement de Kofi Abrefa Fusia au Ghana

août
1969
Tenue d'élections législatives au Ghana

février
1966
Renversement du président Kwame Nkrumah au Ghana

mai
1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

septembre
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

avril
1960
Proclamation de l'indépendance du Togo

octobre
1958
Proclamation de l'indépendance de la Guinée

mars
1957
Proclamation de l'indépendance du Ghana

avril
1955
Ouverture d'une conférence internationale à Bandoeng

février
1951
Premières élections législatives au suffrage universel sur la Côte-de-l'Or (Ghana)

Malgré une croissance économique solide depuis le début des années 2000, l'Afrique demeure le continent le moins développé avec une population qui frôle le milliard d'habitants. La pauvreté et les inégalités font rage dans la plupart des pays de cette région du monde (1). Il y a quelques années, l'électrification du continent africain avait créé une lueur d'espoir. Cependant, ce projet est encore en chantier, alors que seul un Africain sur deux a actuellement accès à l'électricité (2). C'est maintenant au tour de l'internet de susciter de l'optimisme quant à la modernisation de l'Afrique. Cette technologie est d'ailleurs maintenant considérée comme un véritable enjeu de développement pour ce continent (3).

L'internet à l'assaut du continent

L'Afrique a vécu une révolution numérique entre 2005 et 2010 lui permettant de connecter sa population au web (4). De ce fait, même si environ 872 millions d'Africains n'ont toujours pas accès à ce service (5), ce continent compte maintenant 281 millions d'internautes (6). Malgré un taux d'accès d'à peine 23 %, le taux de progression de 4 % laisse envisager que la situation est sur le point de s'améliorer (7).

Les pays d'Afrique qui sont les plus connectés à l'internet sont les Seychelles, avec un taux de pénétration de 57,9 %, le Maroc avec 57,6 % et l'Afrique du Sud avec 52 %. C'est toutefois le Nigeria qui compte le plus d'internautes, avec près de 86 millions, suivi de loin par l'Égypte avec 31 millions (8). Cela s'explique par l'importance de leur population.

La technique la plus utilisée par les Africains pour se brancher au web est la connexion mobile. Les réseaux mobiles sont effectivement plus accessibles sur le continent que les autres types de réseaux internet et la vente de smartphones est en hausse importante. Le World Economic Forum prévoyait même que d'ici 2017, 97 % de la population posséderait un cellulaire (9).

Un accès inégal

Malgré l'intérêt certain de nombreux pays du continent africain pour l'internet, les disparités sont multiples entre ceux-ci. C'est notamment le cas de la Somalie, de l'Érythrée et du Burundi, dont moins de 2 % de la population est branchée au web. Ces pays font partie de l'Afrique subsaharienne, dont la plupart des habitants vivent dans des zones reculées. Leur pouvoir d'achat est alors moins grand et l'internet y est vendu à des prix exorbitants, pouvant aller de 600 à 3000 $/mois. Il est effectivement difficile de connecter toute la population dans cette région moins développée sur le plan économique (10).

Quant à eux, les pays du littoral, comme le Ghana et l'Afrique du Sud, sont plus facilement branchés au réseau. Ils peuvent donc offrir à leurs habitants des prix relativement bas, allant de 7 à 100 $/mois (11). Toutefois, même pour ces pays, il est difficile de connecter tous les foyers, étant donné qu'une bonne partie de la population vit dans les campagnes (12).

De si grandes inégalités sont également attribuables au fait que de nombreuses politiques et lois empêchent la concurrence dans la plupart des pays. En effet, les pays ne permettent souvent pas aux autorités de réguler le marché, en raison d'un manque de moyens financiers, juridiques et politiques. Ainsi, dans plusieurs de ceux-ci, seulement quelques compagnies fournissent l'internet et cela augmente donc fortement les prix (13).

Afin de permettre une démocratisation de l'internet dans les pays en voie de développement, particulièrement en Afrique, l'organisation internationale Alliance pour un Internet abordable a été créée en 2013. Celle-ci considère que le continent africain possède les conditions d'accès à l'internet les plus difficiles au monde et qu'il est temps d'intervenir pour lui fournir des prix abordables (14). Google et Facebook font partie des investisseurs de cette organisation. Google a d'ailleurs lancé un projet nommé Link qui devrait permettre à des millions d'Africains de se connecter à l'internet et de posséder un téléphone mobile à moindre coût (15).

L'enjeu de la cybersécurité

Les disparités ne sont pas les seuls problèmes qui touchent le continent africain en ce qui a trait à l'internet. En effet, l'Afrique est le continent le plus vulnérable aux cyberattaques, en raison notamment de ses ordinateurs peu sécurisés. Les risques de piratage sont donc omniprésents (16).

Le Rapport de la compagnie européenne d'intelligence stratégique de 2016 fait état d'une situation alarmante : la Côte d'Ivoire aurait enregistré des pertes de 26 milliards de francs et le Sénégal de 15 milliards en 2013 dues à la cybercriminalité (17). Ces attaques informatiques toucheraient autant les gouvernements, les entreprises que les citoyens et auraient faire perdre 3,5 milliards de dollars au continent africain en 2017 (18).

En plus d'être victime de la cybercriminalité, l'Afrique abrite plusieurs des criminels du web. Ces arnaqueurs se situent surtout au Nigeria, au Cameroun, au Bénin et en Côte d'Ivoire et font des ravages partout dans le monde, mais surtout sur leur propre territoire. En effet, environ 90 % des victimes de ces actes étaient des Africains en 2017 (19).

Afin de lutter et de se protéger contre cette cybercriminalité, les pays prennent différentes initiatives. Certains mettent en place des règlements afin de punir les criminels. D'autres, aidés entre autres par la France, mettent en place des formations pour les policiers et se dotent d'équipements pour détecter les fraudes. Toutefois, peu ont ratifié la Convention de Budapest de 2010 sur la cybercriminalité, ce qui ne permet pas encore d'obtenir des résultats à l'échelle continentale (20).

Quant à elle, l'Union africaine essaie présentement de mettre en place une convention lui permettant de légiférer sur cette question. Toutefois, elle se heurte aux réticences des organisations de la société civile. Celles-ci craignent que la liberté d'expression et la vie privée de la population soient brimées par cette convention (21).

Ainsi, malgré un engouement affirmé du continent africain pour l'internet, celui-ci se heurte à de nombreuses difficultés. Il est pourtant évident que l'amélioration de l'encadrement de cette technologie serait bénéfique pour l'Afrique, puisqu'elle pourrait lui permettre de s'ouvrir sur le monde.




Références:

(1) OCDE, « Dynamiques du développement en Afrique », [En ligne], 2018, https://read.oecd-ilibrary.org/development/dynamiq... (Page consultée le 11-11-2018)

(2) Enedis, « L'électrification de l'Afrique en cinq questions », La Tribune Afrique, [En ligne], 02-05-2018, https://afrique.latribune.fr/afrique.latribune.fr/... (Page consultée le 11-11-2018)

(3) MACHARIA, Joel, « L'accès à Internet n'est plus un luxe », Afrique Renouveau, [En ligne], 04/2014, https://www.un.org/africarenewal/fr/magazine/avril... (Page consultée le 11-11-2018)

(4) Loc. cit.

(5) DIALLO, Boubacar, « État des lieux du secteur Accès internet en Afrique en 2017 », Afrikatek, [En ligne], 28/07/2018, http://www.afrikatech.com/fr/telecom/etat-des-lieu... (Page consultée le 11-11-2018)

(6) Jeune Afrique, « Accès à internet : le continent africain entre progrès et inégalités », [En ligne], 31/01/2017, https://www.jeuneafrique.com/398696/economie/acces... (Page consultée le 11-11-2018)

(7) Loc. cit.

(8) Loc. cit.

(9) DIALLO, Boubacar, op. cit.

(10) Jeune Afrique, op. cit.

(11) Loc. cit.

(12) MACHARIA, Joel, op. cit.

(13) Internet sans frontières, « Enjeux et solutions pour un internet moins cher en Afrique, [En ligne], 27-06-2018, https://internetwithoutborders.org/enjeux-et-solut... (Page consultée le 11-11-2018)

(14) FORSON, Vivianne, « Accès à Internet : l'Afrique n'a pas dit son dernier mot », Le Point Afrique, [En ligne], 30/04/2017, http://afrique.lepoint.fr/economie/acces-a-interne... (Page consultée le 11/11/2018)

(15) MOUISSI, Mays, « Comment évolue l'accès à Internet en Afrique », [En ligne],26-02-2018, https://www.mays-mouissi.com/2016/02/26/comment-ev... (Page consultée le 11-11-2018)

(16) Jeune Afrique, op. cit.

(17) NEPO, Roch, « La cybersécurité : un défi stratégique majeur pour l'Afrique », SciDevNet, [En ligne], 25-06-2018, https://www.scidev.net/afrique-sub-saharienne/tic/... (Page consultée le 11-11-2018)

(18) LE BRÈCHE, Catherine, « Cybercriminalité : l'Afrique a perdu 3,5 milliards de dollars en 2017 », Géopolis Afrique, [En ligne], 12-04-2018, http://geopolis.francetvinfo.fr/cybercriminalite-l... (Page consultée le 11-11-2018)

(19) BOKKO, Hermann, « Face à la cybercriminalité, l'Afrique de l'Ouest s'organise sous la pression et l'aide de la France », France 24, [En ligne], 24-04-2018, https://www.france24.com/fr/20180420-face-a-cyberc... (Page consultée le 11-11-2018)

(20) Loc. cit.

(21) MARCHARIA, Joel, op. cit.

Dernière modification: 2018-11-26 08:03:58

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Une éducation en évolution, aux prises avec des scandales sexuels en Afrique de l'Ouest
>octobre 2019


La traite d'enfants et de femmes au Ghana : des efforts inutiles?
>novembre 2018


L'Afrique : de plus en plus branchée
>novembre 2018


Un environnement toxique persistant au Ghana
>février 2017


Chaude lutte à prévoir pour l’élection présidentielle ghanéenne
>novembre 2016


Des élections exemplaires au Ghana
>février 2013


Une grande perte pour le Ghana
>octobre 2012


Élection démocratique et sans violence au Ghana
>janvier 2009


L'indépendance ghanéenne: de l'or à la politique économique
>avril 2007


L'heure des bilans a sonné pour Kofi Annan
>octobre 2006


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019