21 février 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

5 novembre 2019

Un résultat électoral contesté au Mozambique


Alexandre Lessard
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

mars
2019
Passage du cyclone tropical Idai sur le Mozambique

octobre
1994
Élection de Joachim Chissano à la présidence du Mozambique

octobre
1992
Signature d'une entente mettant fin à la guerre civile au Mozambique

octobre
1986
Décès du président mozambicain Samora Moisés Machel dans un crash d'avion

juin
1975
Proclamation d'indépendance de la République populaire du Mozambique

Le 15 octobre 2019 avait lieu l'élection présidentielle au Mozambique. Au terme de cette élection, Filipe Nyusi a réussi à remporter un autre mandat à la tête du pays. Selon les résultats, il aurait été élu avec plus de 70 % des voix (1). Cependant, plusieurs personnes semblent contester l'authenticité des résultats. En effet, le parti d'opposition a formellement déposé une plainte en justice pour protester contre les résultats d'une élection qu'il juge « frauduleuse (2) ». Les États-Unis et l'Union européenne ont également émis des doutes sur l'intégrité des élections (3). Celles-ci se sont déroulées dans un climat extrêmement tendu (4).

Un président qui a du pouvoir

Selon la Constitution du Mozambique, le président est élu au suffrage universel pour une durée de 5 ans. Elle précise également qu'un deuxième tour est nécessaire entre les deux candidats en tête si aucun d'eux n'obtient plus de 50 % des votes. Un président ne peut effectuer plus de deux mandats consécutifs. Cependant, un ancien président peut se présenter à nouveau, mais seulement après avoir quitté le pouvoir depuis une période d'au moins cinq ans (5).

Plusieurs pouvoirs sont attribués au président de la république. Tout d'abord, il a le pouvoir de dissoudre l'Assemblée et ainsi plonger le pays en élections. Ensuite, en matière de politique étrangère, c'est lui qui signe les traités internationaux et qui peut déclarer la guerre. De plus, le président dispose d'un droit de veto qui lui permet de retourner une loi à l'Assemblé de la République s'il juge que celle-ci ne reflète pas sa vision. Finalement, c'est lui qui détient le pouvoir de nommer le premier ministre (6).

En ce qui concerne les élections législatives, la population élit 250 députés qui siègent à l'Assemblée de la République. Comme pour le président, plusieurs pouvoirs sont attribués aux membres de l'Assemblée. Tout d'abord, ce sont eux qui votent les lois et questionnent le gouvernement sur ses actions (7). Ensuite, ils ont le pouvoir d'approuver ou non les nominations du président, comme le président de la Cour suprême par exemple. De plus, les députés adoptent le budget de l'État (8).

La Constitution du Mozambique établit clairement les différents pouvoirs entre la présidence et le pouvoir législatif. En ce qui concerne le système électoral, la population élit ses représentants sur la base d'un mode de scrutin proportionnel. Pour pouvoir participer à la distribution des sièges, un parti doit avoir obtenu un seuil minimal de 5 % des voix (9).

Un bipartisme qui perdure

Au Mozambique, la scène politique est actuellement composée de 29 partis politiques différents (10). Malgré ce nombre, seulement deux semblent se démarquer : le Front de libération du Mozambique (Frelimo) et la Résistance nationale du Mozambique (Renamo) (11). En effet, lors des élections d'octobre 2019, le Frelimo a recueilli plus de 70 % des votes et le Renamo 22 % (12). Ce qui laisse bien peu de place aux autres formations.

Depuis la création du pays, le parti du président Nyusi, nouvellement réélu, a toujours été celui qui a formé le gouvernent (13). En effet, le Frelimo est au pouvoir depuis 1975 (14). L'affrontement idéologique entre le parti au pouvoir et le Renamo ne date pas d'hier. De 1977 à 1992, le Mozambique a été aux prises avec une guerre civile qui opposait le Frelimo, parti communiste à l'époque, et le Renamo, qui est « historiquement un mouvement anti-communiste (15) ». Les dommages de cette guerre sont considérables, car on estime qu'elle aurait fait un million de victimes (16).

Malgré un accord de paix signé le 6 août 2019 entre les deux partis, soit environ deux mois avant les élections générales d'octobre 2019, celles-ci n'ont pas été sans violence (17). En effet, un article paru dans le journal Le Monde, quelques jours avant les élections, affirme que cette campagne est « émaillée de multiples incidents violents visant pour l'essentiel des candidats ou des partisans de l'opposition (18) ».

Outre les deux partis principaux, il existe également un troisième parti qui a obtenu des sièges au cours des élections. Le Mouvement démocratique du Mozambique a réussi à faire élire 6 députés sur les 250 sièges à l'Assemblée. Évidemment, le Frelimo possède une majorité de députés avec 184 sièges, alors que le Renamo en a fait élire 60 (19).

Une place importante aux femmes à l'Assemblée de la République

Pour la première dans l'histoire politique du Mozambique, une femme du nom d'Alice Mabota aspirait au poste de présidente lors de l'élection d'octobre 2019. Avant de se lancer en politique, Mabota était très impliquée dans la protection des droits de l'homme au Mozambique. Interrogée sur les raisons de son implication en politique, elle a déclaré que « le pays reculait en matière de la règle de droit (20) ».

Cependant, le Conseil constitutionnel du Mozambique a rejeté sa candidature. Ce rejet serait dû au fait qu'elle ne serait « pas parvenue à réunir les signatures nécessaires pour appuyer sa candidature (21) ». Lors d'une entrevue, Alice Mabota a affirmé que, selon elle, les autorités auraient eu peur. Elle a également mentionné qu'elle n'excluait pas la possibilité de se représenter à l'élection de 2024 (22).

En ce qui concerne la représentation des femmes à l'Assemblée, selon un rapport du gouvernement du Québec publié en 2018, le Mozambique serait le 13e pays avec la plus grande représentation de femmes. En effet, en 2016, les femmes détenaient 39,6 % des sièges, soit un total de 99 sur 250 (23). Le pays a mis en place des mesures pour favoriser les femmes en politique. Par exemple, au Mozambique, « au moins un parti s'est doté de cibles volontaires de candidatures féminines (24) ».

Finalement, l'accord de paix n'aura vraisemblablement pas réussi à calmer l'animosité entre les deux principales formations politiques à la suite de ces élections. Il sera d'ailleurs intéressant d'observer si le Renamo réussira, dans un avenir rapproché, à vaincre le Frelimo qui a toujours occupé le pouvoir depuis l'indépendance du pays.

Médiagraphie

1. AFP, « Présidentielle au Mozambique : Filipe Nyusi réélu à plus de 70 % des voix », Jeune Afrique, 27 octobre 2019, URL [hyperlien] consulté le 2 novembre 2019.

2. AFP, « Elections au Mozambique: recours en justice du principal parti d'opposition », Le Figaro, 30 octobre 2019, URL [hyperlien] consulté le 2 novembre 2019.

3. RFI, « Mozambique: le président Filipe Nyusi reconduit pour cinq ans », Rfi, 27 octobre 2019, URL [hyperlien] consulté le 2 novembre 2019.

4. Macé, Célian, « Au Mozambique, un triomphe de trop ? », Libération, 30 octobre 2019, URL [hyperlien] consulté le 2 novembre 2019.

5. Gouvernement du Mozambique, Constitution of the republic of Mozambique, URL [hyperlien] class='liendanstexte' href='/bilan/servlet/BMDictionnaire?iddictionnaire=1483'>Constitution_(in_force_21_01_05)(English)-Mozlegal.pdf, consulté le 2 novembre 2019.

6. Ibid.

7. Ibid.

8. Ibid.

9. Union interparlementaire, « MOZAMBIQUE Assembleia da Republica (Assemblée de la République) », Union interparlementaire, 30 août 2018, URL [hyperlien] consulté le 2 novembre 2019.

10. Ibid.

11. AFP, « Élections au Mozambique : le président et son parti en tête selon des résultats partiels », TV5 Monde, 19 octobre 2019, URL [hyperlien] consulté le 2 novembre 2019.

12. Jeune Afrique, Op.cit.

13. Ibid.

14. AFP, « Élections au Mozambique: les partisans du parti Frelimo se rassemblent pour le meeting du président Nyusi », Boursorama, 12 octobre 2019, URL [hyperlien] consulté le 2 novembre 2019.

15. AFP, « Mozambique: la Renamo reprend les armes », La Presse, 22 octobre 2013, URL [hyperlien] consulté le 2 novembre 2019.

16. Ibid.

17. AFP, « Mozambique : signature d'un accord de paix définitif entre le pouvoir et la Renamo », Le Monde, 6 août 2019, URL [hyperlien] consulté le 2 novembre 2019.

18. AFP, « Au Mozambique, le chef d'une mission d'observation des élections tué », Le Monde, 7 octobre 2019, URL [hyperlien] consulté le 2 novembre 2019.

19. Mumbere, Daniel, « Mozambique polls: key stats from president Nyusi, Frelimo's victory », Africa News, 28 octobre 2019, URL [hyperlien] consulté le 2 novembre 2019.

20. Alfa Shaban, Abdur Rahman, « Mozambique gets first female presidential aspirant: Alice Mabota », Africa News, 16 juillet 2019, URL [hyperlien] consulté le 2 novembre 2019.

21. Global Voices, « Mozambique : les candidats en lice pour les élections générales », Global Voices, 26 août 2019, URL [hyperlien] consulté le 2 novembre 2019.

22. Club of Mozambique, « Alice Mabota: “Rejection of presidential candidacy is political” – Mozambique », Club of Mozambique, 5 août 2019, URL [hyperlien] consulté le 2 novembre 2019.

23. Gouvernement du Québec, La place des femmes en politique, mai 2018, 93 pages.

24. Ibid.



Dernière modification: 2019-11-09 13:44:55

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Un résultat électoral contesté au Mozambique
>novembre 2019


Attentats terroristes et tensions civiles au Mozambique
>septembre 2018


Une dette lourde à porter pour le Mozambique
>novembre 2016


Mozambique : la Renamo dénonce l'accord de Rome de 1992
>décembre 2013


Le Mozambique gravement atteint par la crise alimentaire mondiale
>février 2009


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019