17 février 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

2 décembre 2019

Le système d'éducation en Finlande : une réussite sans équivoque?


Jérôme Tremblay-Saint-Yves
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

avril
2019
Élections législatives en Finlande

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

avril
2011
Tenue d’élections législatives en Finlande

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

juin
1999
Tenue d'élections au Parlement européen

janvier
1999
Passage à l'euro pour onze pays de l'Union européenne

juin
1998
Création de la Banque centrale européenne

janvier
1995
Entrée de l'Autriche, la Finlande et la Suède dans l'Union européenne

août
1975
Signature à Helsinki d'un accord sur la sécurité en Europe

L'une des régions les plus citées en matière d'évolution sociale et d'alternative dans les systèmes gouvernementaux est celle de la Scandinavie, dans le nord de l'Europe. Ses pays ont une histoire très commune et partagent des valeurs distinctes, notamment par leurs idéaux politiques sociaux-démocrates. Quoique la Finlande côtoie cette région et qu'elle partage ces valeurs, elle est très différente sur le plan culturel et linguistique.

En 1968, afin de mieux répondre à l'urbanisation rapide du pays et d'accélérer sa modernisation, cette nation nordique réforme l'entièreté de son système d'éducation (1). Le système, qui est basé sur le développement de l'individu, fait immédiatement contraste avec les systèmes américains et britanniques, beaucoup plus reconnus et éprouvés à l'international. Mais 51 ans plus tard, que pensent les analystes du système finlandais? Est-il réellement distinct des autres nations qui l'entourent?

Un système plutôt unique

Historiquement, la Finlande a toujours été prise dans un étau entre la Suède (ou même le Danemark) et la Russie. La petite taille du pays sur les plans démographique et militaire l'a obligé à s'adapter aux nations qui l'entourent et à jouer le jeu diplomatique. Durant la Guerre froide, la Finlande s'est placée dans une position de neutralité, avec une certaine influence du côté soviétique, pour des raisons géostratégiques évidentes (2). D'un autre côté, la Suède maintenait de bonnes relations avec la Finlande depuis le début de la Guerre froide. C'est pourquoi, lors de la réforme de l'éducation en 1968, le nouveau système finlandais naissait de l'influence de la puissance soviétique et de celle de la Suède sociale-démocrate (3).

En basant ses réformes sur des principes humanistes, individuels et sociaux, la Finlande a développé un système complètement nouveau. Ce système utilise la décentralisation comme moteur de fonctionnement, en assurant que les cités et les municipalités s'occupent elles-mêmes de l'éducation des Finlandais, du plus jeune âge jusqu'à 16 ans. Par la suite, les étudiants font 3 ans dans des écoles secondaires supérieures (similaires aux cégeps au Québec) où ils peuvent choisir une vocation générale ou spécialisée. Après, les Finlandais peuvent continuer leurs études à l'université ou accéder au marché du travail (4). De plus, le système finlandais fut créé afin de laisser plusieurs choix aux étudiants et leur permettre de changer de voie et de direction s'ils le désirent, sans tout perdre (5).

Le modèle finlandais est d'ailleurs reconnu mondialement et détient une très bonne réputation à l'étranger. Il se classait bien au-delà de la moyenne de l'Organisation de coopération de développement économiques et du classement des États-Unis au test PISA en 2015 (6). Le système est basé sur le « bon sens » et pousse les étudiants à se découvrir et à prendre des choix eux-mêmes assez tôt afin de les préparer au marché du travail.

Bon ou mauvais : un consensus?

Bien que le modèle finlandais soit prisé à l'extérieur du pays et que les résultats soient vraisemblablement bons, il est important de noter quels aspects sont bénéfiques et lesquels sont néfastes. Le temps passé à l'école même et sur les devoirs a été minimisé lors de la réforme. En effet, les étudiants finlandais commencent l'école de 9 à 10 heures du matin et finissent leur journée scolaire de 2 à 3 heures de l'après-midi. De plus, la scolarité n'est obligatoire qu'à partir de 7 ans, puisque le gouvernement finlandais considère qu'il est important pour un enfant de se développer avant de le faire entrer dans le système scolaire (7). La gratuité scolaire est aussi assurée tout au long du parcours (8).

L'absence de devoirs, l'accent sur le développement personnel et le jeu améliorent la santé mentale des étudiants et leur permet ainsi de mieux performer dans leur parcours académique. De plus, il y a une absence complète de tests standardisés dans le système finlandais. En effet, le gouvernement ne reconnait même pas l'importance du test PISA, qui l'a pourtant placé parmi les meilleurs pays. Il croit plutôt que chaque individu doit être comparé à soi-même et que le développement de chacun est plus important que la comparaison entre chaque étudiant. C'est d'ailleurs pourquoi il y a moins d'étudiants par classe, afin que les enseignants puissent être constants et enseigner de façon plus spécifique aux étudiants (9).

Il faut comprendre que ce système n'est pas nécessairement parfait. En effet, l'école finlandaise est souvent comparée à celle de l'Asie de l'Est. Cependant, les Finlandais sont habituellement moins compétitifs, ne prennent pas le travail aussi sérieusement et sont plus rapides pour critiquer une autorité. De plus, la Finlande performe de moins en moins bien au test PISA (10).

Et si le modèle finlandais était implémenté ailleurs?

D'une façon globale, il peut être intéressant d'analyser le système finlandais à l'international et de voir s'il était possible de l'implémenter dans d'autres pays. En Asie de l'Est, soit le plus grand compétiteur de la Finlande au titre de meilleur système d'éducation, l'enracinement culturel et social serait le plus grand défi afin d'adopter ce système. En effet, ces sociétés sont immensément basées sur la réussite, la compétition et l'importance du travail; des aspects pratiquement absents du système finlandais. De plus, les systèmes asiatiques sont considérés comme fructueux, quoique les aspects individuels sont souvent négligés complètement. Les deux systèmes sont ainsi aux antipodes l'un de l'autre (11).

Les États-Unis se retrouvent dans une situation similaire : les valeurs sociales sont basées sur la réussite et la compétition et le développement personnel n'est pas vu comme une priorité immédiate. Évidemment, le système américain a bien des défauts, notamment en matière de coût par élève et de taux de réussite, des aspects où la Finlande se compare sans problème. Pourtant, le principe de contrat social et les valeurs sociaux-libérales si européennes sont plutôt absents de la société américaine. Cela rend une adoption du système finlandais aux États-Unis comme une tâche très difficile (12).

Pour les autres pays européens, l'adoption du système finlandais n'est pas quelque chose de complètement irréaliste. En effet, les pays scandinaves et l'Allemagne ont des systèmes très similaires et des valeurs académiques apparentées. D'autres nations comme la France et le Royaume-Uni auraient besoin de plus d'adaptation dans leurs valeurs académiques, mais elles sont tout de même plus près des valeurs finlandaises que l'Asie de l'Est et les États-Unis (13).

Le système d'éducation finlandais est donc très pertinent à analyser, surtout en le comparant à l'international. Même si la Finlande est peu influente en Europe, elle a su se démarquer sur les questions sociales et académiques et bien des analystes se sont intéressés à la question. L'accent sur l'accessibilité, le développement de soi, la pensée critique, la bonne santé mentale des étudiants et la place à l'erreur rend le modèle finlandais très enviable pour certains pays, surtout en considérant les classements académiques des Finlandais à l'international.

Il reste à savoir si le système peut continuer à se classer de façon élevée comparativement aux autres nations, surtout considérant les pays asiatiques développés qui démontrent qu'un accent sur la réussite et la compétition peut être bénéfique dans les classements. Le prochain test PISA sortira le 3 décembre 2019 et donnera un aperçu des statistiques académiques mondiales (14).




Références:

(1) JORDAN, Ella, « Education reform in Finland and the comprehensive school system », Centre for Public Impact, 2 septembre 2019, https://www.centreforpublicimpact.org/case-study/e... consulté le 28 novembre 2019.

(2) The Baltic Initiative and Network, « FINLAND. SOME HISTORICAL REMARKS », http://coldwarsites.net/country/finland/, consulté le 28 novembre 2019.

(3) JORDAN, Ella, op. cit.

(4) Ministry of Education and Culture of Finland, « Finnish Education System », https://minedu.fi/en/education-system, consulté le 28 novembre 2019.

(5) DICKINSON, Kevin, « How does Finland's top-ranking education system work? », World Economic Forum, 15 février 2019, https://www.weforum.org/agenda/2019/02/how-does-fi... consulté le 28 novembre 2019.

(6) Loc. cit.

(7) COLAGROSSI, Mike, « 10 reasons why Finland's education system is the best », Big Think, 9 septembre 2018, https://bigthink.com/mike-colagrossi/no-standardiz... consulté le 28 novembre 2019.

(8) University of East Finland, « Why is education free in Finland? », http://www.uef.fi/web/mns/tuition-and-scholarships... consulté le 28 novembre 2019.

(9) HANCOCK, Lynell, « Why Are Finland's Schools Successful? », Smithsonian Magazine, Septembre 2011, https://www.smithsonianmag.com/innovation/why-are-... consulté le 28 novembre 2019.

(10) DICKINSON, Kevin, « Finland's education system is failing. Should we look to Asia? », Big Think, 28 février 2019, https://bigthink.com/politics-current-affairs/finl... consulté le 28 novembre 2019.

(11) Loc. cit.

(12) DICKINSON, Kevin, « Why the U.S. can't replicate Finland's educational success », Big Think, 28 mars 2019, https://bigthink.com/culture-religion/finland-educ... consulté le 28 novembre 2019.

(13) The Hodsworth Center, « Education in Finland, Sweden, and Germany: What we learned from our European neighbors », 25 mai 2018, https://holdsworthcenter.org/blog/education-in-fin... consulté le 28 novembre 2019.

(14) OCDE, « OECD to publish results of latest PISA survey on 3 December 2019 », 26 novembre 2019, https://www.oecd.org/newsroom/oecd-to-publish-resu... consulté le 28 novembre 2019.

Dernière modification: 2019-12-09 07:56:38

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Le système d'éducation en Finlande : une réussite sans équivoque?
>décembre 2019


La solution du Sitra face aux changements climatiques
>octobre 2019


Élections législatives finlandaises : la chute annoncée du Parti du Centre se concrétise
>septembre 2019


Le gouvernement finlandais mis à l'épreuve avec la scission du parti True Finns
>février 2018


Donald Trump reçoit le président finlandais Sauli Niinistö
>janvier 2018


L'OTAN contre la Russie : quelle place pour la neutralité finlandaise ?
>novembre 2016


La réforme finlandaise couronnée de succès
>novembre 2014


La droite populiste progresse en Finlande
>octobre 2014


Présidentielle finlandaise: un conservateur comme chef d'État
>février 2012


Recul du Parti social-démocrate de Finlande : reflet d'une social-démocratie malade
>novembre 2011


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019