20 février 2020 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

12 novembre 2019

Le développement et l'endettement vont de pair en Afrique du Sud


Santiago Murillo Rincon
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

mai
2019
Élection d’un gouvernement du Congrès national africain en Afrique du Sud

mars
2019
Annonce du départ du président algérien Abdelaziz Bouteflika

février
2018
Démission du président sud-africain Jacob Zuma

mai
2014
Réélection du Congrès national africain de Jacob Zuma en Afrique du Sud

décembre
2013
Décès de l'ex-président sud-africain Nelson Mandela

juin
2010
Présentation de la Coupe du monde de football en Afrique du Sud

mai
2009
Élection de Jacob Zuma à la présidence de l'Afrique du Sud

mai
2008
Attaques xénophobes en Afrique du Sud

juillet
2007
Présentation de la journée Live Earth

août
2002
Ouverture d'un sommet sur le développement durable à Johannesburg

juin
1995
Conquête de la Coupe du monde de rugby par l'Afrique du Sud

mai
1994
Élection de Nelson Mandela à la présidence de l'Afrique du Sud

juin
1991
Abolition des dernières lois ségrégationnistes en Afrique du Sud

mars
1990
Proclamation d'indépendance de la Namibie

février
1990
Libération de Nelson Mandela en Afrique du Sud

décembre
1988
Signature à New York d'un traité sur le conflit en Angola

septembre
1984
Élection de Pieter Botha à la présidence de l'Afrique du Sud

juin
1976
Émeutes à Soweto en Afrique du Sud

décembre
1967
Première greffe cardiaque de l'histoire

L'Afrique du Sud est considérée comme le deuxième pays le plus développé du continent africain. L'accueil de la Coupe du monde de soccer en 2010 et l'appui de l'organisation qui la dirige ont permis à ce pays de relancer son économie après la crise mondiale de 2009 (1).

Aujourd'hui, certains décrivent l'Afrique du Sud comme étant le moteur économique du continent. On lui attribue ce titre en raison des industries, des grandes infrastructures de transports, des systèmes financiers et des nombreux services offerts. Possédant la plus grande réserve d'or au monde, l'Afrique du Sud tire profit des produits miniers, tels que le charbon ou les diamants. À eux seuls, ils constituent des revenus considérables pour le produit intérieur brut (PIB) du pays (2).

Cette économie diversifiée et prospère cache une toute autre réalité : un taux d'endettement démesuré. En effet, les entreprises d'État, comme celles liées au domaine de l'électricité, ont dû avoir recours à des financements gouvernementaux afin de réduire leurs dettes (3). Des investissements ont été faits par l'État dans le but d'accueillir des événements comme la Coupe du Monde en 2010 (4).

La force de l'or jaune au détriment de l'or noir

En tant qu'un des principaux moteurs économiques du continent, l'Afrique du Sud bénéficie d'un énorme potentiel. Celui-ci est, en partie, dû au secteur minier qui est très développé. L'Afrique du Sud est le plus grand producteur d'or, de manganèse, de chrome et de platine au monde. Elle possède entre 50 % et 80 % des réserves planétaires. Ce qui explique la richesse de l'Afrique du Sud, puisque l'or, les diamants ainsi que le charbon sont des ressources vitales pour l'économie du pays (5).

L'arrivée de Nelson Mandela au pouvoir en 1994 a grandement contribué au développement du pays, tant par la mise en place de services sociaux que par le développement d'infrastructures (6). Le président actuel, Cyril Ramaphosa, s'est donné pour mission de rétablir les infrastructures instaurées par Nelson Mandela ainsi que d'attirer les investisseurs étrangers au pays (7). L'endettement de l'Afrique du Sud s'explique, en outre, par des manques flagrants de diverses ressources. Ce qui rend le pays complètement dépendant des importations en pétrole, en bauxite et en fer (8).

L'absence de pétrole nuit énormément au PIB, puisque ce manque se traduit par la limitation des investissements étrangers ainsi que par un manque de carburant important. De plus, l'agriculture n'est pas l'une des forces économiques du pays. En effet, l'Afrique du Sud n'est pas un pays exportateur de ressources agricoles, sa production est plutôt concentrée dans la consommation locale.

L'ensemble des faiblesses économiques de l'Afrique du Sud peuvent servir comme explication du taux de chômage élevé. En 2019, ce taux se chiffre à 29 % de la population, le plus haut pourcentage enregistré dans les dix dernières années. Ce qui représente 573 000 nouveaux chômeurs contre 21 000 nouveaux emplois créés. Cette lacune se fait ressentir dans les services sociaux, dans les postes de fonctionnaires ainsi que dans l'ensemble des postes de l'État (9).

Un criminel riche et puissant

L'augmentation de la dette en Afrique du Sud résulte de diverses raisons. Parmi celles-ci, la corruption, le manque d'investissements étrangers ainsi que celui de certaines ressources.

Pour ce qui est de la corruption, l'ancien président, Jacob Zuma, a été forcé de quitter ses fonctions après plusieurs allégations criminelles. On lui reproche d'avoir accepté des pots-de-vin dans son ancien poste de ministre, d'avoir participé à du blanchiment d'argent ainsi que d'avoir contribué à la corruption de différentes institutions gouvernementales. C'est cette même corruption généralisée qui a amené le parti de l'ancien président à lui tourner le dos. Cela s'est terminé par sa perte du pouvoir en 2018. Les crimes du président Zuma ont grandement contribué à l'endettement du pays, puisque les recettes de l'État profitaient à un groupe restreint et non à la population (10).

De plus, l'investissement étranger n'est pas très développé en Afrique du Sud, car le manque de pétrole et de fer sont des facteurs fondamentaux. D'un côté, les hydrocarbures se font plus rares et dispendieux qu'au Nigeria par exemple. De l'autre, l'absence de quantités importantes de fer devient un obstacle au développement d'infrastructures. Il faut aussi tenir compte des nombreuses grandes entreprises endettées par la corruption et la mauvaise gestion (11).

Un brin d'espoir?

Le président Ramaphosa s'est engagé à lutter contre la corruption sous toutes ses formes, et plus particulièrement dans la fonction publique. Pour ce faire, Ramaphosa a décidé de congédier tous les dirigeants des grandes entreprises ainsi que certains membres du gouvernement qui ont eu un rôle dans la corruption (12). En remplaçant ces têtes dirigeantes, il espère que la population retrouvera confiance dans la politique puisque le taux de participation aux élections a été réduit de plus de 7 % dès le scrutin suivant la perte de pouvoir de Jacob Zuma.

De plus, le gouvernement s'est porté garant d'une partie de la dette des entreprises énergétiques afin de rétablir l'ordre économique (13). Dans le présent mandat, le président s'est engagé à attirer les investissements étrangers. Dernièrement, le plus important gisement de pétrole a été découvert en mer profonde. Cette nouvelle permettra d'attirer divers investissements et entreprises étrangères au pays. Ce gisement aura des effets positifs sur les emplois, mais aussi sur l'économie du pays en général (14).

Des moyens ont été pris par le nouveau gouvernement afin de réduire le plus possible la dette de l'État. On prévoit des coupures de 85,7 milliards de rands pour le budget 2018-2019 ainsi qu'une augmentation des recettes gouvernementales de 36 milliards de rands pour la même période. Cette augmentation est due à une hausse de la taxe de vente qui passe de 14 % à 15 %. Le pays devra procéder à une restructuration du secteur de l'électricité, car l'entreprise d'Eskom ne cesse de faire grimper sa dette. Puisque le gouvernement a des responsabilités dans cette entreprise, une croissance de sa dette signifie une augmentation de la dette gouvernementale.

C'est pourquoi une stabilisation des entreprises d'État sera un pas incontournable dans la réduction la dette du pays (15). De plus, le gouvernement du président Cyril Ramaphosa tentera de remettre de l'ordre au pays après quasiment dix ans de corruption généralisée.

Médiagraphie :

(1) Afrique du Sud, URL [hyperlien] consulté le 05/11/19

(2) St-Arnaud, Andrée-Anne, « L'essor et les défis de l'économie de l'Afrique du Sud », Radio-Canada, le 6 décembre 2013, URL [hyperlien] consulté le 05/11/19

(3) Zhang, Shanhui, « La dette publique en Afrique du Sud : une évolution inquiétante », FranceInfo, le 01 octobre 2018, URL [hyperlien] consulté le 06/11/19

(4) Loc. cit.

(5) Larousse, Afrique du Sud : activités économiques, URL [hyperlien] consulté le 06/11/19

(6) Loc. cit

(7) Yacouba Barma, Aboubacar, « Afrique du Sud : officiellement président, Cyril Ramaphosa attendu sur ses promesses », Afrique la tribune, le 23 mai 2019, URL [hyperlien] consulté le 06/11/19

(8) Loc. cit

(9) Loc. cit

(10) Agence France-Presse, « Afrique du Sud : l'ex-président Zuma sera jugé pour corruption », La Presse, le 11 octobre 2019, URL [hyperlien] consulté le 05/11/19

(11) Hervieu, Sébastien, « Économie. Crise de la dette en Afrique », Presse-toi à gauche, le 26 juin 2018, URL [hyperlien] consulté le 04/11/19

(12) VOA Afrique, « Coup de balai à la tête des entreprises publiques gangrenées par la « corruption » en Afrique du Sud », le 24 mai 2018, URL [hyperlien] consulté le 04/11/19

(13) Ward, Rogan, « les électeurs boudent massivement les urnes en Afrique du Sud », Radio-Canada, le 9 mai 2019, URL [hyperlien] consulté le 06/11/19

(14) Agence France-Presse, « Total annonce une découverte « importante » d'hydrocarbures en Afrique du Sud », La Presse, le 07 février 2019, URL [hyperlien] consulté le 04/11/19

(15) Ministère de l'économie et des finances, « Afrique du Sud : Situation économique et financière de l'Afrique du Sud avril 2018 », URL [hyperlien] consulté le 06/11/19



Dernière modification: 2019-11-18 07:48:34

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Le développement et l'endettement vont de pair en Afrique du Sud
>novembre 2019


L'Afrique du Sud compte donner une orientation pacifiste au Conseil de sécurité
>février 2019


Le nucléaire : nécessité ou poudre aux yeux pour l'Afrique du Sud?
>décembre 2017


Afrique du Sud : le président aux neuf vies
>novembre 2017


Les drogues illicites : un terrain périlleux pour l'Afrique du Sud
>février 2017


Un nécessaire coup de pouce énergétique pour l'Afrique
>mars 2016


Une position plus continentale qu'émergente pour l'Afrique du Sud à la COP21
>janvier 2016


Nouvelle ère de changement pour l'Alliance démocratique en Afrique du Sud
>septembre 2015


Fin de la grève du platine : victoire coûteuse en Afrique du Sud
>septembre 2014


L'intégration économique régionale : une solution pour l'Afrique ?
>janvier 2014


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019