6 décembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

1 octobre 2019

Sommet tripartite à Ankara : une lueur d'espoir pour la Syrie


Sarah-Loup Lessard
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

octobre
2019
Intervention militaire turque dans le nord de la Syrie

avril
2018
Frappes américaines, britanniques et françaises sur la Syrie

décembre
2015
Fin d'une année record pour le nombre de déplacés dans le monde

août
2013
Utilisation d'armes chimiques à Ghouta, en Syrie

mars
2011
Intensification de la contestation en Syrie

février
2005
Assassinat de l'ex-premier ministre libanais Rafiq Hariri

juin
2000
Décès du président syrien Hafez el-Assad

octobre
1989
Signature de l'accord de Taëf sur la paix au Liban

juin
1982
Déclenchement de l'offensive israélienne « Paix en Galilée » au Liban

février
1982
Début d'un conflit entre l'armée syrienne et les Frères musulmans à Hama

octobre
1973
Début du premier «choc pétrolier»

octobre
1973
Déclenchement de la guerre du Kippour au Moyen-Orient

avril
1971
Proclamation de l’Union des Républiques arabes

mars
1971
Accession de Hafez el-Assad à la présidence de la Syrie

août
1967
Ouverture d'un sommet des pays arabes à Khartoum

juin
1967
Début de la guerre des Six jours au Moyen-Orient

février
1966
Renversement du gouvernement en Syrie

janvier
1958
Proclamation de la création de la République arabe unie

avril
1955
Ouverture d'une conférence internationale à Bandoeng

Le 16 septembre 2019 se tenait un sommet à Ankara, en Turquie, entre les chefs d'États turcs, iraniens et russes au sujet de la guerre civile syrienne. Il s'agit de la cinquième rencontre entre le président turc Recep Tayyip Erdoğan, le président iranien Hassan Rohani et le président russe Vladimir Poutine depuis le déclenchement du « processus d'Astana », trois ans auparavant. Les pourparlers visaient à résoudre le conflit qui perdure depuis maintenant 8 ans et qui a causé environ 511 000 pertes humaines, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). D'après les estimations du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR), 6,6 millions de Syriens sont déplacés à l'intérieur du pays et 5,6 millions dans le monde (1).

Le sort de la Syrie entre trois mains

La présidence turque a déclaré dans un communiqué que l'objectif du sommet est de se pencher sur la situation à Idleb, mais aussi de mettre en œuvre des conditions pour le retour volontaire des réfugiés passant par une solution politique (2). La zone d'Idleb est la dernière province sous contrôle des rebelles où des frappes se perpétuent malgré un cessez-le-feu conclu en août 2019 (3).

Les trois dirigeants garants du processus d'Astana ont procédé à des entretiens bilatéraux isolés avant la tenue du sommet et à une déclaration commune à la suite de celui-ci. À ce sujet, les trois États qui se sont saisis de la crise ont des visions divergentes en ce qui concerne sa résolution.

La Turquie, limitrophe à la Syrie, a pour objectif de se prémunir d'un nouvel exode de réfugiés. Elle craint également pour la sécurité de ses postes d'observation frontaliers établis à Idleb (4). La Turquie a jusqu'à maintenant appuyé les États-Unis et ses alliés européens et arabes en soutenant les factions rebelles contre le régime de Bachar al-Assad (5).

En ce qui concerne l'Iran et la Russie, ceux-ci ont toujours appuyé le régime de Bachar al-Assad face au soulèvement des rebelles et dénoncé l'ingérence étrangère dans la guerre au terrorisme. Malgré les dissemblances dans les positions des trois homologues, ceux-ci sont déterminés à éviter la détérioration de la situation humanitaire en Syrie (6).

Encore tôt pour crier victoire

Lors de la conférence de presse à l'issue de la rencontre, les trois dirigeants ont annoncé un accord sur la composition d'un Comité constitutionnel chargé de la rédaction de la nouvelle Constitution syrienne, ouvrant la voie à de nouvelles élections. Ils ont convenu qu'il sera composé de 50 membres choisis par le pouvoir en place, 50 membres désignés par l'opposition ainsi que 50 délégués de la société civile sélectionnés par l'entremise des Nations unies (ONU). De surcroît, ils ont réitéré l'application des accords relatifs à Idleb et exprimé leur motivation à réduire les violations avec des mesures concrètes (7).

Pour l'Iran et la Russie, le désengagement des forces étrangères en sol syrien sans autorisation ni mandat onusien est nécessaire à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de la Syrie, ce que Damas réaffirme également (8). Ils considèrent que cette ingérence extérieure a contribué à la division sur le territoire et sont demeurés fermes à cet égard. Pour la Turquie, la priorité est la sécurité régionale.

« La rencontre a été très productive et s'est soldée d'un succès (9) », se félicite Vladimir Poutine en ouverture de la conférence de presse. Plusieurs considèrent que la formation du Comité constitutionnel constitue la première étape vers la résolution du conflit par la voie politique. Selon certains experts, l'issue du sommet se solde par une « victoire » russe, ce qui place Assad dans une position privilégiée. L'argument est que la rédaction de la nouvelle Constitution démocratisera et légitimera le régime qui en découlera (10). D'autres craignent que la délimitation du corps électoral pourrait être une nouvelle source de désaccord entre Damas et la communauté internationale (11).

En définitive, l'ONU et les Occidentaux ont bien accueilli le résultat de ces négociations qui s'inscrivent dans le cadre de la résolution 2254 du Conseil de sécurité pour un cessez-le-feu et une transition politique en Syrie (12). À la veille de la 74e session de l'Assemblée générale des Nations unies, le secrétaire général Antonio Guterres a félicité l'accord sur la formation du Comité constitutionnel (13).

Médiagraphie

(1) « Syrie : événements de 2018 », Human Right Watch, URL [hyperlien] le 29 septembre 2019

(2) Agence France-Presse, « Syrie : Erdogan accueille Poutine et Rohani pour un sommet tripartite », Courrier international, 16 septembre 2019, URL https://www.courrierinternational.com/depeche/syrie-erdogan-accueille-poutine-et-rohani-pour-un-sommet-tripartite.afp.com.20190916.doc.1ka7pa.xml consulté le 29 septembre 2019

(3) Loc. Cit.

(4) Agence France-Presse, « Syrie : le régime masse des renforts à Idleb, malgré les tensions avec Ankara », La Presse, 24 août 2019, URL [hyperlien] le 29 septembre 2019

(5) Soldatkin, Vladimir, Tuvan Gumrucku et Ece Toksabay, « Turkey, Russia, Iran afree steps to ease tensions in Syria's Idlib despite lingering differences », Reuters, Traduction libre, 16 septembre 2019, URL [hyperlien] le 29 septembre 2019

(6) L'Orient-Le jour avec AFP, « L'Iran, la Russie et la Turquie cherchent à éviter le pire à Idleb », L'Orient-Le jour, 16 septembre 2019, [hyperlien] le 29 septembre 2019

(7) « Conflit syrien : Sommet tripartite à Ankara », Al Bayane (Maroc), 19 septembre 2019, URL [hyperlien] le 29 septembre 2019

(8) Mustafa, Hamda, « Guarantors of Astana Process Reaffirm Rejection of Separatist Agendas in Syria, Reiterate Commitment to Syria's Soverteignty, Territorial Intergrity », Syria Times, Traduction libre, 17 septembre 2019 http://syriatimes.sy/index.php/don-t-miss/43667-guarantors-of-astana-process-reaffirm-rejection-of-separatist-agendas-in-syria-reiterate-commitment-to-syria-s-sovereignty-territorial-integrity consulté le 29 septembre 2019

(9) L'Orient-Le jour avec AFP, op. cit.

(10) Wilks, Andrew, « Ankara summit on Syria : ‘A win for Moscow and al-Assad', Aljazeera, Traduction libre, 17 septembre 2019, URL [hyperlien] le 29 septembre 2019

(11) Daou, Marc, « Syrie : création d'un Comité constitutionnel après d'interminables négociations », France 24, 24 septembre 2019, URL [hyperlien] class='liendanstexte' href='/bilan/servlet/BMDictionnaire?iddictionnaire=1482'>constitutionnel-onu-assad-opposition-negociations consulté le 29 septembre 2019

(12) Loc. Cit.

(13) ONU, « Syrie : le chef de l'ONU annonce un accord sur un Comité constitutionnel », 23 septembre 2019, URL [hyperlien] le 29 septembre 2019



Dernière modification: 2019-10-07 12:42:58

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Sommet tripartite à Ankara : une lueur d'espoir pour la Syrie
>octobre 2019


La fin de l'État islamique?
>novembre 2018


Israël en Syrie : un dossier en évolution
>octobre 2018


Rojava: une vision de la Syrie peu abordée
>novembre 2017


Syrie: rien ne va plus
>octobre 2016


Une rencontre diplomatique à saveur politique entre la Russie et la Syrie
>janvier 2016


Syrie: rencontre importante entre la Russie et Israël
>septembre 2015


La liberté de presse en Syrie : un oxymore
>novembre 2014


Dans les camps de réfugiés syriens, la polio frappe
>février 2014


Syrie : retour sur l'échec de Genève 2
>février 2014


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019