Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

17 janvier 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

16 septembre 2006

Déversement de déchets toxiques à Abidjan : plus qu'une simple question environnementale


Marie-Pier Riendeau
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

avril
2011
Arrestation de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo

septembre
2002
Tentative de coup d'État en Côte d'Ivoire contre le président Laurent Gbagbo

octobre
2000
Assermentation de Laurent Gbagbo à la présidence de la Côte d'Ivoire

décembre
1999
Renversement du président Henri Konan Bédié en Côte d'Ivoire

décembre
1993
Décès du président ivoirien Félix Houphouët-Boigny

septembre
1990
Inauguration d'une basilique somptueuse en Côte-d'Ivoire

février
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

mai
1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

septembre
1961
Création de l'Union africaine et malgache

août
1960
Proclamation de l'indépendance de la Côte d'Ivoire

En Occident, les normes environnementales sont très élevées et le public, très conscientisé sur ce sujet. En Afrique, par contre, les lois en ce qui à trait aux déchets toxiques sont beaucoup moins sévères et certains croient pouvoir en profiter impunément pensant l'intérêt public nul par rapport à ce sujet. C'est ce que devaient croire les responsables du déversement de plusieurs tonnes de déchets toxiques à Abidjan, en Côte d'Ivoire. Peut-être auraient-ils pu s'en tirer si ce déversement n'avait pas d'abord causé la mort de deux fillettes le 4 septembre 2006(1).

Genèse d'une tragédie

Dans la nuit du 19 au 20 août 2006, le Probo Koala, navire grec affrété par la compagnie Trafigura Beheer BV immatriculée aux Pays-Bas (2), accoste au port autonome d'Abidjan. Par la suite, la compagnie ivoirienne Tommy pompe la cargaison du bateau et la déverse dans une dizaine de sites à travers la ville. Le problème, avec cette opération, est la nature de la cargaison du navire. Officiellement, on dit qu'elle était composée de 581 tonnes de « slops »(3), « c'est-à-dire des eaux de lavage, générées par le nettoyage des cuves du bateau transportant régulièrement des produits pétroliers »(4), contenant plusieurs produits toxiques (hydrogène sulfuré, H2S et mercaptans).

Mais comment expliquer que ces produits se soient retrouvés, sans traitement, dans plusieurs sites de la ville? D'abord, première faille, on attribue la responsabilité du traitement des déchets à la compagnie Tommy, agréée depuis seulement une semaine au moment de l'incident. Ensuite, au moment du débarquement, le liquide à vidanger « aurait alors mystérieusement été notifié sous la qualification d'"eaux usées", ce qui lui a permis de s'affranchir des exigences de traitement »(5). C'est ainsi que les déchets chimiques se sont retrouvés, sans être traités, dans plusieurs endroits de la capitale économique de la Côte d'Ivoire.

De graves répercussions

Plus qu'un simple fait divers de l'actualité ivoirienne, le déversement de déchets toxiques à Abidjan a d'importantes conséquences environnementale, humaine et même politique. Du côté environnemental, la plus importante forme de pollution remarquée après le déversement des déchets toxiques est la pollution de l'air. En effet, des émanations toxiques se sont échappées pendant plusieurs semaines des différents sites où ont été déposés les déchets. De plus, selon le groupe écologiste Greenpeace, les conséquences pourraient « s'avérer catastrophique[s] [si les déchets] devaient atteindre les nappes phréatiques ou le milieu marin. Certains experts mentionnent également la présence d'organochlorés, ce qui rendrait cette pollution encore plus grave (ces polluants persistent dans l'environnement et pénètrent la chaîne alimentaire). »(6)

Dans le but d'aider la Côte d'Ivoire à cerner le problème et à trouver des solutions, la France a envoyé, le 8 septembre 2006, six experts en traitement des déchets toxiques. Ces derniers ont remis, le 12 septembre dernier, un rapport au premier ministre ivoirien, Charles Konan Banny. Selon le groupe français, « la grosse vague de la pollution est passée. Le phénomène connaît une phase dynamique décroissante mais des risques résiduels restent à surveiller »(7). De plus, le groupe d'experts recommande de décontaminer les sites le plus vite possible.

À l'heure actuelle, la conséquence la plus perceptible est humaine. Le 12 septembre, une source du gouvernement ivoirien déclarait que plus de 10 000 personnes étaient venues consulter les centres de santé (9). Quatre jours plus tard, on parle déjà de plus de 26 000 consultations(10). De plus, le bilan officiel s'établissait, le 13 septembre, à 6 décès et 23 hospitalisations(11). Cette situation est directement causée par les émanations toxiques des déchets. Selon Greenpeace, les éléments toxiques contenus dans les déchets peuvent « provoquer des irritations des muqueuses et voies respiratoires jusqu'à la mort par empoisonnement du sang, en passant par des nausées ou des vertiges »(12).

L' « affaire » des déchets toxiques a eu de graves répercussions jusque sur la scène politique ivoirienne. Le 7 septembre, le Premier ministre Charles Konan Banny annonçait la démission de son gouvernement, prétextant que son équipe avait mal géré la crise. Certains voient dans cette réaction un mouvement contre l'impunité, alors que d'autres la perçoivent plutôt comme une occasion pour Banny de se doter d'un gouvernement plus docile(13). On chuchote aussi à l'effet que certains membres du gouvernement auraient peut-être des liens avec la compagnie Tommy(14). Bien que sept personnes aient été arrêtées, les rumeurs vont bon train sur l'identité des vrais responsables de cet événement.

De plus cette controverse n'a fait qu'aviver les tensions entre la Côte d'Ivoire et la communauté internationale. En effet, le Président Gbagbo, qui devrait retourner en élection en octobre prochain un an après la fin de son mandat son mandat, a annoncé qu'il ne voulait pas se rendre à New-York pour discuter du processus de paix. Ce dernier a dit devant l'état-major et ses soldats : « Je n'irai pas à New York et n'y enverrai aucune délégation. Je ne veux pas cautionner la mascarade(15). »

Reste donc maintenant à voir entre le processus de paix, les élections et les pressions de la communauté internationale, où se situera la décontamination des sols d'Abidjan en terme de priorité.




Références:

(1) LE FIGARO, « Étrange pollution à Abidjan », Le Figaro, 6 septembre 2006, p. 3.

(2) DUPONT, Gaëlle et Jean-Pierre TUQUOI, Le Monde, « Une catastrophe écologique provoque une crise politique en Côte d'Ivoire », 9 septembre 2006, p. 6.

(3) LE MONDE, « Pollueurs d'Afrique », Le Monde, 15 septembre 2006, p. 2.

(4) GREENPEACE, « Déchets toxiques à Abidjan : Greenpeace fait le point », [En ligne], http://www.greenpeace.org/france/news/12-septembre... (page consultée le 15 septembre 2006).

(5) MAGDELAINE, Christophe, « Déchets toxiques à Abidjan : des milliers de victimes », [En ligne], http://www.notre-planete.info/actualites/actu_998.php notre-planete.info (), (page consultée le 15 septembre 2006).

(6) GREENPEACE, « Déchets toxiques à Abidjan [...] », (page consultée le 15 septembre 2006).

(7) BERNARD, Philippe, « Côte d'Ivoire : les experts préconisent l'enlèvement des déchets », Le Monde, 15 septembre 2006, p. 7.

(8) Ibid.

(9) Ibid.
... « Plusieurs semaines pour retirer les déchets toxiques d'Abidjan », Libération, 16 septembre 2006, p. 12.

(11) BERNARD, Philippe, « Côte d'Ivoire [...] », p. 7.

(12) GREENPEACE, « Déchets toxiques à Abidjan [...] », (page consultée le 15 septembre 2006).

(13) KIESEL, Véronique, « Des déchets toxiques devenus très politiques », Le Soir, 8 septembre 2006, p. 14.

(14) BERNARD, Philippe, « Côte d'Ivoire [...] », p. 7.

(15) AFP, « Le président Gbagbo refuse d'aller à la "mascarade" de l'Onu », [En ligne], http://www.jeuneafrique.com/pays/cote_ivoire/gab... (page consultée le 15 septembre 2006).

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Sommet Union africaine-Union européenne : plus symbolique que pratique
>janvier 2018


Les législatives 2016 : un test pour la démocratie en Côte d'Ivoire
>janvier 2017


«Non!», à la libération provisoire de Laurent Gbagbo
>novembre 2012


Côte d'Ivoire : la crise postélectorale persiste
>février 2011


La Côte Ivoire plongée dans une nouvelle crise
>février 2010


Quand Félix Houphouët-Boigny était l'homme de la France
>décembre 2008


Une Côte d'Ivoire en paix
>mars 2007


Grève des producteurs de cacao en Côte d'Ivoire
>octobre 2006


Déversement de déchets toxiques à Abidjan : plus qu'une simple question environnementale
>septembre 2006


La Côte d'Ivoire plonge à nouveau dans la crise
>janvier 2006


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016