19 juillet 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

21 janvier 2007

Somalie: le désastre perdure


Stéphanie Nadeau
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

juillet
2011
Proclamation de l'état de famine en Somalie par les Nations unies

avril
1988
Signature d'un accord de paix mettant fin à la guerre de l'Ogaden

juin
1977
Début de la guerre entre la Somalie et l'Éthiopie

octobre
1969
Accession au pouvoir de Muhammad Siyaad Barre en Somalie

mars
1964
Conclusion d'un cessez-le-feu mettant fin à un conflit entre la Somalie et l'Éthiopie

mai
1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

septembre
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

Située dans la Corne de l'Afrique, la Somalie est un pays déchiré par la guerre civile depuis 1978 impliquant des mouvements rattachistes de l'Ogaden (région de l'Est de l'Éthiopie qui souhaite se rattacher à la Somalie) et indépendantistes du Somaliland (Nord-Ouest de la Somalie). Suite aux succès du Mouvement national somalien au Somaliland, le général Siad Barre, président de la Somalie à l'époque, riposta par la répression.

Avec l'aide des États-Unis, le général Barre put se maintenir au pouvoir jusqu'à sa destitution, le 26 janvier 1991. Sans l'aide et les moyens nécessaires, Ali Mahdi Muhammad, successeur du général Barre, ne parvint pas à rétablir l'autorité du pouvoir central dans le pays (1). En plus de la guerre civile qui touche la Somalie, une sécheresse qui perdure depuis plus de 10 ans accroît considérablement le nombre de victimes qui était estimé à 300 000 dans un rapport de l'Organisation des Nations unies (ONU) effectué en 1996 (2).

Chaos politique et social

Les conséquences politiques de la guerre civile ont été l'écroulement de l'État et de son appareil administratif et judiciaire. Le révérend Gabriel Odima, président du Centre pour la paix et la démocratie en Afrique, a affirmé «qu'une carte politique de la Somalie montrera que l'État n'existe actuellement que sur le plan géographique, sans aucun gouvernement» (3).

Dans ce contexte d'anarchie et de chaos, de nombreuses initiatives populaires appuyées par plusieurs chefs de factions, sont apparues. Au sein de ces mouvements sont nés les tribunaux islamiques. Ces tribunaux, dirigés par des musulmans, ne sont pas réellement religieux puisque les magistrats y siégeant n'ont aucune formation spécifique en matière de religion ou de droit (4). Dans son rapport, l'ONU reproche à ces tribunaux leur absence de règles et de voies de recours, et le caractère inhumain des sanctions prononcées. De plus, ces tribunaux acquièrent de plus en plus d'influence ce qui engendre un risque de propagation de l'extrémisme(5).

Outre le désordre politique, le problème d'identité demeure une autre difficulté importante que rencontre le peuple somalien. Ainsi, la population est divisée en tribus qui se subdivisent en clans et sous-clans. L'appartenance à ces groupes devient souvent plus importante que l'appartenance à la nation somalienne, ce qui renforce l'instabilité en raison du manque de cohésion sociale(6).

La dynamique éthiopienne

Désirant élargir son influence et sa puissance régionale, le gouvernement éthiopien parraine actuellement le gouvernement intérimaire somalien. L'action éthiopienne, qui est appuyée par les États-Unis, est justifiée par la guerre contre le terrorisme puisque le groupe terroriste d'Al-Qaïda est soupçonné d'avoir rejoint le mouvement islamique. Cette situation est cependant problématique puisque le Conseil de sécurité de l'ONU discutait dernièrement d'un projet de résolution demandant «[...] à toutes les forces étrangères de se retirer immédiatement du territoire somalien et de cesser leurs opérations militaires à l'intérieur de la Somalie[...]» (7) afin d'éviter l'expansion du conflit. Cette proposition n'a cependant pas évoluée en raison de l'opposition des États-Unis et de plusieurs autres membres du conseil(8). La présence des Éthiopiens perdure même si, confiant, le Premier ministre éthiopien Meles Zenawi affirmait le 26 décembre 2006 «qu'entre 3.000 et 4.000 soldats éthiopiens avaient «cassé les reins» aux forces islamiques» (9). De leur côté, les islamistes affirment vouloir se tourner vers des opérations de type guérilla, ce qui pourrait rendre plus fragiles les forces éthiopiennes(10). L'Éthiopie s'enlise de plus en plus dans ce conflit. Par sa présence, elle renforce le gouvernement somalien, mais en même temps les forces éthiopiennes s'affaiblissent peu à peu avec cette guerre civile et celle frontalière avec l'Érythrée.




Références:

(1) WIKIPÉDIA. Restore Hope, [En ligne], 15 janvier 2007, http://fr.wikipedia.org/wiki/Restore_Hope, (Page consultée le 20 janvier 2007).

(2) NATIONS UNIES. Rapport sur la situation des droits de l'homme en Somalie établi par M. Mohamed Charfi, expert indépendant, conformément à la résolution 1995/56 de la Commission, [En ligne], http://www.unhchr.ch/huridocda/huridoca.nsf/72417d... (Page consultée le 20 janvier 2006).

(3) Inter Press Service News Agency, [En ligne], http://ipsinternational.org/fr/_note.asp?idnews=34... NATIONS UNIES, Op. cit.

(5) Ibid.

(6) Ibid.

(7) Inter Press Service News Agency, Op. cit.

(8) Ibid.

(9) Ibid.

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

La Somalie continue de reculer face à la corruption
>mars 2018


Le travail infantile africain : une question de survie?
>avril 2017


Réfugiés climatiques : le défi africain du XXIe siècle?
>février 2015


L'infini bourbier somalien
>février 2015


Les camps de réfugiés somaliens : une situation critique qui perdure
>mars 2014


L'islamisme dans la Corne de l'Afrique : un danger pour la démocratie
>novembre 2013


Somalie : une nouvelle étape vers la démocratie
>novembre 2012


Fin de la famine en Somalie : mythe ou réalité?
>février 2012


Somalie : l'ONU demande une aide humanitaire d'urgence
>septembre 2011


La piraterie somalienne : une réponse à l'injustice ?
>février 2010


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019