16 juillet 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

25 novembre 2006

Les armes nucléaires : évolution et enjeux


Joanie Thibault Couture
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

avril
2018
Sommet entre les leaders de la Corée du Sud et de la Corée du Nord

juillet
2017
Lancement d’un missile nord-coréen qui serait capable d’atteindre les États-Unis

décembre
2011
Décès du leader nord-coréen Kim Jong-il

février
2007
Entente sur un éventuel démantèlement du programme nucléaire nord-coréen

octobre
2006
Premier essai nucléaire en Corée du Nord

juin
2000
Tenue d'une rencontre historique entre les chefs d'État des deux Corées

juillet
1994
Décès du président nord-coréen Kim Il-sung

juin
1950
Déclenchement de la guerre de Corée

Le 9 octobre 2006, l'annonce d'essais nucléaires par la Corée du Nord actualise de nouveau la question de la prolifération nucléaire dans le monde. Une réflexion s'impose alors quant à l'évolution et aux nouveaux enjeux qui entourent les armes nucléaires.

Début de l'ère atomique

Le 6 août 1945, à 8h15, la première bombe atomique utilisée contre une population civile est larguée sur la ville d'Hiroshima, au Japon (1). La bombe, baptisée « Little Boy », tua d'un seul coup plus de 100 000 personnes. Trois jours après l'attaque d'Hiroshima, le 9 août 1945, à 11h20, la bombe atomique appelée « Fat Man », explose sur la ville de Nagasaki, faisant 75 000 morts instantanément sur une population totale de 240 000 habitants (2).

Ces importantes dates dans l'histoire de l'Humanité précipitent la fin de la Deuxième Guerre mondiale, mais surtout le début de l'ère atomique.

Pays possédant la bombe

En 2006, huit pays possèdent officiellement la bombe atomique. Les États-Unis, la Russie, la France, le Royaume-Uni et la Chine se retrouvent tous au palmarès des puissances nucléaires (3). En plus de ces cinq puissances, le Pakistan et l'Inde détiennent aussi des armes nucléaires. Suite aux essais du 9 octobre 2006 dernier, la Corée du Nord, autrefois soupçonnée de posséder de telles armes, a fait son entrée dans le club atomique (4).

De surcroît, le statut d'Israël concernant la possession d'armes nucléaires est plutôt nébuleux. En effet, le gouvernement israélien refuse de déclarer officiellement si le pays possède des armes ou si un programme nucléaire a été développé. On suspecte fortement Israël d'appartenir au club nucléaire (5).

Enfin, tel que mentionné précédemment, une grande partie des pays possédant officiellement des armes nucléaires proviennent de la région asiatique. La Chine possède la bombe depuis les années 1960 et a procédé à son premier test nucléaire en 1964 (6). L'Inde a déclaré détenir un potentiel nucléaire en 1966 et le Pakistan a débuté en secret un programme nucléaire en 1972, dans la foulée de la troisième guerre avec son pays voisin. Finalement, la Corée du Nord, comme mentionné précédemment, a aussi fait son entrée officielle dans ce club sélect en 2006.

La région asiatique est donc nucléarisée depuis plusieurs années. Elle sera à surveiller au cours des prochaines années, notamment dans une perspective de course à l'armement qui pourrait être provoquée par un conflit régional.

Le cas de la Corée du Nord : incertitudes et suppositions

Le 9 octobre, la Corée du Nord, pays de 23 millions d'habitants partageant une frontière commune avec la Corée du Sud et la Chine, a effectué un essai nucléaire, confirmant du même coup qu'elle détient de telles armes (7). La petite explosion de moins d'une kilotonne, soit moins d'un dixième de la bombe d'Hiroshima, a secoué la communauté internationale (8). Pour l'instant, il est difficile de savoir ce qui se cache réellement derrière cette action de la Corée du Nord. Par contre, il ne fait aucun doute que le problème nord-coréen est une menace sérieuse pour la sécurité de la région est-asiatique à court et à long terme (9).

La difficulté de recueillir de l'information sur le programme nucléaire nord-coréen alimente les suppositions au niveau international. En décembre 2002, un réacteur nucléaire a été mis en marche à Yongbyon. Cependant, les inspections de l'AIEA donnent seulement des informations fragmentées à ce sujet car les inspecteurs de cette agence atomique ont été forcés de quitter le pays (10). Il est bien difficile de savoir comment les choses ont évolué depuis la réouverture de ce réacteur.

Des experts affirment que si le réacteur de Yongbyon est totalement opérationnel, assez de plutonium pourrait être produit pour fabriquer environ une arme nucléaire par année (11). D'un autre côté, les services secrets américains affirment qu'un programme d'uranium enrichi pourrait produire deux ou plusieurs bombes par année, tandis que d'autres affirment que la Corée du Nord pourrait posséder actuellement plus de huit bombes nucléaires (12).

Bref, il est très difficile de savoir ce qui se développe en matière d'armes nucléaire en Corée du Nord sans des inspections complètes de l'AIEA, ce qui laisse place à des suppositions et à des incertitudes. À cet égard, une grande crainte actuelle est qu'une course à l'armement se déclenche dans la zone est-asiatique (13). Par exemple, le Japon, même s'il jouit de la protection nucléaire des États-Unis, est tenté de se lancer dans l'armement nucléaire suite à la menace de la Corée du Nord à son égard (14).

Le terrorisme nucléaire : une menace réelle ?

La crainte liée au phénomène du terrorisme nucléaire est un risque bien réel mais plus ou moins pris au sérieux dû à la faible probabilité qu'il ne survienne (15).

Selon l'AIEA, la menace est réelle car, depuis 1993, 175 cas de trafic de matériel nucléaire et 201 cas de trafic d'autres sources radioactives ont été observés (16). Cependant, seulement 18 de ces cas ont impliqué de petites quantités de matériel nécessaire à la fabrication d'une bombe nucléaire. Les experts de l'AIEA affirment donc que les quantités impliquées dans ces trafics n'étaient pas suffisantes pour construire une bombe atomique (17). De plus, certains groupes terroristes, comme Al-Qaeda, auraient tenté d'acquérir du matériel nucléaire. Toutefois, aucune utilisation de telles armes n'a été notée (18).

Les experts de l'AIEA ont identifié trois sources possibles d'approvisionnement illégales en matière nucléaire soit les installations et le matériel nucléaires ainsi que les sources radioactives (19). Malgré la présence d'une multitude de sources d'approvisionnement dans le monde, le niveau de sécurité des installations et des sources de radiation est considéré comme très élevé dans la majorité des pays. Par contre, les normes de sécurité dans certaines régions du monde sont trop faibles et représenteraient donc des brèches à exploiter pour des organisations terroristes. En effet, « aucun groupe terroriste ne pourrait produire seul les quantités d'uranium très enrichi ou de plutonium indispensables pour fabriquer une arme nucléaire » (20).

Défis et stabilité

Un des défis de la communauté internationale en matière de prolifération nucléaire résidera dans le renforcement du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP), entré en vigueur en 1970 (21). Actuellement, 189 États ont ratifié le TNP, mais la Corée du Nord, le Pakistan, l'Inde et Israël ne l'ont pas fait, ou s'en sont retirés. Ensuite, le traité devra être respecté par tous les membres du TNP.

En conclusion, malgré la présence d'importants stocks d'armes nucléaires, aucun emploi n'en a été fait sur des civils depuis 1945, donc l'avenir ne peut pas être totalement sombre (22). De plus, la théorie de la dissuasion nucléaire semble bien fonctionner depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce qui réduit fortement les chances de déclenchement d'une guerre nucléaire (23). Cependant, l'utilisation du nucléaire à une petite échelle n'est pas à écarter. En outre, la stabilité reposant sur la dissuasion nucléaire est actuellement ébranlée par les dernières actions de la Corée du Nord qui sèment l'incertitude suite au manque d'informations concernant les réelles volontés de l'État nord-coréen.




Références:

1. HERSHEY, Jon, « Hiroshima, 6 août 1945 », Le Monde diplomatique, France, août 2006, http://www.monde-diplomatique.fr/2005/08/HERSEY/12425, Page consultée le 16 novembre 2006

2. WIKIPÉDIA, « Nagasaki », 5 novembre 2006, http://fr.wikipedia.org/wiki/Nagasaki, Page consultée le 16 novembre 2006

3. CNN.COM, « Special Report, North Korea Nuclear Tension », 2005, http://www.cnn.com/SPECIALS/2003/nkorea/, Page consultée le 16 novembre 2006

4. Ibid.

5. Ibid.
... WORLD FACTBOOK, « North Korea », https://www.cia.gov/cia/publications/factbook/geos/kn.html, Page consultée le 23 novembre 2006

8. BBC NEWS, « US Confirms North Korea Nuclear Test », 16 octobre 2006, http://news.bbc.co.uk/1/hi/world/asia-pacific/6056370.stm, Page consultée le 16 novembre 2006

9. BBC NEWS, « Q&A: North Korea Nuclear Stand-Off »,31 octobre 2006, http://news.bbc.co.uk/1/hi/world/asia-pacific/2340405.stm, Page consultée le 16 novembre 2006

10. Ibid.

11. Ibid.
15. LE GUELTE, Georges, « Terrorisme nucléaire : mythes et réalités », Le Monde diplomatique, Octobre 2003, http://www.monde-diplomatique.fr/2003/10/LE_GUELTE/10608, Page consultée le 16 novembre 2006

16. INTERNATIONAL ATOMIC ENERGY AGENCY, « Calculating the New Global Nuclear Terrorism Threat », http://www.iaea.org/NewsCenter/PressReleases/2001/... Page consultée le 16 novembre 2006

17. Ibid.

18. Ibid.
21. LE MONDE, « Prolifération nucléaire : où en est on ? », 12 février 2004, http://www.lemonde.fr/web/chat/0,46-0@2-3210,55-13... Page consultée le 16 novembre 2006

22. Ibid.

23. UN PEACE AND SECURITY THROUGH DISARMEMENT, « Treaty on the Non-Proliferation of Nuclear Weapons», http://disarmament2.un.org/wmd/npt/index.html, Page consultée le 16 novembre 2006

- CNN.COM, « North Korea : What are the options ? », 10 décembre 2003, http://www.cnn.com/2003/WORLD/asiapcf/east/08/28/n... Page consultée le 16 novembre 2006

- WEDEKIND, L., « IAEA Action Plan to combat nuclear terrorism», International Atomic Energy Agency, http://www.iaea.org/NewsCenter/Features/Nuclear_Te... Page consultée le 16 novembre 2006

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Les camps de travail en Corée du Nord : un avenir douteux pour l'amélioration des droits humains
>janvier 2019


Les problèmes économiques de la Corée du Nord : une affaire d'attitude
>janvier 2017


Le contexte nébuleux de la famine en Corée du Nord
>octobre 2015


Corée du Nord : des pratiques comparables à celles des nazis, selon les Nations unies
>mars 2014


Nouvel essai nucléaire inquiétant par la Corée du Nord
>février 2013


Spéculations galopantes sur la succession du dirigeant nord-coréen
>octobre 2010


Nucléaire: la Corée du Nord négocie et persiste à tester ses missiles
>octobre 2009


La « Corée du Nucléaire »
>octobre 2009


Hyundai, un géant en expansion
>octobre 2009


« Élections » en Corée du Nord : un simulacre de « démocratie »
>février 2009


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019