Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

17 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

18 November 2006

Le Sénat et la Chambre des représentants : le retour des démocrates


Olivier Bertrand-Fontaine
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

November
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

July
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

June
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

March
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

December
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

September
2017
Ouragans sur les Caraïbes

August
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

January
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

January
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

November
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

September
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

June
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

March
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

January
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

October
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

December
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

November
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

September
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

November
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

Le 7 novembre 2006, les Américains se sont rendus aux urnes afin de déterminer la nouvelle composition de la Chambre des représentants et du Sénat. Comme plusieurs analystes l'avaient prédit, ces élections de mi-mandat ont fait mal au Parti républicain (1). Pour la première fois depuis 1994, le Parti démocrate contrôlera les deux chambres du Congrès. Les démocrates ont obtenu 53 % du vote populaire dans un contexte où le taux de participation fut assez décevant, soit à peine 40 % des électeurs inscrits (2).

Une défaite sans équivoque

De manière plus précise, les démocrates ont pris le contrôle du Sénat avec 51 sièges (deux députés indépendants ont confirmé leur appui au Parti démocrate), contre 49 pour les républicains. Dans la Chambre des représentants, les républicains ont obtenu 203 sièges, tandis que les démocrates remportaient la majorité avec 232 sièges sur les 435 disponible (3). Il est important de noter que pour plusieurs observateurs politiques, le vote de novembre fut, en quelque sorte, un grand référendum auprès de l'électorat sur les politiques nationales républicaines (4).

Précisons que le système électoral américain est relativement complexe. En effet, en ce qui concerne l'élection présidentielle, les électeurs doivent se prononcer tous les quatre ans et le président est déterminé par le résultat du vote des 538 Grands Électeurs (5). Pour ce qui est de la Chambre des représentants, l'ensemble des députés sont évalués par la population à tous les deux ans par le biais d'une élection au suffrage universel direct (6). Pour leur part, les membres du Sénat sont élus tous les six ans. Cependant, dans cet intervalle de six années, le tiers des 100 sièges sénatoriaux est soumis à des élections à intervalle régulier de deux ans (7).

Malgré une conjoncture défavorable aux républicains, 85 % de leurs candidats à la Chambre basse furent réélus. Cependant, les dommages furent plus importants à l'égard de leur représentation dans la Chambre haute. Sur leurs 15 sièges sénatoriaux en jeu lors des dernières élections, les républicains en ont perdu 6, soit près de 40 % (8). Si on appliquait ce faible résultat aux 55 sièges sénatoriaux auparavant détenus par les républicains, ils auraient perdu 22 sièges, un revers considérable? (9)

Les causes de la défaite

L'une des principales causes du revers républicain réside dans l'insatisfaction populaire envers la gestion de la guerre en Irak par l'administration du président Bush. Cette performance s'explique aussi par une combinaison de facteurs. Par exemple, l'influence des récents scandales, qui ont touché quelques parlementaires républicains, fut plus importante que ce que les observateurs avaient pressenti (10). De plus, la mauvaise gestion par les autorités de l'ouragan Katrina serait un autre facteur déterminant dans le résultat des républicains.

De manière générale, les enquêtes d'opinion ont démontré que le vote du 7 novembre fut un vote de sanction négatif envers George W. Bush et le Parti républicain (11). Cette tendance a été particulièrement remarquée chez les électeurs indécis qui, historiquement, ont grandement influencé l'issue des élections aux États-Unis (12).

Un défi pour les deux partis

Le message populaire à l'endroit des républicains est clair. Ceux-ci doivent revoir leurs politiques. Cette situation complique grandement la tâche du président Bush. La démission du ministre de la défense, Donald Rumsfeld, le lendemain des élections, démontre une vraisemblable réorientation de la politique militaire américaine en Irak (13). Le président devra faire preuve de souplesse, d'autant plus que les démocrates présideront la grande majorité des comités législatifs et des commissions parlementaires du Congrès (14).

Considérant dans les sondages le faible appui populaire envers Bush (environ 40 %), il ne serait pas surprenant de voir des élus républicains hésiter à soutenir leur président, devenu selon certains, un fardeau politique (15). Les républicains pourraient aussi être l'objet de plusieurs enquêtes parlementaires, ce qui pourrait accentuer leur faible popularité (16). (Par exemple : des enquêtes sur les présumées armes de destruction massive ou l'attribution de contrat aux amis du vice-président, Dick Cheney.)

Ces résultats, bien que satisfaisants pour les démocrates, les placent dans une situation délicate. Maintenant qu'ils contrôlent le pouvoir législatif du système politique américain, ils ne pourront plus se contenter de surveiller et critiquer l'administration républicaine (17). Ils devront collaborer avec la Maison-Blanche et éviter une opposition systématique au président Bush (18).

Les démocrates auront ainsi l'obligation de mettre de l'avant leurs propres solutions aux problématiques actuelles qui ont causé la chute des républicains. Les représentants démocrates devront, entre autres, proposer une solution réaliste et honorable concernant la fin du conflit irakien. Parallèlement, ils devront démontrer qu'ils sont en mesure d'effectuer une lutte au terrorisme efficace et d'assurer adéquatement la sécurité des Américains sur leur territoire (19). Les questions de l'immigration illégale et de l'économie mettront aussi les démocrates à l'épreuve (20). Dans ce contexte délicat, les démocrates ne devront pas oublier de faire valoir leur différence idéologique, promouvoir la justice sociale et en défendre le rôle de l'État comme régulateur de la vie collective (21).

Le Sénat : Un organe représentatif de la population américaine?

Les dernières élections ont modifié la composition du Sénat. Aujourd'hui, pourrait-on affirmer que la composition démographique du Sénat est représentative de la population américaine? Cette question est pertinente, prenant en considération la faible participation aux élections du 7 novembre dernier. Comparons quelques statistiques démographiques.

Selon les données de la Banque mondiale, la population féminine des États-Unis constituerait près de 50,5 % de ses 296,4 millions d'habitants. Cependant, ce rapport numérique ne s'applique pas au Sénat. Suite aux dernières élections, sur les 100 sénateurs présents à la Chambre haute, il y a 14 sénatrices. Ce pourcentage de 14 % est amplement inférieur à la réalité américaine. La situation est encore plus consternante dans le cas des minorités ethniques.

En 2006, le Bureau national du recensement américain constate la présence de quatre grandes minorités ethniques sur son territoire. Avec une population de 39,7 millions, la communauté hispanique est la minorité la plus importante et constitue 14,4 % de la population. Elle est suivie de près par la communauté afro-américaine qui représente 13,4 % des Américains. La diaspora asiatique, pour sa part, représente 4,8 % de la population, soit 14,4 millions d'individus. Finalement, les communautés amérindienne et indigène regroupent pour leur part 1,5 % de la population.

Cette réalité ethnique est loin de se concrétiser au Sénat. Barack Obama est le seul représentant afro-américain (1% du Sénat). La situation est identique pour la communauté asiatique, représentée par Daniel Akaka, sénateur d'Hawaii. Les Hispano-américains sont les plus représentés avec trois sénateurs, soit 3 % des sièges du Sénat, ce qui reste encore loin des 14,4 % d'hispanophones aux États-Unis (22). Enfin, les communautés amérindienne et indigène sont absentes.

Cet écart représentatif s'exprime aussi à travers l'âge des sénateurs. En effet, 40 % des sénateurs ont plus de 65 ans, la moyenne d'âge de la Chambre haute s'élève à près de 63 ans (23). Finalement, 60 % des sénateurs se retrouvent dans la tranche d'âge de 43 à 64 ans.

Somme toute, les statistiques nous démontrent que le Sénat est loin d'être représentatif de la population américaine. Cette institution reste dirigée par une majorité d'hommes blancs âgés dans laquelle les femmes et les minorités ethniques sont fortement sous représentées.




Références:

(1) COOPER, Christopher, « Election 2006 : The New Landscape : Democrats Gain Power From Statehouse Shifts; More Control May Influence Congressional Redistricting And Business Regulations », Wall Street Journal, Eastern edition, New York, November 9 2006, pg. A.10.

(2) COURTEMANCHE, Gil, « Une démocratie de moins en moins démocratique », Le Devoir, samedi 11 novembre 2006, p. a4.

(3) S.A., « The landslide in Washington », Knigth Ridder Tribune Businnes News », Washington, November 10 2006, pg. 1.

(4) Loc. cit.

(5) S.A., Les spécificités du système électoral américain, 15 août 2006, [En ligne], http://www.letemps.ch/template/transmettre.asp?con... , page consultée le 14 novembre 2006.

(6) ENCYCLOPÉDIE, Wikipédia, Chambre des représentants des États-Unis, 13 novembre 2006, [En ligne], http://fr.wikipedia.org/wiki/Chambre_des_repr%C3%A... , page consultée le 14 novembre 2006.

(7) ENCYCLOPÉDIE, Wikipédia, Sénat des États-Unis, 11 novembre 2006, [En ligne], http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9nat_des_%C3%89tats-Unis , page consultée le 14 novembre 2006.

(8) NADEAU, Richard et, MARTIN, Pierre, « Lendemains d'élections aux États-Unis : l'heure des choix », La Presse, samedi 11 novembre 2006, p. c5.

(9) Loc. cit.

(10) S.A., « The landslide in Washington », Knigth Ridder Tribune Businnes News », op. cit.

(11) NADEAU, Richard et, MARTIN, Pierre, « Lendemains d'élections aux États-Unis : l'heure des choix » op. cit.

(12) COURTEMANCHE, Gil, « Une démocratie de moins en moins démocratique », op. cit.

(13) NADEAU, Richard et, MARTIN, Pierre, « Lendemains d'élections aux États-Unis : l'heure des choix » op. cit.

(14) COURTEMANCHE, Gil, « Une démocratie de moins en moins démocratique », op. cit.

(15) Loc. cit.

(16) Loc. cit.

(17) NADEAU, Richard et, MARTIN, Pierre, « Lendemains d'élections aux États-Unis : l'heure des choix » op. cit.

(18) COURTEMANCHE, Gil, « Une démocratie de moins en moins démocratique », op. cit.

(19) NADEAU, Richard et, MARTIN, Pierre, « Lendemains d'élections aux États-Unis : l'heure des choix » op. cit.

(20) COOPER, Christopher, « Election 2006 : The New Landscape : Democrats Gain Power From Statehouse Shifts; More Control May Influence Congressional Redistricting And Business Regulations », op.cit.

(21) NADEAU, Richard et, MARTIN, Pierre, « Lendemains d'élections aux États-Unis : l'heure des choix » op. cit.

(22) U.S. GOVERNEMENT, « Ethnic Diversity in the Senate », [En ligne], http://www.senate.gov/artandhistory/history/common... , page consultée le 12 novembre 2006.

(23) U.S. GOVERNEMENT, « United State Senate », [En ligne], http://www.senate.gov/index.htm , page consultée le 12 novembre 2006.

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016