21 mai 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

25 mars 2007

Un bilan dévastateur de la présidence de Chirac


Guillaume Béliveau Côté
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Balado: Le monde en perspective




Nouveauté. Écoutez en baladodiffusion les rencontres qu'animent les professeures Isabelle Lacroix et Karine Prémont sur des questions qui touchent les enjeux démocratiques, les relations internationales ou les modes de scrutin. Des rencontres de 20 minutes dans un style simple et ouvert avec des spécialistes, des personnes présentes sur le terrain et aussi des étudiantes et étudiants de second cycle.

Au fil du temps

novembre
2018
Commémoration du centenaire de l'armistice marquant la fin de la Grande Guerre 1914-1918

novembre
2018
Référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie

juin
2017
Élection du parti La République en marche ! aux législatives en France

mai
2017
Élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République française

décembre
2015
Fin de la Conférence de Paris sur le changement climatique

novembre
2015
Attentats terroristes en France

janvier
2015
Manifestations d'envergure en France à la suite d'attentats terroristes

mai
2014
Début des élections législatives au Parlement européen

janvier
2013
Intervention militaire française au Mali

juin
2012
Élection d'une majorité de gauche aux législatives en France

mai
2012
Élection de François Hollande à la présidence de la République française

mai
2011
Arrestation de Dominique Strauss-Kahn à New York

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

juin
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

mai
2007
Élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République française

février
2007
Dépôt d'un important rapport du GIEC sur les changements climatiques

octobre
2005
Éclosion de violence dans les banlieues parisiennes

mai
2005
Tenue d'un référendum en France sur le projet de Constitution européenne

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

Suite à une carrière politique qui dura une quarantaine d'années, Jacques Chirac déclare qu'il est maintenant prêt à servir la France d'une autre manière. Cette annonce écarte toute possibilité pour le président français d'être sur les rangs pour l'investiture d'un troisième mandat à la tête de la France. Chirac quittera donc l'Élysée au moment de l'assermentation du prochain président.

Lors de son allocution du 11 mars 2007, Jacques Chirac en profita pour passer plusieurs messages aux Français. Premièrement, en assurant la population qu'il continuera « à mener les combats qui sont les nôtres, les combats de toute ma vie, pour la justice, pour le progrès, pour la paix, pour la grandeur de la France » (1). Il affirma par la suite que la France ne devrait jamais composer avec « l'extrémisme, le racisme, l'antisémitisme ou le rejet de l'autre » (2). L'évolution mondiale fait aussi partie de ses préoccupations et il désire que la France s'adapte aux changements, mais ajoute qu'il « faut le faire sans jamais brader [le] modèle français » (3).

Selon le président français, la France a toujours du travail à faire en ce qui concerne les inégalités sociales. Chirac parle même d'une « "dangereuse fracture" entre les riches et les pauvres » (4). Il en profite aussi pour faire un appel au dialogue international sur les différences entre les cultures et les religions.

42 années en politique

Cet homme qui passa la majeure partie de sa vie au service de la France, fût élu pour la première fois en 1965 comme conseiller municipal de Sainte-Féréole. Par la suite, Chirac occupa plusieurs postes différents dans l'appareil politique de la France. Après neuf ans de vie politique active, il est nommé au poste de premier ministre par Valéry Giscard d'Estaing en 1974. Deux ans plus tard, il quitte Matignon et crée un nouveau parti politique, le Rassemblement pour la République (RPR). En 1977, il est élu à la tête de la plus grosse ville de France, Paris, où il restera en poste durant 18 ans.

Après deux tentatives ratées lors des élections présidentielles en 1981 et 1988, Chirac réussit enfin à convaincre les Français à lui faire confiance en 1995 et devient Président de la République. Durant ses 12 années de règne, Chirac ne réussit pas toujours à convaincre les Français. Par exemple, les Français votèrent non à la Constitution européenne alors que leur Président y était favorable. Son refus de participer à la guerre en Irak, par l'entremise de son veto au Conseil de Sécurité de l'ONU, fût par contre approuvé par la majorité de la population.

Réactions médiatiques austères

Après toutes ces années en politique, l'annonce officielle du départ de Jacques Chirac a soulevé plusieurs réactions dans la presse internationale. Mis à part la Russie, qui qualifie Jacques Chirac de « l'ami-Chirac » ou « le dernier gaulliste », la réponse médiatique fut sévère à l'endroit de ce président (5).

La presse britannique semble être très dure envers le Président Chirac lorsqu'il est question de politique intérieure. Le journal de centre gauche, The Guardian, va jusqu'à le qualifier de « girouette » politique, mais le trouve par contre charmant et le décrit aussi comme « a man of the people » (6). Ce journal pointe aussi « les promesses brisées » du Président et conclut que les 12 années à la tête de l'État de Chirac ont été une perte de temps (7). Le Daily Telegraph n'est pas plus élogieux à son égard. Ce quotidien affirme que « si les conventions demandent qu'on dise des choses gentilles sur les gens quand ils prennent leur retraite, il n'est pas facile de le faire dans le cas de Jacques Chirac » (8). Selon le Times, Chirac « a échoué à réduire la fracture sociale et à restaurer la prospérité », chose qu'il avait promise en 1995, lors des élections (9). Les médias britanniques sont par contre moins sévères en ce qui concerne la politique étrangère française des dernières années.

Aux États-Unis, peu de bons moments de la carrière politique de Jacques Chirac sont présentés dans les médias. John Leicester, de l'Associated Press, fustige Chirac que ce soit pour son refus de participer à la guerre en Irak de 2003 ou pour son échec à faire accepter la Constitution européenne aux Français (10). Il conclut que Jacques Chirac a eu moins d'impact que ses prédécesseurs, que ce soit le général de Gaulle ou François Mitterrand (11). De plus, toujours selon Leicester, Chirac laisse une « legacy as mixed and ambiguous as the man himself » (12). Dans le New York Times, on met davantage l'accent sur sa promesse non tenue de 1995 d'en finir avec la fracture sociale (13). Dans ce même journal, on avance aussi que, lorsqu'il aura officiellement quitté son poste, Chirac pourrait avoir à répondre à la justice française.

En plus de considérer « le Président le plus impopulaire de la cinquième République », le Globe and Mail, journal canadien, réitère le fait que Jacques Chirac n'ait pas réussi à combattre la fracture sociale (14). Si ce n'est de ce journal, la presse canadienne reste toutefois silencieuse sur le bilan du Président français.

Quelques mots des chefs d'État internationaux

Suite à l'annonce de départ de Jacques Chirac, peu de gouvernants internationaux se sont manifestés. George W. Bush fut le premier à souhaiter au Président français, par l'entremise d'un porte-parole, ce qu'il y a de meilleur pour sa vie après la politique (15). La Chancelière allemande, Angela Merckel, a plutôt décrit les relations qu'elle entretenait avec Chirac. Elle l'a présenté comme un partenaire familier, mais difficile (16). La Chancelière ajouta qu'elle n'a jamais atteint avec lui le niveau de confiance qui existait entre les dirigeants des deux pays lorsque Gerhard Schröder et Helmut Kohl étaient au pouvoir en Allemagne.

Sur le continent africain, la première réaction est venue du Présidant sénégalais, Abdoulaye Wade, qui lors de sa première intervention dit de « Chirac [qu'il] était l'ancre de l'Afrique au G8, le seul avec qui, nous Africain, nous avions un contact direct » (17). Wade affirma aussi qu'il regrettait beaucoup son retrait (18). Wade reprit la parole plus tard afin d'expliquer que Chirac n'avait cependant pas réussi « à pousser le progrès économique de l'Afrique » (19). Les médias africains ne furent pas aussi indulgents avec le Président français. À titre d'exemple, l'Afrique Matin, journal patriotique de la Côte d'Ivoire, qualifia l'annonce de son départ de « fin de parcours d'un fossoyeur de l'Afrique » (20).

Jacques Chirac est le premier des grands chefs d'État occidentaux ayant eu un règne d'une durée significative à quitter la scène politique. En effet, nous pouvons déjà parler du départ prochain de Tony Blair et, en 2008, George W. Bush devra lui aussi laisser son poste. Ces trois hommes ont marqué le début du 21e siècle sur la scène internationale, que ce soit par leurs actions ou leur refus d'agir. Pour le moment, Chirac est critiqué sévèrement. Mais avec le temps, il est permis de se demander si les médias seront aussi amers à son endroit lorsqu'ils évalueront la carrière des deux leaders anglophones par rapport à la sienne.




Références:

(1). RADIO CANADA, « Jacques Chirac tire sa révérence », [En ligne], 10 mars 2007, http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International... (page consultée le 22 mars 2007).

(2). Ibid.

(3). Ibid.

(4). Ibid.

(5). LE FIGARO [Service étranger], « À l'étranger, les commentaires oscillent entre hommage et indifférence », Le Figaro (Paris), 12 mars 2007.

(6). CHRISAFIS, Angelique, « Chirac says farwell to 40 years in politique », [En ligne], The Guardian (UK), 12 mars 2007, http://www.guardian.co.uk/france/story/0,,2031603,00.html, (page consultée le 23 mars 2007).

(7). Ibid.

(8). RADIO CANADA, « Des réactions mitigées », [En ligne], 12 mars 2007, http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International... (page consultée le 25 mars 2007).

(9). LE FIGARO, op. cit.

(10). LEICESTER, John, « Chirac Leaving Stage Admired and Scorned », [En ligne], 11 mars 2007, http://abcnews.go.com/International/wireStory?id=2942447, (page consultée le 23 mars 2007).

(11). Ibid.

(12). Ibid.

(13). MANACH, Jean Marc, « La presse internationale fustige le bilan de Jacques Chirac », Le Monde, [En ligne], 12 mars 2007, http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,3... (page consultée le 24 mars 2007).

(14). AFP, « Réactions contrastées à la fin énoncée de l'ère Chirac », [En ligne], 12 mars 2007, http://cf.news.yahoo.com/s/afp/070312/monde/france... (page consultée le 25 mars 2007).

(15). LE FIGARO, op. cit.

(16). Ibid.

(17). AFP, op. cit.

(18). Ibid.

(19). Ibid.

(20). Ibid.

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Perquisition de l'opposition en France : Jean-Luc Mélenchon dénonce furieusement un abus de pouvoir
>mars 2019


Un climat politique orageux en France
>février 2019


Donner du sang, oui, mais pas pour toute la France...
>octobre 2018


Le président français devant le Congrès américain : séduction ou critique ?
>septembre 2018


Le populisme sous la loupe du Forum mondial de la démocratie de Strasbourg
>janvier 2018


Des élections désastreuses pour le Parti socialiste en France
>octobre 2017


Nostalgie ou changement sans dérangement
>juillet 2017


Présidentielle française: entre espoir et dépit
>février 2017


Des États-Unis à la France, Donald Trump ne laisse personne indifférent
>février 2017


Benoît Hamon : une victoire inattendue aux primaires de la gauche
>février 2017


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016