21 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

12 mars 2007

Liberia: un bilan annuel peu apprécié


Stéphanie Nadeau
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

août
2014
Annoce de l'Organisation mondiale de la santé sur le virus Ebola

avril
2012
Verdict de culpabilité par un Tribunal spécial contre l'ex-président libérien Charles Taylor

janvier
2006
Accession d'Ellen Johnson Sirleaf à la présidence du Liberia

août
1996
Annonce d'un plan de paix au Liberia

septembre
1990
Assassinat du président libérien Samuel K. Doe

juillet
1971
Décès du président libérien William Tubman

mai
1963
Signature de la Charte constituant l'Organisation de l'unité africaine

Le 11 novembre 2005, des élections au Liberia marquèrent l'histoire de l'Afrique. Pour la première fois, une femme s'est retrouvée chef d'un État africain. Ellen Johnson Sirleaf, candidate du Parti de l'Unité, a remporté cette élection avec 59,4% des voix. Quant à son principal opposant, George Weah, du Congrès pour le Changement démocratique (CCD), il a récolté 40,6% des voix. Par sa longue feuille de route, Mme Johnson Sirleaf était considérée comme le choix le plus rationnel pour la présidence alors que George Weah, emblème du football international, représentait d'avantage un choix sentimental (1).

Suite au dévoilement des résultats, M. Weah a porté plainte à la Commission nationale électorale (Nec) pour fraudes présumées (2). D'autres plaintes concernant le déroulement de l'élection présidentielle ont été formulées auprès de la Nec. Cette dernière a enquêté conformément aux procédures légales et Mme Johnson Sirleaf est entrée en fonction le 16 janvier 2006, suite à son assermentation (3).

En plus de porter au pouvoir une femme, ce scrutin met fin à une période de transition de deux ans survenue après l'accord de paix d'août 2003. Cet accord met un terme à 14 ans de guerre civile au Liberia. Bien que le spectre de la guerre plane toujours, un certain calme non assuré s'installe peu à peu (4).

Une feuille de route peu ordinaire

Âgée de 67 ans, Mme Johnson Sirleaf a effectué une bonne part de ses études aux États-Unis. En 1970, elle fut diplômée de l'Université du Colorado en économie et, en 1971, elle obtient de Harvard une maîtrise en administration publique (5).

Ses études terminées, elle retourne au Liberia et devient ministre déléguée aux Finances au sein du gouvernement du Président William Tolbert. Suite au renversement de ce gouvernement en 1980 par le sergent Samuel Do, elle doit s'exiler à Nairobi, au Kenya, où elle travaille pour Citibank (6).

Cinq ans plus tard, soit en 1985, elle retourne au Liberia où elle présente sa candidature aux élections sénatoriales. Elle sera cependant condamnée à 10 ans de prison pour avoir critiqué le régime de Samuel Do et pour son soutien au chef de guerre Charles Taylor dans la rébellion contre Do. Libérée peu de temps après, elle retourne à Washington, aux États-Unis, où elle travaille de nouveau pour CityBank et pour la Banque mondiale(7).

Fort audacieuse, elle retourne au Liberia en 1997 et se présente candidate à l'élection présidentielle contre Tolbert qu'elle soutenait en 1990. Battue par plus de 65% des voix elle se retrouve accusée de trahison par le président (8).

En raison de ses engagements dans une campagne pour le départ du président Taylor, élu en 1997, elle joue un rôle clé au sein du gouvernement de transition qui prépare le pays pour l'élection présidentielle de 2005. Elle monte peu à peu les échelons et, avec le départ de Taylor en août 2003, elle prend place aux affaires politiques du pays et prend le contrôle du Parti de l'Unité (9).

De plus, il est impératif de souligner que Mme Johnson Sirleaf fut en 1999 l'une des personnalités de l'Organisation de l'Unité africaine chargée d'enquêter sur le génocide au Rwanda. En 2002, elle a aussi contribué à l'ouverture au dialogue entre les différents courants politiques en République démocratique du Congo. Enfin, toujours en 2002, elle a participé à la rédaction d'un rapport consacré aux rôles des femmes dans l'édification de la paix pour le Fonds de développement des Nations unies pour la femme (UNIFEM) (10).

Projets audacieux et volonté de fer

Ce parcours prestigieux, bien qu'entaché par endroit, ainsi que l'expérience et les qualifications non-négligeables de Mme Johnson-Sirleaf, furent les principaux arguments servant à attirer l'électorat en 2005. Consciente des défis qu'elle devra relever en tant que Présidente, elle a déclaré au Focus MINUL, publication de la Mission de maintien de la paix des Nations unies au Liberia «qu'il n'y a pratiquement rien dans ce pays qui ne soit prioritaire» (11).

Dans cette optique, elle propose la création d'emplois en incitant les agriculteurs à retourner sur leurs terres afin qu'ils puissent se nourrir eux-mêmes. De plus, elle souhaite améliorer les conditions de vie par l'entremise de la restauration des réseaux électriques et d'alimentation d'eau (12). Le défi le plus urgent sera cependant d'agir pour la réconciliation nationale et la consolidation de la paix. Concepts qui ont tout deux été mis à l'épreuve lors de la campagne électorale lorsque des partisans de M. Weah sont sortis dans les rues pour manifester contre la défaite de leur candidat (13).

La présidente a promis que «plus jamais dans ce pays [Liberia] une personne ou un groupe d'individus ne se sentiront exclus au point de recourir à la force au nom de la justice» (14). En lien avec cette promesse, elle propose un gouvernement «ouvert» au sein duquel la transparence et l'honnêteté seront des valeurs fondamentales. De plus, elle promet un gouvernement reflétant toutes les opinions et encourageant les prises de décision décentralisées (15).

Réalisations depuis 1 an

Révolutionnaire par son militantisme passé, Mme Johnson Sirleaf est tout de même rationnelle par son expérience en économie. Ses actions témoignent de sa volonté de stabiliser et d'unir un pays où tout est à refaire. Lors de son assermentation, elle a lancé un appel aux leaders de l'opposition libérienne, dont M. Weah, afin de les rallier dans son gouvernement dans le but d'associer leurs efforts à la reconstruction du pays (16). Certains analystes ont affirmé que «s'il [M. Weah] acceptait demain d'entrer au gouvernement, son geste constituerait un geste fort pour la paix et l'unité du pays» (17).

Dès le lendemain, la présidente demanda, dans le cadre d'une séance publique du Conseil de sécurité de l'organisation des Nations unies, « la levée des sanctions sur les exportations de diamants et le maintien d'une présence de l'ONU dans le pays»(18).

Depuis la dernière année, elle a été fort critiquée sur des sujets comme ses nombreux voyages aux États-Unis sans résultats visibles pour le Liberia, la crise en Guinée, la situation de la presse dans son pays ainsi que sur des questions économiques (19).

Bien qu'elle fut critiquée sur ce sujet, les voyages aux États-Unis ont finalement porté fruit puisque le géant économique a annulé 391 millions de dollars (part des États-Unis) de dette du Liberia sur un total de 3,7 milliards. Le gouvernement américain s'est aussi engagé à aider le Liberia à mettre sur pied une armée plus compétente et desservant les besoins de la population libérienne (20).

Pour ce qui est des autres critiques, la présidente répond aux questions avec clarté et assurance, d'où le surnom de «Dame de fer». Pour la deuxième année de son mandat de six ans, elle s'engage à lancer un appel aux fils exilés du Liberia, comme les journalistes, qui pourront exercer leur métier dans la liberté. Mme Johnson Sirleaf promet aussi de faire mieux(21).

Réalité au Liberia

Comme il a été mentionné, ce pays de la côte ouest africaine a subi une guerre civile dévastatrice de 1989 à 2003. Le gouvernement doit donc étendre ses pouvoirs afin de diminuer le chômage et la pauvreté. D'après les statistiques de CIA factbook, 85% de la population était en chômage en 2003 alors que 80% vivait sous le seuil de la pauvreté (22). En 2005, le Liberia se trouvait au 165e rang suite à une comparaison du produit national brut avec 222 autres pays. Bien que ce pays est grandement dans le besoin, le produit intérieur brut par habitant, qui diminuait sans cesse depuis 2002, est demeuré le même en 2005 et en 2006 (23). Si la tendance se maintient, il est à espérer que la population libérienne s'enrichisse à tous les niveaux et que la bonne volonté de la «Dame de fer» l'aide à surmonter les embûches qui se dresseront sur son passage.




Références:

(1) CADASSE, David. «Ellen Johnson Sirleaf première présidente du Liberia et d'Afrique». http://www.afrik.com/article9024.html. 12 novembre 2005. (Page consultée le 9 mars 2007).

(2) Ibid.

(3) ANNAN, Koffi «.Koffi Annan félicite Ellen Johnson-Sirleaf de son élection à la tête du Liberia». Communiqué de presse AFR 12/91, New York, 23 novembre 2005.

(4) CADASSE, op. cit.

(5) EUROPA. «S.E. Ellen Johnson Sirleaf». http://www.eudevdays.eu/opencms/Governance_Forum_1... (Page consultée le 9 mars 2007).

(6) Ibid.

(7) Ibid.

(8) Ibid.

(11) Ibid.

(12) Ibid.

(13) CADASSE, op. cit.

(14) HARSH, op. cit.

(15) Ibid.

(16) CADASSE, op. cit.

(17) Ibid.

(18) CULTURE FEMME. «Notre top 4 des femmes afros qui comptent! ». http://www.culturefemme.com/actualites/detail.php?id=6321. 8 mars 2007. (Page consultée le 9 mars 2007)

(19) GOLOKO, Aliou. «Liberia: Ellen Johnson Sirleaf - « Nous avons encore un long chemin à parcourir » ». http://fr.allafrica.com/stories/200702161026.html. 16 février 2007. (Page consultée le 9 mars 2007).

(20) Ibid.

(21) Ibid.... THE WORLD FACTBOOK. (Liberia). https://www.cia.gov/cia/publications/factbook/geos/li.html. 8 mars 2007. (Page consultée le 9 mars 2007).

(23) INDEX MUNDI. «Liberia produit intérieur brut (PNB) par habitant». http://www.indexmundi.com/fr/liberia/produit_inter... (Page consultée le 9 mars 2007).

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Changement de la garde à la présidence du Liberia
>octobre 2017


Épidémie d'Ebola au Liberia : les Américains se retirent
>février 2015


Une distinction particulière remise à la présidente du Liberia
>janvier 2014


Liberia : rejet d'un référendum constitutionnel
>septembre 2011


Charles Taylor : un procès sans fin pour un dictateur sans coeur
>février 2011


Liberia : La MINUL en fonction jusqu'en 2010
>octobre 2009


Liberia : La reconstruction selon la « Dame de fer »
>octobre 2008


Liberia: un bilan annuel peu apprécié
>mars 2007


Liberia : Les diamants du sang
>octobre 2006


Qui de George Weah ou de Ellen Johnson Sirleaf présidera au destin du Libéria?
>octobre 2005


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019