Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

9 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

18 February 2007

Des élections américaines vertes...comme des billets


Simon Mongeau-Descôteaux
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

November
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

July
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

June
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

March
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

December
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

September
2017
Ouragans sur les Caraïbes

August
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

January
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

January
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

November
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

September
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

June
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

March
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

January
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

October
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

December
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

November
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

September
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

November
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

L'argent est le « nerf de la guerre » en politique. Le Chicago Sun Times écrivait en 2003 : « Vous voulez savoir comment votera un sénateur [...] ? Alors suivez l'argent »(1). Cette situation est particulièrement vraie lorsqu'il s'agit de campagnes présidentielles américaines. Le territoire est énorme, les publicités gigantesques et elles demandent un budget en conséquence. La capacité à recueillir des dons est souvent un des facteurs influençant l'issue de l'élection. Il est alors important de suivre d'où vient cette argent, et où elle va pour mieux comprendre son impact dans la vie politique américaine.

Le peuple au pouvoir ?

Avant 2002, les trois quarts des sommes dépensées au cours des campagnes étaient d'origine privée. La loi limitait à 1000 dollars les dons des particuliers alors que les corporations, et autres personnes morales, pouvaient investir selon leurs désirs. C'est pourquoi le Congrès américain votait, en 2002, une loi qui limitait le financement des partis politiques : « Cette loi autorise les dons de particuliers aux appareils politiques jusqu'à 2000 dollars, mais prohibe désormais purement et simplement les contributions directes des entreprises, groupes de pression et syndicats »(2). Les primaires et les élections présidentielles étant considérées comme distinctes, une même personne peut donc donner 4000 dollars en une même année présidentielle pour un même candidat (3).

Si cette loi semble un rêve sur papier, l'élection de 2004 en a désenchanté plus d'un. Loin d'êtres limitées, les entreprises privées ont utilisé des moyens détournés pour influencer l'issue du vote. Plusieurs entreprises ont donné par le biais de leurs employés. Par exemple, 40 employés de la Maryland Bank National Association ont donné le montant maximal de 2000 dollars à la campagne de George W. Bush selon le site Public Integrity (4). D'autres entreprises ont plutôt décidé de s'investir directement en politique en finançant des campagnes publicitaires parallèles, soit anti-Bush (comme Move-On), soit anti-Kerry (comme Swiftboat Veterans for Truth). En vertu du règlement no 527 de la loi électorale, les individus ou les organismes peuvent tenter d'influencer certains sujets chauds de la campagne, dans la mesure où ils ne tentent pas directement d'influencer les actions de l'électorat en l'orientant vers l'un ou l'autre des candidats (5).

Le coût de la présidence

En 2004, le comité Bush-Cheney avait recueilli 269,6 millions de dollars alors que le sénateur John Kerry avait accumulé 234,6 millions de dollars grâce à des contributions d'individus (6). Si l'on ajoute à ces sommes les quelques 450 millions investis par les divers groupes de pressions 527 (7) (du règlement du même nombre), le financement de la campagne présidentielle de 2004 a donc atteint près d'un milliard de dollars.

Les immenses sommes d'argent amassées en 2004 ont été utilisées d'une manière très stratégique par les deux partis. La grande majorité des dépenses furent utilisées pour la diffusion de messages publicitaires, principalement télévisuels, tout au long de la campagne(8).

Les publicités électorales sont surtouts utilisées dans des États cibles. Forts de leur nombre de grands électeurs, ces États sont courtisés par les divers candidats à la présidence. Entre octobre et novembre 2004 « près des deux tiers des dépenses publicitaires se [concentraient] en Floride, en Pennsylvanie et en Ohio » (9), les principaux États pivots.

Ces dépenses publicitaires ne datent pas d'hier. Dans son livre Packaging the Presidency, Kathleen Hall Jamieson relate l'histoire du phénomène des affiches au début du siècle, puis de la télévision dans les années 1940 lors de chaque élection présidentielle (10). Dernièrement, le développement d'Internet a poussé les stratégies publicitaires et leurs coûts vers de nouveaux sommets.

Investir dans 2008

Si la campagne présidentielle de 2004 fut la plus financée de l'histoire américaine, plusieurs s'attendent à ce que celle de 2008 soit plus coûteuse encore. Selon le magazine français L'expansion : « l'élection présidentielle 2008 risque d'être une des plus chère [sic] de l'histoire américaine » (11). Selon des stratèges des deux parties, l'élection pourrait couter jusqu'à 500 millions par parti, soit le double de la campagne de 2004 (12). Les candidats doivent mettre la machine électorale en marche. Du côté démocrate, c'est déjà le branle-bas de combat. Les deux principaux candidats espèrent avoir accumulé 75 millions à la fin de 2007.

Pour Hillary Clinton, la course est déjà bien partie : elle avait déjà en banque 14 millions de sa campagne sénatoriale (13). À titre comparatif, le sénateur John Kerry avait recueilli $7.5 millions en avril 2003, ce qui démontre l'avance d'Hillary dans la campagne. Forte des campagnes de financement, elle avait réussi à accumuler 45 millions de dollars grâce à la générosité de 250 000 donateurs pendant les législatives de 2006 (15).

John Edwards, l'ancien candidat à la vice-présidence, travaille pour sa part au sein de son réseau de contact, formé principalement d'avocats, sa profession initiale. Son objectif pour 2008 reste de se former une équipe solide de collecteurs de dons (16).

De son côté, le sénateur Barack Obama accuse un retard, puisque le sénateur n'avait réussi qu'à obtenir 756 000 dollars à la fin de janvier 2007. D'un autre côté l'industrie cinématographique hollywoodienne semble déjà pencher pour Obama, avec des appuis de Steven Spielberg, David Geffen et Jeffrey Katzenberg, de la société de production DreamWorks (17). D'ailleurs, « l'acteur-réalisateur militant George Clooney l'appelle son ami et ne jure que par lui (18). »

Si l'appui de l'industrie cinématographique est à ce point important pour Obama, c'est qu'elle est l'une des principales bases de financement du Parti démocrate. En 2000, plus de 38 millions ont été déboursés par l'industrie du cinéma, de la télévision et du disque. De cette somme, 64% ont été aux démocrates en 2000, et 69% en 2004. Si les acteurs ne peuvent pas dépenser plus que les 2000 dollars permis, ils peuvent cependant organiser des banquets et des réceptions pour les donateurs de leurs candidats (20).

Malgré les montants inimaginables d'argent recueillis et dépensés pendant les campagnes électorales, il faut cependant tenir compte plusieurs facteurs spécifiques aux États-Unis. Les divers candidats ont 50 États à visiter, 9 millions de km² à couvrir, mais surtout près de 300 millions de personnes à convaincre (21). Si les budgets dépassent ceux de tous les autres pays, ils ne représentent qu'environ 2 à 3 dollars par individus, ce qui, pour faire vivre l'intérêt démocratique, semble tout de même peu.




Références:

(1) LE SOLEIL« Le côté obscur de l'élection présidentielle », Le Soleil, 15 septembre 2004, p. A4.

(2) LA DOCUMENTATION FRANCAISE, « Un financement public et surtout privé » , [Disponible en ligne], http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/pr... (visitée le 16 février 2007)

(3) EJOURNAL USA, « Le financement des campagnes électorales », [En ligne] http://usinfo.state.gov/journals/itdhr/1004/ijdf/baran.htm (visitée le 16 février 2007)

(4) KNOTT, Alex, « Who Gives the Most Money » , Center for public integrity, [En ligne] http://www.publicintegrity.org/bop2004/report.aspx?aid=168 (visitée le 16 février 2007)

(5) OPENSECRETS, « Advocacy Group Spending in the 2006 Elections », [En ligne] http://www.opensecrets.org/527s/index.asp?cycle=2004 (visitée le 16 février 2007)

(6) L'INTERNAUTE, « Financement de la campagne présidentielle » [En ligne], http://www.linternaute.com/actualite/dossier/05/pr... (visitée le 16 février 2007)

(7) OPENSECRETS, Op. Cit.

(8) LA DOCUMENTATION FRANCAISE, Op. Cit.

(9) TOURREILLE, Julien « Les swing states, États clés de la maison blanche », Le Devoir, 27 octobre 2004, p B5.

(10) JAMIESON, Kathleen H, Packaging the presidency , 3e édition, 1996, Oxford University Press, New York, 598p.

(11) L'EXPANSION, « Hillary Clinton/Barack Obama: le match sera aussi financier », L' Expansion 22 janvier 2007, [Disponible en ligne], http://www.lexpansion.com/art/15.0.153176.0.html (visitée le 16 février 2007)

(12) AOL NEWS, « Edwards Passes on Public Campaign Money », [En ligne], http://news.aol.com/elections/president/story/_a/e... le 16 février 2007)

(13) HEALY Patrick et Jeff ZELENY, « Clinton Enters '08 Field, Fueling Race for Money », The New York Times, 21 janvier 2007, [Disponible en ligne], http://www.nytimes.com/2007/01/21/us/politics/21hi... (visitée le 16 février 2007)

(14) LATHROP, Daniel. « The Money Race: After First Quarter, Kerry Leads », Center for public integrity, [En ligne] http://www.publicintegrity.org/bop2004/report.aspx?aid=3 (visitée le 16 février 2007)

(15) L'EXPANSION, Op. cit.

(16) HEALY Patrick et Jeff ZELENY, Op. cit.

(17) SWISS INFO, « Hollywood hésite entre Hillary Clinton et Barack Obama », 27 janvier 2007, [Disponible en ligne] http://www.swissinfo.org/fre/swissinfo.html?siteSe... (visitée le 16 février 2007)

(18) NOVECK, Jocelyn, « Hollywood s'enthousiasme pour Barack Obama », YAHOO! France, [En ligne] http://cf.news.yahoo.com/s/capress/070127/... (visitée le 16 février 2007)

(19) Loc. cit.

(20) SWISS INFO, Op cit.

(21) CIA, « United States », The World Factbook, [En ligne], https://www.cia.gov/cia/publications/factbook/ (visitée le 16 février 2007)

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016