16 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

18 février 2007

L'art de la négociation selon Pyongyang


Joanie Jutras
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

avril
2018
Sommet entre les leaders de la Corée du Sud et de la Corée du Nord

juillet
2017
Lancement d’un missile nord-coréen qui serait capable d’atteindre les États-Unis

décembre
2011
Décès du leader nord-coréen Kim Jong-il

février
2007
Entente sur un éventuel démantèlement du programme nucléaire nord-coréen

octobre
2006
Premier essai nucléaire en Corée du Nord

juin
2000
Tenue d'une rencontre historique entre les chefs d'État des deux Corées

juillet
1994
Décès du président nord-coréen Kim Il-sung

juin
1950
Déclenchement de la guerre de Corée

Des pourparlers multilatéraux se sont déroulés entre les deux Corées, le Japon, la Chine, les États-Unis et la Russie dans la nuit du 12 au 13 février 2007 à Pékin. Le principal sujet de ces négociations était le démantèlement du réseau nucléaire de la Corée du Nord en échange d'une aide énergétique à ce pays communiste isolé du reste du monde.

Le gouvernement nord-coréen avait ratifié le Traité de non-prolifération nucléaire en 1985, pour ensuite annoncer son retrait le 10 janvier 2003 et la reprise de ses activités nucléaires (1). La Corée du Nord avait ensuite effectué un essai nucléaire en octobre 2006, ce qui bouleversa la communauté internationale et incita les puissances asiatiques et les États-Unis à retourner à la table des négociations multilatérales.

Les parties se sont maintenant entendues pour que le gouvernement nord-coréen s'engage à fermer et sceller sa principale centrale nucléaire de Yongbyon, au nord de la capitale de Pyongyang (2). En échange de cette première démonstration de collaboration, les partenaires de l'entente procureront 50 000 tonnes de mazout et une aide alimentaire. Dans les soixante jours qui suivront, la Corée du Nord devra fournir une description exhaustive de ses activités nucléaires, fermer toutes ses centrales nucléaires et accepter la visite de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). Après cette étape, elle aura droit à 950 000 tonnes de mazout supplémentaires. Les États-Unis pourraient alors enlever la Corée du Nord de la liste des États terroristes (l'axe du mal) et mettre de l'avant des mécanismes visant à normaliser les relations diplomatiques entre les deux pays. Cette entente prévoit aussi une possible révision des termes du cessez-le-feu de la guerre de Corée en 1953.

Bien des étapes sont à franchir avant que les relations diplomatiques avec cet État soient normalisées. Toutefois, si le président Kim Jong-il ne respecte pas les accords, il risque des sanctions internationales (3). En effet, l'histoire nous rappelle que plusieurs négociations et accords ont dû être suspendus ou abandonnés à cause de l'attitude de la Corée du Nord depuis sa création, en 1948.

Une arme payante

Depuis la chute du régime soviétique, en 1991, Pyongyang a perdu son principal allié économique. Le gouvernement sait très bien que maintenant ses recherches dans le domaine nucléaire lui offrent une dernière monnaie d'échange avec les puissances régionales. En effet, cet argument lui a bien servi en 1994 alors que sa population souffrait d'une terrible famine. Pour cette raison, les analystes demeurent prudents quant à l'application concrète des ententes. Rien ne garantit que le président veuille se débarrasser d'une arme aussi rentable.

Selon un chercheur de la Chaire Raoul-Dandurand de Montréal, Étienne Lévesque, Pyongyang pourrait « subordonner son démantèlement à la construction de réacteurs nucléaires à eau légère (4) », puisque ceux-ci lui avaient été promis en 1994. Lévesque soutient également que plusieurs obstacles pourraient empêcher le respect de l'accord (5). Il insiste d'abord sur le fait que le million de tonnes de mazout promis « ne saurait suffire à assurer la stabilité énergétique du pays puisque ce volume de pétrole ne représente que les deux tiers de la consommation énergétique annuelle de l'État communiste (6) ». Selon la presse japonaise, Pyongyang détenait des exigences nettement plus importantes au commencement des négociations. Elle exigeait deux millions de tonnes de mazout, soit quatre fois plus que ce qu'elle avait demandé lors d'un accord similaire en 1994 (7).

Or, l'État communiste a grandement besoin d'énergie et d'aide alimentaire. Les pénuries de nourriture auraient causé, à ce jour, plusieurs centaines de milliers de morts et auraient entraîné la fuite de milliers d'habitants vers la Chine (8).

Les six États se rencontreront à nouveau le 19 mars 2007. Cette rencontre aura essentiellement pour objectif d'élaborer un échéancier précis pour le démantèlement nucléaire nord-coréen (9). D'autres pourparlers sont à prévoir sur des sujets épineux comme le narcotrafic nord-coréen, le blanchiment d'argent, la diminution des troupes armées à la frontière de la Corée du Sud et le remplacement définitif de l'armistice de 1953 par un traité de paix formel (10).




Références:

1. « Corée du Nord », Microsoft® Études 2007 [DVD]. Microsoft Corporation, 2006.

2. Toues les informations factuelles proviennent de : KHAN, Jooneed. « Triomphe (fragile) du multilatéralisme : accord historique avec la Corée du Nord », La Presse, le mercredi 14 février 2007, p.A25.

3. LIBÉRATION ET REUTERS. « Pyongyang accepte des mesures de désarmement : en échange d'une aide de 300 millions », Le Devoir, le mercredi 14 février 2007, p.A7.

4. LÉVESQUE, Étienne. « Corée du Nord : une valse à plusieurs temps », Le Devoir, le jeudi 15 février 2007, p. A7.

5. loc. cit.

6. loc. cit.

7. LE MONDE, L'AGENCE FRANCE-PRESSE ET L'ASSOCIATED PRESS. « Accord avec la Corée du Nord à Pékin », Le Devoir, le mardi 13 février 2007, p.A8

8. « Corée du Nord », op. cit.

9. LÉVESQUE, Étienne, op. cit.

10. loc. cit.

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Les camps de travail en Corée du Nord : un avenir douteux pour l'amélioration des droits humains
>janvier 2019


Les problèmes économiques de la Corée du Nord : une affaire d'attitude
>janvier 2017


Le contexte nébuleux de la famine en Corée du Nord
>octobre 2015


Corée du Nord : des pratiques comparables à celles des nazis, selon les Nations unies
>mars 2014


Nouvel essai nucléaire inquiétant par la Corée du Nord
>février 2013


Spéculations galopantes sur la succession du dirigeant nord-coréen
>octobre 2010


Nucléaire: la Corée du Nord négocie et persiste à tester ses missiles
>octobre 2009


La « Corée du Nucléaire »
>octobre 2009


Hyundai, un géant en expansion
>octobre 2009


« Élections » en Corée du Nord : un simulacre de « démocratie »
>février 2009


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016