17 juillet 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

4 février 2007

Deng Xiaoping : l'héritage d'un homme pragmatique


Joanie Jutras
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

janvier
2019
Alunissage d’une sonde chinoise sur la face cachée de la Lune

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

mars
2018
Abolition de la limite de deux mandats présidentiels en Chine

octobre
2017
Ouverture du XIXe Congrès du Parti communiste chinois

novembre
2015
Poignée de main historique entre les présidents de la Chine et de Taïwan

octobre
2015
Fin de la politique de l'enfant unique en Chine

novembre
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

septembre
2014
Mouvement de protestation populaire à Hong Kong

novembre
2012
Ouverture du XVIIIe congrès du Parti communiste chinois

août
2008
Ouverture des Jeux olympiques de Beijing

mars
2008
Montée de la violence dans les rues de Lhassa au Tibet

octobre
2007
Ouverture du XVIIe Congrès du Parti communiste chinois

juillet
2007
Présentation de la journée Live Earth

février
2007
Entente sur un éventuel démantèlement du programme nucléaire nord-coréen

octobre
2003
Première mission chinoise envoyant un homme dans l'espace

mars
2003
Alerte au SRAS par l'Organisation mondiale de la santé

novembre
2002
Ouverture du XVIe Congrès du Parti communiste chinois

décembre
2001
Adhésion de la Chine à l'Organisation mondiale du commerce

décembre
1999
Rétrocession de Macao à la Chine

Il y a dix ans déjà que le Parti communiste chinois (PCC) annonçait la mort de Deng Xiaoping. Âgé de 93 ans, celui-ci succombait, le 19 février 1997, des suites de la maladie de Parkinson et d'une infection pulmonaire.

Du communisme vers le libéralisme

Deng avait entrepris son escalade dans le monde de la politique en 1930. Il était devenu, à cette époque, le protégé de Mao Zedong. Aux côtés de ce dernier, il avait participé à la célèbre « Longue Marche » des communistes en 1934-1935 (1). Après la Seconde Guerre mondiale, il adhéra au PCC et continua son ascension dans la hiérarchie politique chinoise. Après la Révolution, en 1949, il exerça des fonctions importantes au sein du parti dont il fut une des figures de proue.

Suite à la mort de Mao, en 1976, Deng gouverna la Chine de 1977 à 1989 en priorisant la croissance économique (2) : « Il [a rationalisé] la planification économique, [libéré] les entreprises du contrôle de l'État et [réhabilité] le profit comme principe directeur de la vie économique. Son but [était] de renforcer et de stabiliser la Chine pour protéger le pouvoir communiste (3) ». Cette approche marquait une nette rupture par rapport à celle de ses prédécesseurs.

Ainsi, Deng lègue l'image d'un homme pragmatique, celui qui a instauré les réformes économiques et l'ouverture vers le libéralisme. Nous en retenons sa célèbre citation : « Peu importe que le chat soit blanc ou noir, pourvu qu'il attrape des souris (4) ».

Cependant, Deng n'est pas à l'abri de la controverse : « alors qu'il n'est plus à la tête du parti depuis 1987, mais qu'il a conservé le poste clé de président de la Commission des Affaires militaires du parti, il approuve personnellement le massacre qui met fin aux manifestations de la place Tian'anmen en faveur de la démocratie en 1989 (5). » Dans la même année, il se retire officiellement de la politique, mais demeure une figure emblématique importante en Chine. Sa dernière apparition publique avait eu lieu en 1994, lors du Nouvel An (6).

Quant à l'homme privé qu'il était, la population demeurait peu informée. Il a été marié trois fois et c'est avec sa dernière femme qu'il a eu trois filles et deux fils. Pour le reste, contrairement à Mao, Deng préférait demeurer discret sur sa vie privée et, surtout, il ne croyait pas au culte de la personnalité (7).

Dernier hommage sur fond de tensions politiques

Lors de son décès, en 1997, le grand « architecte », comme certains l'appelaient, a eu droit à un deuil national de six jours qui a permis le déplacement de nombreuses personnes jusqu'à Paifang, son village natal (8). De plus, dans les rues de Pékin, et plus particulièrement sur la place Tian'anmen, la sécurité était renforcée afin d'empêcher toute action qui aurait pu troubler l'ordre lors de ses obsèques (9). Les hommes politiques, quant à eux, se faisaient discrets, mais la tension était vive au sujet de la passation du pouvoir à l'intérieur du PCC.

Le 25 février 1997, dernier jour de deuil, la vie semblait toutefois continuer normalement en Chine. En effet, peu de Chinois ont rendu un dernier hommage à Deng. Il s'agissait d'un contraste marquant si l'on compare avec la mort de Mao, en 1976 (10) : « À Pékin, 10 000 dignitaires du régime ont assisté à la cérémonie solennelle organisée au Palais du peuple [sur la place Tian'anmen] (11). » Cette cérémonie n'était pas ouverte au public, mais ensuite, le peuple a pu déposer des fleurs et autres présents pour le défunt. La ville de Shenzhen, où Deng avait instauré les premières réformes économiques, avait quant à elle souligné cette journée avec énormément d'émotion. Pour la population locale, c'était une façon de remercier celui qui avait permis à la ville de connaître de bonnes performances économiques depuis la réforme (12).

Lors du décès de Deng, les paroles d'admiration et de compassion arrivaient des quatre coins du monde. Le président des États-Unis, Bill Clinton, déclarait que Deng était une « figure extraordinaire » et il soulignait son rôle dans la réforme de libéralisation des marchés (13). Pour sa part, le premier ministre du Japon, Ryutaro Hashimoto, se disait triste de la mort de Deng et souhaitait que la Chine et le Japon continuent d'avoir de bonnes relations dans l'intérêt de la paix et de la stabilité de la région (14). Pour sa part, le gouvernement taïwanais saluait l'ouverture des marchés par Deng, mais regrettait le massacre de la place Tian'anmen (15). D'autre part, le secrétaire des Affaires étrangères britannique, Malcolm Rifkind, déclarait que : « la Grande-Bretagne considérait que Deng avait atteint le sommet de ses accomplissements avec l'entente de 1984, qui prévoyait la rétrocession de Hong Kong à la Chine (16). » Cependant, le guide spirituel du Tibet, le Dalai Lama, a tenu à exprimer que Deng n'avait pas tenu compte de l'appel à l'autonomie des Tibétains (17).

Depuis les dix dernières années, la Chine a poursuivi son émergence et a même surpris le monde entier. Son ascension au rang de puissance mondiale peut être en partie attribuée au travail acharné de Deng. C'est donc à travers les critiques, les déceptions, les victoires et les réformes qu'il a porté la Chine vers la prospérité qu'elle connaît aujourd'hui. L'ex-secrétaire d'État américain Henri Kissinger soulignait, à propos de Deng, il y a quelques années : « J'ai aussi l'honneur de pouvoir faire une comparaison entre les paroles de Deng Xiaoping [...] et ce qui s'est passé réellement plus tard. Il est rarissime qu'un homme politique puisse, à l'instar de Deng Xiaoping, réaliser tous ses objectifs (18)».




Références:

1. ENCYCLOPAEDIA BRITANNICA, INC. Book of the Year, 1998, p. 95

2. Deng Xiaoping. Microsoft® Encarta® 2006 [CD]. Microsoft Corporation, 2005

3. Loc. cit.

4. BROUSSEAU, François. « Le despote éclairé : à son corps défendant, Deng Xiaoping laisse derrière lui quelques germes de liberté », Le Devoir, le jeudi 20 février 1997, p. A6

5. Deng Xiaoping (Encarta). Op. cit.

6. REUTER. « Deng Xiaoping, le communiste qui croyait à l'enrichissement », Le Devoir, le jeudi 20 février 1997, p. A1.

7. Loc. cit.

8. REUTER. « Des obsèques sobres pour Deng Xiaoping : Veillée funéraire sur fond de tensions », Le Devoir, le lundi 24 février 1997, p. A6

9. Loc. cit.

10. FACTS ON FILE. « Chinese Paramount leader Deng Xiaoping Dies; Impact Uncertain in Important Political Year », World News Digest With Index, USA, vol57, no 2933, February 20, 1997, p. 101.

11. HUTZLER, Charles. « Chine: Un dernier hommage au patriarche », Le Devoir, le mercredi 26 février 1997, p. B6

12. Loc. cit.

13. EDITORIALS ON FILE. « Deng Xiaoping Dies », Twice Monthly Newspaper Editorial Survey with Cumulative Index, USA, 1997, p. 194-196.

14. FACTS ON FILE. Op. cit.

15. Loc. cit.

16. Loc. cit. (Traduit de l'anglais par l'auteur)

17. EDITORIALS ON FILE. Op. cit.

18. LE QUOTIDIEN DU PEUPLE. « Deng Xiaoping est l'un des plus grands homes du XXe siècle (Kissinger) », 2000 - 2004 tous droits réservés, http://french.peopledaily.com.cn/Horizon/2696120.html, page consultée le 1er février 2007.

BIBLIOGRAPHIE COMPLÉMENTAIRE

HUCHET, Jean-François. « L'héritage économique de Deng Xiaoping », centre d'Études Français sur la Chine Contemporaine, perspectives chinoises, no 40, mars - avril 1997, page 6.

PERSPECTIVE MONDE. « Décès de Deng Xiaoping », 19 février 1997, http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... Page consultée le 1er février 2007.

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Le nucléaire chinois avance à grands pas
>avril 2019


La révolution sino-américaine et le piège de Thucydide
>mars 2019


Persécution des musulmans en Chine
>mars 2019


Kim Jong-un et Xi Jinping : un partenariat sans faille?
>novembre 2018


Le parti indépendantiste HKNP s'attire les foudres de Pékin
>octobre 2018


La rencontre de Wuhan : un retour au calme entre l'Inde et la Chine?
>septembre 2018


La Route de la soie : un projet titanesque qui pourrait changer l'ordre mondial
>avril 2018


Organisation de coopération de Shanghai : lorsque deux rivaux s'unissent
>mars 2018


Xi Jinping : ambitions et pouvoir
>février 2018


La peine de mort en Chine : l'évolution d'un phénomène culturel
>décembre 2017


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019