19 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

30 octobre 2005

Sécheresse alarmante en Amazonie


Antoine Noël-Choquette
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

octobre
2018
Élection de Jair Bolsonaro à la présidence du Brésil

avril
2018
Arrestation de l’ex-président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva

août
2016
Destitution de la présidente brésilienne Dilma Rousseff

août
2016
Ouverture des Jeux olympiques de Rio de Janeiro

octobre
2014
Réélection de Dilma Rousseff à la présidence du Brésil

juin
2013
Manifestations d'envergure au Brésil

octobre
2010
Élection de Dilma Rousseff à la présidence du Brésil

juillet
2007
Présentation de la journée Live Earth

octobre
2006
Réélection de Luiz Inacio Lula da Silva à la présidence du Brésil

mai
2006
Rébellion simultanée dans les prisons de Sao Paulo, au Brésil

octobre
2002
Élection de Luiz Inacio Lula da Silva à la présidence du Brésil

janvier
2001
Ouverture du premier Forum social mondial à Porto Alegre

avril
1993
Tenue d’un référendum sur le régime et le système politique au Brésil

décembre
1992
Démission du président brésilien Fernando Collor

octobre
1992
Émeute dans la prison Carandriu de Sao Paulo, au Brésil

juin
1992
Ouverture du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro

mars
1991
Signature du traité menant à la création du Mercosur

janvier
1985
Élection de Tancredo Neves à la présidence du Brésil

janvier
1984
Création du Mouvement des Sans terre au Brésil

Dressons d'abord un bref portrait des risques et des conséquences de la sécheresse historique qui sévit présentement en Amazonie : assèchement de rivières, baisse record du niveau des eaux des principaux affluents du fleuve Amazone causant ainsi la baisse du niveau de celui-ci, destruction de la biodiversité de ces cours d'eau, perte des voies de commerce et d'acheminement des marchandises dans certains villages d'Amazonie, risques de famine et d'épidémie de choléra, incendies majeures dans certaines régions de Bolivie et du Pérou; (1).

En ce qui concerne la crise actuelle, le gouvernement brésilien a mis en ?uvre divers mécanismes pour venir en aide aux populations des villages les plus touchés. Depuis plusieurs années, le gouvernement travaille à l'implantation de lois et de mesures afin de diminuer l'impact écologique de l'industrie, principalement l'industrie forestière, sur la forêt amazonienne. Par contre, la communauté scientifique demeure insatisfaite et accuse le gouvernement du Brésil d'avoir une politique schizophrène en Amazonie surtout concernant le plan « Avanca Brasil »qui encourage le développement d'infrastructures routières en Amazonie (2).

Au Brésil, règle générale, la saison sèche a lieu durant les mois de septembre et d'octobre. Par contre, cette année, elle a débuté durant le mois d'août et elle sévit encore aujourd'hui (3). Les scientifiques avancent plusieurs hypothèses pour expliquer les causes possibles de cette sécheresse d'une gravité encore inégalée mais nul ne peut se prononcer avec certitude car les composantes de l'équilibre climatique de la région sont nombreuses, variées et complexes.

Comme nous l'avons souligné précédemment, les impacts de la sécheresse en Amazonie sont nombreux. Tout d'abord, la baisse du niveau des eaux a un impact majeur sur la vie des populations vivant en Amazonie car celles-ci dépendent des cours d'eau pour le commerce et l'approvisionnement en denrées et en médicaments. Conséquemment, les communautés avoisinantes de la ville de Tabatinga (4), et plusieurs autres régions, sont complètement coupées du reste du Brésil et dépendent maintenant de l'aide du gouvernement car les cours d'eau, leur unique moyen de transport, sont impraticables. Selon l'institut scientifique ?Brazil's National Space Sciences Institute?, de nombreuses rivières amazoniennes ont atteint le niveau le plus bas jamais enregistré(5).

En réaction à la crise, le gouvernement de la province d'Amazonas a déclaré les villes de Manaquiri, Atalaia do Norte, Anori et Caapiranga comme zones sinistrées (6). Par cette mesure, il s'assure d'obtenir l'aide du gouvernement brésilien notamment en ce qui concerne la logistique et le matériel nécessaire pour acheminer l'aide aux villes et villages. Par exemple, le gouvernement fédéral a été appelé à fournir des hélicoptères, des bateaux, des purificateurs d'eau, de la nourriture et maints autres équipements et denrées (7).

Étant donné la gravité de la situation, la communauté scientifique tente d'alerter la population mondiale en publiant des séries de données et des hypothèses susceptibles d'expliquer l'origine de la crise actuelle. À cet effet, selon une source scientifique publiée par CNN, durant les mois de juin et août il est tombé le deux tiers des précipitations normales et, au mois de juillet, il en est tombé le tiers (8). De plus, le niveau des eaux de certaines rivières, si elles ne se sont pas tout simplement asséchées, a certainement diminué drastiquement. À titre d'exemple, l'Amazone a vu son niveau d'eau descendre à 51,8 pieds, ce qui est, selon les services géologiques du gouvernement brésilien, de loin sous la barre du niveau minimum moyen de 58,1 pieds (9). À ce stade de la crise, les Services Hydrologiques du Brésil ne sont toujours pas en mesure de savoir si le niveau des eaux reviendra à la normale durant la saison des pluies qui doit commencer en novembre.

En plus d'avancer des statistiques, la communauté scientifique et le gouvernement brésilien ont émis quelques hypothèses. Selon le gouvernement, les feux allumés par les cultivateurs afin de défricher des terrains en Amazonie ont contribués à augmenter l'évaporation dans la région contribuant ainsi à accentuer la sécheresse qui sévit actuellement (10).

Aux yeux de la communauté scientifique, les possibilités sont plus nombreuses et plus variées. Tout d'abord, les scientifiques évoquent le réchauffement de la surface des deux océans de 0,5 à 1 degré celsius. Selon Josiane Ronchail, géographe et maître de conférences à l'université Paris-VII, cette augmentation "correspond à des pressions plus basses, ce qui affaiblit les alizés et diminue le flux de la mousson en direction de l'Amazonie". Ce phénomène serait donc responsable de la sécheresse en Amazonie et aurait alimenté les ouragans Katrina et Rita (11).

La seconde cause possible est reliée à la déforestation massive qui a lieu dans la forêt amazonienne. Dans le passé, la forêt était trop humide pour pouvoir flamber. Par contre, les coupes sélectives et les coupes à blanc l'ont rendue moins dense. De cette façon, la forêt n'est plus en mesure de retenir l'humidité au sol (12). C'est donc pour cette raison que nous avons assistés à d'immenses feux de forêt au Pérou et en Bolivie. Le groupe environnementaliste Greenpeace partage également l'opinion que la déforestation et le réchauffement planétaire sont tous deux responsables du désastre (13). De plus, cette organisation craint la possibilité que la sécheresse, les feux et le réchauffement planétaire ne catalysent un phénomène de transformation rapide et incontrôlable de la forêt en savane.

En ce qui concerne la déforestation, le gouvernement brésilien a pris certaines mesures qui, comme nous l'avons déjà spécifié, peuvent sembler schizophréniques. Il instaure des réserves nationales, soit environ 31% du territoire forestier en 2002, et, de l'autre côté, il finance des projets qui contribuent à détériorer et à détruire la forêt. C'est notamment le cas du plan « Avanca Brasil » qui finance la construction d'autoroutes traversant l'Amazonie (14).

La forêt amazonienne, communément appelée « les poumons de la planète », est présentement en grand danger d'incendie, les populations d'Amazonie souffrent de l'assèchement des rivières et des millions de poissons et mammifères marins meurent chaque jour par manque de nourriture et/ou d'oxygène. La région la plus humide du globe, celle où coule le fleuve le plus puissant de la planète, est en train de s'assécher devant nos yeux. Le gouvernement brésilien est impuissant car, seul, il ne peut prévenir le réchauffement planétaire. Au nord, les ouragans inondent et détruisent sur leur passage, alors qn'au sud, la sécheresse est en train de détruire l'endroit où vit près de 30% de la biodiversité planétaire (15).




Références:

(1) Le Monde, Sao Paulo (Brésil) correspondance, 20.10.05, « Etat de calamité publique au Brésil », en ligne : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-701525,... Adrian Cowell, Jeudi le 27 août 2002, « Fires of the Amazon », en ligne: http://news.bbc.co.uk/1/hi/programmes/correspond... Op. cit. Le Monde, « Etat de calamité publique au Brésil »

(4) CNN, 17 octobre 2005, ?Amazon communities stranded by drought?, en ligne: http://edition.cnn.com/2005/WORLD/americas/10/17/b... Greenpeace International, en ligne: http://www.greenpeace.org/international/photosvide... photographie montre l'ampleur du désastre. Ce cours d'eau était assez grand pour que des bateaux d'une grosseur considérable puissent y naviguer sans problèmes. Aujourd'hui, il font calle sèche sur les banc de sable.

(6)CNN, 11 octobre 2005, ?Brazil declares disaster areas in Amazon Worst drought it decades drying key rivers?, en ligne: http://edition.cnn.com/2005/WORLD/americas/10/10/b... op. cit. ?Amazon communities stranded by drought?

(8) Le Monde, 20 octobre 2005, « L'Amazone en dramatique manque d'eau », en ligne : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-701524,... Op. cit. ?Brazil declares disaster areas in Amazon?

(9) Op. cit. ?Brazil declares disaster areas in Amazon?

(10) Op. cit. ?Brazil declares disaster areas in Amazon?

(11) Op. cit. Le Monde, L'Amazone en dramatique manque d'eau »

(12) Adrian Cowell, Jeudi le 27 août 2002, « Fires of the Amazon », en ligne: http://news.bbc.co.uk/1/hi/programmes/correspond... International, en ligne: http://www.greenpeace.org/international/photosvide... Op. cit. Adrian Cowell « Fires of the Amazon »,

(15) op. cit. Le Monde « L'Amazone en dramatique manque d'eau »

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

L'agriculture au Brésil : relancer l'économie, mais à quel prix?
>septembre 2019


Le Brésil paralysé par une grève des routiers
>novembre 2018


Élection présidentielle au Brésil : un conservateur et misogyne au pouvoir
>octobre 2018


Inculpation de Luiz Inacio Lula da Silva : la déchéance d'un héros brésilien
>avril 2018


Mobilisation citoyenne au Brésil : la tête de Temer en jeu
>septembre 2017


Petrobras : toxique pour l'État brésilien?
>avril 2017


La situation amazonienne: un éternel débat entre environnement et économie
>novembre 2016


Le Brésil au bord de la crise
>octobre 2016


Des jeux Olympiques inoubliables et une facture salée
>septembre 2016


JO Rio2016 : des Jeux olympiques à rabais
>février 2016


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019