Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

18 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

30 May 2015

Les États-Unis confrontés à la menace nord-coréenne


Gilles Vandal
historien,
Ph.D.
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

November
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

July
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

June
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

March
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

December
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

September
2017
Ouragans sur les Caraïbes

August
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

January
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

January
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

November
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

September
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

June
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

March
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

January
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

October
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

December
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

November
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

September
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

November
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

Au cours de la dernière année, les observateurs de la scène internationale ont concentré leur attention sur la menace de l'État islamique (EI) au Moyen-Orient. Néanmoins, la menace représentée par la Corée du Nord est tout aussi préoccupante, sinon plus. Si l'EI est un facteur de déstabilisation au Moyen-Orient, la Corée du Nord menace non seulement la sécurité de la Corée du Sud et du Japon, mais aussi de la Chine et des États-Unis.

La Corée du Nord joue un rôle de perturbateur en Asie de l'Est, et ce, depuis la fin de la Guerre de Corée en 1953. Mais entre-temps, ce régime s'est doté d'une des plus puissantes armées du monde et dispose de l'arme atomique. Les experts américains estiment que le régime nord-coréen qui possède déjà 20 ogives nucléaires en disposera une centaine en 2020.

Le progrès réalisé par la Corée du Nord dans le développement de son programme de missiles est très préoccupant. Les autorités américaines estiment que Pyongyang dispose de missiles KN-08 très mobiles et a récemment testé son premier lanceur sous-marin de missiles balistiques. Le régime nord-coréen a donc la capacité de menacer physiquement même les États-Unis.

D'ailleurs, Pyongyang déclare régulièrement qu'elle est disposée à lancer une attaque préventive contre les États-Unis. L'année dernière, la Corée du Nord a menacé de «faire exploser» la Maison-Blanche dans le cadre d'une simulation vidéo d'une attaque sur les États-Unis. Ces déclarations menaçantes ne peuvent plus être considérées comme de simples bravades.

Les préoccupations américaines se sont fortement accrues depuis décembre 2011, alors que le jeune Kim Jong-un, âgé de seulement 28 ans, a succédé à son père Kim Jong-il. Depuis, il ne se passe pas un mois sans que nous n'assistions à de nouvelles provocations nord-coréennes, que cela soit par le lancement de nouveaux missiles balistiques, des tirs de roquettes et d'artillerie ou des menaces ouvertes d'attaques militaires.

Le caractère provocateur et imprévisible des menaces de Kim Jong-un rend la situation encore plus difficile à gérer. Son attitude est perçue par beaucoup d'observateurs comme étant pour le moins irrationnelle. Et cette politique imprédictible transparait non seulement en politique extérieure, mais aussi en politique intérieure.

Depuis son accession au pouvoir, Kim Jong-un a procédé à une série de purges. Après avoir éliminé plusieurs hauts dirigeants, Kim Jong-un a fait en 2013 exécuter Jang Song Thaek, son oncle et mentor, qui était considéré comme le numéro 2 du régime, pour haute trahison. Le jeune leader a alors qualifié ce dernier de paria criminel et de contre-révolutionnaire.

En mars et avril 2015, Kim Jong-un a ordonné l'exécution de 15 hauts fonctionnaires, y compris deux vice-ministres. Mais l'oblitération de Hyon Yong-Chol par un canon antiaérien devant des centaines de spectateurs est l'incident qui a attiré le plus l'attention. Hyon, un général qui était devenu ministre de la Défense en juin 2014, a été exécuté sans procès, deux jours après son limogeage, pour s'être assoupi durant un discours de Kim Jong-un.

Le régime de terreur instauré par Kim Jong-un diffère de celui de son père et son grand-père. Si ces deux derniers recouraient périodiquement à des purges, celles-ci servaient simplement à écarter du pouvoir des membres de l'élite jugés déloyaux. Par contre, Kim Jong-un se montre impitoyable contre toute personne qu'il soupçonne de déloyauté. Il a ainsi fait exécuter des centaines de hauts dirigeants.

À la manière de Joseph Staline, Kim Jong-un cherche à consolider son emprise sur le pouvoir en recourant à la terreur. Ce faisant, il démontre que son régime ne tolérera aucune dissidence politique. Mais cette politique augmente paradoxalement le potentiel d'instabilité dans le pays en affaiblissement la viabilité du régime de l'intérieur.

Être un haut dirigeant en Corée du Nord est devenu de plus en plus dangereux. Si certains analystes y perçoivent dans les purges la preuve d'une agitation au sein de l'élite dirigeante et un refus de Kim Jong-un d'accepter toute apparente de contestation de son leadership, d'autres y décèlent un comportement déglingué sociopathe. En somme, Kim Jong-un souffrirait peut-être du syndrome de Caligula, ce jeune empereur psychopathe qui, grisé par son pouvoir absolu, a développé un régime de terreur à l'encontre de l'élite romaine.

Jusqu'en 2011, la communauté internationale pouvait compter sur la Chine pour tempérer les humeurs belliqueuses nord-coréennes. Mais sous la gouvernance de Kim Jong-un, le régime nord-coréen rejette les pressions de Beijing qui l'incite à se dénucléariser et à adopter une politique de réformes. L'exécution de Chang Song-thaek, un partisan d'une ouverture partielle, fut la réponse de Kim Jong-un aux pressions chinoises. La Chine dispose donc d'une influence limitée sur Pyongyang.

Par son comportement erratique, la Corée du Nord est passée en trois ans du statut de nuisance régionale exotique à un danger pour la paix mondiale. Une imprudence ou une erreur de calcul de la part Kim Jong-un pourrait dégénérer un conflit armé ayant des conséquences apocalyptiques. Les États-Unis ont donc raison de se préoccuper de la situation.



Dernière modification: 2015-07-13 15:23:58

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016