Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

16 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

25 November 2007

Les Franco-ontariens : une communauté en voie de progression?


Nicolas Laffage-Bouchard
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

October
2018
Légalisation du cannabis au Canada

October
2015
Élection au Canada du Parti libéral de Justin Trudeau

May
2011
Réélection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

October
2008
Ouverture du douzième Sommet de la Francophonie

October
2008
Réélection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

June
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

January
2006
Élection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

June
2004
Élection au Canada du Parti libéral de Paul Martin

November
2000
Réélection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

September
1999
Ouverture du huitième Sommet de la Francophonie

June
1997
Réélection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

October
1995
Tenue d'un référendum sur la souveraineté du Québec

October
1993
Élection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

December
1992
Signature de l'Accord de libre-échange nord-américain

October
1992
Tenue d'un référendum au Canada sur l'entente de Charlottetown

June
1990
Échec de l'accord constitutionnel du lac Meech au Canada

November
1989
Création de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique

November
1988
Réélection au Canada du Parti progressiste-conservateur de Brian Mulroney

September
1987
Ouverture du deuxième Sommet de la Francophonie

L'on associe presque automatiquement les Canadiens français à la province de Québec. Cependant, l'on oublie souvent qu'il existe des communautés francophones à l'extérieur de la « belle province ». Celles-ci ont pourtant une histoire riche qui remonte souvent à très loin. Le problème réside surtout dans le fait qu'elles ne possèdent pas une grande population alors qu'elles sont situées dans des régions à grande majorité anglophone. Cette situation défavorable nuit à leur visibilité au sein du Canada. Par contre, cela n'a pas empêché la mise en place de certaines initiatives afin de contrer cette problématique, dont celles de la province de l'Ontario qui adopte la loi sur les services en français en 1986.

La communauté francophone hors Québec qui possède la plus importante population est celle de l'Ontario. Il y a actuellement environ 1 million de Canadiens français à l'extérieur du Québec, dont plus de la moitié, soit 548 940, demeurent en Ontario. Ce groupe ne représente qu'un faible 4.8% de la population totale de la province. La situation est d'autant plus inquiétante que ces chiffres se réfèrent aux individus dont le français est la langue maternelle. Si l'on considère seulement ceux qui utilisent le français comme langue d'usage, le pourcentage est réduit à 3%.

En revanche, ce qui est encourageant, c'est qu'un francophone sur trois n'est pas né en Ontario. Cela signifie que la communauté se régénère par d'autres moyens que la natalité. De plus, les minorités culturelles représentent environ 10% des Franco-ontariens, ce qui implique une immigration francophone non négligeable. Malgré ces points positifs, la situation des Ontariens d'expression française demeure très difficile. Ils tentent de parler le français dans un environnement complètement dominé par l'anglais (1).

Tentatives pour renverser la vapeur

La province de l'Ontario a affirmé son intention de consacrer davantage de ressources au fait français sur son territoire en 1986, lorsque la loi sur les services en français est adoptée. La province reconnaît désormais à ses citoyens d'expression française le droit de recevoir des services gouvernementaux dans leur langue. Cela implique qu'ils peuvent recevoir des services dans des domaines tels que la santé, l'éducation et la justice dans la langue française, là ou le nombre le justifie. Cette initiative est suivie la même année de celle sur la gestion scolaire qui fait en sorte que le gouvernement ontarien reconnaît le droit des francophones de gérer leurs écoles. En 1987, l'on assiste à la mise en ondes de la chaîne française de télévision TFO. L'État ontarien fait aussi installer des panneaux bilingues sur les autoroutes provinciales quelques années plus tard. Finalement, durant les années 1990, plusieurs centres médico-sociaux sont ouverts à travers la province pour répondre aux exigences de la loi de 1986 en terme de santé (2).

Toutes ces mesures améliorent grandement le quotidien ainsi que les chances d'épanouissement de la communauté franco-ontarienne dont la situation connaît certains progrès depuis quelques années. Cependant, de grandes problématiques demeurent. D'abord, le fait que cette population est vieillissante, avec une moyenne d'âge beaucoup plus élevée que chez les anglophones. Cette situation est problématique dans la mesure où elle implique une difficulté pour la communauté francophone à se renouveler. De plus, la plupart des jeunes se consacrent à l'apprentissage de l'anglais, car cette langue ouvre davantage de possibilités dans le domaine de l'emploi. Il n'existe d'ailleurs qu'une proportion très faible des francophones qui utilisent leur langue d'usage dans leur milieu de travail (3).

Finalement, plusieurs membres de cette communauté ne sont toujours pas en mesure de recevoir les services d'éducation, de santé et de justice en français, étant donné qu'ils ne sont pas présents dans des régions où le nombre le justifie. Cette situation provoque des revendications importantes de la part des Franco-ontariens qui demandent au gouvernement encore plus de ressources afin de desservir un nombre maximal de régions dans la province. Cela a d'ailleurs donné certains résultats, étant donné que le 7 août 2007, le tout premier commissaire aux services en français en Ontario, François Boileau, est entré en fonction. La création de ce nouveau poste dans l'administration publique provinciale est une grande victoire pour la communauté francophone, puisque M. Boileau et son équipe ont pour mandat de faire le lien de manière directe entre celle-ci et le gouvernement ontarien (4).




Références:

(1) GINGRAS, François-Pierre. « Les revendications des communautés francophones canadiennes », Université d'Ottawa, http://aix1.uottawa.ca/~fgingras/polcan/minorite.html, (page consultée le 23 novembre 2007).

(2) S.A. « L'Ontario célèbre le 20e anniversaire de la loi sur les services en français », Office des affaires francophones, http://www.ofa.gov.on.ca/francais/pub-speciale-20e.html, (page consultée le 23 novembre 2007).

(3) GILBERT, Anne. « Entre l'école et l'hôpital, le développement de la francophonie canadienne », Université d'Ottawa, http://www.circem.uottawa.ca/pdf/francophoniecanadienne.pdf, (page consultée le 23 novm

(4) BUXEDA, Yann. « Voici le tout premier commissaire aux services en français de l'Ontario », http://www.lexpress.to/archives/1660/, (page consultée le 23 novembre 2007).

Dernière modification: 2007-11-30 09:04:46

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016