Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

21 janvier 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

11 novembre 2007

État d'urgence au Pakistan : Benazir Bhutto prend des forces


Alain Desjourdy
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

décembre
2014
Attentat dans une école du Pakistan

mai
2011
Assassinat d'Oussama Ben Laden au Pakistan

juillet
2010
Inondations d'envergure au Pakistan

novembre
2008
Attentats terroristes à Bombay, en Inde

décembre
2007
Assassinat de Benazir Bhutto au Pakistan

octobre
2005
Tremblement de terre au Cachemire

octobre
1999
Renversement du président pakistanais Mohamad Nawaz Sharif

mai
1998
Explosion d'une première bombe atomique par le Pakistan

août
1988
Décès du président pakistanais Zia-ul-Haq

juillet
1977
Renversement du gouvernement de Zulfikar Ali Bhutto au Pakistan

décembre
1971
Proclamation de l'indépendance du Bangladesh

novembre
1970
Cyclone tropical au Pakistan oriental (Bangladesh)

mars
1969
Démission du président pakistanais Ayub Khan

août
1965
Déclenchement d'un conflit sur le Cachemire entre l'Inde et le Pakistan

avril
1955
Ouverture d'une conférence internationale à Bandoeng

février
1955
Signature du pacte de Bagdad

septembre
1954
Création de l'Organisation du traité de l'Asie du Sud-Est

juillet
1951
Lancement du plan de Colombo

janvier
1948
Entrée en vigueur de l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce

Le 3 novembre 2007, le président du Pakistan Pervez Musharraf a déclaré l'état d'urgence pour l'ensemble du pays. Par cette mesure, M.Musharraf tente d'endiguer les manifestations contre son régime.

La crise politique actuelle tire son origine de la décision du juge en chef de la Cour suprême, Iftikhar Muhammad Chaudhry, qui a remis en question la réélection de Pervez Musharraf le 6 octobre 2007. Selon le magistrat, M.Musharraf ne peut être à la fois président et chef des armées. En réaction à ces propos, Pervez Musharraf a décidé de remplacer le juge par Hameed Dogar (1). La colère s'est alors emparée des intervenants du système judiciaire et a provoqué plusieurs manifestations. Le président pakistanais a réagi en déclarant l'état d'urgence dans l'ensemble du pays. Les conséquences de cette mesure sont la suspension de la Constitution et l'imposition de restrictions aux médias (2). Toutefois, après une remise en question du calendrier électoral, les élections législatives seront tenues le 9 janvier 2008 (3), conformément au calendrier électoral initial.

Benazir Bhutto réagit en deux temps

La chef du Parti du peuple du Pakistan (PPP), Benazir Bhutto, a réagi différemment depuis le début de l'état d'urgence. Au début, elle condamne la mesure qu'elle perçoit comme une «trahison personnelle». Cependant, elle entretient une ambiguïté sur sa position, car elle tente à la fois de se distancer et de se rapprocher du général Musharraf (4).

Or, le 7 novembre 2007, Bhutto tient un nouveau discours plus ferme et sans ambiguïté envers le président pakistanais : «le gouvernement a joué malhonnêtement (5)». Le discours devient encore plus ferme au moment de son assignation à sa résidence par le président Musharraf. Le 10 novembre 2007, elle promet de mener «la guerre contre la dictature» et de tenir une marche, le 13 novembre, malgré l'interdiction de tenir des manifestations (6).

En écrivant que «si l'état d'urgence se prolonge, [Bhutto] devra prendre une position claire (7)», Jean-Luc Racine, directeur au Centre national de la recherche scientifique, avait anticipé ce revirement dans le discours de Benazir Bhutto. Effectivement, avec un état d'urgence prolongé, l'ex-première ministre se devait de prendre position afin de bien se démarquer de ses adversaires. Cette nouvelle attitude face à Pervez Musharraf s'explique aussi par les propos de ses adversaires, qui avaient exigé qu'elle choisisse entre le camp de Musharraf ou celui de l'opposition (8).

Bhutto est-elle la solution?

Au début de l'état d'urgence, Bhutto était mal perçue par la population en raison de sa proximité avec le régime de Musharraf. Selon la revue Jane's : «Bhutto [apparaissait] de moins en moins comme la sauveuse du Pakistan (9)». Toutefois, son attitude plus ferme change toute la perspective. Selon Olivier Guillard, directeur à l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques, Benazir Bhutto est devenue la principale figure du mouvement d'opposition pour le rétablissement de la démocratie (10). Toujours selon M.Guillard, Bhutto se présente comme la seule alternative pour restaurer la démocratie, car Pervez Musharraf a renié ses engagements envers celle-ci (11).

La perspective d'une entente de partage du pouvoir entre Bhutto et Musharraf, susceptible de régler la crise politique, demeure incertaine. Selon l'analyste politique Hasan Askari-Rizvi, les négociations pourraient être en danger si les tensions ne cessent d'augmenter (12). Une entente n'est pas impossible, mais elle doit survenir rapidement. Effectivement, les deux personnalités ont intérêt à négocier, car «l'état d'urgence risque de permettre aux talibans pakistanais d'étendre leur influence [dans le nord du pays] (13)».

Finalement, il existe deux écoles de pensée pour expliquer la stratégie de Bhutto afin d'obtenir des changements importants au régime de Pervez Musharraf (14). La première stipule que Bhutto souhaite que son parti politique prenne la tête du mouvement de protestation. En organisant des manifestations, le PPP forcerait les autres partis de se rallier à lui. Avec un mouvement contestataire uni, Pervez Musharraf serait ainsi contraint d'accéder aux exigences de Bhutto. L'autre école de pensée soutient qu'avec un discours plus dur envers Musharraf, Bhutto veut soutirer des appuis chez les militants du «Pakistan Muslim League Quaid-e-Azam» (PML-Q). Ce parti politique soutient Pervez Musharraf depuis huit ans. En grugeant des appuis chez le PML-Q, Bhutto améliorerait ainsi son rapport de force, ce qui l'aiderait à obtenir des concessions de la part du président Musharraf.




Références:

(1) CHIPAUX, Françoise. «Les avocats mènent la fronde contre Pervez Musharraf», Le Monde (Paris), 8 novembre 2007, p. 4.

(2) ZERROUKY, Hassane. «Pervez Mosharraf fait un petit pas en arrière», l'Humanité (Paris), 9 novembre 2007, p. 11.

(3) THE NEWS. «Musharraf announces to hold polls in first week of Jan 2008», (En ligne), 11 novembre 2007, http://thenews.jang.com.pk/updates.asp?id=32035, (Page consultée le 11 novembre 2007).

(4) CHIPAUX, Françoise. Op. Cit.

(5) LALLEMAND, Alain. «Benazir Bhutto se réveille», Le Soir (Bruxelles), 8 novembre 2007, p. 17.

(6) AGENCE FRANCE PRESSE et REUTERS. «Pakistan : Benazir Bhutto défie Pervez Musharraf», (En ligne), 10 novembre 2007, http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3216,36-... (Page consultée le 10 novembre 2007).

(7) ROTIVEL, Agnès. «Y a-t-il une alternative au général Moucharraf au Pakistan ?», La Croix (Paris), 8 novembre 2007, p. 8.

(8) AGENCE FRANCE PRESSE et REUTERS. Op. Cit.

(9) LALLEMAND, Alain. Op. Cit.

(10) GUILLARD, Olivier. «Au Pakistan, "Benazir Bhutto sort renforcée de la situation"», (En ligne), 9 novembre 2007, http://www.lemonde.fr/web/panorama/0,11-0@2-3216,3... (Page consultée le 10 novembre 2007).

(11) Ibid.

(12) PERLEZ, Jane et David ROHDE. «Pakistani Leader Blocks Protests, Creating Impasse», The New York Times (New York), 10 novembre 2007, p. A1.

(13) RASCHID, Ahmed. «L'état d'urgence, une aubaine pour les extrémistes», Courrier international (Paris), 8 novembre 2007, p. 32.

(14) KHAN, Ilyas. «Is Bhutto up for confrontation?», (En ligne), 7 novembre 2007, http://news.bbc.co.uk/2/hi/south_asia/7083770.stm, (Page consultée le 10 novembre 2007).

Dernière modification: 2007-11-16 08:03:19

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Baloutchistan : un conflit méconnu qui s'éternise
>décembre 2018


Élections fédérales au Pakistan : progrès et controverse
>octobre 2018


Élections au Pakistan : la violence encore au rendez-vous
>octobre 2018


Le peuple pakistanais pleure la mort d'Asma Jilani Jahangir
>septembre 2018


Smog au Pakistan : une situation environnementale inquiétante
>mars 2018


Climat extrêmement tendu sur la frontière indo-pakistanaise
>novembre 2016


Attentat au Pakistan : la lutte au terrorisme n'est toujours pas gagnée
>septembre 2016


Visite de Xi Jinping au Pakistan : un nouveau corridor économique s'ouvre
>septembre 2015


Le Baloutchistan : une région au coeur des grands intérêts asiatiques
>novembre 2014


Le Pakistan encore secoué par une attaque terroriste
>septembre 2014


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016