Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

21 janvier 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

4 novembre 2007

L'érosion du Pasok en Grèce


Olivier Mongeau
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

septembre
2018
Référendum en Macédoine sur un éventuel changement de nom du pays

septembre
2015
Tenue d'élections législatives en Grèce

juillet
2015
Tenue d'un référendum sur un plan d'aide financière européenne à la Grèce

janvier
2015
Élection de la Coalition de la gauche radicale d'Alexis Tsipras en Grèce

juin
2012
Tenue d'élections législatives en Grèce

mai
2012
Tenue d'élections législatives en Grèce

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

juin
1999
Tenue d'élections au Parlement européen

juin
1998
Création de la Banque centrale européenne

juin
1994
Tenue d'élections au Parlement européen

février
1992
Signature du traité de Maastricht

juin
1989
Tenue d'élections au Parlement européen

août
1975
Signature à Helsinki d'un accord sur la sécurité en Europe

juillet
1974
Fin du régime des colonels en Grèce

juillet
1974
Intervention turque à Chypre

avril
1967
Renversement du gouvernement grec par une junte militaire

mars
1964
Arrivée des forces des Nations unies à Chypre

septembre
1961
Début des travaux de l'Organisation de coopération et de développement économiques

La population de la Grèce a élu un nouveau gouvernement le 16 septembre 2007. Le gouvernement sortant a été reporté au pouvoir, mais avec une courte majorité (1). C'est le Parti Nouvelle Démocratie (ND), une formation de droite, qui obtient un deuxième mandat consécutif. Cependant, un vent de crise survole le paysage politique grec. En effet, le gouvernement en place a perdu du terrain par rapport aux dernières élections, mais ce fut aussi le cas du principal parti d'opposition, le Pasok, qui a lui aussi subi un recul (2).

Pourtant, avec les difficultés que connaissait le gouvernement sortant, le Pasok était en mesure de reprendre le pouvoir perdu depuis les élections de 2004. C'est même le pire résultat que le parti socialiste a connu depuis son premier mandat, au début des années 80. Cette question nous incite à analyser de plus près ce qui s'est passé lors des deux dernières élections pour mieux comprendre pourquoi le Pasok n'a pas été en mesure de reprendre le pouvoir.

L'historique du Pasok

La Grèce est actuellement une démocratie établie, mais ce n'a pas été toujours le cas. Par exemple, la Grèce a connu un régime dictatorial entre 1967 et 1974 (3). Après la fin de la dictature des colonels, tous les partis ont été légalisés (4). C'est en 1974 que le Pasok, un parti de gauche, a été créé par Andreas G. Panpandreou (5).

Ce parti socialiste entre dans l'histoire en gagnant les élections de 1981 avec 48% des votes. C'est le début d'une longue période à la tête du pays pour ce parti de gauche qui se termina en 1989. Une période de coalitions débute ensuite entre le ND et le Pasok puisque leurs nombres de sièges étaient pratiquement égaux.

Le retour au pouvoir des socialistes se fit aux élections de 1993, et ce malgré un scandale économique qui avait éclaboussé le chef du Pasok, Andreas Panpandreou. Le fondateur du Pasok décéda en 1996 à la suite de problèmes de santé chroniques et fut remplacé par Costas Simitis. De 1996 à 2004, le Pasok a subi beaucoup de critiques relativement à une crise diplomatique avec la Turquie. Il fut aussi accusé de suivre les États-Unis au doigt et à l'oeil. Peu avant les élections de 2004, le fils d'Andreas Panpandreou, George, devint le leader du Pasok. Mais cela ne permit pas à ce parti de conserver le pouvoir après onze ans de règne.

Le Pasok moins populaire?

En 2004, les élections ont donné le ND grand gagnant avec 45% des suffrages contre 40% pour le Pasok (6). Pourtant, celui-ci était favori pour l'emporter puisque son chef, Panpandreou, avait 70% d'opinions favorables de la population (7). De plus, le gouvernement sortant a connu certains succès par exemple: la stabilisation de l'économie, l'adhésion à l'Euro et une politique de rapprochement avec la Turquie. Ces atouts auraient dû jouer en faveur des socialistes (8).

La défaite du Pasok a incité certains analystes à dire que le désir d'alternance de la population était fort puisqu'il ne faut pas oublier que l'emprise de la gauche existait depuis les années 80 (9). Un autre élément qui explique la défaite du Pasok en 2004 serait l'augmentation des appuis aux partis plus à gauche. En effet, l'extrême gauche a réussi à faire élire des députés au détriment du Pasok (10). Cependant, rien à ce moment-là ne permettait d'affirmer qu'un déplacement des électeurs allait s'effectuer massivement vers l'extrême gauche.

Les résultats des élections de 2007 sont dévastateurs pour le Pasok. Le parti socialiste ne récolta que 38% des suffrages, un recul par rapport à 2004 (11). Le parti de droite ND reste au pouvoir, mais il connaît lui aussi un recul par rapport à 2004. Certains analystes ont attribué cette défaite de la gauche à une incapacité de convaincre l'électorat et à un déplacement à droite de celui-ci qui s'est fait pendant les années 90 (12). Le déplacement des électeurs de gauche vers l'extrême gauche s'est également accentué puisque ces partis ont maintenant 36 députés, ce qui est énorme si l'on considère que le gouvernement a une mince majorité, soit 2 députés (13).

Le Pasok en questionnement

Tout de suite après la défaite, les socialistes entrèrent dans une période de crise. La légitimité de George Panpandreou en est sortie grandement affaiblie. Plusieurs personnes au sein du parti contestent le leadership de Panpandreou, mais ce dernier veut quand même rester à la tête du parti (14). Toutefois, le Pasok organisera une course au leadership le 11 novembre prochain et Panpandreou devra se faire élire parmi plusieurs candidats en lice (15).

Les défis du Pasok au cours des mois à venir seront colossaux. Le vainqueur de la course du 11 novembre devra remettre le parti dans la bonne voie pour espérer revenir au pouvoir aux prochaines élections. Pour réussir, il lui faudra reconquérir les électeurs qui ont été vers l'extrême gauche, en ayant un programme plus socialiste qu'il ne l'a été auparavant (16). Le Pasok devra donc revenir vers son idéologie de gauche. Dans cette optique, certains lui ont déjà proposé de combattre l'accroissement de l'écart entre les riches et les pauvres (17).

Changement de mentalité des Grecs

Il est certain qu'un changement de philosophie au sein du Pasok est devenu nécessaire pour créer un renouveau. Les Grecs ont une vision nouvelle par rapport aux vieux partis comme le Pasok et le parti ND. C'est pourquoi, les électeurs, tout en sanctionnant le gouvernement et les socialistes en septembre 2007, voulaient exprimer une désaffection envers ces partis politiques et leur dire qu'il est temps de gouverner d'une manière différente. Cette saute d'humeur de l'opinion publique aura certainement des répercussions sur les stratégies à venir de ces vieux partis politiques.

Il n'est d'ailleurs pas certain que l'actuel chef du parti socialiste, Panpandreou, puisse réussir à remporter la course au leadership qui aura lieu bientôt. Il est encore moins certain que le prochain chef du Pasok ou l'actuel chef du gouvernement seront capables de changer l'opinion publique puisque les pressions viennent de toute part. Enfin, les principaux partis, comme le Pasok, doivent aussi arrêter la progression des partis extrémistes qui ont obtenu davantage d'appuis dans la population lors des deux dernières élections. C'est sur cela que le parti socialiste devra se concentrer pour arrêter l'hémorragie.




Références:

(1) Jérôme, MÉTELLUS, « Tensions politiques et sociales croissantes en Grèce », [en ligne], http://www.lariposte.com/Tensions-politiques-et-so... (consulté le 26 octobre 2007).

(2) Loc cit.

(3) PERSPECTIVE MONDE, « Grèce : Dirigeants », [en ligne], http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... (consulté le 26 octobre 2007).

(4) Jacobi, THOMAS, « Les législatives ont marqué la fin d'une époque », Le Soir, mardi le 18 septembre 2007, p. 15.

(5) Tous les éléments historiques du Pasok se retrouvent sur le site de Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/PASOK.

(6) Didier, KUNZ, « En Grèce, la droite inflige une lourde défaite au Pasok qui était au pouvoir depuis onze ans », Le Monde, mardi le 9 mars 2004, p.4.

(7) Dominique, LAGARDE, « Le coup de jeune du Pasok », [en ligne], http://www.lexpress.fr/info/monde/dossier/grece/do... (consulté le 26 octobre 2007).

(8) Didier, KUNZ, « En Grèce, la droite inflige une lourde défaite?opt. cit.

(9) Loc. cit.

(10) Nicolas, JURY, « Grèce : nouvelle défaite de la gauche », Le Figaro, lundi le 14 juin 2007, p. 11.

(11) Jérôme, MÉTELLUS, « Tensions politiques et sociales? opt.

(12) Loc. cit.

(13) Loc. cit.

(14) George GILSON, «Pasok poll a logistical challenge», [en ligne], http://www.athensnews.gr/athweb/nathens.prnt_artic... (consulté le 1er novembre 2007).

(15) Loc. cit.

(16) Jérôme, MÉTELLUS, « Tensions politiques et sociales? opt.

(17) Loc. cit.

Dernière modification: 2007-11-09 09:08:15

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

1967 à 1974 : la Grèce paralysée sous le régime des colonels
>février 2017


Grèce : le flamboyant ministre des Finances Yanis Varoufakis démissionne
>octobre 2015


Une rencontre Grèce-Russie qui soulève des questionnements
>septembre 2015


Le Pasok : un parti politique en voie de disparition en Grèce
>février 2015


La Grèce et l'Union européenne de retour à la table de négociation
>février 2015


Merkel vis-à-vis Tsipras
>janvier 2015


La crise grecque, 6 ans plus tard : un lourd bilan socioéconomique
>avril 2014


Le réveil inattendu de l'extrême droite en Grèce
>mars 2013


La Grèce a-t-elle troqué sa souveraineté ?
>mars 2012


Papandreou abandonne l'idée d'un référendum
>novembre 2011


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016