7 décembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

28 octobre 2007

Il y a 50 ans, François Duvalier était assermenté comme président d'Haïti


Nicolas Laffage-Bouchard
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

novembre
2016
Élection de Jovenel Moïse à la présidence d’Haïti

septembre
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

mars
2011
Élection de Michel Martelly à la présidence d'Haïti

janvier
2010
Tremblement de terre dévastateur en Haïti

février
2004
Démission du président haïtien Jean-Bertrand Aristide

novembre
2000
Élection de Jean-Bertrand Aristide à la présidence de Haïti

septembre
1991
Renversement du président haïtien Jean-Bertrand Aristide

juin
1988
Renversement du président haïtien Leslie Manigat

février
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

février
1986
Départ du président haïtien Jean-Claude Duvalier

avril
1971
Décès du président haïtien François Duvalier

décembre
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

septembre
1957
Accession de François Duvalier à la présidence de Haïti

mai
1950
Démission du président Dumarsais Estimé en Haïti

mars
1948
Création de l'Organisation des États américains

septembre
1947
Signature du Traité interaméricain d'assistance réciproque à Rio de Janeiro

Il y a 50 ans, François Duvalier devenait président d'Haïti après avoir remporté les élections du 22 septembre 1957. Cet évènement allait devenir une date charnière dans l'histoire haïtienne. Cela s'explique par le fait que cet ancien médecin de l'hôpital de Port-au-Prince va instaurer rapidement une dictature extrêmement répressive. Le régime de Duvalier fait entrer le pays dans une vague d'absolutisme et de terreur qui bouleverse la vie de ses habitants. Celle-ci va se perpétuer jusqu'à sa mort, en 1971, et même au-delà puisque son fils, qui va lui succéder, ne sera forcé à l'exil qu'en 1986 à la suite d'une révolte populaire. Haïti aura donc subi presque trente ans de dictature sous le régime des Duvalier.

La dictature de François Duvalier

Il ne faut pas penser que la situation haïtienne était beaucoup plus rose avant l'arrivée de François Duvalier. Au contraire, Haïti connaît des problèmes politiques depuis le début du siècle. Les Etats-Unis interviennent militairement dans le pays en 1915, lorsque Jean Vilbrun Guillaume devient le sixième président à être tué en quatre ans. Les militaires américains contrôlent le pays jusqu'en 1934. À la suite de leur départ, Haïti subit plusieurs coups d'État et émeutes. Le dernier bouleversement politique avant l'arrivée de Duvalier au pouvoir survient lorsque le président Paul Magloire fait face à un soulèvement populaire et doit démissionner de son poste le 6 décembre 1956. C'est alors que François Duvalier se présente comme candidat à la présidentielle et est élu le 22 septembre 1957 (1).

Le programme défendu par le nouveau président est très accrocheur pour la majorité de la population haïtienne et le fait qu'il soit élu démocratiquement apporte beaucoup d'espoir pour l'avenir du pays. Duvalier prône un nationalisme extrême en faveur du « noirisme haïtien ». Il glorifie la négritude au profit de « l'aristocratie » métis. Il favorise donc l'accession au pouvoir de la petite bourgeoisie de race noire. De plus, il veut faire du vaudou la religion nationale du pays, au détriment des représentants de l'Église catholique (2).

Une fois arrivé au pouvoir, le président doit faire face aux ambitions de certains politiciens et militaires. Durant ses mandats, il doit repousser neuf tentatives de renversements de la part de ses adversaires. À chaque fois, il consolide davantage son régime dans une atmosphère d'ordre et de terreur (3). Le dictateur commence par instaurer la milice des Volontaires de la sécurité nationale. Ces derniers servent à renforcer le pouvoir du président au sein de la société haïtienne en persécutant les opposants au régime de Duvalier. Parmi eux, les intellectuels et les représentants de l'Église sont le plus souvent les victimes de ces agressions et exécutions qui feront fuir plusieurs Haïtiens hors du pays. Le dictateur fait aussi du vaudou la religion nationale et instaure un culte de la personnalité. Finalement, il modifie la Constitution haïtienne en 1964 afin de se proclamer président à vie (4).

Jean-Claude Duvalier succède à son père

Un peu avant de mourir, François Duvalier commence à se préoccuper de sa succession. Possédant tous les pouvoirs au sein de l'appareil politique, il tente de faire de son fils, Jean-Claude, son successeur. C'est grâce à une consultation populaire truquée, qui a lieu en janvier 1971, que cette option est approuvée par les citoyens d'Haïti. C'est à l'âge de 19 ans que Jean-Claude accède à la présidence lorsque son père décède, seulement quelques mois après le référendum.

Le nouveau président continuera l'oeuvre de son paternel, mais il sera forcé à l'exil le 7 février 1986, conséquence d'une révolte populaire contre son régime. La population haïtienne fait alors sentir sa frustration envers la corruption, la pauvreté et les fraudes politiques commises par les partisans des Duvalier. Le départ du dictateur met fin à un régime autoritaire et héréditaire qui aura duré presque trente ans sous la présidence de la famille Duvalier, soit le père et le fils (5).

Encore aujourd'hui, la famille Duvalier fait les manchettes en Haïti. C'est que Jean-Claude Duvalier, qui est toujours en exil en France, est au centre d'une épineuse question qui divise la société haïtienne. L'ancien dictateur a profité du 50e anniversaire de l'élection de son père à la présidence, pour demander : « pardon au peuple haïtien pour les erreurs commises pendant son règne » (6). Il a fait cette demande par l'intermédiaire de la radio, ce qui a provoqué un énorme débat au sein du pays. L'actuel président, René Préval, accueille cette déclaration avec prudence, car il fut un opposant au régime des Duvalier. Par contre, il désire laisser à la population le soin de juger si le pardon doit être accordé à l'ancien dictateur. Cette réapparition de Jean-Claude Duvalier dans les médias du pays laisse prévoir qu'il désire peut-être faire un éventuel retour, non seulement en sol haïtien, mais également au sein de l'appareil politique (7).




Références:

(1) S.A. « Haïti : entre dictature et pauvreté », Radio Canada, http://www.radio- canada.ca/nouvelles/dossiers/ha... (page consultée le 18 octobre 2007).

(2) S.A. « Haïti : entre dictature et pauvreté », Radio Canada, http:// www.radio- canada.ca/nouvelles/dossiers/haiti/his... (page consultée le 18 octobre 2007).

(3) S.A. « Profil de Mr. François Duvalier », Haiti-Reference, http://www.haiti- reference.com/histoire/notables... (page consultée le 18 octobre 2007).

(4) S.A. « Haïti : entre dictature et... », Op. Cit.

(5) S.A. « Haïti : entre dictature et... », Op. Cit.

(6) S.A. « Les Haïtiens divisés sur un retour éventuel de Duvalier », La Presse, http://www.cyberpresse.ca/article/20070930/CPMON... (page consulté le 18 octobre 2007).

(7) S.A. « Les Haïtiens divisés... » Op. Cit.

Dernière modification: 2007-11-02 13:21:32

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

L'immigration haïtienne au Québec : une histoire d'amour vacillante?
>octobre 2018


Échec de l'aide humanitaire : le cas haïtien
>octobre 2016


La présidence de Michel Martelly : les Haïtiens désenchantés
>avril 2015


Trois ans de présidence Martelly : l'omniprésence du séisme
>octobre 2014


Mandat d'arrestation contre Aristide : la continuité d'un parcours controversé
>septembre 2014


La dérive de l'immigration haïtienne
>janvier 2014


Haïti : manifestations importantes pour demander la démission du président Martelly
>décembre 2013


Haiti : polémique sur une Constitution modifiée
>octobre 2012


Haïti : Michel Martelly à la recherche de partenaires
>février 2012


Michel Martelly : « Sweet Mickey » et l'avenir incertain d'Haïti
>septembre 2011


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019