Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

17 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

30 September 2007

La diplomatie du pétrole : Chavez à la conquête du monde


Charles-Antoine Millette
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

July
2017
Élection controversée d’une Assemblée constituante au Venezuela

December
2015
Victoire de l'opposition aux législatives vénézuéliennes

March
2013
Décès du président vénézuélien Hugo Chavez

October
2012
Réélection de Hugo Chavez à la présidence du Venezuela

February
2009
Tenue d'un référendum au Venezuela

December
2006
Réélection de Hugo Chavez à la présidence du Venezuela

April
2002
Tentative de coup d'État contre Hugo Chavez au Venezuela

December
1999
Pluies torrentielles et inondations au Venezuela

December
1998
Élection de Hugo Chavez à la présidence du Venezuela

January
1994
Émeute dans la prison de Maracaibo, au Venezuela

August
1980
Signature du traité de Montevideo entre les pays de l'Alalc

November
1975
Déclenchement de l'opération Condor

May
1969
Création du Pacte andin

September
1960
Création de l'Organisation des pays producteurs de pétrole

April
1960
Dévoilement de la doctrine Betancourt à Caracas

February
1960
Signature du traité de Montevideo créant l'Association de libre-échange de l'Amérique latine

December
1958
Retour de Romulo Betancourt à la présidence du Venezuela

April
1958
Début de la visite du vice-président américain Richard Nixon en Amérique latine

March
1948
Création de l'Organisation des États américains

Animateur de la populaire émission de télévision du dimanche Aló Presidente, ancien militaire putschiste et globe-trotteur : le président vénézuélien Hugo Chavez est actif sur plusieurs plans depuis quelques décennies. Chef d'État populiste qui détient un lien presque viscéral avec la population, il consolide les classes sociales en fondant sa légitimité sur un discours nationaliste violent. Chavez mise également sur la valeur du pétrole, tant pour amener le pays à la révolution bolivarienne, que pour devenir un acteur de premier plan au niveau international.

Privatisation, nationalisation et autoritarisme

Depuis l'arrivée de Chavez sur la scène politique vénézuélienne, de nombreuses lois furent adoptées pour prévenir la privatisation de l'économie nationale. La « Hydrocarbons Law » de 2001 est un bon exemple démontrant que l'État veut s'accaparer des secteurs économiques les plus susceptibles de subir la domination des intérêts étrangers (1). Cette loi, en plus de remplacer celle de 1975 sur la nationalisation du pétrole, dicte clairement les limites que peuvent atteindre les investissements privés et étrangers (2). Une telle légalisation fait office d'avertissements aux puissances, leur signalant que la souveraineté politique et économique du Venezuela appartient à la République bolivarienne, et non aux multinationales.

En nationalisant le pétrole, l'économie vénézuélienne devient rapidement dépendante des rentes de cette manne. Or, il est possible d'établir un lien, selon les conclusions du politologue Leonard Wantchekon, entre une économie pétrolière et l'autoritarisme. L'exemple du Nigeria est probant : « le gouvernement national accumula davantage de pouvoir, révisant la Constitution et créant un cadre réglementaire pour monopoliser les richesses de l'exploitation pétrolière [...] » (3). Les mécanismes antidémocratiques se perpétuèrent et le gouvernement misa sur la redistribution des richesses pour légitimer ses politiques (4). La ressemblance avec le Venezuela est flagrante, même troublante, dans la mesure où le pétrole rend la gouvernance autoritaire et la Constitution arbitraire et trop souple, constamment menacée par des modifications au profit du président.

Le pétrole : revenus et niveau de vie

Membre originel de l'Organisation des pays producteurs et exportateurs de pétrole (OPEP), la République bolivarienne du Venezuela se retrouve au cinquième rang des producteurs mondiaux en 2006. Avec un produit intérieur brut (PIB) de 147,9 milliards de dollars (5), elle exporte pour 48,39 milliards de dollars de pétrole par année, soit 74% des exportations totales qui se chiffrent à 65,21 milliards de dollars (6). Le Venezuela produit chaque jour plus de 3 000 barils de pétrole, la très grande majorité destinée au marché international (7).

Quant aux réserves de pétrole brut, la République bolivarienne se classe sixième avec des provisions s'élevant à plus de 87 milliards de barils (8). Pour leurs part, les réserves globales ont augmenté du tiers en 20 ans, passant de 644 à 922 milliards de barils entre 1986 et 2006 (9). Ces fluctuations sont notamment dues à la technologie de pointe permettant la découverte de nouveaux champs pétrolifères.

Depuis l'arrivée de Chavez au gouvernement, la vente du pétrole constitue un moyen d'améliorer la qualité de vie des Vénézuéliens. En 2005, par exemple, le gouvernement de Chavez a déboursé sept milliards de dollars pour différents programmes sociaux (10). De nombreux centres médicaux ont ouvert leurs portes, des emplois ont été créés, notamment dans le domaine du pétrole, les quartiers pauvres ont reçu de l'aide et l'éducation est devenue une priorité. « For many years, the only relationship with the state was the police. They came here and put everyone against the wall », a déclaré un professeur de l'Université de Caracas (11). Adoptant une approche différente avec les communautés, Chavez a permis, grâce à l'argent du pétrole, de réduire la mortalité infantile de 24% et d'éradiquer l'analphabétisme (12).

La Révolution bolivarienne à l'échelle mondiale

Pratiquant une diplomatie du pétrole, Chavez se voit invité par différents chefs d'État à travers le monde, tant pour des négociations économiques que diplomatiques. Le président vénézuélien s'est récemment converti en médiateur, négociant activement pour la libération d'Ingrid Betancourt, ancienne candidate à la présidence en Colombie enlevée par les Forces armées révolutionnaires colombiennes (FARC). Chavez se rendra notamment en France au mois de novembre pour traiter de ce dossier avec Nicolas Sarkozy, le président de la République française.

Lors d'un voyage à New York, Chavez a annoncé, au grand dam du président George W. Bush, qu'il s'engageait à vendre aux plus démunis de l'huile à chauffage à prix réduit : « Citgo Petroleum Corp., a company controlled by the Venezuelan government, will supply more than 12 million gallons of home heating oil at a cost 40 per cent below market prices » (13).

Les New-Yorkais et les Londoniens - ces derniers paient leur billet d'autobus moins cher à cause d'une diminution du prix de l'essence - ne sont pas les seuls à profiter de l'aide vénézuelienne. Les villes de Boston, Philadelphie et La Havane se voient accorder des faveurs que les vénézuéliens n'obtiennent pas eux-mêmes : « il [Chavez] s'intéresse davantage aux pauvres du monde entier qu'à ceux de son propre pays. [...] Chavez a fait don de 30 milliards de pétrodollars aux pays alliés depuis 2004 » (14).

À un autre niveau, la façon d'obtenir les profits du pétrole s'avère périlleuse, voire conflictuelle. La ceinture de l'Orinoco, champ pétrolifère à potentiel élevé, représente un enjeu de taille pour les pétrolières. Le gouvernement vénézuélien a repris le contrôle de cette exploitation en la nationalisant, excluant du coup la participation d'Exxon, qui demande maintenant une compensation financière. Ces réserves pourraient faire du Venezuela l'État producteur de pétrole le plus puissant du système international : «There are proven reserves of at least 80 billion barrels, but there could be enough there to make Venezuela the world's biggest source of oil » (15).

L'Oncle Sam et Mahmoud Ahmadinejad

En 2005, le gouvernement du Venezuela a accusé les États-Unis de vouloir assassiner le président Chavez : « if something happens to me, there is only one person responsible for it, and his name is George W. Bush » (16). En réponse à ces supposées menaces, Chavez a annoncé aux Américains qu'il cesserait tout approvisionnement en pétrole si jamais le territoire vénézuélien était attaqué par les États-Unis (17). Il est donc clair que les relations entre ces deux États sont près du point de rupture. Du côté américain, ce n'est pas tant la montée de l'autoritarisme qui est au coeur des tensions, que la peur de perdre des investissements. L'achat d'équipement militaire russe, pour faire face à une éventuelle attaque des États-Unis, inquiète aussi les Américains, maintenant dans la mire du « héros » des pauvres (18).

Chavez et le président iranien Mahmoud Ahmadinejad concentrent désormais leurs efforts pour faire face à la menace américaine. L'anti-américanisme trouva son paroxysme lorsque les deux dissidents conclurent des accords économiques et diplomatiques dans le but de « construire un " axe du Bien " destiné à faire contrepoids à « l'impérialisme américain » (19). Appuyant le programme nucléaire iranien, Chavez voit dans le président « une personne respectueuse de la paix internationale et un être humain extraordinaire » (20). Défense mutuelle, réciprocité et coopération sont à l'ordre du jour de « l'axe de l'unité » : « Nous nous tiendrons au côté de l'Iran à tout moment et dans n'importe quelle circonstance » (21).




Références:

(1) FUERTH, Leon, In. Energy & Security: Toward a New Foreign Policy Strategy, Washington, D.C., Woodrow Wilson Center Press, c2005, p. 388.

(2) Loc cit.

(3) BURDMAN, Julio. « Chavez et la malédiction du pétrole », Latin Reporters.com, [En ligne], http://www.latinreporters.com/venezuelapol25092004.html, (Page consultée le 21 septembre 2007).

(4) Loc cit.

(5) FRANCE DIPLOMATIE. « Présentation du Venezuela », Ministère des affaires étrangères et européennes, [En ligne], 17 septembre 2007, http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/pays-zones-geo_83... (Page consultée le 21 septembre 2007).

(6) OPEC. « Venezuela facts and figures », OPEC, [En ligne], http://www.opec.org/aboutus/member%20countries/ven... (Page consultée le 21 septembre 2007).

(7) Loc cit.

(8) Loc cit.

(9) Loc cit.

(10) ALVAREZ, Cesar J. « Venezuela's Oil-Based Economy », Council on Foreign Relations, [En ligne], 27 novembre 2006, http://www.cfr.org/publication/12089/venezuelas_oi... (Page consultée le 21 septembre 2007).

(11) COLLIER, Robert. «Venezuela's Oil Wealth Funds Gusher of Anti-Poverty Projects », San Francisco Chronicle, [En ligne], 2 octobre 2006, http://www.commondreams.org/headlines06/1002-06.htm, (Page consultée le 21 septembre 2007).

(12) Loc cit.

(13) ANONYME. « Cheap oil from Chavez arrives in U.S. », CBC News, [En ligne], 23 novembre 2005, http://www.cbc.ca/story/world/national/2005/11/23/... (Page consultée le 23 septembre 2007).

(14) PAQUIN, Mali Isle. « Chavez à la rescousse des Londoniens pauvres », Cyberpresse.ca, [En ligne], 4 septembre 2007, http://www.cyberpresse.ca/article/20070904/CPMONDE... (Page consultée le 21 septembre 2007).

(15) ANONYME. « Exxon seeks deal on Venezuela oil », BBC News, [En ligne], 13 septembre 2007, http://news.bbc.co.uk/2/hi/business/6992487.stm, (Page consultée le 21 septembre 2007).

(16) MUNCKTON, Muston. « VENEZUELA: Bush's next oil war? », Green Left Online, [En ligne], 16 mars 2006, http://www.greenleft.org.au/2005/619/35164, (Page consultée le 21 septembre 2007).

(17) Loc cit.

(18) ANONYME. « États-Unis - Vénézuela : les liens du pétrole », Ldainfos.com, [En ligne], 29 avril 2005, http://www.ldainfos.com/international/ameriques/20... (Page consultée le 21 septembre 2007).

(19) LASSERRE, Isabelle. « Chavez et Ahmadinejad s'unissent contre Bush », Le Figaro.fr, [En ligne], 27 septembre 2007, http://www.lefigaro.fr/international/20070927.FIG0... (Page consultée le 27 septembre 2007).

(20) Loc cit.

(21) Loc cit.

Dernière modification: 2007-11-14 17:41:34

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016