17 juillet 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

30 septembre 2007

L'insuccès des conservateurs au Royaume-Uni


Olivier Mongeau
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

mai
2019
Élections au Parlement européen

mai
2019
Annonce de la démission de la première ministre britannique Theresa May au Royaume-Uni

juin
2017
Réélection du Parti conservateur de Theresa May au Royaume-Uni

mars
2017
Début d’une série d’attentats terroristes au Royaume-Uni

juin
2016
Tenue d'un référendum au Royaume-Uni sur la sortie de l'Union européenne

mai
2015
Réélection du gouvernement conservateur de David Cameron au Royaume-Uni

septembre
2014
Tenue d'un référendum sur l'indépendance de l'Écosse

mai
2014
Début des élections législatives au Parlement européen

juillet
2012
Ouverture des Jeux olympiques de Londres

mai
2010
Élection au Royaume-Uni d'un gouvernement dirigé par le conservateur David Cameron

juin
2009
Début des élections législatives au Parlement européen

avril
2009
Tenue du Sommet du G20 à Londres

juillet
2007
Présentation de la journée Live Earth

juin
2007
Assermentation de Gordon Brown au poste de premier ministre du Royaume-Uni

juin
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

mai
2007
Formation d'un gouvernement dirigé par Ian Paisley en Irlande du Nord

mai
2005
Réélection au Royaume-Uni d'un gouvernement travailliste dirigé par Tony Blair

juin
2004
Tenue d'élections au Parlement européen

mars
2003
Début d'une offensive militaire d'envergure en Irak

Gordon Brown est devenu le premier ministre du Royaume-Uni, succédant ainsi à Tony Blair. Après 10 ans de gouvernance, Blair s'est retiré de la vie politique à la suite de nombreuses critiques à son endroit sur certaines de ses décisions politiques (1). Par exemple, sa politique d'intervention en Irak a grandement contribué à son départ puisque la population, en grande majorité, n'était pas d'accord avec cette décision (2).

L'impopularité grandissante de Tony Blair a pesé pour beaucoup dans son départ puisque, tant au sein de la population qu'à l'intérieur de son parti, les dissidents se manifestaient de plus en plus fortement (3). C'est alors qu'il a voulu limiter les dégâts pour le Parti travailliste (PT) en quittant son poste et en ouvrant la porte à M. Brown pour le remplacer (4). Même si les dernières élections ne remontent qu'en 2005, des rumeurs d'élections anticipées circulent dans tout le pays et M. Brown cache de moins en moins son intérêt pour les déclencher dans un avenir rapproché (4).

Le PC malmené dans l'opposition

L'opposition conservatrice n'a pas réussi à convaincre plus d'électeurs depuis que Tony Blair a été élu comme premier ministre en 1997 (5). Il est évident que les conservateurs n'ont pas la cote auprès de la population. Lors des élections de 1997, ils ont récolté 30.7% des voix, faisant élire 165 députés contre 418 pour le PT (6). Aux élections de 2001, les résultats sont similaires pour les conservateurs qui obtiennent 31.1% des voix et 1 député de plus qu'en 1997, contre 412 élus pour le PT (7). Les résultats des élections de 2005 sont plus encourageants pour les conservateurs, mais ce n'est pas suffisant pour accéder au pouvoir. Ils récoltent alors 32.3% des voix et font élire 198 députés contre 356 pour le PT (8).

Les insuccès du Parti conservateur (PC) lors des 3 dernières élections ont eu des impacts sur la direction du parti. William Hague a dirigé le PC de 1997 à 2001, Iain Duncan Smith de 2001 à 2003, Michael Howard de 2003 à 2005 et David Cameron depuis 2005 (9). Il faut alors se questionner à savoir si M. Cameron pourra réaliser ce que ses prédécesseurs n'ont pas su faire, c'est-à-dire reprendre le pouvoir des mains des travaillistes qui le détiennent depuis 10 ans maintenant. Malgré ses insuccès, le PC a connu des chefs charismatiques à la tête du pays qui ont façonné son histoire, dont Winston Churchill (1940 à 1955) et Margaret Thatcher (1975 à 1990) (10).

Commande imposante pour les conservateurs

Les résultats des trois dernières élections indiquent au chef du PC, David Cameron, qu'il doit se rapprocher davantage de la population pour espérer prendre le pouvoir prochainement. Né le 9 octobre 1966, M. Cameron est fils d'un riche agent de change et d'une mère provenant d'une tradition de parlementaires. Il fit ses études dans les écoles les plus huppées d'Angleterre, notamment l'Université d'Oxford dont il est diplômé en économie, philosophie et politique.

Ses études terminées en 1988, il commença à travailler auprès des cabinets conservateurs et il rédigea des discours, entre autres, pour Margaret Thatcher et John Major, tous deux premiers ministres dans les années 80 et 90. De 1994 à 2001, il est l'un des dirigeants du groupe de médias Carlton Communications. En ce qui concerne ses débuts en politique, il a tenté de se faire élire en 1997, mais a été battu par un candidat travailliste. Il est élu pour la première fois en 2001 avec 45% des voix et réélu en 2005 avec 49.3% des voix. M. Cameron entra dans le cabinet fantôme comme critique de l'éducation en 2003. Il accéda à la direction du parti le 6 décembre 2005 (11).

Le PC est présentement représenté par 198 députés sur 646, ce qui constitue 30,7% des sièges à la Chambre des communes (12). C'est une amélioration par rapport aux élections précédentes et les gains des conservateurs sont à peu près équivalents aux pertes du PT. Cependant, il y a beaucoup de travail à faire pour M. Cameron puisque les sondages donnent 32% des intentions de votes au PC. Ces résultats n'expriment pas encore une volonté de la population à choisir ce parti à la tête du gouvernement puisque les travaillistes sont en avance dans les sondages avec 40% (13).

Un autre élément qui indique que la lutte ne sera pas facile pour le PC est le fait que M. Cameron tente de centrer ses politiques pour diminuer l'image de droite de son parti, ce que fait aussi son principal adversaire, M. Brown, tout en voulant se distinguer de Tony Blair (14). Pendant que M. Cameron tente de discuter d'environnement et de programmes sociaux, le premier ministre mène une campagne de charme, faisant des apparitions publiques en voulant convaincre la population qu'il est le candidat idéal pour gouverner (15).

Toutefois, M. Cameron a réussi à se rapprocher de la population et a même repris du terrain par rapport au PT aux élections de 2005. Il reste à savoir si le chef conservateur sera capable de changer l'image défavorable de son parti et de rallier tous ceux qui sont insatisfaits du gouvernement, sans pour autant mettre la tradition du PC de côté.




Références:

(1) GODEAU, Rémi, « Tony Blair laisse un pays transformé », Le Figaro, mercredi le 2 mai 2007, p.6.

(2) Loc. cit.

(3) Loc. cit.

(4) ALBERT, Éric, « Gordon Brown met en avant ses valeurs et son sérieux », La croix, mardi le 25 septembre 2007, p. 6.

(5)PERSPECTIVE MONDE, « Élections Royaume-Uni 1997 », [en ligne], http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... (consulté le 28 septembre 2007).

(6) Loc. cit.

(7) PERSPECTIVE MONDE, « Élections Royaume-Uni 2001 », [en ligne], http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... (consulté le 28 septembre 2007).

(8) PERSPECTIVE MONDE, « Élections Royaume-Uni 2001 », [en ligne], http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... (consulté le 28 septembre 2007).

(9) WIKIPÉDIA, « David Cameron », [en ligne], http://en.wikipedia.org/wiki/David_Cameron, (consulté le 28 septembre 2007).

(10) Loc. cit.

(11) Toutes les informations bibliographiques sur David Cameron proviennent de ce site : http://www.davidcameronmp.com/about.php.

(12) PERSPECTIVE MONDE, « Élections Royaume-Uni 2005? Op. cit.

(13) ALBERT, Éric, « Gordon Brown surprend et réussit à faire oublier Tony Blair », Le Temps, no. 2977, lundi le 24 septembre 2007.

(14) Loc. cit.

(15) ALBERT, Éric, « Les politiciens britanniques se disputent l'héritage de Thatcher », Le Temps, no. 2971, samedi le 15 septembre 2007.

Dernière modification: 2007-10-05 08:40:57

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Le Brexit fera t-il tomber Theresa May?
>février 2019


Baisse du taux de chômage au Royaume-Uni : une bonne nouvelle?
>janvier 2019


Glasgow, la ville trouble
>janvier 2019


Après le Brexit, l'Afrique est dans la mire des Britanniques
>octobre 2018


Il y a 40 ans : Amnistie internationale décrochait le prix Nobel de la paix
>mars 2018


D'Hollywood à Westminster : l'internationalisation d'un mouvement
>novembre 2017


Brexit : dur divorce au sein de l'Europe
>octobre 2017


Des élections crève-cœur pour le Parti national écossais
>octobre 2017


Martin McGuinness provoque un bouleversement politique en Irlande du Nord
>mars 2017


20 ans plus tard : l'héritage contrasté de Tony Blair à la tête du Royaume-Uni
>février 2017


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019