15 juillet 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

0 octobre 2005

Semaine difficile en Irak?


Stéphanie Lafond
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

septembre
2017
Tenue d’un référendum sur l’indépendance du Kurdistan irakien

juillet
2017
Annonce par le gouvernement irakien de la libération de Mossoul

juillet
2016
Attentats terroristes à Bagdad, en Irak

juin
2014
Proclamation d'un califat par l'État islamique en Irak et au Levant

décembre
2006
Exécution de l'ex-président irakien Saddam Hussein

janvier
2005
Tenue d'élections législatives en Irak

mars
2003
Début d'une offensive militaire d'envergure en Irak

janvier
1991
Début d'une intervention militaire au Koweït

août
1990
Invasion du Koweït par l'Irak

août
1988
Entrée en vigueur d'un cessez-le-feu mettant fin à la guerre entre l'Iran et l'Irak

mars
1988
Utilisation d'armes chimiques en Irak contre les Kurdes

septembre
1980
Début de la guerre Iran-Irak

juillet
1979
Accession de Saddam Hussein à la présidence de l'Irak

octobre
1973
Début du premier «choc pétrolier»

juillet
1968
Coup d'État dirigé par le général Ahmed Hassan al-Bakr en Irak

août
1967
Ouverture d'un sommet des pays arabes à Khartoum

septembre
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

juin
1961
Proclamation d'indépendance du Koweït

septembre
1960
Création de l'Organisation des pays producteurs de pétrole

À la suite des attaques du 11 septembre 2001, le président américain George W. Bush avait pris en chasse tout ennemi du peuple américain afin de l'éliminer et protéger leur pays. En effet, les États-Unis avaient lancé une attaque, en mars 2003, contre l'Irak afin de le libérer de Saddam Hussein et des terroristes qu'ils y avaient dans le territoire. Selon Bush, l'Irak, faisant alors partie de « l'axe du mal », devait être rétablie dans la voie de la démocratie. Depuis le tout début de cette guerre, on compte plusieurs morts chaque jour, tant chez les Irakiens ou les Américains ou les Britanniques.

Le 14 septembre 2005, une première voiture piégée a explosé à 5 heures (heure locale) sur la Place Ourouba, dans le quartier chiite de Kazamiah (1). Il s'agit d'une place très achalandée le matin par des ouvriers qui attendent un éventuel employeur. Un kamikaze a foncé droit sur les ouvriers, faisant 114 morts et 156 blessés. Par la suite, 10 autres petits attentats frapperont le territoire de l'Irak, faisant 38 morts dont 11 soldats américains. Cette attentat est le deuxième plus meurtrier après celui de la ville de Hilla, en février dernier, qui a fait 118 morts et de nombreux blessés. Quelques heures après les terribles évènements, une déclaration est retrouvé sur Internet de la part du bras droit d'Al-Qaeda, Al-Zarqaoui, revendiquant les attentats de la journée. Ce dernier avait ordonné les attaques afin de répondre à une offensive lancée par les Américains en collaboration avec les forces irakiennes, contre le bastion rebelle de Tall Afar.

En effet, quelques heures auparavant, une mission avait été établie afin de libérer cette ville contre des insurgés sunnites et des combattants étrangers.En tout, 150 rebelles ont été tués et 400 arrêtés dans le village de Tall Afar.

Le jeudi 15 septembre, la presse affirme qu'une guerre civile est aux portes de Bagdad. En effet, Al-Zarqaoui, l'homme d'Al-Qaeda, aurait l'intention de provoquer une guerre civile entre les deux principales communautés religieuses, les chiites et les sunnites. Il aurait affirmé qu'elle souhaite « venger les sunnites de Tall Afar » et que la guerre d'extermination des sunnites ne s'arrêtera pas tant qu'il y aura une collaboration avec les soldats américains (2).

Cette montée de violence se manifeste durant les préparations d'un référendum constitutionnel qui doit avoir lieu le 15 octobre 2005. En effet, une copie du projet de constitution a été remise, durant cette journée, à la mission des Nations Unies de Bagdad, qui se chargera de la diffuser aux Irakiens avant la consultation. Malgré des modifications qui ont été effectuées pour satisfaire les sunnites, ceux-ci risquent peu d'être en accord avec cette constitution puisqu'ils s'opposent sa conception fédéraliste qui sous-tend le texte (3).

Le lendemain, soit le 16 septembre, le président irakien, Jalal Talabani, lance un cri d'alarme à la communauté internationale. Devant la tribune de l'Organisation des Nations Unies à New York, il affirme que l'Irak n'est pas au bord d'une guerre civile mais au contraire elle est en plein dedans (4). Après les 11 attentas-suicides et les 150 morts de mercredi dernier, le Président irakien Talabani, souligne désespérément qu'il nécessite « l'aide de la communauté internationale afin de combattre la campagne terroriste la plus sanglante qui déferle sur son pays » (5).

Rencontré à Paris, le chiite Mohamed al-Khalissi, originaire du quartier chiite Kazamiah, où ont eu lieu les attentats de mercredi dernier, affirme que la seule solution pour mettre fin à ces atrocités est « le départ des troupes d'occupation » (6). Il affirme, en plus, que Zarquaoui, bras droit d'Al-Qaeda et le terrorisme n'existaient pas avant l'arrivée des Américains. À cette fin, M. al-Khalissi, encourage plutôt une résistance non violente ressemblant à une « désobéissance civile ». De plus, il invite les électeurs irakiens à boycotter le référendum du 15 octobre sur la Constitution car, selon lui, ce texte ouvrirait une porte au démembrement de l'Irak en faisant un État fédéral au pouvoir central faible.

Dans les jours suivants, soit le 20 et le 21 septembre 2005, les attentats se sont poursuivis dans plusieurs régions de l'Irak, particulièrement dans celle de Bassora. Un cargo de l'armée britannique a été déployé dans cette région du sud de l'Irak, afin de mettre fin à plusieurs attentats. Mais l'enlèvement de deux soldats a entraîné un changement de mission : la libération de ces deux soldats. Un coup de force de la part des Anglais a résulté avec la libération des deux prisonniers. Cependant, les autorités locales ont décidé de « boycotter » les forces anglaises à cause de cet incident. Les liens seront donc rompus mais selon le Premier ministre irakien, Ibrahim Jaafari et le ministre britannique de la Défense, John Reid cela n'affectera en rien les relations entre les deux pays (7).

Les nombreux évènements de la dernière semaine nous démontrent que la violence continue en Irak. Une guerre civile serait possiblement en marche et les autorités tentent sans relâche de contrôler cette rébellion afin d'avoir un référendum le 15 octobre. Il reste à voir si les chiites, et surtout, les sunnites accepteront ce projet de constitution irakienne.




Références:

(1)G.T. « Carnage à Bagdad », Libération, http://www.liberation.fr, 14 septembre 2005.

(2)Sans auteur. « Démonstration de force de l'armée irakienne à Tall Afar », Le Monde, http://www.lemonde.fr, 10 septembre 2005.

(3)DESPIC-POPOVIC, Hélène. « Déferlement meurtrier antichiite en Irak », Libération, http://www.liberation.fr, 15 septembre 2005.

(4)AYAD, Christophe. « Le président irakien appelle à l'aide », Libération, http://www.liberation.fr, 16 septembre 2005.

(5) Ibid.

(6) Ibid

(7) LANGELLIER, Jean-Pierre. « Les incidents de Bassora mettent en lumière les difficultés de la présence britannique en Irak ». Le monde, http : //www.lemonde.fr, 22 septembre 2005.

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Irak : la population en manque de services publics se révolte contre les corrompus
>février 2019


Les forces irakiennes reprennent Mossoul : la fin de l'État islamique ?
>octobre 2017


Il y a 10 ans : le cirque du procès de Saddam Hussein
>novembre 2016


L'EI et Al Qaïda : l'ère du terrorisme à deux visages
>mars 2015


Jalal Talabani : fin d'une présidence respectée
>octobre 2014


La légalité de la guerre contre l'État islamique au coeur des débats à l'ONU
>septembre 2014


Le premier ministre irakien Nouri Al-Maliki sort gagnant des élections provinciales
>février 2009


L'Irak démocratique et libre... d'occupation
>février 2009


Un État kurde : un rêve possible ou une fantaisie ?
>octobre 2008


Les Kurdes : entre l'espoir et la crainte
>novembre 2007


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016