17 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

7 septembre 2005

L'opposition égyptienne conteste le verdict des urnes


Laetitia Mfamobani
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

janvier
2014
Référendum sur une nouvelle Constitution en Égypte

juillet
2013
Renversement du président Mohamed Morsi en Égypte

décembre
2012
Référendum constitutionnel en Égypte

septembre
2012
Manifestations anti-américaines dans plusieurs pays arabes

juin
2012
Annonce de l'élection de Mohamed Morsi à la présidence de l'Égypte

février
2011
Démission du président égyptien Hosni Moubarak

juin
2009
Discours de Barack Obama à l'université du Caire

septembre
2005
Élection de Hosni Moubarak à la présidence de l'Égypte

janvier
1992
Entrée en fonction de Boutros Boutros-Ghali au poste de secrétaire général des Nations unies

février
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

octobre
1981
Assassinat du président égyptien Anouar el-Sadate

septembre
1978
Signature des accords de camp David entre Israël et l'Égypte

novembre
1977
Discours historique du président Anouar el-Sadate devant la Knesset

octobre
1973
Début du premier «choc pétrolier»

octobre
1973
Déclenchement de la guerre du Kippour au Moyen-Orient

avril
1971
Proclamation de l’Union des Républiques arabes

septembre
1970
Décès du président égyptien Gamal Abdel Nasser

août
1967
Ouverture d'un sommet des pays arabes à Khartoum

juin
1967
Début de la guerre des Six jours au Moyen-Orient

C'est avec des mots peu flatteurs comme fraude, falsification, irrégularité, bourrage des urnes et intimidation, que toute l'opposition égyptienne conteste la légitimité de la réélection du président égyptien Hosni Moubarak.

Confronté à l'extérieur aux pressions américaines et à l'intérieur à un mouvement de contestation de plus en plus important, le président Moubarak avait annoncé en février dernier, l'organisation d'une élection présidentielle multipartite en lieu et place de l'ancien système. Cette nouvelle avait été reçue par l'opposition comme une victoire dans un pays où le statut quo semblait inébranlable. L'amendement constitutionnel avait été approuvé par voie référendaire en mai 2005. Or, cette modification constitutionnelle limitait considérablement les chances de l'opposition dans ce processus électoral. Malgré cette restriction, la première élection présidentielle au suffrage universel de l'histoire de l'Égypte, s'est tenue le 7 septembre. Une dizaine de candidats étaient en lice parmi lesquels figurait l'actuel président égyptien Hosni Moubarak.

Dix jours après la proclamation des résultats, le climat au sein de l'opposition est encore marqué par la contestation et la déception. Bien que désunis lors de la campagne électorale, tous les leaders de l'opposition ainsi que leurs partisans s'accordent pour dénoncer le verdict des urnes. Celui-ci donne pour vainqueur le président Moubarak, crédité de 88,6% de suffrages. Au pouvoir depuis près d'un quart de siècle, cette victoire lui accorde six ans de plus à la tête du pays.

L'opposant Aymen Nour, chef d'Al-Ghad, crédité de 7,6% des votes, arrive second de cette élection. M. Nour n'accepte pas le résultat officiel et estime que son véritable score serait d'environ 35% des suffrages. Il accuse donc le pouvoir de fraude et de falsification. Afin de dénoncer officiellement les irrégularités qui selon lui ont entaché le scrutin, M. Nour a déposé auprès de la Commission Électorale, organe chargé de l'organisation et de la supervision des élections, une plainte visant à invalider cette élection et en organiser une autre. Mais le recours en annulation a été rejeté par la Commission. Le leader du Néo-Wafd, Noumane Gamaa, crédité de 2,9% des votes, dénonce à son tour les pratiques douteuses du gouvernement lors de ce scrutin: « jamais un candidat n'aurait obtenu un tel pourcentage dans un pays démocratique (1) ». Les candidats malheureux ne semblent pas être les seuls à avoir constaté des pratiques peu crédibles lors du scrutin. Plusieurs observateurs indépendants et quelques ONGS locales rapportent que, durant la journée du 7 septembre, des infractions à la règle démocratique ont été commises: on note par exemple le fait d'offrir de l'argent à des électeurs moyennant leurs votes, des cas de pressions à l'endroit des fonctionnaires de l'État, etc.

Le taux de participation, qui demeurait jusqu'à la veille de l'élection présidentielle le véritable inconnu, est officiellement de 23%, chiffre largement contesté par l'ensemble de l'opposition égyptienne. D'ailleurs, Mohammed Habib, l'un des leaders des Frères Musulmans, mouvement islamiste d'opposition, estimait que ce taux de participation était de 15% et affirmait que « Cela érode évidemment la légitimité du vote et prouve que le peuple est encore passif et ne veut pas participer à une élection sans visibilité. (1) ».

L'organisation ainsi que les résultats de la première élection présidentielle multipartite ont dans l'ensemble été contestés par l'opposition égyptienne. Toutefois, ce scrutin aura permis d'ouvrir jusqu'à un certain point, le débat politique. De l'avis de plusieurs analystes, il serait difficile d'imaginer que le processus démocratique enclenché par la modification constitutionnelle revienne en arrière. Aujourd'hui, le défi le plus important pour toutes les composantes de l'opposition égyptienne reste les élections législatives de novembre prochain qui seront déterminantes pour la présidentielle de 2011.




Références:

1 : NAVARRO, Alain. « L'opposition égyptienne s'insurge contre la victoire du président Moubarak », Agence France-Presse, [En ligne], 14 septembre 2005, http://french.epochtimes.com/news/5-9-14/2576.html (Page consultée le 17 septembre 2005)

LEBHOUR, Karim. « Le Caire entre inquiétude et colère », Radio France Internationale, [En ligne], 21 avril 2003, http://www.rfi.fr/actufr/articles/040/article_25005.asp (Page consultée le 17 septembre 2005)

HENNION, Cécile. « L'opposition accuse le pouvoir de s'être livré à la fraude lors de la présidentielle en Égypte », Le Monde, [En ligne], 15 septembre 2005, http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3212,36-... (Page consultée le 17 septembre 2005)

SALAÜN, Tangi. « L'opposition égyptienne dénonce les fraudes électorales », Le Figaro, [En ligne], 9 septembre 2005, http://www.africatime.com/afrique/nouvelle.asp?no_... (Page consultée le 17 septembre 2005)

AFP. « Moubarak s'envole vers la victoire, titre la presse », Agence France-Presse, [En ligne], 9 septembre 2005, http://www.lintelligent.com/gabarits/articleAFP_on... (Page consultée le 17 septembre 2005)

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Égypte : le régime de la terreur d'al-Sissi
>avril 2019


La dette égyptienne : difficile de s'en sortir
>octobre 2018


Le canal de Suez : un tremplin pour l'économie égyptienne
>mars 2017


Boutros Boutros-Ghali : un « dirigeant mémorable » des Nations unies
>février 2017


La justice égyptienne sévère à l'endroit d'un ex-président
>novembre 2016


Al-Sissi : de l'armée à la présidence égyptienne
>novembre 2015


Afrique : un pas de plus vers l'intégration économique
>septembre 2015


Égypte : la liberté d'expression en danger
>février 2015


L'armée égyptienne : acteur immuable du pouvoir présidentiel
>décembre 2014


Égypte : une économie asphyxiée, une destination délaissée
>avril 2014


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016