25 mars 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

16 septembre 2007

Élections au Maroc : entre progrès démocratique et désillusion


Amin Moilim
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Balado: Le monde en perspective




Nouveauté. Écoutez en baladodiffusion les rencontres qu'animent les professeures Isabelle Lacroix et Karine Prémont sur des questions qui touchent les enjeux démocratiques, les relations internationales ou les modes de scrutin. Des rencontres de 20 minutes dans un style simple et ouvert avec des spécialistes, des personnes présentes sur le terrain et aussi des étudiantes et étudiants de second cycle.

Au fil du temps

décembre
2018
Adoption d’un Pacte mondial sur les migrations par l’Assemblée générale des Nations unies

juillet
2011
Référendum sur des réformes constitutionnelles au Maroc

mai
2003
Attentats terroristes à Casablanca, au Maroc

juillet
1999
Décès du roi Hassan II du Maroc

février
1999
Décès du roi Hussein de Jordanie

août
1994
Reconnaissance des revendications berbères au Maroc

avril
1994
Signature d'une entente menant à la création de l'Organisation mondiale du commerce

décembre
1990
Déclenchement d'une grève générale au Maroc

février
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

décembre
1983
Début d'une crise au Maroc

juin
1981
Révolte du pain au Maroc

août
1979
Retrait de la Mauritanie du Sahara occidental

novembre
1975
Début de la « marche verte » au Sahara occidental

mai
1973
Fondation du Polisario au Sahara occidental

août
1972
Tentative de coup d'État au Maroc

juillet
1971
Tentative de coup d'État dans le palais de Skhirat, au Maroc

juin
1965
Promulgation de l'état d'exception au Maroc

octobre
1963
Déclenchement de la guerre des sables entre le Maroc et l'Algérie

septembre
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

Le Maroc vient de connaître ses deuxièmes élections législatives depuis la montée sur le trône de Mohamed VI comme souverain, en 1999. Le Maroc est une monarchie constitutionnelle et le système électoral est la proportionnelle à un tour. Plus de 15 millions d'électeurs devaient choisir 295 députés dans 95 circonscriptions et 30 députés sur une liste nationale séparée afin d'assurer un quota aux femmes.

La surprise

Ces élections, les plus médiatisées de l'histoire du royaume, ont été suivies par des centaines de journalistes européens, américains et asiatiques, sans parler des observateurs étrangers et locaux. Trente-trois formations politiques étaient en lice, mais la lutte se concentrait entre quatre formations, à savoir le Parti de la justice et du développement(PJD), le Parti nationaliste (l'Istiqlal), le mouvement populaire (MP), et le Parti socialiste (l'USFP). Les experts et les sondages prédisaient un raz-de-marée du PJD, le Parti islamiste modéré.

La surprise est donc totale pour le PJD, qui affichait de grandes ambitions. Il termine deuxième avec 46 sièges. C'est plutôt le Parti conservateur de l'Istiqlal qui finit premier avec 52 sièges, se trouvant ainsi en position de former le nouveau gouvernement. Enfin, l'autre surprise est la débâcle du Parti socialiste, grand perdant des élections avec 36 députés, contre 50 il y a cinq ans.

Ces élections ont été saluées par plusieurs pays. D'ailleurs, les observateurs internationaux sur place ont estimé que le vote avait été marqué par « la transparence et le professionnalisme » (1). Le Maroc peut donc être fier de réussir cet exercice démocratique dans une région où les peuples sont rarement consultés afin d'élire leurs représentants. Un autre aspect positif est le quota réservé aux femmes afin d'assurer une certaine présence féminine au Parlement. En tant que pays musulman, le Maroc fait donc des progrès démocratiques non négligeables.

Le désenchantement

En revanche, ces élections législatives ont été marquées par le taux le plus bas de l'histoire du royaume. En effet, le taux de participation a à peine dépassé les 41% selon le ministère de l'Intérieur (2). Il s'agit d'une abstention record qui pourrait faire ombrage aux progrès démocratiques. Toujours selon le ministère, seulement deux inscrits sur cinq se sont déplacés pour voter. À titre de comparaison, lors des législatives de 2002, le taux de participation était de 52%. Même la représentativité des femmes a diminué, passant de 35 élues en 2002 à 34 pour cette année.

Les trois thèmes majeurs de la campagne ont été le chômage toujours grandissant, la corruption et enfin la pauvreté qui touche une large part de la population malgré les réformes sociales du roi. Mais c'est le taux de participation qui a été au coeur des préoccupations.

Pour la plupart des gens interrogés sur la rue : « les enjeux et les partis se ressemblent»(3). Selon le politicologue Mohamed Darif : « beaucoup de Marocains considèrent le Parlement comme une simple chambre d'enregistrement»(4). Pour sa part, Tamara Cofman Wittes, membre du centre de réflexion américain Saban pour le Proche-Orient, affirme que : « l'abstention reflète les interrogations des Marocains sur l'efficacité du parlement et pose un grave dilemme au roi»(5). En effet, le roi détient des pouvoirs énormes sur les institutions du pays en tant que chef de l'exécutif, des armées et dirigeant religieux. Aussi, les Marocains ont l'impression que peu importe leur choix, seul le roi a le dernier mot.

L'avenir

Désormais, c'est au roi Mohamed VI de désigner le futur premier ministre comme lui autorise la Constitution. Plusieurs prétendants sont en lice dont le favori et proche du roi, Fouad Ali El Himma, ex vice-ministre de l'Intérieur. Les autres sont : Karim Ghellab, ministre des Transports, et Taoufiq Hejira, ministre du Logement. Le Parti Istiqlal, vainqueur des législatives, voudrait voir son chef Abbas El Fassi être sur les rangs. En plus de devoir choisir un premier ministre, le roi Mohamed VI, devra tirer les leçons de ces élections, c'est-a-dire, choisir entre le statu quo ou donner plus de pouvoir aux représentants du peuple.




Références:

(1)L'apathie politique de l'électorat marocain, L'EXPRESSE.FR 09.11.07, 19H20 www.lexpresse.fr/info/quotidien/actu.asp?id=13935 (page consultée le 7 septembre 2007)

(2) Revers des islamistes, abstention record aux élections, JEUNE AFRIQUE.COM 08 07 2007. www.jeuneafrique.com/pays/maroc/acrticle_de... (page consultée le 7 septembre 2007)

(3) KRISTIANASEN, Wendy, « Les islamistes marocains tentés par le modèle turc ». Monde diplomatique, 13 09 07.

(4) FELIX, Julien, « Les islamistes restent a la porte ». Challenger.fr, 13 09 2007

(5) L'Expresse.Fr, «L'apathie politique...», op.cit.

AUTRES RÉFÉRENCES

Surprise au Maroc, LE MONDE 10.09.07, 15H10 www.lemonde.fr/web/article.html.

Maroc : Démocraties en devenir, ALL AFRICA.COM 12.08.07 19H34 www.fr.allafrica.com/stories/200709120010.h... Jihane, « Faible représentativité des femmes au niveau local » Le matin, 13 09 2007.

Législatives : les nationalistes l emportent, NOUVEL OBSERVATEUR 10 09 07, 18H00 www.nouvelobs.com/actualites/20070910.OBS4198/

Dernière modification: 2007-09-21 09:47:47

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Maroc : la popularité du PJD confirmée aux élections législatives de 2016
>novembre 2016


Sahara occidental: la conquête de l'Ouest
>avril 2015


La longue marche vers l'émancipation économique des femmes
>mars 2014


Maroc : des élections à la sauce référendaire
>octobre 2011


La démocratie au Maroc : entre tradition et modernité
>novembre 2010


Aminatou Haïdar reçoit le prix Robert F. Kennedy
>novembre 2008


Crise diplomatique entre l'Espagne et le Maroc
>novembre 2007


Élections au Maroc : entre progrès démocratique et désillusion
>septembre 2007


La Marche verte a eu 30 ans
>novembre 2005


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016