16 décembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

23 août 2014

Un problème familial américain


Gilles Vandal
historien,
Ph.D.
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

novembre
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

septembre
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

juin
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

mars
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

janvier
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

octobre
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

décembre
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

novembre
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

septembre
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

novembre
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

Un diplôme universitaire était considéré aux États-Unis depuis la Deuxième Guerre mondiale comme l'investissement le plus important dans la vie. Un jeune de 22 ans ayant un diplôme universitaire gagne 70 % de plus que le jeune qui n'a qu'un diplôme secondaire. Une personne âgée de 50 ans ayant un diplôme universitaire gagne en moyenne 46 000 $ de plus annuellement que celui qui n'a qu'un diplômé secondaire.

Encore en 2012, les perspectives d'emploi pour un diplômé universitaire étaient beaucoup plus grandes. Les jeunes sans diplôme universitaire avaient un taux de chômage de 17,9 %, alors que ce taux n'était que de 7,7 % pour les jeunes diplômés.

Néanmoins, la donne a changé radicalement depuis la récession de 2008. La reprise a été lente et les emplois disponibles sont beaucoup moins payants. Avec un taux de chômage beaucoup plus élevé, les jeunes ont donc de la difficulté à trouver un emploi très rémunérateur. Or, si en plus ils ont une dette d'études, la situation peut être catastrophique, non seulement pour eux, mais aussi pour leurs familles.

Les coûts moyens annuels des études universitaires aux États-Unis sont 25 500 $, soit 23 200 $ pour une université d'État et de 44 700 $ pour une université privée. Ces montants comprennent à la fois les frais de scolarité, d'achat de livres, de nourriture et d'hébergement. Pour une année d'études à la maîtrise, les frais oscillent entre 42 000 $ et 58 000 $.

Confrontées à de telles dépenses, la large majorité des familles américaines, peu importe leur revenu, ont besoin d'aide pour combler les frais d'études de leurs enfants. Or, elles peuvent obtenir différentes aides financières : prêt du gouvernement fédéral, bourse d'une fondation privée et prêt personnel auprès d'une banque.

L'étudiant dont le revenu familial est moins de 100 000 $ peut obtenir un prêt du gouvernement fédéral. L'aide financière ainsi obtenue est de l'ordre de 10 200 $, ce qui signifie que l'aide gouvernementale couvre en moyenne moins de 45 % des coûts annuels des études d'étudiant.

Chaque année, les diverses fondations et entreprises américaines distribuent pour 11 milliards $ en bourses privées. Mais seulement 8 % des étudiants se qualifient pour ces bourses dont le montant moyen se situe à 3400 $. Par exemple, la compagnie Coca-Cola a mis sur pied un programme de bourses allant de 10 000 $ à 20 000 $ pour les jeunes démontrant un leadership exceptionnel. En 2013, 112 000 jeunes ont soumis leur candidature pour l'obtention de l'une des 250 bourses du programme.

Les familles ayant des revenus annuels de moins de 180 000 $ peuvent déduire dans leur rapport d'impôt les frais d'études de leurs enfants. Ces déductions fiscales représentent un coût annuel de 34 milliards $. Or, 57 % de ces déductions vont aux familles ayant des revenus supérieurs à 100 000 $ et seulement 12 % à des familles gagnant moins de 50 000 $.

En appliquant les différences formes d'aide et de bourses qu'un étudiant universitaire peut obtenir, ce dernier est confronté à un manque à gagner annuel de 14 300 $ (40 %) lorsqu'il poursuit ses études dans une université d'État et de 23 000 $ (50 %) lorsqu'il le fait dans une université privée.

L'étudiant doit donc compter sur l'apport de sa famille pour combler la différence entre le prêt fédéral et la bourse d'une fondation privée. Si sa famille n'est pas en mesure de le soutenir financièrement, il doit alors se tourner vers une banque pour obtenir un prêt personnel.

L'étudiant américain ordinaire s'endette ainsi à deux niveaux. Il obtient en moyenne un prêt du gouvernement fédéral de 40 800 $ pour quatre années d'études. Puis, il doit emprunter pour combler la différence entre l'apport de ses parents et les autres formes aides ou de bourses qu'il a pu obtenir et le coût total de ses études. Ces derniers emprunts totalisent en moyenne 29 400 $ pour quatre années d'études.

Ceci signifie qu'un étudiant termine un baccalauréat avec une dette d'environ 80 000 $. Les prêts étudiants aux États-Unis ont connu une telle explosion qu'ils sont devenus, après l'hypothèque sur une maison, la deuxième source d'endettement pour une famille américaine. En 2013, les dettes d'études totalisaient la somme colossale d'un trillion de dollars.

Le prêt qu'un étudiant a obtenu par l'entremise du gouvernement fédéral bénéficie d'un bas intérêt et donne accès à des programmes allégeant de remboursement. Mais il en va différemment pour les prêts personnels obtenus auprès d'une banque.

Pour obtenir un prêt personnel, l'étudiant, dans 90 % des cas, doit obtenir l'endossement d'un cosignataire, soit la plupart du temps un de ses parents ou un de ses grands-parents. Or, le cosignataire assume une responsabilité égale pour le remboursement d'un prêt que l'étudiant. Si l'étudiant se trouve plus tard en défaut de paiement, même lorsqu'il est sur le marché du travail, la banque peut revenir contre le cosignataire. De plus, la loi fédérale sur les faillites a été modifiée en 2005 pour faire en sorte qu'un individu ne puisse pas inclure dans une faillite les prêts étudiants qu'il a contractés auprès d'une banque.

Or, il apport que les prêteurs utilisent souvent des pratiques commerciales trompeuses et exigent par la suite des taux d'intérêt exorbitants et d'importants frais cachés. Quand une famille est touchée par la tragédie, elle doit quand même assumer la dette. Souvent, c'est la famille entière qui est appelée à assumer la dette. Par exemple, Steve Mason avait cosigné un prêt étudiant de 100 000 $ pour sa fille Lisa. Après que sa fille soit décédée, il a vu la dette de cette dernière grimper à 200 000 $. Il n'y avait pas de clause d'assurance en cas de décès dans le prêt.

Cette dernière histoire est loin d'être unique. Elle ne fait que refléter les carences existantes dans le système de financement des études supérieures aux États-Unis. Heureusement, le président Obama a annoncé en juin 2014 un vaste programme visant à réformer l'aide aux étudiants et à permettre à ces derniers de se libérer de leurs dettes.



Dernière modification: 2014-08-25 09:15:15

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Un an plus tard: le First Step Act comme premier pas à une réforme carcérale aux États-Unis
>décembre 2019


Primaires démocrates au New Hampshire : une course à trois déterminante pour l'élection présidentielle
>octobre 2019


Washington D.C. : une hausse inquiétante de la violence
>octobre 2019


La juge progressiste Ruth Bader Ginsburg tendra-t-elle le flambeau aux conservateurs?
>octobre 2019


Destitution du président Trump : une route parsemée d'embûches
>octobre 2019


Mort de Lee Iaccoca : bilan d'une icône de l'industrie automobile
>octobre 2019


Harris se démarque lors du premier débat à l'investiture démocrate
>septembre 2019


L'extrême gauche aux États-Unis à l'ère Trump? Plutôt marginale
>avril 2019


Les élections de mi-mandat, ou la ruée vers l'or au pays des droits et libertés
>mars 2019


Joe Biden comme antidote au syndrome McGovern
>mars 2019


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019