Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

18 février 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

26 juillet 2014

Vers une crise humanitaire


Gilles Vandal
historien,
Ph.D.
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Balado: Le monde en perspective




Nouveauté. Écoutez en baladodiffusion les rencontres qu'animent les professeures Isabelle Lacroix et Karine Prémont sur des questions qui touchent les enjeux démocratiques, les relations internationales ou les modes de scrutin. Des rencontres de 20 minutes dans un style simple et ouvert avec des spécialistes, des personnes présentes sur le terrain et aussi des étudiantes et étudiants de second cycle.

Au fil du temps

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

novembre
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

septembre
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

juin
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

mars
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

janvier
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

octobre
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

décembre
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

novembre
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

septembre
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

novembre
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

La question de l'immigration s'est transformée au cours de l'été 2014 en une crise humanitaire. En 2008, le gouvernement fédéral américain mit sur pied un programme pour accueillir 8000 enfants réfugiés. Or, le nombre a atteint 20 000 en 2013. Pour l'année 2014, les services américains ont donné déjà refuge à 60 000 mineurs et ils anticipent que le nombre atteindra 90 000 à la fin de l'année budgétaire au 30 septembre.

La large majorité des enfants demandant refuge aux États-Unis proviennent d'El Salvador, du Guatemala et du Honduras, trois pays en proie à la violence des gangs, le chaos et la pauvreté. Ces enfants ont presque tous des expériences vécues horribles à raconter. Une mère a répondu ceci à un journaliste qui lui demandait pourquoi elle avait envoyé son enfant vers les États-Unis : « Je préfère voir mon enfant mourir sur le chemin des États-Unis que de le voir mourir à ma porte. »

Pour envoyer leurs enfants aux États-Unis, les parents ont dû payer pas moins de 3000 $ par enfant à des passeurs qui s'occupent de les faire entrer illégalement aux États-Unis. Des dizaines de milliers d'enfants ont parcouru près de 5000 km en traversant tout le Mexique souvent accroché sur le toit des trains. Entre-temps, ils sont aussi victimes de viols et autres sévices aux mains des passeurs.

Toute cette question découle de l'application d'une loi fédérale adoptée en 2008 et signée par le président George W. Bush qui force les autorités américaines à accorder le refuge à tout enfant non accompagné d'un parent provenant de l'Amérique centrale. Cette loi a été conçue comme moyen de protéger les enfants qui ont été victimes de traite illégale, d'abus sexuels et autres crimes.

En conséquence, la loi exige comme moyen de protection des auditions par les services d'immigration pour déterminer si ces enfants immigrants doivent être expulsés ou admis comme réfugiés. Entre-temps, ils doivent être remis aux services sociaux et traités avec humanité. Or, ce processus de vérification peut prendre des mois, voire des années.

Les jeunes immigrants sont ainsi placés dans des centres de détention à travers tout le pays. Or, il apparaît que le coût des soins prodigués à un jeune mineur non accompagné s'élève entre 250 $ et 1000 $ par jour. Beaucoup de personnes trouvent que la note est trop élevée pour les contribuables américains.

Mais avec l'afflux de ces enfants réfugiés, la situation a dégénéré en une crise politique. Les villes situées dans le sud des États-Unis, le long de la frontière mexicaine, sont devenues de véritables champs de bataille entre les partisans de la loi et ceux qui préconisent un refoulement à la frontière des enfants réfugiés. En juin et juillet 2014, le débat politique s'est élargi à l'ensemble des États-Unis. Partout aux États-Unis, on voit des centaines de résidents s'opposer à l'ouverture dans leur ville de centres d'hébergement pour les jeunes réfugiés.

Les groupes de la droite américaine se sont organisé et ont tenu deux journées nationales de protestation les 18-19 juillet contre cette immigration illégale. Des protestations publiques étaient organisées dans plus de 250 villes américaines dans lesquelles les manifestants agitaient des drapeaux américains en scandant des slogans comme « Nous sommes envahis » ou « retour à l'expéditeur »

Pas de photos

Entre-temps, les républicains pressent le président Obama de se rendre à la frontière mexicaine pour constater la situation de crise sur place. Obama a refusé de s'y rendre. Les républicains ont alors comparé le refus d'Obama de ne pas visiter les installations frontalières à la réponse de George W. Bush à l'ouragan Katrina. Mais Obama ne voulait pas que l'on puisse ensuite l'accuser d'avoir incité plus d'enfants à venir aux États-Unis par la publication de photos le montrant accueillant des enfants réfugiés.

En cette année électorale de mi-mandat, il est facile de voir comment la question de l'immigration pourrait être un enjeu en novembre. Un tiers du sénat et les 435 sièges de la chambre des représentants sont en jeux. Les deux partis veulent tirer un avantage politique de la question.

Face à la crise, le président Obama a demandé au Congrès une aide humanitaire d'urgence de 3,7 milliards de dollars : 1,8 milliard de dollars pour fournir des soins temporaires aux enfants réfugiés, 1,6 milliard de dollars pour renforcer les contrôles aux frontières contre les passeurs illégaux et 300 millions de dollars pour venir en aide aux pays de l'Amérique centrale afin qu'ils découragent les parents d'envoyer leurs enfants vers les États-Unis.

Jeh Johnson, le secrétaire américain à la sécurité intérieure qui est responsable de l'immigration, souhaite que le Congrès adopte le budget spécial demandé par le président Obama et qu'il modifie la loi sur l'immigration pour la rendre plus efficace. Mais les démocrates ne sont pas capables de s'entendre avec les républicains sur cette question. Ces derniers veulent simplement modifier la loi pour forcer les jeunes mineurs à retourner chez eux sans audition.

Un sondage commandé par ABC et le Washington Post montre que la question représente un enjeu important. Toutefois, 53 % des Américains endossent la proposition de Barack Obama. Par contre, seulement 23 % des personnes interrogées déclarent approuver la position des républicains au Congrès.

Entre-temps, le président a promis de faire un nouvel effort pour fixer le système d'immigration américaine, même s'il devait agir sans le consentement du Congrès en recourant au pouvoir exécutif. Toutefois, le président John Boehner l'a lors accusé de vouloir agir seul en gouvernant par décret et l'a menacé de le poursuivre pour tentative de contournement du Congrès.

La question d'immigration aux États-Unis représente un problème majeur. La solution repose dans une approche bipartite. Mais pour cela, il faut que les républicains contrôlent les éléments extrémistes anti-immigration de leur partie. S'ils n'agissent pas rapidement, ils vont perdre tout soutien politique au sein de la communauté latino. À long terme, cela pourrait mettre en danger leur propre survie politique.



Dernière modification: 2014-08-25 09:07:01

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

For the land of the free...mais l'est-ce vraiment?
>février 2019


Fahrenheit 11/9 : Michael Moore manque de nouveau la cible avec son plus récent documentaire
>janvier 2019


Un véritable tsunami démocrate
>décembre 2018


Les États-Unis suffoquent sous la dette
>novembre 2018


Le retour de Mitt Romney, républicain anti-Trump
>novembre 2018


Une dangereuse transformation de la politique américaine?
>novembre 2018


Charlottesville : un rassemblement suprémaciste blanc qui a fini en drame
>octobre 2018


Le plus atypique de tous les présidents américains
>octobre 2018


Cinquante ans plus tard: retour sur l'élection de 1968 et la présidence de Richard Nixon
>octobre 2018


Au-delà du nationalisme économique de Trump
>septembre 2018


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016