20 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

29 octobre 2005

L'Irak approuve sa Constitution


Stéphanie Lafond
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

septembre
2017
Tenue d’un référendum sur l’indépendance du Kurdistan irakien

juillet
2017
Annonce par le gouvernement irakien de la libération de Mossoul

juillet
2016
Attentats terroristes à Bagdad, en Irak

juin
2014
Proclamation d'un califat par l'État islamique en Irak et au Levant

décembre
2006
Exécution de l'ex-président irakien Saddam Hussein

janvier
2005
Tenue d'élections législatives en Irak

mars
2003
Début d'une offensive militaire d'envergure en Irak

janvier
1991
Début d'une intervention militaire au Koweït

août
1990
Invasion du Koweït par l'Irak

août
1988
Entrée en vigueur d'un cessez-le-feu mettant fin à la guerre entre l'Iran et l'Irak

mars
1988
Utilisation d'armes chimiques en Irak contre les Kurdes

septembre
1980
Début de la guerre Iran-Irak

juillet
1979
Accession de Saddam Hussein à la présidence de l'Irak

octobre
1973
Début du premier «choc pétrolier»

juillet
1968
Coup d'État dirigé par le général Ahmed Hassan al-Bakr en Irak

août
1967
Ouverture d'un sommet des pays arabes à Khartoum

septembre
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

juin
1961
Proclamation d'indépendance du Koweït

septembre
1960
Création de l'Organisation des pays producteurs de pétrole

Le 15 octobre dernier, le peuple irakien s'est rendu aux urnes afin de se prononcer sur le projet de Constitution que proposait le nouveau gouvernement.

Il y a maintenant 10 mois, soit le 30 janvier 2005, les Irakiens ont élu une Assemblée transitoire, qui à son tour a élu Jalab Talabani, comme Président de l'Irak. Cet évènement a été toute une victoire pour le Président américain, George W. Bush, qui promettait depuis la capture de Saddam Hussein, l'ex-président de l'Irak, la démocratisation du pays. Plusieurs ont douté de cet accomplissement, car la montée de violence dans le territoire irakien avait déstabilisé grandement la possibilité d'élections.

Le nouveau gouvernement irakien, principalement composé de Chiites et de Kurdes, avait entamé la réaction du nouveau projet de Constitution qui allait faire de l'Irak un État Fédéral. Cette démocratie parlementaire deviendrait la loi suprême sur le territoire et des élections législatives se tiendraient tous les quatre ans. Or, les Sunnites, peuple minoritaire vivant en majorité dans le nord du pays, s'opposaient rapidement à plusieurs clauses de la Constitution. Effectivement, ils criaient à l'injustice car les Chiites et les Kurdes, groupes majoritaires vivant dans le centre et le sud de l'Irak, écriraient en majorité la nouvelle Constitution et, selon les Sunnites, laisseront peu de latitude à leurs propositions (1).

Après maintes négociations et un possible « boycott », les Sunnites obtiendraient des compromis de la part du gouvernement irakien. Sur près de 12 points en litige, ils obtiendraient la possibilité de proposer des modifications sur la Constitution avant les législatives, qui auront lieu en décembre 2005. De plus, ils négocieraient plusieurs points sur le partage des ressources pétrolières, principale richesse économique de la région nordique où se regroupent majoritairement des Sunnites. Enfin, ils acquiesceraient à la possibilité pour certaines régions de se déclarer autonomes du gouvernement central (2).

Le samedi 15 octobre 2005 était donc une journée attendue avec grande anticipation. Plusieurs personnes redoutaient, cependant, une possible attaque ou une montée de violence avant l'évènement. Mais près de 79% des électeurs se sont rendus voter, sans violence, dans les 6000 bureaux de vote établis dans chaque région du territoire irakien. L'Irak allait savoir, enfin, si une entente entre les trois principaux groupes, Chiites, Sunnites et Kurdes, était possible ou si l'impasse gagnerait une autre fois le terrain (3).

Tout s'est joué sur une province, celle de Ninive. En effet, pour faire échouer le projet de Constitution, il fallait obtenir un « non » dans trois régions à majorité Sunnites, où le trois quart de gens auraient voté contre. Deux régions sur trois ont obtenu les 75% soit celle de Anbar et de Sahedine. Or, dans la région de Ninive le non sur la Constitution a obtenu 55% des voix, ce qui était donc insuffisant pour faire échouer la nouvelle Constitution.

L'Irak est donc aujourd'hui un territoire fédéral où une Constitution administre le gouvernement et tentera d'établir une démocratie dans les prochaines années.

Ce résultat positif suscite plusieurs réactions, autant négatives que positives, dans différents journaux et par plusieurs personnalités publiques. Tout d'abord, dans le journal Al-Adalah de l'Irak a déclaré : « La commission fédéral indépendante aura non seulement annoncé le résultat du référendum mais aussi la victoire des Irakiens sur les terroristes (?) » (4)

Dans l'éditorial du Al-Vefagh, autre journal irakien, l'auteur a affirmé que par la ratification de la Constitution, les Irakiens ont pris une direction décisive vers la stabilité. Cependant, dans l'éditorial du London-Al-Quds Al-Arabi, on peut lire que l'annonce du résultat positif du référendum confirme les doutes des Sunnites qu'une alliance a eu lieu entre l'administration américaine et l'alliance Chiites-Kurdes. De plus, dans le journal libanais Al-Mustaqbal, on affirme que la situation présente en Irak ne se règlera certainement pas par l'imposition d'un régime fédéraliste.

Du côté des commentaires de personnalités publiques plusieurs se sont réjouis de la bonne nouvelle (5). Le Président américain, George W. Bush, a affirmé que la population d'Irak a enfin prouvé sa détermination à obtenir un pays démocratique contre toute forme d'extrémiste ou de violence. Le secrétaire d'État américain, Condoleezza Rice s'est exprimé en affirmant que les Sunnites avaient exercé leur droit de vote en choisissant le « non ».

Le négociateur sunnite a, quant à lui, indiqué que la violence n'était pas la solution et qu'il n'acceptera aucun référendum ou aucune élection sans la présence d'observateurs internationaux. Fareed Sabri, du Parti Islamic Sunnite Irakien, prétend pour sa part révélé que cela ne fut pas un exercice de démocratie, car les 6000 bureaux de vote étaient tous contrôlés par des militaires ou par le gouvernement. Cependant, il indiquera que ce sera un pas vers la démocratie.

Finalement, les avis sont partagés sur cette nouvelle Constitution en Irak. Un long chemin a été fait depuis l'attaque des États-Unis, en mars 2003, pour en arriver au référendum sur la Constitution irakienne. Pour certains, il est clair que des tricheries ont été faites, mais pour une majorité il s'agit d'un pas en avant vers la démocratie. Reste à voir les législatives qui auront lieu au mois de décembre prochain, où le peuple irakien sera appelé une nouvelle fois à exercer leur droit de vote. L'avenir est le seul à connaître le déroulement final de ces évènements dans ce pays en grande transition?.




Références:

1. PERRIN, Jean-Pierre. La Constitution adoptée sur le fil en Irak, « Libération », http : //www.liberation.fr, 26 octobre 2005.

2. WONG, Edward. Iraqi Officials Declare Charter Has Been Passed, « New York Times », http://www.nytimes.com, 26 octobre 2005.

3. PERRIN, Jean-Pierre. La Constitution adoptée sur le fil en Irak, « Libération », http : //www.liberation.fr, 26 octobre 2005.

4. (Sans auteur). Iraq contitution gets mixed press, « BBC News », http://news.bbc.co.uk, 26 octobre 2005.

5. (Sans auteur). In quotes : Iraq charter approval, « BBC News », http://news.bbc.co.uk, 26 octobre 2005.

Autres Sources

1. PERRIN, Jean-Pierre. Irak : les urnes contre le chaos, « Libération », http://www.liberation.fr, 26 octobre 2005.

2. HI, J. En Irak, la Constitution est adoptée, « Libération », http://www.liberation.fr, 26 octobre 2005.

3. (Sans auteur), Référendum, À Savoir, « Libération », http://www.liberation.fr, 26 octobre 2005.

4. PERRIN, Jean-Pierre. L'Irak vote sans bain de sang, « Libération », http : //www.liberation.fr, 26 octobre 2005.

5. AGP. Le résultat du référendum en Irak suspendu au vote des Sunnites, « Le Monde », http://www.lemonde.fr, 28 octobre 2005.

6. (Sans auteur), Référendum en Irak, Rice reste prudente sur les résultats, « Le Figaro », http://www.lefigaro.fr, 28 octobre 2005.

7. US Department of state, « Iraq country information », http ://www.state.gov/p/nea/ci/c3212.htm, 28 octobre 2005.

Dernière modification: 2007-05-02 07:13:22

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Irak : la population en manque de services publics se révolte contre les corrompus
>février 2019


Les forces irakiennes reprennent Mossoul : la fin de l'État islamique ?
>octobre 2017


Il y a 10 ans : le cirque du procès de Saddam Hussein
>novembre 2016


L'EI et Al Qaïda : l'ère du terrorisme à deux visages
>mars 2015


Jalal Talabani : fin d'une présidence respectée
>octobre 2014


La légalité de la guerre contre l'État islamique au coeur des débats à l'ONU
>septembre 2014


Le premier ministre irakien Nouri Al-Maliki sort gagnant des élections provinciales
>février 2009


L'Irak démocratique et libre... d'occupation
>février 2009


Un État kurde : un rêve possible ou une fantaisie ?
>octobre 2008


Les Kurdes : entre l'espoir et la crainte
>novembre 2007


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016