Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

19 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

18 October 2009

Mandat pénible pour George Mitchell au Proche-Orient


Jonathan Allard
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

November
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

July
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

June
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

March
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

December
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

September
2017
Ouragans sur les Caraïbes

August
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

January
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

January
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

November
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

September
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

June
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

March
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

January
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

October
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

December
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

November
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

September
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

November
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

« Les conflits insolubles n'existent pas. » C'est du moins ce qu'a affirmé l'ancien sénateur américain George Mitchell après que l'administration du président Barack Obama lui ait confié la tâche de faciliter une réconciliation israélo-palestinienne, en janvier 2009(1). Reste à savoir si cette affirmation teintée de confiance peut se traduire par des progrès significatifs dans le processus de paix au Proche-Orient.

De sénateur à négociateur

Diplômé en droit de l'Université de Georgetown à Washington D.C. en 1960, George Mitchell a d'abord travaillé pour le département américain de la Justice dans son État natal, le Maine, jusqu'en 1979. En 1980, il obtient le poste de sénateur pour le Maine laissé vacant par Edmund Muskie, après que ce dernier eut été nommé Secrétaire d'État. M. Mitchell remporte sa première élection sénatoriale pour un mandat complet en 1982. Il devient le meneur de la majorité démocrate au Sénat en 1988, poste qu'il occupe jusqu'en 1995, année de sa retraite parlementaire(2).

Après son départ du Sénat, M. Mitchell est mandaté par le président Clinton afin d'aider l'Irlande du Nord à signer un accord de paix. Présidant les négociations, il fait progresser la réconciliation nord-irlandaise jusqu'au point culminant qu'est l'accord du Vendredi Saint, signé le 10 avril 1998. L'année suivante, il est récompensé par la Médaille présidentielle de la liberté, l'honneur civil le plus élevé au États-Unis(3).

Dans la foulée de ce succès, M. Mitchell est appelé à présider un comité chargé d'examiner la crise israélo-palestinienne. Son équipe produit un rapport en 2001, le « Rapport Mitchell », qui appelle les Israéliens à démanteler les colonies existantes et presse les Palestiniens de restreindre leurs activités militantes. Ledit rapport reste toutefois lettre morte(4).

Le 22 janvier 2009, George Mitchell reçoit à nouveau un mandat présidentiel, cette fois de la part de Barack Obama. À première vue, la tâche semble pour le moins lourde pour l'ancien sénateur, à qui on demande d'initier une réconciliation entre Israël et les pays arabes au Proche-Orient. On lui demande, entre autres, de « consolider les gains du cessez-le-feu à Gaza » obtenu le 18 janvier 2009, et de favoriser non seulement la voie de la paix entre Israéliens et Palestiniens, mais aussi entre Israël et ses autres voisins(5).

Un émissaire persévérant

Après plusieurs mois à faire la navette pour rencontrer les différentes autorités politiques de la région, George Mitchell est reparti vers Washington le 18 septembre 2009, sans toutefois annoncer la moindre progression dans le processus de paix israélo-palestinien(6). De fait, malgré ses nombreux efforts, M. Mitchell n'a pas réussi à réunir le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et le Premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou, autour de la table des négociations. Ce premier revers pour l'émissaire américain repose essentiellement sur le fait que le président Abbas conditionne la reprise des pourparlers à un gel total des colonisations israéliennes en Cisjordanie et à Jérusalem-est, ce que refuse catégoriquement M. Nétanyahou(7). M. Mitchell a néanmoins convaincu MM. Nétanyahou et Abbas de tenir une rencontre tripartite avec le président Obama à New York en septembre 2009, en marge des activités de l'Assemblée générale des Nations unies(8).

Au début du mois d'octobre 2009, M. Mitchell a entamé un nouveau voyage au Proche-Orient afin de raviver les pourparlers de paix. On rapporte cependant que certains analystes ne perçoivent aucune impulsion favorable à la réussite de ce nouvel effort(9). De l'avis du politologue Mark Heller, de l'Université de Tel Aviv, « il serait très surprenant qu'il y ait des progrès significatifs » dans ce dossier(10). De l'avis d'un autre universitaire, Eytan Gilboa, l'influence de George Mitchell est affaiblie depuis que M. Nétanyahou a tenu tête au président Obama sur la question du gel des colonisations lors d'une rencontre entre les deux hommes à New York en septembre(11).

Et comme si cela n'était pas suffisant, le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, en a rajouté le 8 octobre 2009 en affirmant qu'il est peu probable qu'un accord de paix global soit signé avec les Palestiniens. Selon lui, « celui qui s'attend à un tel accord au cours des prochaines années, ne comprend pas du tout les réalités »(12). Apparemment, M. Mitchell devra aussi composer avec beaucoup de pessimisme.




Références:

(1) SUPLY, Laurent, « George Mitchell, un artisan de paix pour le Proche-Orient », Le Figaro, [en ligne], 23 janvier 2009, http://www.lefigaro.fr/elections-americaines-2008/... page consultée le 16 octobre 2009.

(2) ALTMAN, Alex, « Middle East Envoy George Mitchell », Time, [en ligne], 22 janvier 2009, http://www.time.com/time/world/article/0,8599,1873... page consultée le 16 octobre 2009.

(3) Loc. cit.

(4) Loc. cit.

(5) KELLERHALS, Merle, « M. Obama dépêche son envoyé spécial George Mitchell au Proche-Orient. Celui-ci a pour mission principale de consolider le cessez-le-feu à Gaza. », America.gov, [en ligne], 27 janvier 2009, http://www.america.gov/st/peacesec-french/2009/Jan... page consultée le 16 octobre 2009.

(6) ZECCHINI, Laurent, « L'émissaire américain George Mitchell a quitté Jérusalem sans aucun accord sur un "gel" de la colonisation », Le Monde, [en ligne], 19 septembre 2009, http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2009/0... page consultée le 16 octobre 2009.

(7) Le Nouvel Observateur, « Les efforts de George Mitchell au Proche-Orient auront été vains », Nouvelobs.com, [en ligne], 21 septembre 2009, http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/internat... page consultée le 16 octobre 2009.

(8) MISKIN, Maayana, « Bibi, Abbas, Obama to Hold 3-Way Summit », Israel National News, [en ligne], 20 septembre 2009, http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/133512, page consultée le 16 octobre 2009.

(9) Al-Jazeera, « Mitchell returns to Middle East », AlJazeera.net, [en ligne], 8 octobre 2009, http://english.aljazeera.net/news/middleeast/2009/... page consultée le 16 octobre 2009.

(10) Loc. cit.

(11) Loc. cit.

(12) Deutsche Welle, « L 'émissaire américain George Mitchell en Israël », DW-World.de, [en ligne], 8 octobre 2009, http://www.dw-world.de/dw/function/0,,82231_cid_47... page consultée le 16 octobre 2009.

Dernière modification: 2009-10-27 08:27:02

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016