10 décembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

14 septembre 2008

Une femme candidate à la vice-présidence des États-Unis


Joanie Martin-Guay
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

novembre
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

septembre
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

juin
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

mars
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

janvier
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

octobre
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

décembre
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

novembre
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

septembre
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

novembre
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

Le 29 août 2008, John McCain, le candidat du Parti républicain à l'élection présidentielle, a surpris tout le monde lorsqu'il a annoncé le choix de Sarah Palin pour être sa candidate à la vice-présidence. Il a fait cette annonce le jour de sa fête, lors d'une réunion de 15 000 partisans à Dayton, dans l'Ohio.

Sarah Palin, qui est gouverneure de l'Alaska, est la deuxième femme à être nommée comme colistière à la vice-présidence d'un parti politique après Geraldine Ferraro, le choix du démocrate Walter Mondale lors des élections de 1984 (1). De plus, si le Parti républicain est élu le 4 novembre 2008, Palin deviendra la première femme de l'histoire des États-Unis à occuper une fonction aussi élevée dans l'administration du pays.

Sarah Palin

Sarah Heath Palin est née le 11 février 1964 dans l'État de l'Idaho, où elle n'habite que très peu de temps. Elle déménage lorsqu'elle est encore toute jeune dans la petite communauté de Wasilla, en Alaska. Par la suite, elle retourne en Idaho pour faire ses études universitaires en journalisme. Elle exerce pendant quelque temps la profession de journaliste sportive.

Puis, elle s'intéresse à la vie politique de sa région. Elle devient conseillère municipale de Wasilla en 1992, et ensuite mairesse de la ville en 1996. Elle occupe la fonction de mairesse jusqu'en 2002. Enfin, elle devient gouverneure de l'Alaska en 2006, à l'âge de 42 ans.

Lors de la campagne électorale de 2006, pour la gouvernance de l'Alaska, elle se fait connaître grâce à la lutte qu'elle mena dans le passé contre la corruption. Effectivement, lorsqu'elle était membre de la Commission du pétrole et du gaz de l'Alaska, elle a dénoncé deux de ses collègues républicains pour «manquements à l'éthique»(2).

Un choix prémédité

La nomination de Sarah Palin a redonné sa place dans les médias au Parti républicain. Certains analystes considèrent John McCain comme un «political gambler»(3) pour avoir misé sur une femme, ainsi que sur une personne qui possède si peu d'expérience politique. Il y en a d'autres qui affirment que les républicains ont trouvé en la personne de Sarah Palin «leur "Obama"»(4), c'est-à-dire leur candidat vedette.

Une des raisons pour lesquelles John McCain, âgé de 72 ans, ainsi que ses conseillers politiques ont choisi Sarah Palin, c'est parce qu'elle rajeunit l'image du Parti républicain. Cette décision va à l'opposé de Barack Obama, le chef du Parti démocrate. Pour combler le manque d'expérience qu'on lui reproche, celui-ci a pris Joe Biden, un politicien expérimenté, comme candidat à la vice-présidence. De plus, Sarah Palin représente le changement, et fait oublier les bévues de l'administration Bush, grâce à ses batailles menées contre la corruption en Alaska. À un autre niveau, elle projette l'image d'une femme du peuple. Ses origines sont modestes et elle n'est pas allée à l'école dans une grande université.

Palin rallie aussi la droite fondamentaliste du Parti républicain par ses prises de position conservatrices, ce à quoi John McCain, plus centriste, a échoué. Elle est contre l'avortement ou plutôt «pro-vie», comme le démontre le choix qu'elle a fait de garder son dernier bébé, malgré le fait qu'il ait été diagnostiqué comme ayant le syndrome de Down (Trisomie 21). C'est dans cet ordre d'idées qu'elle souhaite faire invalider le jugement de la Cour suprême Roe c. Wade qui est à l'origine de la légalisation de l'avortement(5). Elle est aussi opposée au mariage entre deux personnes de même sexe. De plus, elle est membre à vie de la National Rifle Association (NRA), un organisme qui fait du lobbying pour ne pas que l'État oblige un contrôle des armes à feu.

Enfin des analystes affirment que Sarah Palin a été choisie dans le but de rallier au Parti républicain le vote des femmes. Le directeur adjoint de l'Observatoire sur les États-Unis à l'Université du Québec à Montréal, Frédérick Gagnon, rapporte que «si l'on se fie aux élections passées, cet électorat [le vote féminin] penche surtout du côté des démocrates»(6). Le Parti républicain a certainement voulu récupérer une part des 18 millions de voix qui étaient rattachées à la candidature d'Hillary Clinton. De plus, la nomination à la vice-présidence de Joe Biden a engendré chez les partisans d'Hillary Clinton une grogne qui pourrait sûrement être profitable aux républicains.

Sarah Palin a lancé une invitation aux femmes lors de son discours à Dayton. Elle s'est même adressée aux partisans d'Hillary Clinton: « Hillary left 18 million cracks in the highest, hardest glass ceiling in America, but it turns out the women of America aren't finished yet, and we can shatter that glass ceiling once and for all »(7).

Les effets suscités par sa nomination

La nomination de Sarah Palin a provoqué diverses réactions de la part des membres des deux formations politiques, ainsi qu'au sein de la population américaine. Selon un sondage réalisé par ABC News et le Washington Post, le lundi 8 septembre, 67% des femmes blanches ont une bonne opinion d'elle(8).

De son côté, Barack Obama, après avoir affirmé que la nomination de Sarah Palin était un «signe encourageant que les vieilles barrières [étaient] en train de tomber dans notre monde politique»(9), a fait remarquer que les prises de positions de la nouvelle colistière de John McCain ne représentaient pas le changement, mais qu'elle supportait plutôt les mêmes politiques que l'ancienne administration.

Hillary Clinton, qui a elle aussi salué fièrement sa candidature à la vice-présidence, a rappelé que les politiques que Sarah Palin défendait entraîneraient «l'Amérique dans la mauvaise direction»(10).

Gloria Steinem, une féministe américaine bien connue, a dénoncé pour sa part ce qu'a fait Sarah Palin, en essayant de rallier à elle les femmes qui ont soutenu la campagne d'Hillary Clinton. Elle considère que Sarah Palin soutient des valeurs patriarcales lorsqu'elle se dit, par exemple, contre l'avortement. Bref, qu'elle n'est pas une bonne représentante de la défense des droits des femmes.

Diane DeGette, qui est représentante du Colorado pour le Parti démocrate, affirme dans le même ordre d'idées, que les partisans de Mme Clinton ne votaient pas seulement pour Hillary parce qu'elle était une femme, mais aussi pour ses idées politiques, qui sont aux antipodes de celles de Sarah Palin.




Références:

1. Guy TAILLEFER, «Le choix de John McCain : une conservatrice pure et dure», Le Devoir, 30 août 2008, p. A1.

2. Jean-Louis TURLIN, «Sarah Palin, la cure de jouvence de John McCain», Le Figaro, 30 août 2008, p. 16.

3. Michael GRUNWALD et Jay NEWTON-SMALL, «Why Mc Cain Picked Palin», Time in partnership with CNN, 29 août 2008, www.time.com/time/printout/0,8816,1837510,00.html

4. Corine LESNES, «La colistière de M. McCain galvanise les républicains», Le Monde, 5 septembre 2008, p. 4.

5. Guy TAILLEFER, op. cit. p. A1.

6. Jean-Frédéric LÉGARÉ, «Le pari audacieux de John McCain», Le Soleil, 30 août 2008, p. 33.

7. Michael COOPER et Élizabeth BUMILLER, « Alaskan is McCain choice's; First women on G.O.P. Ticket», New-York Times, 29 août 2008, www.nytimes.com/2008/08/30/us/politics/29palin.html Corines LESNES, «Avec Sarah Palin John McCain veut séduire les femmes et les conservateurs», Le Monde, 1 septembre 2008, p. 4. La traduction du journal Le Monde : « il a été remarqué (...) qu'Hilary a laissé 18 millions de fêlures dans le plafond de verre le plus haut et le plus dur. Mais il apparaît que les femmes n'ont pas encore fini. Nous pouvons casser ce plafond une fois pour toutes ».

8. Corine LESNES, «Aux États-Unis, "l'effet Palin" donne un nouvel élan au camp républicain», Le Monde, 10 septembre 2008, p. 5.

9. Guy TAILLEFER, op. cit. p. A1.

10. Corines LESNES, «Avec Sarah Palin John McCain veut séduire les femmes et les conservateurs», Le Monde, 1 septembre 2008, p. 4.

Dernière modification: 2008-09-19 08:57:48

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Un an plus tard: le First Step Act comme premier pas à une réforme carcérale aux États-Unis
>décembre 2019


Primaires démocrates au New Hampshire : une course à trois déterminante pour l'élection présidentielle
>octobre 2019


Washington D.C. : une hausse inquiétante de la violence
>octobre 2019


La juge progressiste Ruth Bader Ginsburg tendra-t-elle le flambeau aux conservateurs?
>octobre 2019


Destitution du président Trump : une route parsemée d'embûches
>octobre 2019


Mort de Lee Iaccoca : bilan d'une icône de l'industrie automobile
>octobre 2019


Harris se démarque lors du premier débat à l'investiture démocrate
>septembre 2019


L'extrême gauche aux États-Unis à l'ère Trump? Plutôt marginale
>avril 2019


Les élections de mi-mandat, ou la ruée vers l'or au pays des droits et libertés
>mars 2019


Joe Biden comme antidote au syndrome McGovern
>mars 2019


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019