Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

19 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

2 March 2008

Liberté de presse et paramilitaires ne font pas bon ménage en Colombie


Ève Desruisseaux
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

June
2018
Élection d’Ivan Duque à la présidence de la Colombie

June
2016
Accord de cessez-le-feu entre le gouvernement colombien et les FARC

July
2008
Libération de la femme politique colombienne Ingrid Betancourt

December
1993
Décès du criminel colombien Pablo Escobar


1981
Naissance du cartel de Medellin en Colombie

August
1980
Signature du traité de Montevideo entre les pays de l'Alalc

January
1971
Publication d'un essai de Gustavo Guttierez sur la théologie de la libération

April
1970
Élection en Colombie entraînant la création du mouvement de guérilla M19

August
1968
Ouverture d'une conférence épiscopale à Medellin, en Colombie

March
1967
Parution de l'encyclique Populorum Progressio

February
1966
Décès du prêtre colombien Camilo Torres

February
1960
Signature du traité de Montevideo créant l'Association de libre-échange de l'Amérique latine

December
1959
Création de la Banque interaméricaine de développement

May
1958
Levée de l'état de siège après l'élection d'Alberto Lleras Camargo en Colombie

May
1957
Renversement du président colombien Gustavo Rojas Pinilla

April
1948
Émeutes du Bogotazo en Colombie

March
1948
Création de l'Organisation des États américains

September
1947
Signature du Traité interaméricain d'assistance réciproque à Rio de Janeiro

Le Rapport 2008 de Reporters sans frontières dresse un bien triste bilan en se qui a trait de liberté de presse en Colombie durant l'année 2007. Pas moins de six journalistes ont trouvé la mort en osant dire les faits sur la situation actuelle.

Depuis l'élection du président Alvaro Uribe, en 2002, qui fut reporté au pouvoir en 2006, le pays a vu une diminution des crimes contre la presse grâce au programme sécuritaire (1). Ce programme permet, entre autres, une protection plus accrue des journalistes qui dénoncent les actions des groupes paramilitaires colombiens et la corruption de ceux-ci dans la structure sociale colombienne.

La Colombie, un pays extrêmement dangereux

Depuis plus d'un demi-siècle, la Colombie nage dans l'instabilité, principalement avec l'arrivée des forces de guérilla responsables de 25000 morts, dont 5911 civils seulement entre 1967 et 1991 (2). Ce pays d'Amérique latine est un des plus dangereux dû à ces nombreux groupes terroristes y exploitant non seulement les productions de café, mais aussi les champs de cocaïne, de marijuana et d'héroïne. Dans les années 1990, les attentats furent de plus en plus sanglants et nombreux. Les membres actifs dans ces factions se sont multipliés, terrorisant les paysans, contrôlant la presse et manipulant les politiciens.

Il faut noter que les paramilitaires colombiens sont nombreux. « L'organisation de défense des droits de l'homme évalue entre 5 000 et 8 000 le nombre de paramilitaires, répartis en 22 groupes, toujours en activité ou « reconstitués »(3). Ceux-ci sont soit d'extrême gauche, tels les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), ou encore d'extrême droite.

En 2002, le monde a fait connaissance avec une des principales factions paramilitaires colombiennes. Il s'agit des FARC, connus aussi sous le nom de l'armée du peuple. Ce groupe a pris en otage une politicienne franco-colombienne, Mme Ingrid Betancourt, qui dénonça à plusieurs reprises la corruption incessante à l'intérieur du pays. Depuis plus de 6 ans, les gouvernements de France, du Brésil et de la Colombie tentent de négocier sa libération, mais en vain.

Les prédateurs de la liberté colombienne

Les FARC ne sont pas les seuls à vouloir contrôler la Colombie. Un autre groupuscule, connu sous le nom des Aigles noirs ou sous de nombreux autres noms (Autodéfenses unies de Colombie (AUC), Autodéfenses Colombie libres, table nationale unifiée, etc...)(4), tente de gérer les structures sociales et économiques du pays, principalement dans les régions du nord. Ce groupe terrorise les médias et s'allie avec certains politiciens régionaux et de la république.

Les Aigles noirs font non seulement concurrence aux FARC dans le narcotrafic, mais ils se sont aussi implantés dans de nombreux secteurs de la société colombienne tels que la santé, l'agriculture et la construction. Et lorsque certains journalistes veulent en faire mention dans leurs journaux, ceux-ci sont menacés de mort ou doivent opter pour un exil à l'extérieur du pays afin de protéger leur vie et celle de leur famille. Les journalistes ne peuvent enquêter, car les Aigles noirs ne prendront aucun risque qui pourrait leur faire perdre le contrôle d'une partie de la Colombie. Leur moyen le plus concret et direct pour faire bien comprendre aux journalistes de rester silencieux n'est nul autre que le meurtre.

Selon certaines sources : « Le problème, ici, c'est que les paramilitaires, tout en devenant l'une des premières puissances économiques régionales, sinon la première, ont réussi à se vendre comme les vainqueurs de la guérilla pour mieux rendre la presse inaudible (5)». Bref, ils instaurent la peur afin de bien contrôler la société.

Malgré les tentatives du gouvernement d'Alvaro Uribe et l'aide financière octroyée par le congrès américain afin d'enrailler le terrorisme en Colombie, les Aigles noirs et les FARC restent bien présents dans le paysage colombien. Leur influence sur la population semble affaiblir la liberté de presse malgré les programmes sécuritaires. Il y a peut-être moins de morts au sein de la profession journalistique, mais la peur y est toujours aussi présente.

Par contre, les prochaines années, voire les prochains mois, vont peut-être donner un espoir nouveau au peuple colombien. Pensons par exemple aux efforts de certains individus, comme la manifestation organisée par un groupe sur Facebook, pour sensibiliser les gens à leur situation.




Références: :

1. Reporters sans Frontières, « Rapport 2008 : Colombie », (en ligne), http://www.rsf.org/article.php3?id_article=25540, consulté le 29 février 2008

2. Espace citoyen, « Colombie : fiche signalétique, statistique et historique », (en ligne), http://www.espace-citoyen.be/site/index.php?EsId=1... consulté le 29 février 2008

3. Reporters sans Frontières, « COLOMBIE : Paramilitaires : des «Aigles noirs» prêts à fondre sur la presse », (en ligne), http://www.rsf.org/IMG/pdf/Colombie_fr.pdf, consulté le 1 mars 2008

4. Loc. cit.

5. Loc. cit.

Autres références

LEMOINE, Maurice, « La Colombie d'Ingrid Betancourt », (en ligne), http://www.monde-diplomatique.fr/2006/04/LEMOINE/13332, consultée le 1 mars 2008

Ingrid Betancourt, « Betancourt info », (en ligne), http://www.betancourt.info/indexFr.htm, consultée le 1 mars 2008

INCONNU, « Captured nine presumed members of the Aguilas Negras», (en ligne), http://www.ejercito.mil.co/index.php?idcategoria=192687, consulté le 29 février 2008

USA Today, «Colombia's new armed groups», (en ligne), http://www.usatoday.com/money/world/international-... consultée le 29 février 2008

Dernière modification: 2008-03-14 15:26:17

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016