Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

16 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

24 February 2008

Canada : terre promise!


Ève Desruisseaux
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

October
2018
Légalisation du cannabis au Canada

October
2015
Élection au Canada du Parti libéral de Justin Trudeau

May
2011
Réélection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

October
2008
Ouverture du douzième Sommet de la Francophonie

October
2008
Réélection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

June
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

January
2006
Élection au Canada du Parti conservateur de Stephen Harper

June
2004
Élection au Canada du Parti libéral de Paul Martin

November
2000
Réélection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

September
1999
Ouverture du huitième Sommet de la Francophonie

June
1997
Réélection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

October
1995
Tenue d'un référendum sur la souveraineté du Québec

October
1993
Élection au Canada du Parti libéral de Jean Chrétien

December
1992
Signature de l'Accord de libre-échange nord-américain

October
1992
Tenue d'un référendum au Canada sur l'entente de Charlottetown

June
1990
Échec de l'accord constitutionnel du lac Meech au Canada

November
1989
Création de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique

November
1988
Réélection au Canada du Parti progressiste-conservateur de Brian Mulroney

September
1987
Ouverture du deuxième Sommet de la Francophonie

Le Canada a la réputation d'être un pays accueillant et chaleureux. Bien qu'un peu froid en hiver, les gens semblent apprécier ce charme canadien. Malgré cette réputation, peut-on vraiment affirmer que le Canada soit un pays où l'on est accueilli à bras ouverts? Peut-on considérer que chaque individu y soit le bienvenu?

Qui sont-ils ou qui sommes-nous?

Depuis sa découverte, le Canada a accueilli sur ses terres de nombreux peuples provenant de différents pays. Les premiers à venir défricher et affronter le climat rigoureux furent les Français et les Britanniques (incluant Irlandais et Écossais). Au fil des siècles, nous avons vu d'autres peuples provenant principalement d'Europe venir y fonder des familles et bâtir un pays. Le Canada permettait de s'épanouir malgré les différences puisque le pays fut fondé par des peuples de religions et de coutumes différentes.

Après la Deuxième Guerre mondiale, une nouvelle vague d'Européens vint s'établir au Canada. Il s'agit principalement de gens touchés par la guerre ou fuyant des dictatures, qui ont enrichi le peuple canadien de nouvelles cultures. Nous avons vu apparaître au cours des années 1960 des noms de famille italiens, grecs et portugais, s'ajoutant aux nombreux noms à consonance française et anglaise.

Puis, au début du 21ième siècle, la situation mondiale devient plus astreignante pour certains pays tels que la Colombie, ainsi que certains pays d'Afrique, notamment du Maghreb. Tous les gens provenant de ces pays décident de venir s'établir dans un Canada ou tout semble permis, principalement la liberté d'identité. Depuis 1960, le Canada a accepté pas moins de 7 168 300 immigrants (1). Avec l'arrivée d'autant de personnes, le Canada a de la difficulté à gérer convenablement les entrées de ces immigrants dans les provinces.

Où vont-ils et d'où viennent-ils?

Au cours des 4 dernières décennies, nous avons vu le courant migratoire canadien fluctuer tel des montagnes russes. En effet, en observant les données des années 60 à 70, nous constatons que le Canada fut moins populaire pour les immigrants. Avec l'instabilité dû à la guerre du Vietnam, on constate au milieu des années 70 que le pays à la feuille d'érable gagne de la popularité avec plus de 1 053 000 personnes accueillies (2). Cette popularité a ensuite diminué jusqu'à la chute du mur de Berlin et l'éclatement de l'Union Soviétique, avant de remonter de nouveau dans les années 1990.

Depuis le début des années 2000, le gouvernement doit réviser sa politique d'acceptation des personnes désirant venir s'établir au Canada. Bien entendu, les gens demandant un statut de réfugié sont acceptés après avoir prouvé leur besoin de sécurité. Mais ce que les dirigeants canadiens privilégient, ce sont les gens ayant un statut professionnel, des diplômes et du potentiel afin de contribuer à l'économie et au développement du pays hôte. En 2000, 227 207 personnes ont été admises comme immigrantes.

En voici la répartition par catégorie (3) : travailleurs qualifiés 118 495 (52,2 %), regroupement familial 60 517(26,6 %), réfugiés 30 044 (13,2 %), gens d'affaires 13 655 (6,0 %), autres 4 496 (2,0 %).

Chaque province a aussi son mot à dire. En observant les données de Statistique Canada, nous constatons que les provinces maritimes reçoivent majoritairement des gens provenant d'Europe, principalement du Royaume-Uni, sauf pour le Nouveau-Brunswick, dont la frontière limitrophe permet aux citoyens américains de s'y établir en éprouvant moins de dépaysement. On découvre aussi que les Sud-Européens considèrent le Québec comme leur lieu de prédilection. Par contre, l'Ontario et les provinces de l'Ouest accueillent majoritairement les Sud-Asiatiques. Bref, les Asiatiques ont une préférence pour les provinces se situant à l'ouest du Québec alors que les Européens, eux, favorisent les provinces de l'Est. (4)

Et maintenant, l'adaptation

Tous ces gens qui viennent ici enrichissent le pays de leurs cultures et collaborent à son développement. Le Canada comptait en 2006 6 186 950 d'immigrants (5), soit un peu plus de 19% de sa population. Mais les politiques gouvernementales se sont révélées insuffisantes et ne peuvent gérer adéquatement ce flux migratoire (6). En 2007, on comptait plus de 800 000 demandeurs de la citoyenneté canadienne (7). Certaines personnes font la demande une fois arrivées au pays, mais d'autres la font à partir de leur pays d'origine.

Ceux qui font leur demande après avoir franchi la frontière se doivent de retourner dans leur pays malgré les dangers qu'ils peuvent y vivre. C'est le cas de M. Mohamed Cherfi qui s'est vu montrer la porte, car il n'avait pas le profil d'un réfugié, statut pourtant reconnu chez nos voisins du Sud. Depuis plus d'un an, il y réside en attendant son acceptation en sol canadien. Mais le Canada est tellement débordé par les demandes de citoyenneté, que chacune d'elles peut prendre jusqu'à 37 mois à étudier (8).

La situation n'est guère plus rose pour les « professionnels » venus contribuer à l'économie et au développement du Canada. C'est le cas de Mme Valérie Chemarin, Française d'origine, venue étudier à Montréal afin de pouvoir travailler ici. À cause d'erreurs administratives d'Immigration Canada, elle a bien failli tout recommencer en France (9).

Ces dédales administratifs désillusionnent certains groupes ou certaines personnes venus s'établir au Canada. Mais depuis quelques années, une autre donnée vient obscurcir cet espoir de terre promise. En effet, les Canadiens « d'origine » sont confrontés à un choc des cultures, de langue et de religion.

Plusieurs questions, comme celle des accommodements raisonnables au Québec, semblent en effet affecter la collectivité canadienne qui, soucieuse de garder sa liberté d'être et de penser, se heurte aux autres coutumes. Cette nouvelle réalité peut amener les Canadiens à se poser plusieurs questions. Sont-ils prêts à assumer leur réputation de pays ouvert et libre? Ou devront-ils poser leurs conditions et informer les futurs Canadiens des us et coutumes de leur pays avant leur entrée au Canada afin qu'ils soient conscients de ce qui les attend?

L'histoire canadienne a démontré que ce pays est une terre d'accueil et de liberté. Quelle que soit la provenance des citoyens, le Canada accorde exil et épanouissement sans être jugé ou condamné. Mais l'histoire joue parfois des tours à la conscience sociale et collective. Le gouvernement canadien nage dans des restructurations de lois, de codes et d'accommodements sans trop savoir comment arriver à plaire à tout le monde. L'image du Canada ne semble toutefois pas être entachée, et certains étrangers démontrent toujours de l'intérêt pour cette terre promise.




Références:

1. Inconnu, « Les immigrants à l'époque coloniale », (en ligne), http://www.civilization.ca/tresors/immigration/imf... consulté le 14 février 2008

2. Statistique Canada, « Population et composantes de la croissance démographique (Recensements de 1851 à 2001) », (en ligne), http://www40.statcan.ca/l02/cst01/demo03_f.htm?sdi... consulté le 15 février 2008

3. TOUPIN, Gilles, « 800 000 Demandeurs sur le pas de la porte », La Presse, 25 avril 2007, p. A2

4. Statistique Canada, « Population immigrante selon le lieu de naissance, par province et territoire (Recensement de 2006) », (en ligne), http://www40.statcan.ca/l02/cst01/demo34a_f.htm?sd... consulté le 15 février 2008

5. Inconnu, « Canada », (en ligne), http://perspective.usherbrooke.ca/, consulté le 20 février 2008

6. PANETTA, Alexander, « Le temps d'attente des immigrants a augmenté de 20 % », Le Devoir, 11 février 2008, p. A4

7. TOUPIN, Gilles, « 800 000 Demandeurs sur le pas de la porte », La Presse, 25 avril 2007, p. A2

8. PORTER, Isabelle, « Cherfi attend toujours de revenir au Québec », Le Devoir, 8 novembre 2007, p. A4

9. CHEMARIN, Valérie, « Au secours! », La Presse, 19 février 2006, p. A13

Autres références

CROTEAU, Martin, « Un ?système odieux?, dit un avocat », La Presse, 11 février 2008, p. A7

DUFRESNE, André, « Le gouvernement Charest va intensifier ses efforts de francisation auprès des nouveaux arrivants », SRC Radio ? Bulletin National et International, 15 février 2008

ELKOURIE, Rima « La mascarade », La Presse, 20 octobre 2007, p. A7

GALIPEAU, Céline, « Au Point, l'encadrement des consultants en immigration », Radio-Canada, 1er mars 2006

INCONNU, « Été 1998 », Le Soleil, 8 novembre 2007, p. 7

LÉVESQUE, Kathleen, « Charest ajoute cinq millions pour le recrutement de travailleurs étrangers », Le Devoir, 9 février 2008, p. A3

MEUNIER, Hugo, « Mon appartenance est ici au Québec », La Presse, 21 juin 2007, p. A13

NEPVEU, Pierre, « Incurie bureaucratique », La Presse, 29 novembre 2004, p.A13

NOËL, André, « Une évaluation des risques remise en question », La Presse, 9 novembre 2007, p. A2

TOUPIN, Gilles, « Embouteillage à l'immigration », Le Nouvelliste, 25 avril 2007, p. 11

TOUZIN, Caroline, « Espoir pour la Guinéenne d'origine menacée d'expulsion », La Presse, 8 juin 2007, p. A17

Sites Internet

Citoyenneté et Immigration Canada, (en ligne), http://www.cic.gc.ca/francais/index.asp, Consulté le 14 février 2008

Perspective Monde, « Canada », (en ligne), http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/Co... consulté le 15 février 2008

Dernière modification: 2008-02-29 13:05:46

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016