Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

11 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

24 February 2008

Le péril maritime : l'exemple du canal de Suez


Simon Letendre
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

January
2014
Référendum sur une nouvelle Constitution en Égypte

July
2013
Renversement du président Mohamed Morsi en Égypte

December
2012
Référendum constitutionnel en Égypte

September
2012
Manifestations anti-américaines dans plusieurs pays arabes

June
2012
Annonce de l'élection de Mohamed Morsi à la présidence de l'Égypte

February
2011
Démission du président égyptien Hosni Moubarak

June
2009
Discours de Barack Obama à l'université du Caire

September
2005
Élection de Hosni Moubarak à la présidence de l'Égypte

January
1992
Entrée en fonction de Boutros Boutros-Ghali au poste de secrétaire général des Nations unies

February
1986
Ouverture du premier Sommet de la francophonie

October
1981
Assassinat du président égyptien Anouar el-Sadate

September
1978
Signature des accords de camp David entre Israël et l'Égypte

November
1977
Discours historique du président Anouar el-Sadate devant la Knesset

October
1973
Début du premier «choc pétrolier»

October
1973
Déclenchement de la guerre du Kippour au Moyen-Orient

April
1971
Proclamation de l’Union des Républiques arabes

September
1970
Décès du président égyptien Gamal Abdel Nasser

August
1967
Ouverture d'un sommet des pays arabes à Khartoum

June
1967
Début de la guerre des Six jours au Moyen-Orient

La sécurité maritime est essentielle au bon fonctionnement de l'économie mondialisée. L'importance du trafic maritime dans la mondialisation est pourtant méconnue. Sans les voies maritimes, le commerce mondial n'aurait jamais atteint les niveaux que nous observons aujourd'hui. En fait, la plus grande partie de la mondialisation repose sur le principe de la circulation des biens et des marchandises.

Cette circulation se fait principalement par les voies maritimes. Les quelque 4 000 ports à travers le monde permettent l'acheminement d'environ 250 millions de conteneurs chaque année par plus de 46 000 navires (1). Le fret maritime est incontournable, car il est responsable de 71 % du commerce mondial, soit 7,4 milliards de tonnes en 2006 (2).

Les indispensables de la mondialisation : le transport maritime et sa sécurité

À la lumière de ces quelques statistiques étonnantes, il est facile de penser que le transport maritime est soumis aux plus stricts contrôles, surtout depuis les attentats de septembre 2001 aux États-Unis. Toutefois, la réalité est tout autre. Pour donner un exemple clair, avant 2001, seulement 2 % des conteneurs acheminés chez l'oncle Sam étaient inspectés (3). La plupart des conteneurs sont donc libres de contrôle ! À l'ère de l'interdépendance, une attaque touchant les routes maritimes - qu'elle soit terroriste ou non - aurait des répercussions sur l'ensemble de la communauté internationale.

Les transits navals internationaux sont donc une brèche à la sécurité des États. Ils sont une sorte de porte ouverte à plusieurs risques. Mais de quels risques parle-t-on? Un rapport, publié en 2003 par le Comité des transports maritimes de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), expose les principales menaces à la sécurité maritime (4). En résumé, la principale menace est de nature terroriste. Toutefois, les moyens utilisés par les terroristes peuvent varier. Par exemple, ces derniers pourraient profiter des cargaisons pour dissimuler des armes ou des personnes, faire usage des recettes du navire pour blanchir de l'argent, aborder le navire pour tuer ou voler les gens ou encore se servir de ce dernier comme une arme (à l'instar des avions dans les attentats contre le World Trade Center en 2001).

Un canal essentiel à l'Égypte

Le canal de Suez peut servir d'exemple pour démontrer l'importance du transport maritime et de sa sécurité. Il est un bon exemple pour plusieurs raisons. Premièrement à cause de son passé houleux et, deuxièmement, à cause de son importance économique pour le monde et l'Égypte.

Politiquement, le canal de Suez est surtout connu pour la crise générée, en 1956, par la décision unilatérale du président égyptien Gamal Abdel Nasser de le nationaliser au détriment des Anglais et des Français. C'est lors de cette guerre que les Nations unies (ONU) créent les casques bleus, forces armées de l'organisation qui restent en place jusqu'en 1967. Un mois plus tard, Israël envahit une partie de l'Égypte. Le canal est alors fermé jusqu'en 1975. Entretemps, les casques bleus sont retournés dans la région lors de la guerre du Kippour, en 1973. Ces quelques indications historiques et le climat actuel connu du Moyen-Orient démontrent que le canal de Suez a été un point chaud au point de vue de la géopolitique.

Sans le canal de Suez, l'Égypte serait d'ailleurs privée de sa troisième source de devises après le tourisme et les transferts des expatriés. Pour l'exercice fiscal 2006-2007, cela représentait 4,16 milliards de dollars, une somme non négligeable. Le taux d'activité du canal suit une courbe ascendante, analogue à celle de la croissance des économies émergentes chinoise et indienne. Pour l'illustrer, en 2007, 20 410 bateaux ont mouillé dans les eaux du canal, soit une augmentation de 9,4 % par rapport à l'année précédente (5). Qui plus est, l'Autorité du canal de Suez (SCA) a annoncé l'augmentation du tarif de passage pour avril 2008. Dépendamment du type de navire, cela représentera une hausse de 4 à 14 % (6). Les retombées économiques pour l'Égypte n'en seront que plus grandes. Aussi, certains projets sont en cours pour permettre à de plus gros cargos d'emprunter le canal.

Une route mondiale stratégique

Le canal de Suez est la voie la plus courte entre l'Europe et l'Asie. Il permet d'éviter le long détour par le cap de Bonne-Espérance. Bien qu'il existe des oléoducs traversant les deux continents, la demande croissante en hydrocarbures extraits du Moyen-Orient vers l'Europe fait en sorte que le canal devient quasi indispensable. C'est presque la totalité du pétrole du golfe arabo-persique qui y transite. De plus, les exportations de marchandises de toutes sortes, de la Chine vers l'Europe, l'empruntent de plus en plus. Au total, c'est 7,5 % du commerce mondial qui transite par cette voie (7). Son importance peut se comparer à celle du canal de Panama ou du détroit de Malacca. Tout arrêt de navigation dans le canal aurait donc des conséquences économiques et logistiques considérables sur le reste du monde.

Aussi, la démonstration de l'importance du maintien de la sécurité maritime et de la stabilité politique sur le canal de Suez n'est plus à faire. Il est alors pertinent de se questionner sur l'état des choses aujourd'hui, surtout avec le passé tumultueux du canal. Étonnamment, les chaudes tensions du passé sont quasiment inexistantes aujourd'hui. Le canal est ouvert à tous, réalisant ainsi le voeu de son promoteur d'origine, le Français Ferdinand de Lesseps, qui souhaitait en faire une voie maritime internationale. En dépit de cela, les relations internationales étant ce qu'elles sont, il est important d'analyser le climat politique entre les puissances régionales pour voir si la stabilité actuelle pourrait se détériorer ultérieurement.

Relations israélo-égyptiennes et terrorisme

Depuis les accords de Camp David de 1978, qui ont mené à la signature du traité de paix israélo-égyptien de 1979, les relations diplomatiques entre Israël et l'Égypte ont été pacifiques. Bien que ce fût une « paix froide », l'Égypte assura à Israël une libre circulation sur le canal de Suez. De plus, beaucoup d'analystes constatent un réchauffement dans les relations égypto-israéliennes depuis la signature d'un traité d'échange en décembre 2004 (8). Les relations cordiales avec les États-Unis contribuent certainement à la stabilité des deux voisins. Il est à noter que l'Égypte est un important allié arabe des Américains dans la région. En somme, il semble que rien n'est à craindre à brève échéance dans ce contexte.

À un autre niveau, le risque d'attentat terroriste semble peu probable pour diverses raisons. Premièrement, le canal est dirigé par un pays arabe. Les organisations terroristes visent plutôt des intérêts ou des symboles américains. Un attentat dans le canal nuirait largement aux pays arabes du Moyen-Orient. Deuxièmement, le canal de Suez est certes important, mais il existe des voies maritimes qui auraient davantage d'incidences sur l'économie mondiale comme le détroit de Malacca. Il paraît plus probable que les terroristes cibleraient ces dernières. Toutefois, deux attentats ont eu lieu au large du Yémen, le premier contre USS Cole américain en 2000 et le second contre Le Limburg français en 2002.

En définitive, 52 ans après la nationalisation par Nasser du canal de Suez et après plusieurs années d'instabilité régionale, cette voie navigable semble tout aussi sécuritaire que bien d'autres. Cependant, étant un poumon du transport maritime international situé dans une zone chaude du globe, le canal doit rester bien surveillé. Ce pourrait être l'explication de la présence de plusieurs milliers de militaires égyptiens sur ses rives (9).




Références:

(1) COMITÉ DES TRANSPORTS MARITIMES DE L'OCDE, « La sûreté dans les transports maritimes : facteurs de risques et répercussions économiques », OCDE, 2003, p. 7. Disponible en format pdf à l'adresse suivante : http://www.oecd.org/dataoecd/5/33/18521653.pdf, (page consultée le 24 février 2008).

(2) UNITED NATIONS CONFERENCE ON TRADE AND DEVELOPMENT, « Review of Maritime Transport, 2007 », United Nations Publication, Genève, p. x-xi. Disponible en format pdf à l'adresse suivante : http://www.unctad.org/en/docs/rmt2007_en.pdf, (page consultée le 24 février 2008).

(3) COMITÉ DES TRANSPORTS MARITIMES DE L'OCDE, op.cit., p. 8.

(4) COMITÉ DES TRANSPORTS MARITIMES DE L'OCDE, op.cit., p. 9.

(5) [Sans auteur], L'Égypte augmentera le tarif du passage du canal de Suez en avril 2008, 31 décembre 2007, http://www.jeuneafrique.com/jeune_afrique/article_... (page consultée le 24 février 2008).

(6) Loc.cit.

(7) [Sans auteur], « Le canal de Suez bat tous ses records », Le Figaro, 17 août 2007, p.15.

(8) MacFARQUHAR Neil, « Melting Icy Egypt-Israel Relations Trough a Trade Pact », The New York Times, 16 décembre 2004, http://www.nytimes.com/2004/12/16/international/mi... (page consultée le 14 février 2008).

(9) GUTIERREZ Ramon et Guy NEVERS, « Le canal de Suez », Thalassa le magazine de la mer, France 3, 14 décembre 2007, extrait audio-visuel (4 minutes), http://www.thalassa.france3.fr/index-fr.php?page=e... (page consultée le 24 février 2008).

Dernière modification: 2008-02-29 08:32:57

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016