16 juillet 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

3 février 2008

Présidentielle russe : les jeux sont-ils faits ?


Natacha Kalasa
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

mars
2018
Réélection de Vladimir Poutine à la présidence de la Russie

septembre
2016
Réélection en Russie du parti Russie unie

octobre
2015
Attentat contre un avion de la compagnie russe Metrojet

janvier
2015
Chute importante du prix du baril de pétrole

juillet
2014
Écrasement d'un avion de la Malaysia Airline au-dessus du territoire ukrainien

mars
2014
Tenue d'un référendum en Crimée

février
2014
Ouverture des Jeux olympiques d'hiver à Sotchi, en Russie

mars
2012
Élection de Vladimir Poutine à la présidence de la Russie

décembre
2011
Réélection du parti Russie unie en Russie

avril
2010
Signature du traité Nouveau départ (New Start) entre les États-Unis et la Russie

mars
2008
Élection de Dmitri Medvedev à la présidence de la Russie

décembre
2007
Élection en Russie du parti Russie unie de Vladimir Poutine

juin
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

février
2007
Entente sur un éventuel démantèlement du programme nucléaire nord-coréen

septembre
2004
Dénouement d'une prise d'otages dans une école de Beslan, en Russie

mars
2004
Élection de Vladimir Poutine à la présidence de la Russie

décembre
2003
Élection du parti Russie unie en Russie

décembre
1999
Annonce de la démission du président russe Boris Eltsine

L'élection présidentielle russe aura lieu le 2 mars 2008. Cette élection prévue par le calendrier électoral, va permettre aux Russes de se choisir un nouveau chef de l'exécutif. M. Poutine, l'actuel président, est arrivé au pouvoir en l'an 2000 et est très populaire auprès de l'opinion publique. Cependant, la Constitution ne lui permet pas de se présenter pour un 3e mandat présidentiel. Son impossible retour à la tête du pays en tant que président donne l'opportunité à d'autres personnalités politiques de tenter leur chance. Mais ont-ils vraiment une chance ?

Devenir son propre bras droit

A l'automne 2007, le monde entier était au courant du dilemme de M. Poutine qui ne pouvait être réélu président mais voulait rester au pouvoir. C'est au mois d'octobre qu'il a révélé sa solution : devenir premier ministre. En cas de victoire du candidat de son parti Russie unie aux élections du mois de mars 2008, Vladimir Poutine deviendrait Premier ministre de la Fédération de Russie. Pour lui succéder à la présidence, il lui faut « un homme honnête, capable, efficace, avec lequel [il] pourrait travailler en équipe » (1). Cet homme est Dmitri Medvedev qui occupe actuellement le poste de vice-premier ministre en Russie.

Raz-de-marée à la Douma et candidats à la présidence

Le 2 décembre 2007, lors des élections législatives, Russie unie a remporté 315 sièges sur les 450 de la Douma (chambre basse du parlement russe) (2). Le Parti communiste, avec 57 sièges, est le deuxième parti après Russie unie; vient ensuite le Parti libéral démocratique de Russie avec 40 sièges. L'écrasante victoire du parti présidentiel à ces élections permet à M. Poutine de s'assurer du soutien de la population en sa faveur ainsi que de mieux envisager une seconde victoire, cette fois pour le candidat de Russie unie, à la présidentielle de mars.

La course à la présidence russe compte aujourd'hui 4 adversaires sur les 6 du début. Il s'agit de Guennadi Ziouganov, personnalité politique connue en Russie. Malgré un fort recul, le Parti communiste, dont il est le leader, trouve toujours un appui électoral auprès des personnes âgées. Selon les sondages, il pourrait obtenir jusqu'à 15% des voix. Vient ensuite Vladimir Jirinovsky du Parti libéral démocratique avec une position nationaliste très forte (renforcement de l'armée, protectionnisme). Il pourrait obtenir 11% des voix. L'indépendant Andreï Bogdanov est le plus jeune candidat dans la course (37 ans). Il défend une position pro-occidentale et les sondages lui accordent 1% des intentions de vote. L'autre candidat est Dmitri Medvedev, choisi par Vladimir Poutine comme candidat de Russie unie à la prochaine élection présidentielle. De tous les candidats, il est celui ayant le plus de chances de remporter les élections avec 82% des intentions de vote (3).

Les deux candidats écartés de la course électorale étaient Garry Kasparov, ancien champion d'échecs, représentant L'autre Russie, un mouvement d'opposition. Puis, il y avait aussi Mikhaïl Kassianov, un indépendant forcé d'abandonner la course à cause de signatures invalides d'électeurs (5). De son côté, M. Kasparov a abandonné pour des raisons d'organisation (difficulté à rassembler le nombre de partisans nécessaire) (4). La campagne en cours suscite de nombreux remous politiques aussi bien en Russie qu'a l'extérieur.

Une course semée d'embûches

En Russie, les candidats en lice ont à plusieurs reprises critiqué les méthodes de Vladimir Poutine ainsi que la corruption et la tricherie lors des précédentes élections (6). Qu'il s'agisse des membres du Parti communiste ou encore de L'autre Russie, tout le monde s'accorde lorsqu'il s'agit de dénoncer les pratiques gouvernementales. Seul le parti Russie unie a le droit de faire de la publicité (7), ce qui lui procure un fort avantage par rapport aux autres partis. De plus, comme il s'agit du parti au pouvoir, ses représentants sont vus par la population via la télévision ou les journaux. En plus de cela, ils ont le monopole de l'action car le soutien des Russes leur a été accordé une fois de plus lors des élections législatives.

A l'extérieur de la Russie, en Europe occidentale plus précisément, un véritable bras de fer s'effectue entre Vladimir Poutine et l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE). En effet, M. Poutine accuse l'OSCE d'ingérence à cause des observateurs que celle-ci a envoyés pour surveiller les élections législatives et qui étaient en nombre trop important (8). En fin de compte, il n'y aura pas eu d'observateurs aux législatives et la question des observateurs pour la présidentielle est encore en discussion.

Le dauphin : Dmitri Medvedev

M. Medvedev (42 ans) a de fortes chances de remporter l'élection du 2 mars 2008. Il est le candidat choisi par le président pour le remplacer. Cela fait près de 17 ans que M. Poutine et lui travaillent ensemble. Tout comme le président, il vient de St Pétersbourg. Un à un, M. Medvedev a gravi les différents échelons de la hiérarchie : de professeur assistant, il est devenu premier adjoint au chef du gouvernement de Russie. Durant son mandat au Kremlin, il a mené plusieurs projets populaires dans les domaines de l'agriculture et du social, et s'est ainsi fait connaître et apprécier (9). Il a également été le président du conseil de direction de Gazprom, une compagnie nationale de gaz russe à caractère monopolistique.

Jeune, dynamique et compétent, si l'on reprenait la définition du candidat idéal faite par M. Poutine, M. Medvedev apparaît véritablement comme le successeur idéal. Néanmoins, lorsque l'on se souvient du désir de Vladimir Poutine de rester au pouvoir en Russie, on ne peut que s'interroger quant à la collaboration qui va s'effectuer entre les deux hommes.




Références:

(1) JEGO Marie, « Vladimir Poutine tente de conserver le pouvoir alors que son mandat s'achève », Le Monde, 3 octobre 2007

(2) http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... (page consultée le 2 février 2008

(3)http://news.bbc.co.uk/2/hi/euro... (page consultée le 3 février 2008)

(4)PETIGNAT Yves, « Contre Vladimir Poutine, la diagonale du fou de Garry Kasparov », Le Temps, 26 novembre 2007

(5)http://news.bbc.co.uk/2/hi/euro... (page consultée le 3 février 2008)

(6) Loc.cit

(7)JEGO Marie, Op.cit

(8)AGENCE FRANCE PRESSE « Poutine à l'ex-KGB empêchez toute ingérence », Le Monde, 31 janvier 2008

(9)http://news.bbc.co.uk/2/hi/euro... (page consultée le 2 février 2008)

Autres références

AGENCE FRANCE PRESSE « Poutine à l'ex-KGB empêchez toute ingérence », Le Monde, 31 janvier 2008

ASSOCIATED PRESS, « Large victoire du parti de Vladimir Poutine aux législatives en Russie », La Presse Canadienne, 2 décembre 2007

JEGO Marie, « Vladimir Poutine tente de conserver le pouvoir alors que son mandat s'achève », Le Monde, 3 octobre 2007

PETIGNAT Yves, « Contre Vladimir Poutine, la diagonale du fou de Garry Kasparov », Le Temps, 26 novembre 2007

TALBI, Karim, « Le parti de Poutine l'emporte haut la main » Le Devoir, 3 décembre 2007

GRYNSZPAN, Emmanuel. « L'OSCE renonce en Russie», http://www.liberation.fr/actualite/monde... (page consultée le 3 février 2008)

Anonyme, «Profile : Dmitry Medvedev», http://news.bbc.co.uk/2/hi/europe/7136556.stm (page consultée le 2 février 2008)

Anonyme, «Putin favourite begins poll race», http://news.bbc.co.uk/2/hi/europe/7224189.stm (page consultée le 3 février 2008)

Anonyme, «Rivals in Kremlin race», http://news.bbc.co.uk/2/hi/europe/7216102.stm (page consultée le 3 février 2008)

RODGERS, James. «Russia's levers of power», http://news.bbc.co.uk/2/hi/europe/6245132.stm (page consultée le 3 février 2008)

http://perspective.usherbrooke.ca... (page consultée le 2 février 2008)

Dernière modification: 2008-02-08 09:03:56

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

La Russie devient le deuxième plus grand exportateur d'armes au monde... et après ?
>avril 2019


La lutte pour les droits humains se poursuit en Russie, malgré le décès d'une fervente militante
>février 2019


La douce revanche de Vladimir Poutine
>février 2019


Démonstration de la puissance russe à la frontière sino-mongole
>février 2019


La traite humaine en Europe de l'Est : héritage de la chute de l'URSS
>février 2019


La Russie en quête d'influence au Moyen-Orient
>novembre 2018


Bilan du Mondial 2018 : les Bleus ne sont pas les seuls gagnants
>octobre 2018


Sommet à Helsinki : Poutine plait, Trump moins
>octobre 2018


L'Union économique eurasienne sous le spectre de la Russie
>septembre 2018


Énergie marémotrice en Russie : révolution dans la production d'électricité?
>mars 2018


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019