20 novembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

9 avril 2013

Un retour sous haute tension pour Musharraf


Eduardo Marciano
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

décembre
2014
Attentat dans une école du Pakistan

mai
2011
Assassinat d'Oussama Ben Laden au Pakistan

juillet
2010
Inondations d'envergure au Pakistan

novembre
2008
Attentats terroristes à Bombay, en Inde

décembre
2007
Assassinat de Benazir Bhutto au Pakistan

octobre
2005
Tremblement de terre au Cachemire

octobre
1999
Renversement du président pakistanais Mohamad Nawaz Sharif

mai
1998
Explosion d'une première bombe atomique par le Pakistan

août
1988
Décès du président pakistanais Zia-ul-Haq

juillet
1977
Renversement du gouvernement de Zulfikar Ali Bhutto au Pakistan

décembre
1971
Proclamation de l'indépendance du Bangladesh

novembre
1970
Cyclone tropical au Pakistan oriental (Bangladesh)

mars
1969
Démission du président pakistanais Ayub Khan

août
1965
Déclenchement d'un conflit sur le Cachemire entre l'Inde et le Pakistan

avril
1955
Ouverture d'une conférence internationale à Bandoeng

février
1955
Signature du pacte de Bagdad

septembre
1954
Création de l'Organisation du traité de l'Asie du Sud-Est

juillet
1951
Lancement du plan de Colombo

janvier
1948
Entrée en vigueur de l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce

Le 24 mars 2013, après plus de quatre ans d'exil, l'ancien président pakistanais Pervez Musharraf est revenu dans son pays(1). Il s'était expatrié à Londres et à Dubaï au lendemain de sa démission, en 2008. Musharraf a été au pouvoir durant neuf ans, après s'en être emparé par un coup d'État qui a destitué le premier ministre de l'époque, Nawaz Sharif(2). À son arrivée à l'aéroport de Karachi, il a été accueilli par une centaine de personnes, tous d'anciens partisans de son régime.

Un retour en politique comme priorité

Ce n'est pas une coïncidence de voir Musharraf revenir à un mois des élections nationales. Ces élections sont cruciales pour la consolidation de la démocratie au Pakistan où l'instabilité politique règne depuis longtemps(3). L'ex-général à la retraite désire profiter de l'occasion pour tenter de « sauver son pays(4) ». Il a d'ailleurs déclaré avoir « rejoint la politique et formé un parti afin d'apporter un changement au Pakistan qui souffre(5) ». Ainsi, c'est à la tête de son nouveau parti, l'All Pakistan Muslim League (APLM), fondé en 2010 en Angleterre, que Musharraf tentera de participer aux législatives du 11 mai prochain.

Plusieurs experts prédisent que le parti de Musharraf ne sera pas un grand facteur lors du scrutin, étant donné la perte de sa base électorale. L'ancien président pakistanais partage également cet avis. Il a admis ne pas s'attendre à de grands résultats pour son parti le jour des élections(7). Selon lui, l'APML n'est pas bien préparé. En conséquence, il a dû annuler des conférences de presse, afin de repenser sa stratégie électorale. Ainsi, le jeu politique pakistanais devrait continuer à être dominé par les deux grands partis : le Pakistan People Party et le Pakistan Muslim League-Nawaz(8).

Une situation peu enviable

Le manque de préparation n'est pas le seul problème auquel Musharraf sera confronté à l'approche des élections. Les talibans pakistanais ont menacé de le tuer, s'il remettait les pieds au pays. Le Mouvement des Talibans du Pakistan (TTP), principal responsable de la vague d'attentats qui se produit depuis 2007, lui reproche le rapprochement qu'il a opéré avec Washington, à la suite des attentats du 11 septembre 2011(9). Les extrémistes islamistes jugent que Musharraf a cédé aux exigences de la « guerre contre la terreur » des États-Unis(10).

Considérant les menaces de mort qui pèsent contre lui, l'ancien président pakistanais a décommandé plusieurs rassemblements politiques auxquels il devait participer. Le rassemblement avec ses partisans a quant à lui été déplacé vers l'aéroport de Karachi, pour des raisons de sécurité(11).

Des procédures judiciaires ont également été déclenchées contre Musharraf. Il devra faire face à des accusations pour son rôle présumé dans les meurtres d'Akbar Bugti, chef indépendantiste de la province du Baloutchistan, en 2006, et de Benazir Bhutto, ancienne première ministre du Pakistan, en 2007(12). Il est aussi poursuivi pour avoir fait arrêter des juges de la Cour suprême en 2007 et avoir proclamé l'état d'urgence, au cours de la même année.

La justice pakistanaise a gelé les mandats d'arrêt contre lui, ce qui a ouvert la voie à son retour au pays. Plusieurs avocats se sont mobilisés pour démontrer leur mécontentement. Un avocat a lancé une chaussure à l'endroit de l'ancien général alors que celui-ci assistait à une audience à Karachi pour prolonger le gel des mandats d'arrêt émis contre lui. Quelques instants auparavant, au passage de Musharraf, une vingtaine d'avocats ont scandé « c'est un dictateur, il devrait être pendu(13) ».

Ces démêlés avec la justice auront été un coup dur pour la campagne de Musharraf. Il a vu sa candidature rejetée dans Karachi, sa ville natale, ainsi que dans la circonscription rurale de Kasur, après que des avocats eurent déposé une plainte contre lui(14). Un fonctionnaire de la commission électorale a déclaré à ce sujet que : « Musharraf a été disqualifié en vertu des articles 62 et 63 de la Constitution, entre autres raisons(15). » Ces deux articles de la Constitution pakistanaise déterminent l'ensemble des prérequis pour être candidat, notamment celui de la « bonne moralité(16) ».

Cette situation pourrait se répéter dans les deux autres circonscriptions où il envisage de se présenter, à savoir, Islamabad et Chitral, ce qui risquerait d'anéantir toutes ses chances d'être élu député.




Références:

(1)RADIO-CANADA, Musharraf de retour au Pakistan malgré les menaces de mort, 24 mars 2013, http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International... (page consultée le 07 avril 2013).

(2)EURONEWS, Le retour au Pakistan de Pervez Musharraf, 24 mars 2013, http://fr.euronews.com/2013/03/24/le-retour-au-pak... (page consultée le 07 avril 2013).

(3)AGENCE FRANCE-PRESSE, Pakistan: Musharraf veut participer aux élections, La Presse, 01 mars 2013, http://www.lapresse.ca/international/asie-oceanie/... (page consultée le 07 avril 2013).

(4)WRDESI, L'Inde finance des terroristes au Pakistan : Pervez Musharraf, 26 mars 2013, http://www.wrdesi.com/linde-finance-des-terroriste... (page consultée le 07 avril 2013).

(5)Loc.cit.

(6)YAHOO NEWS, 'Handicapped' Musharraf admits party ill equipped for elections, 28 mars 2013, http://in.news.yahoo.com/handicapped-musharraf-adm... (page consultée le 07 avril 2013).

(7)Loc.cit.

(8)BOBIN, Frédéric, De retour d'exil, l'ancien président Pervez Musharraf veut "sauver" le Pakistan, Le Monde, 25 mars 2013, http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/... (page consultée le 07 avril 2013).

(9)EURONEWS, op.cit.

(10)BOBIN, Frédéric, op.cit.

(11)RADIO-CANADA, op.cit.

(12)LE FIGARO.FR, Musharraf de retour au Pakistan pour les élections, 29 mars 2013, http://www.lefigaro.fr/international/2013/03/29/01... (page consultée le 07 avril 2013).

(13)AGENCE FRANCE-PRESSE, Pakistan : premier rendez-vous de Pervez Musharraf avec la justice, Le Monde, 29 mars 2013, http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/... (page consultée le 07 avril 2013).

(14)ALJAZEERA, Musharraf cleared to run in Pakistan election, 07 avril 2013, http://www.aljazeera.com/news/asia/2013/04/2013471... (page consultée le 07 avril 2013).

(15)LAFFONT, Nicolas, Retour de Musharraf au Pakistan: pas de tout repos!, 45eNord, 05 avril 2013, http://www.45enord.ca/2013/04/retour-de-musharraf-... (page consultée le 07 avril 2013).

(16)Loc.cit.

Autre référence

LAVALEEE, Guillaume, Le retour au Pakistan n'a rien d'une sinécure pour l'ex-président Musharraf, Yahoo Actualités, 05 avril 2013, http://fr.news.yahoo.com/retour-au-pakistan-na-rie... (page consultée le 07 avril 2013).

Dernière modification: 2013-04-15 08:03:52

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Vers la paix à Karachi?
>octobre 2019


Baloutchistan : un conflit méconnu qui s'éternise
>décembre 2018


Élections fédérales au Pakistan : progrès et controverse
>octobre 2018


Élections au Pakistan : la violence encore au rendez-vous
>octobre 2018


Le peuple pakistanais pleure la mort d'Asma Jilani Jahangir
>septembre 2018


Smog au Pakistan : une situation environnementale inquiétante
>mars 2018


Climat extrêmement tendu sur la frontière indo-pakistanaise
>novembre 2016


Attentat au Pakistan : la lutte au terrorisme n'est toujours pas gagnée
>septembre 2016


Visite de Xi Jinping au Pakistan : un nouveau corridor économique s'ouvre
>septembre 2015


Le Baloutchistan : une région au coeur des grands intérêts asiatiques
>novembre 2014


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019