18 septembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

18 octobre 2009

La « politisation » du Prix Nobel de la paix : Barack Obama


Élizabeth Nadeau
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

novembre
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

septembre
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

juin
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

mars
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

janvier
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

octobre
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

décembre
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

novembre
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

septembre
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

novembre
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

C'est le 10 octobre 2009 que le Comité Nobel norvégien annonce que le Prix Nobel de la paix pour l'année 2009 est remis au président des États-Unis, Barack Obama. Celui-ci était candidat aux côtés du président français Nicolas Sarkozy, de l'ex-otage franco-colombienne Ingrid Betancourt et de quelque 200 autres candidats. (1) Provoquant diverses réactions, allant de la surprise à l'approbation, cette annonce a rapidement fait le tour du globe.

Une nomination qui fait réagir

En accord ou en désaccord avec cette nomination, les réactions fusent de partout, même de la Maison-Blanche. Obama est le quatrième président américain à recevoir le Prix Nobel, mais Theodore Roosevelt (1906), Woodrow Wilson (1919) et Jimmy Carter (2002) avaient tous les trois des réalisations concrètes à leur appui. (2) C'est en partie ce qui étonne le monde, car les Prix Nobel sont attribués en fonction de réalisations durant la dernière année. Or, le président Obama n'a rien de tel, du moins pas encore. De plus, sa candidature avait été déposée en février 2009, soit quelques jours après son investiture le 20 janvier précédent : y avait-il un autre objectif derrière cette nomination?

Un autre élément de surprise est que les États-Unis ont actuellement à leur actif deux conflits armés, soit en Irak et en Afghanistan : cette situation est loin d'être qualifiée de pacifique. Dans ces deux conflits précisément, on observe plusieurs non-sens. Par exemple, une des promesses électorales de Barack Obama était de retirer environ 4000 soldats dès son élection : pourtant, en 2009, 21 000 soldats avaient été envoyés en renfort, en plus des forces déjà présentes. De plus, une nouvelle vague de ces renforts est à prévoir dans les prochaines semaines. (3)

Le pourquoi de la nomination

Le Comité Nobel soutient que Barack Obama a créé un « nouveau climat international ». (4) Pour résumer, soulignons la fermeture de Guantanamo, le retrait progressif des troupes américaines en Irak, la proposition de cesser les nombreuses années de conflit avec l'Iran et Cuba en plus du discours mémorable destiné au monde musulman prononcé au Caire un peu plus tôt dans l'année. Sans oublier l'inclinaison du président pour un monde sans armes nucléaires.

Comme le souligne M. Geir Lundestad, secrétaire du Conseil Nobel norvégien, cette attribution vise à souligner les portes que Obama a ouvertes sur des voies de réconciliation, en rapport avec plusieurs conflits majeurs sur la scène internationale. (5) Le Comité Nobel voulait récompenser le président Obama pour l'accent qu'il a mis sur le dialogue, la discussion, la démocratie et les droits humains qu'il a su ou voulu intégrer dans ses politiques et ses relations internationales. Le Comité espère de plus que le « message » parviendra aux oreilles de tous, et que les autres États se laissent influencer par Barack Obama, un « porte-parole d'idéaux » politiques et de paix. (6) Voilà donc la « politisation » du prix de la paix.

Comme si George W. Bush n'avait pas laissé à l'administration Obama suffisamment de problèmes à l'intérieur comme à l'extérieur des États-Unis, cette dernière aura à faire face à plusieurs défis importants dans les mois et les années qui suivront : la Corée du Nord, l'Irak, l'Iran et la question palestinienne en sont quelques-uns. À ce sujet, rappelons qu'en 1995 d'autres politiciens avaient reçu le Prix Nobel de la paix en rapport avec le conflit israélo-arabe : Ytzhak Rabin, ancien premier ministre israélien, ainsi que Yasser Arafat, chef de l'Organisation pour la libération de la Palestine. Cependant, le conflit n'est pas encore réglé, et même que la situation s'est dégradée (7) depuis l'assassinat de M. Rabin par un extrémiste israélien - opposé à l'accord de paix d'Oslo - en décembre 1995.

De plus, face à la montée de l'Iran et de la Corée du Nord comme puissances nucléaires, il y a du pain sur la planche pour l'homme politique le plus puissant du monde. Si le premier président noir des États-Unis réussit un coup de maître et amène la paix dans les zones de guerre qu'il a ciblées, il va sans dire que son Prix Nobel de la paix aura été mérité.




Références:

(1) AGENCE France-PRESSE, « Obama et Sarkozy en lice pour le Nobel de la paix 2009 », Cyberpresse.ca ? International, 27 février 2009, [En ligne], http://www.cyberpresse.ca/international/ 200902/2... (Page consultée le 17 octobre 2009).

(2) BONZOM, Marie-Christine, « Un Nobel controversé », Le Devoir, samedi 10 et dimanche 11 octobre 2009, vol. C, no 230, pp. A12.

(3) Ibid.

(4) FRANTZ, Simon, Entrevue avec Geir Lundestead, Oslo, 2009, Entrevue (8 minutes).

(5) Ibid.

(6) Ibid.

(7) COUTURIER, Hervé, « L'ONU exige des enquêtes « crédibles » sur les crimes de guerre à Gaza », Agence France-Presse, 14 octobre 2009, [En ligne], http://www.cyberpresse.ca/international/moyen-orie... (Page consultée le 17 octobre 2009).

Autre référence

LESNES, Corine, « Barack Obama, Prix Nobel de la paix : les raisons d'un choix », Le Monde, 11 octobre 2009, [En ligne], http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2009/10/10... (Page consultée le 17 octobre 2009).

Dernière modification: 2009-10-27 09:38:19

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

L'extrême gauche aux États-Unis à l'ère Trump? Plutôt marginale
>avril 2019


Les élections de mi-mandat, ou la ruée vers l'or au pays des droits et libertés
>mars 2019


Joe Biden comme antidote au syndrome McGovern
>mars 2019


Présidentielle américaine de 2020 : une nouvelle stratégie démocrate, la clé face à Trump ?
>mars 2019


La Californie brûle à petit feu, ou plutôt à grands feux!
>février 2019


Qui a tué le Weekly Standard?
>février 2019


Le président Trump frappe encore sur Twitter
>février 2019


La persistance du racisme aux États-Unis
>février 2019


For the land of the free...mais l'est-ce vraiment?
>février 2019


Fahrenheit 11/9 : Michael Moore manque de nouveau la cible avec son plus récent documentaire
>janvier 2019


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019