16 juillet 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

19 novembre 2008

Accord nucléaire entre les États-Unis et l'Inde


Darren Brazeau
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

novembre
2018
Élections de mi-mandat aux États-Unis

juillet
2018
Rencontre à Helsinki entre le président des États-Unis, Donald Trump, et le président russe Vladimir Poutine

juin
2018
Tenue d’un sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un

mars
2018
Intensification d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

décembre
2017
Annonce du président américain Donald Trump sur Jérusalem

septembre
2017
Ouragans sur les Caraïbes

août
2017
Déferlement des ouragans Harvey et Irma sur le sud des États-Unis

janvier
2017
Adoption d’un décret exécutif sur l’immigration aux États-Unis

janvier
2017
Assermentation de Donald Trump à la présidence des États-Unis

novembre
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

septembre
2016
Apparition de l'ouragan Matthew

juin
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

mars
2016
Début de la visite du président américain Barack Obama à Cuba

janvier
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

octobre
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

décembre
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

novembre
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

septembre
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

novembre
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

Le 10 octobre 2008, la secrétaire d'État américaine, Condoleeza Rice, et le ministre des Affaires étrangères indien, Pranab Mukherjee, ont suscité l'étonnement en signant à Washington un pacte de coopération nucléaire « historique et sans précédent » entre les deux pays(1). Cet accord énergétique marque un point tournant dans la relation entre l'Inde et les États-Unis et redéfinit l'approche de la communauté internationale par rapport à l'énergie nucléaire.

Dilemme nucléaire

Le processus menant au pacte de coopération nucléaire civil entre les États-Unis et l'Inde a été long et complexe, donnant place à la suspicion et à des négociations « tortueuses »(2). Trois années ont été nécessaires afin de rallier à l'accord 123 le soutien vital de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), du Groupe des fournisseurs nucléaires (NSG) et des gouvernements des deux pays concernés. Une hésitation a été suscitée du fait que l'Inde n'a jamais signé le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP), bien que cet État asiatique soit en possession de cette technologie depuis 1974(3). Le TNP, « un des traités les plus soutenus de l'histoire »(4), renferme des engagements encadrant la possession, la vente, ainsi que l'utilisation de technologies nucléaires civiles et militaires. Par le passé, un accord sur le nucléaire était impossible sans l'engagement des parties envers ce traité.

Bien que l'Inde fût contrainte de faire des concessions significatives, plusieurs experts craignent que le favoritisme des États-Unis à son égard affaiblisse le TNP. Selon eux, cet accord pourrait avoir pour effet d'encourager indirectement des pays tels que l'Iran ou d'autres puissances moyennes à poursuivre leurs activités nucléaires sans l'accord de la communauté internationale. Cela favoriserait la prolifération illégale de cette énergie redoutée(5). En contradiction, les partisans de l'accord argumentent que la collaboration de Delhi avec la « communauté internationale nucléaire » assurerait de facto une prolifération réglementée de sa part(6).

Termes de l'accord

Le contenu de ce « partenariat stratégique »(7) a fait des heureux des deux côtés. Étant l'un des pays connaissant la plus grande expansion économique, l'Inde consoliderait par cette entente une solution à son cruel manque d'énergie. D'ici 2050, elle entendrait augmenter l'apport nucléaire à 50% de sa demande énergétique(8). En contrepartie, et en réponse aux inquiétudes énoncées, elle s'engage à séparer hermétiquement d'ici 2014 ses activités nucléaires civiles et militaires. Afin d'assurer l'application de ses engagements, le gouvernement indien ouvrira les portes de ses centrales nucléaires civiles aux inspecteurs internationaux. Les installations militaires seront toutefois tenues à l'écart des regards étrangers(9). Enfin, malgré une pression accrue, l'Inde s'est réservée le droit de poursuivre ses essais nucléaires(10).

Pour les États-Unis, l'accord 123 avec l'Inde est extrêmement lucratif. Le Washington Post chiffre le profit américain de ces échanges à plus de 100 milliards de dollars et envisage la création de dizaines de milliers d'emplois sur le territoire des États-Unis(11). En retour, Washington s'engage à une « fourniture permanente » de matières premières nucléaires et de matériaux pour les centrales indiennes(12).

Intérêt américain

Bien que le pacte de coopération nucléaire avec l'Inde serve bien les intérêts économiques des États-Unis, leurs ambitions dans ce projet ne s'arrêtent pas là. Le pays asiatique, voisin direct du Pakistan et de la Chine, représente un nouvel allié géopolitiquement avantageux. Cette région du globe est d'une importance stratégique pour les Américains dans leur guerre contre le terrorisme en Afghanistan et dans leur désir d'endiguer la puissance chinoise(13). L'analyste Raja Mohan de Indian Express témoigne que la nouvelle alliance entre les États-Unis et l'Inde modifie « les fondements traditionnels de la région » en élevant New Delhi au même niveau que Pékin en matière de nucléaire, tout en laissant dans l'ombre le Pakistan(14).

En guise de réplique, la Chine a garanti à Islamabad son soutien dans la construction de deux nouvelles centrales nucléaires le 18 octobre 2008(15). Il semblerait donc que la Pacte de coopération nucléaire entre l'Inde et les États-Unis soit en voie d'influencer une nouvelle dynamique en Asie.




Références:

(1)[TRADUCTION] TISDALL, Simon. US – India pact strains nuclear rules, The Guardian, [EN LIGNE], 3 octobre 2008, http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2008/oct/0... (Page consultée le 15 octobre 2008).

(2)[S.A.]. US and India sign N-deal, Hindustan Times, [EN LIGNE], 11 octobre 2008, http://www.hindustantimes.com/AudioVideo/AudioVide... (Page consultée le 17 octobre 2008).

(3)[S.A.]. L'Inde et les États-Unis signent un accord nucléaire sans précédent, cyberpresse.ca, [EN LIGNE], 10 octobre 2008, http://www.cyberpresse.ca/international/asie-ocean... (Page consultée le 18 octobre 2008).

(4)GOUVERNEMENT DU CANADA. Le traité sur la non-prolifération d'armes nucléaires, Affaires étrangères et Commerces internationales Canada, [EN LIGNE], http://www.international.gc.ca/arms-armes/nuclear-... (Page consultée le 16 octobre 2008).

(5)COURMONT, Barthélémy. L'accord nucléaire Inde/Etats-Unis, INSTITUT DE RELATIONS INTERNATIONALES ET STRATEGIQUES, [EN LIGNE], 3 mars 2006, http://www.iris-france.org/expert-2006-03-03.php3#, (Page consultée le 15 octobre 2008).

(6)[S.A.]. Deal sealed, Economist.com, [EN LIGNE], 3 octobre 2008, http://www.economist.com/agenda/displaystory.cfm?s... (Page consultée le 18 octobre 2008).

(7)[S.A.]. Washington et Delhi signe un accord de nucléaire civile, France 24, [EN LIGNE], 10 octobre 2008, http://www.france24.com/fr/20081010-washington-del... (Page consultée le 18 octobre 2008).

(8)[S.A.]. Economist.com. Op. cit.

(9)PRAKASH, Pierre. Euphorie après l'accord sur le nucléaire, radiofranceinternationale, [EN LIGNE], 3 mars 2006, http://www.rfi.fr/actufr/articles/075/article_42227.asp, (Page consultée le 18 octobre 2008).

(10)[S.A.]. Economist.com. Op. cit.

(11)KAMDAR, Mira. Un accord irréfléchi et dangeureux, Courrier.international.com, [EN LIGNE], http://www.courrierinternational.com/article.asp?o... (Page consultée le 18 octobre 2008).

(12)PRAKASH, Pierre. Op. cit.

(13)COURMONT, Barthélémy. Op. cit.

(14)PRAKASH, Pierre. Op. cit.

(15)[S.A.]. China to boost Pakistani energy, BBC, [EN LIGNE], 18 octobre 2008, http://news.bbc.co.uk/2/hi/south_asia/7677689.stm, (Page consultée le 18 octobre 2008).

Dernière modification: 2008-10-31 15:35:27

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

L'extrême gauche aux États-Unis à l'ère Trump? Plutôt marginale
>avril 2019


Les élections de mi-mandat, ou la ruée vers l'or au pays des droits et libertés
>mars 2019


Joe Biden comme antidote au syndrome McGovern
>mars 2019


Présidentielle américaine de 2020 : une nouvelle stratégie démocrate, la clé face à Trump ?
>mars 2019


La Californie brûle à petit feu, ou plutôt à grands feux!
>février 2019


Qui a tué le Weekly Standard?
>février 2019


Le président Trump frappe encore sur Twitter
>février 2019


La persistance du racisme aux États-Unis
>février 2019


For the land of the free...mais l'est-ce vraiment?
>février 2019


Fahrenheit 11/9 : Michael Moore manque de nouveau la cible avec son plus récent documentaire
>janvier 2019


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019