16 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

21 septembre 2008

Afrique du Sud : Thabo Mbeki quitte la scène


Yanis Bousmaha
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

mai
2019
Élection d’un gouvernement du Congrès national africain en Afrique du Sud

mars
2019
Annonce du départ du président algérien Abdelaziz Bouteflika

février
2018
Démission du président sud-africain Jacob Zuma

mai
2014
Réélection du Congrès national africain de Jacob Zuma en Afrique du Sud

décembre
2013
Décès de l'ex-président sud-africain Nelson Mandela

juin
2010
Présentation de la Coupe du monde de football en Afrique du Sud

mai
2009
Élection de Jacob Zuma à la présidence de l'Afrique du Sud

mai
2008
Attaques xénophobes en Afrique du Sud

juillet
2007
Présentation de la journée Live Earth

août
2002
Ouverture d'un sommet sur le développement durable à Johannesburg

juin
1995
Conquête de la Coupe du monde de rugby par l'Afrique du Sud

mai
1994
Élection de Nelson Mandela à la présidence de l'Afrique du Sud

juin
1991
Abolition des dernières lois ségrégationnistes en Afrique du Sud

mars
1990
Proclamation d'indépendance de la Namibie

février
1990
Libération de Nelson Mandela en Afrique du Sud

décembre
1988
Signature à New York d'un traité sur le conflit en Angola

septembre
1984
Élection de Pieter Botha à la présidence de l'Afrique du Sud

juin
1976
Émeutes à Soweto en Afrique du Sud

décembre
1967
Première greffe cardiaque de l'histoire

Depuis un certain temps, le président de l'Afrique du Sud, Thabo Mbeki, n'est plus que l'ombre de lui-même. Le Congrès national africain (ANC), au pouvoir depuis la chute de l'apartheid en 1994, l'a appelé, le samedi 20 septembre, à quitter ses fonctions « avant la fin de son mandat » (1). Les pressions exercées sur lui ne datant pas d'hier, son porte-parole a indiqué qu'il acceptera cette décision. Pour comprendre pourquoi, revenons sur la carrière politique de cet homme.

L'ANC : de l'ascension à la chute

Thabo Mbeki fit son entrée sur la scène politique sud-africaine à 14 ans en rejoignant l'ANC, le parti de Nelson Mandela, qu'il représente auprès de gouvernements étrangers dès 1967. Mais c'est sans doute sa nomination au poste de chef du département de l'information du parti, en 1984, qui lui permet de devenir, lors dès premières élections multiraciales de 1994, l'un des deux vice-présidents de Nelson Mandela. Puis, en 1996, ce dernier lui délégue l'essentiel de ses pouvoirs exécutifs.

En juin 1999, Thabo Mbeki est logiquement élu président de la République et succède à Nelson Mandela. Il est réélu en 2004 avec une large majorité parlementaire et choisit Jacob Zuma comme vice-président, mais lorsqu'il le limogera en 2005, en raison d'une affaire de corruption, il s'attirera l'hostilité de la frange la plus populiste de l'ANC (2).

Bien que ne pouvant effectuer de troisième mandat, Thabo Mbeki décide en 2007 de se présenter de nouveau à la présidence de l'ANC, notamment pour contrer Jacob Zuma, devenu très populaire. Mais la déception des plus pauvres face à sa politique économique libérale lui fit perdre ces élections.

Zuma et Mbeki useront alors de nombreux stratagèmes pour se mettre hors circuit : accusations de corruption, de blanchiment d'argent, d'abus de bien sociaux, et bien sûr, d'instrumentalisation de l'appareil judiciaire (3). La justice n'a d'ailleurs toujours pas réussi à trancher sur cette affaire complexe. Les principales accusations ont tout de même pesé sur Jacob Zuma, qui échappa à la prison de justesse en 2008, grâce à un vice de procédure. En revanche, on a reproché à Thabo Mbeki d'être l'instigateur d'une machination politique destinée à manipuler la justice dans le but de faire accuser son adversaire pour des crimes qu'il n'aurait pas commis (4).

Mais Zuma n'a pas misé sur ces querelles intestines pour conserver sa popularité. Il a également pointé du doigt chacun des points noirs de la politique mbekiste et n'a eu aucune difficulté à soulever les sujets dont l'opinion publique s'indignait.

Les points noirs de la politique mbekiste

La politique économique de Mbeki a été grandement appréciée par le milieu des affaires sud-africain, notamment en matière fiscale (5). Mais malgré une croissance économique entre 5 % et 6 % (6), le gouvernement n'est pas parvenu à résorber l'immense pauvreté qui mine le pays. Pour beaucoup, le chef de l'État a perdu le contact avec les masses pour privilégier une nouvelle bourgeoisie noire, tout aussi repliée sur elle-même que l'était la bourgeoisie blanche (7).

De plus, ce bilan économique est menacé par une grave pénurie d'électricité qui plonge périodiquement les grandes villes dans l'obscurité et menace l'économie du pays. On reproche au président Mbeki l'irresponsabilité de son gouvernement pour avoir refusé, 10 ans plus tôt, d'investir dans la construction de nouvelles centrales électriques alors que le pays connaissait une croissance de la demande en électricité de 10 % chaque année (8). Ces critiques sont également souvent associées à celle de l'inefficacité de la fonction publique, comme la question de l'entretien des routes ou encore les difficultés que le système éducatif rencontre.

Mais c'est certainement sur le Zimbabwe que Thabo Mbeki a perdu le plus de sa crédibilité. Ses tentatives pour remettre en place le dialogue entre le président Robert Mugabe et son opposition se sont avérées infructueuses. En effet, l'opposition zimbabwéenne lui reprocha d'avoir « manqué de courage » ou encore d'« être de parti pris » avec Mugabe (9). Quant à la communauté internationale, elle estima son « silence » sur la situation politique du pays comme étant « assourdissant ».

Malgrès ses échecs cuisants et ses décisions politiques hasardeuses, on peut en revanche mettre à son crédit le respect des institutions sud-africaines. La presse nationale, si prompte à critiquer Mbeki, n'a jamais relevé contre lui le moindre enrichissement personnel (10). Et quoique Jacob Zuma puisse avancer, Thabo Mbeki n'a pas cherché à prolonger son mandat, et passe la main avec dignité.




Références:

(1) AFP/STRINGER, Afrique du Sud : « Thabo Mbeki "va démissionner" », Lemonde.fr, http://www.lemonde.fr/afrique/article/2008/09/20/a... , Mis à jour le 20.09.08 Page consultée le 19-09-08

(2) Patrice CLAUDE, « La résurrection de Jacob Zuma » Lemonde.fr , http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?o... Article publié le 19-12-07, Page consultée le 19-09-08

(3) Fabienne POMPEY, « L'ANC face au cas Zuma » Jeune afrique ,n°2488 du 14 au 20 septembre 2008, page 32.

(4) AFP, « Afrique du Sud: Mbeki déplore les attaques à sa dignité, l'ANC se penche sur son sort » http://afp.google.com/article/ALeqM5hxskgzcFwLt... Page consultée le 18-09-08.

(5) Georgette HADDAD, « Afrique du Sud : Zuma à la tête de l'ANC » http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... le 17 février 2008, Dernière modification : 2008-02-22 16:20:31.0, Page consultée le 20-08-09.

(6) « Afrique du Sud : aperçu économique » Published for Brand South Africa by Big Media Publishers http://www.southafrica.info/overview/francais/economie.htm. Dernière mise à jour 08-08. Page consultée le 19-08-08.

(7) Fabienne POMPEY, « La difficile fin de règne de Thabo Mbeki , coupé de la population et piètre médiateur africain » LE MONDE sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2008/02/27/l... Publié le 27.02.08 à16h39, mis à jour le 20.09.08 à 15h15. Page consultée le 18-09-08.

(8) « Le gouvernement nous plonge dans les ténèbres » Article du Sowetant, repris sur le site de Courrier International le 21-01-08 sur http://www.courrierinternational.com/article.asp?o... Page consultée le 18-09-08

(9) Valérie HIRSCH, « Le silence sud-africain profite à Mugabe », Libération, le 24-06-08, http://www.liberation.fr/actualite/monde/334362.FR.php, Page consultée le 18-09-08

(10) Fabienne POMPEY, « La difficile fin de règne... », op.cit.

Dernière modification: 2008-09-26 08:24:25

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

L'Afrique du Sud compte donner une orientation pacifiste au Conseil de sécurité
>février 2019


Le nucléaire : nécessité ou poudre aux yeux pour l'Afrique du Sud?
>décembre 2017


Afrique du Sud : le président aux neuf vies
>novembre 2017


Les drogues illicites : un terrain périlleux pour l'Afrique du Sud
>février 2017


Un nécessaire coup de pouce énergétique pour l'Afrique
>mars 2016


Une position plus continentale qu'émergente pour l'Afrique du Sud à la COP21
>janvier 2016


Nouvelle ère de changement pour l'Alliance démocratique en Afrique du Sud
>septembre 2015


Fin de la grève du platine : victoire coûteuse en Afrique du Sud
>septembre 2014


L'intégration économique régionale : une solution pour l'Afrique ?
>janvier 2014


Afrique du Sud : création d'un nouveau parti d'opposition sur fond de lutte raciale
>novembre 2013


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016