24 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

21 septembre 2008

149e réunion de l'OPEP : consensus et divergence


Guillaume Cusson
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

janvier
2015
Décès du roi Abdallah Ben Abdelaziz al-Saoud d'Arabie saoudite

août
2005
Décès du roi Fahd d’Arabie saoudite

juin
1982
Décès du roi Khaled en Arabie saoudite

novembre
1979
Attaque de la Grande mosquée en Arabie Saoudite

mars
1975
Assassinat du roi Fayçal en Arabie saoudite

octobre
1973
Début du premier «choc pétrolier»

août
1967
Ouverture d'un sommet des pays arabes à Khartoum

septembre
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

septembre
1960
Création de l'Organisation des pays producteurs de pétrole

avril
1955
Ouverture d'une conférence internationale à Bandoeng

novembre
1953
Décès du roi Ibn Séoud d’Arabie Saoudite

La 149e rencontre des États membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) eut lieu les 9 et 10 septembre 2008 à Vienne (1). Cette rencontre s'est conclue avec la décision de réduire la production de pétrole de 520 000 barils par jour (2). Cette décision fut prise principalement pour éviter une « chute brutale des prix », comme l'a souligné le secrétaire général de l'organisation, monsieur Abdallah el-Badri (3). Les États membres se sont donnés 40 jours pour réduire leur production selon les nouveaux quotas (4). Cette décision eut instantanément un impact sur les cours du baril de pétrole qui clôturèrent à la hausse dans les marchés (5).

La décision de diminuer la production ne fait toutefois pas l'unanimité chez tous les États membres, comme l'a fait sentir l'Arabie saoudite qui, à la suite de cette rencontre, a annoncé qu'elle ne diminuerait pas sa production pétrolière selon les quotas exigés et qu'elle « continuerait à répondre à la demande internationale » (6).

L'OPEP en profita pour saluer l'arrivée de l'Équateur et de l'Angola au sein de l'organisation et souligner le départ de l'Indonésie (7). Cette rencontre a été également l'occasion pour la Russie d'effectuer un rapprochement avec l'OPEP, exprimé par la présence du vice-premier ministre Igor Setchine à la réunion. La Russie, deuxième puissance exportatrice de pétrole au monde, ne souhaite pas rejoindre l'organisation internationale, mais favorise un prix du baril et du gaz semblable à celui présenté par l'OPEP (8).

L'OPEP : Un « cartel » qui célèbre ses 48 ans

Fondée à la suite de la conférence de Bagdad du 10 au 14 septembre 1960 par l'Iran, l'Irak, l'Arabie Saoudite, le Koweït et le Venezuela, l'OPEP se donne alors le mandat d'unifier et de règlementer les politiques pétrolières des différents États membres en leur assurant stabilité et sécurité économique (9). Son siège social alors situé à Genève, en Suisse, est plus tard transféré à Vienne, en Autriche, à partir de 1965 (10).

L'admission d'un État au sein de l'OPEP s'effectue selon la demande d'un gouvernement. Ce pays en question doit posséder un revenu d'exportation pétrolier net et posséder un ensemble de valeurs et d'objectifs similaires et compatibles à ceux de l'organisation internationale. L'État adhérent doit être alors soumis à un vote d'approbation des ¾ des membres, incluant le vote d'approbation des 5 États fondateurs -l'Iran, l'Irak, l'Arabie Saoudite, le Koweït et le Venezuela- , pour être pleinement reconnue. (11)

L'OPEP joua un rôle important au cours des deux « chocs pétroliers » de 1973 (12) et de 1979 (13) alors qu'en plein coeur de la crise politique, le prix du baril de pétrole atteint de nouveaux sommets et les profits des États exportateurs se retrouvent augmentés de manière significative.

L'approche revendiquée par l'OPEP est principalement le « maintien de la stabilité du marché du pétrole et une recherche constante à fixer un prix raisonnable pour le pétrole que ses État membres produisent» (14). Le rôle de l'OPEP en est un de balance et de régulation. Celle-ci a été amenée durant son existence à équilibrer les revenus des producteurs en garantissant à la demande mondiale « un prix raisonnable et équitable » (15).

En 2008, l'OPEP détient 40% (16) du marché mondial de l'exportation pétrolière. Elle est une organisation de 13 membres : l'Iran, l'Irak, l'Arabie Saoudite, le Koweït, Venezuela, le Qatar (1961), l'Indonésie (1962 à 2008), le Liban (1962), les Émirats arabes unis (1967), l'Algérie (1969), le Nigeria (1971), l'Équateur (1973, suspendue de décembre 1992 à octobre 2007), et l'Angola (2007) (17).

Divergences au sein de l'OPEP

Le revers de l'Arabie saoudite au cours de cette 149e rencontre est un élément important qui mérite de plus amples explications. L'Arabie saoudite, qui quelques jours avant la rencontre de Vienne annonçait que « la production allait dans l'ensemble demeurer la même », a reçu une douche froide lors de cette réunion de l'OPEP (18).

En effet, la décision de baisser la production aux quotas de 2007 est une décision inacceptable pour le premier exportateur de produits pétroliers au monde. À la suite de la décision prise par l'OPEP, cet État a déclaré ouvertement ses intentions de ne pas respecter les quotas imposés (19).

Bien que la décision de baisser la production aux quotas de 2007 est une victoire pour certains États membres comme l'Iran et le Venezuela (20), le prix de cette réussite est que l'OPEP pourrait se retrouver incapable de faire appliquer ces quotas tandis que l'Arabie saoudite ferait cavalier seul. Cette organisation perdrait alors une grande crédibilité et aurait du mal à répondre à ses objectifs fondateurs, ce qui pourrait susciter des tensions qu'il sera intéressant de suivre de près.




Références:

(1) OPEC: Organisation of the Petroleum Exporting Countries. « 149th Meeting of the OPEC Conference », OPEC, [en ligne] http://www.opec.org/opecna/Press%20Releases/2008/p... (page consultée le 21 septembre 2008)

(2) PIRRET Charlotte, « Le clan dur se réjouit de la baisse de la production », RFI : Radio-France Internationale, [en ligne] http://www.rfi.fr/actufr/articles/105/article_72192.asp (page consultée le 21 septembre 2008)

(3) Ibid.

(4) Ibid. <... Monde, « Face à la baisse du prix du pétrole, l'OCEP choisit de réduire sa production », Le Monde, [en ligne] http://www.lemonde.fr/economie/article/2008/09/10/... (page consultée le 21 septembre 2008)

(6) MOUAWAD, Jad. « Saudis Vow to Ignore OPEC Decision to Cut Production » New York Times, [en ligne] http://www.nytimes.com/2008/09/11/business/worldbu... (page consultée le 21 septembre 2008)

(7) PIRRET Charlotte, « Le clan dur se réjouit...», op.cit.

(8) Ibid.

(9) OPEC: Organisation of the Petroleum Exporting Countries. « A brief history of Organisation of the Petroleum Exporting Countries », OPEC, [en ligne] http://www.opec.org/aboutus/history/history.htm (page consultée le 21 septembre 2008)

(10) Ibid.

(11) OPEC: Organisation of the Petroleum Exporting Countries. « OPEC Statute 2008 edition », OPEC, [en ligne] http://www.opec.org/library/opec%20statute/pdf/os.pdf (page consultée le 21 septembre 2008)

(12) Perspective Monde, « 16 octobre 1973, Début du premier “choc pétrolier” », Perspective Monde, [en ligne] http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... (page consultée le 21 septembre 2008)

(13) Perspective Monde, « 27 mars 1979, Début du deuxième “ choc pétrolier” », Perspective Monde, [en ligne] http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BM... (page consultée le 21 septembre 2008)

(14) SILVA-CALDERÓN, Alvaro, « L'OPEP : assurer un avenir énergétique durable », Chronique ONU, [en ligne] http://www.un.org/french/pubs/chronique/2003/numer... (page consultée le 21 septembre 2008)

(15) Ibid.

(16) Ibid. ... Organisation of...», op. cit.

(18) MOUAWAD, Jad. « Saudis...», op. cit.

(19) Ibid.

(20) PIRRET Charlotte, « Le clan...», op. cit.

Dernière modification: 2008-09-26 08:02:21

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Le canal de Salwa: la nouvelle arme de l'Arabie saoudite?
>février 2019


L'Arabie saoudite penche pour l'énergie solaire
>novembre 2018


Softbank : la conquête du monde technologique
>octobre 2018


Crise saoudo-canadienne : Riyad hausse le ton pour faire taire les critiques
>octobre 2018


L'Arabie saoudite à l'ère de Mohammed ben Salmane : entre islamisme et modernité
>octobre 2018


Coup de jeune au sein de la monarchie saoudienne
>février 2018


Se procurer l'eau : l'autre guerre du golfe Persique
>avril 2017


Le divorce entre les États-Unis et l'Arabie Saoudite n'est pas pour aujourd'hui
>novembre 2016


Le divorce entre les États-Unis et l'Arabie Saoudite n'est pas pour aujourd'hui
>novembre 2016


Virage ou mirage ?
>mai 2016


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016