20 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

25 janvier 2009

Le cas de la Turquie : à quand une décision de l'Union européenne ?


Valérie Grandbois
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

juin
2018
Réélection de Recep Tayyip Erdogan à la présidence de la Turquie

avril
2017
Tenue d’un référendum constitutionnel en Turquie

juillet
2016
Échec d'une tentative de coup d'État en Turquie

juin
2015
Tenue d'élections législatives en Turquie

mai
2013
Mouvement de contestation populaire en Turquie

juin
2011
Réélection en Turquie du Parti justice et développement de Recep Tayyip Erdogan

juillet
2007
Élection en Turquie du Parti justice et développement de Recep Tayyip Erdogan

août
1999
Tremblement de terre en Turquie

juin
1996
Accession de Necmettin Erbakan au poste de premier ministre de la Turquie

novembre
1983
Tenue d'élections législatives en Turquie

septembre
1980
Renversement du gouvernement de Süleyman Demirel en Turquie

août
1975
Signature à Helsinki d'un accord sur la sécurité en Europe

juillet
1974
Fin du régime des colonels en Grèce

juillet
1974
Intervention turque à Chypre

octobre
1973
Retour de la démocratie et élections législatives en Turquie

avril
1971
Imposition de l'état de siège en Turquie par le gouvernement de Cevdet Sunay

mars
1964
Arrivée des forces des Nations unies à Chypre

septembre
1961
Début des travaux de l'Organisation de coopération et de développement économiques

juillet
1960
Proclamation de l'indépendance de Chypre

Le 25 mars 1957, six États fondateurs, la Belgique, la République fédérale d'Allemagne, la France, l'Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas ont mis sur pied la Communauté économique européenne. Cette collaboration avait pour objectif d'établir un marché commun plus large.

Dès 1975, plusieurs pays se joignent à cette association, attirés par les succès commerciaux et sociaux de cette dernière. L'année 1979 fut marquée par les premières élections au suffrage universel direct du Parlement européen. Des élections qui, désormais, se tiendraient aux cinq ans. Aujourd'hui, car il s'agit de l'un des principaux critères d'adhésion, ce sont 27 démocraties qui forment l'Union européenne (UE).

La conférence de Bruxelles 2009

La Turquie a récemment réitéré son désir d'intégrer l'Union européenne (UE) et, pour la première fois en quarante ans, sa candidature fut retenue. Du 18 au 20 janvier 2009, le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, s'est donc rendu à Bruxelles. L'objectif premier était de relancer les négociations sur la possibilité d'une adhésion de la Turquie à l'UE. Il s'agit d'un long processus entrepris en 2005 et qui, dans les derniers mois, avait considérablement ralenti (1).

La Commission européenne était présidée par José Manuel Barroso. Il fut à l'écoute des explications du premier ministre sur la situation particulière d'Ankara dans le cadre de son éventuelle admission. Sur les 35 chapitres qui balisent le processus des négociations, seulement 10, de moindre importance, furent examinés. Un ralentissement qui n'est évidemment pas de très bon augure pour la Turquie (2).

Le représentant turc a fait remarquer à la commission que son pays avait une fonction diplomatique importante au Proche-Orient, en tant qu'allié d'Israël et interlocuteur du Hamas en Palestine (3). Il a également rappelé son rôle dans l'approvisionnement énergétique. Malgré les pressions exercées par la Turquie lors de cette conférence, il semble improbable que les négociations s'accélèrent. En effet, la France ne prévoit pas ouvrir plus de deux ou trois chapitres avant juin de cette année. Six chapitres sont complètement gelés depuis 2006 et cinq autres ne peuvent tout simplement pas être ouverts, car ils présupposeraient une acceptation de la candidature turque (4).

À cet effet, plusieurs États n'ont pas la même position quant à l'adhésion de la Turquie. Alors que certains s'opposent avec véhémence à son intégration, d'autres voudraient bien que les négociations reprennent rapidement afin d'accueillir cette dernière dès que possible. La Commission a toutefois rappelé que les négociations entamées à l'automne 2008 entre les dirigeants grec et turc de Chypre devaient se solder par un consensus des deux parties. C'est de l'issu de ce dernier que dépendent les chances de la Turquie d'adhérer à l'UE.

Une route parsemée d'embûches

Il subsiste toujours plusieurs résistances à la candidature turque. Il faut, entre autres, considérer le problème démographique que pourrait occasionner l'admission de la Turquie. En effet, l'Union européenne possède-t-elle réellement la capacité d'intégrer efficacement les 66 millions d'habitants qui peuplent ce vaste pays ? De plus, celui-ci s'avèrerait être un des États membres le plus nombreux et aurait, par la même occasion, un des groupes parlementaires les plus volumineux au Parlement européen. Une situation qui n'est pas vue d'un bon oeil par plusieurs adhérents de l'UE (5).

De plus, pour certains observateurs, la question de l'élargissement hors-Europe susciterait également quelques incertitudes. Si l'on accepte la Turquie qui est à l'est du continent, il faudra également reconsidérer le Maroc, à l'ouest. L'Union européenne se doit de respecter un certain cadre territorial et ne devrait pouvoir y déroger au risque de refuser certains États limites. Il ne faudrait pas, en accueillant la Turquie, créer un précédent qui inciterait d'autres pays dans une position similaire à poser leur candidature. Un tel élargissement, selon certains, pourrait mener l'UE à son déclin. En effet, comment pourrait-elle instaurer de nouvelles politiques efficaces en collaboration avec des États qui n'ont pas le même mode de vie, les mêmes valeurs et les mêmes croyances (6)?

Comme il a été mentionné précédemment, la Turquie devra, avant tout, régler ses différents avec Chypre avant de pouvoir négocier à nouveau avec le Parlement européen. De plus, la scissure qui existe entre les positions des pays membres alimente considérablement le dossier de la candidature turque. Que ce soient ses détracteurs ou ses alliés qui s'expriment, la Turquie est sur toutes les lèvres et, à chaque jour, de nouveaux enjeux et arguments sont débattus avec ferveur. Inévitablement, par contre, ils devront tous arriver ensemble à une décision. Pour sa part, la Turquie continuera vraisemblablement ses efforts et fera tout pour démontrer sa bonne foi. Malgré les obstacles politiques et stratégiques qui parsèment la route à son adhésion, son combat n'est pas encore terminé (7).




Références:

(1) AVRIL, Pierre, « Ankara repart à l'assaut de Bruxelles », Le Figaro, 20 janvier 2009, p.9.

(2) loc.cit.

(3) RICARD, Philippe « Ankara cherche à sortir de l'ornière les négociations d'adhésion à l'UE », Le Monde, 22 janvier 2009, p. 8.

(4) loc.cit.

(5) LEPARLEMENTIER, Arnaud, ZECCHINI, Laurent, « Pour ou contre l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne », Le Monde, 9 novembre 2002, p.8.

(6) JOLICOEUR, Pierre « L'accession de la Turquie divise l'Union européenne», Points de mire, 2005/2, Vol. 6, n° 8.

(7) loc.cit.

Dernière modification: 2009-01-30 08:24:41

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Turquie : indispensable dans la gestion de la crise des réfugiés syriens
>février 2019


Élections en Turquie : quel avenir pour le parti pro-kurde?
>septembre 2018


Du mouvement dans le paysage médiatique turc
>septembre 2018


Une démission à saveur de mise à pied pour l'ancien premier ministre turc Ahmet Davutoglu
>novembre 2016


La purge du président Erdogan en Turquie inquiète la communauté internationale
>octobre 2016


Le G20 face à de nombreux enjeux à Antalya
>février 2016


Processus d'adhésion de la Turquie au sein de l'Union européenne : entre patience et espoir
>novembre 2015


Voyage du pape François en Turquie : une visite historique
>janvier 2015


Élection présidentielle en Turquie : Erdogan gagne son pari
>septembre 2014


Le double malaise turc
>juin 2014


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019