Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

19 janvier 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

20 novembre 2005

Un conflit incompréhensible et surtout inutile


Stéphanie Lafond
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

septembre
2017
Tenue d’un référendum sur l’indépendance du Kurdistan irakien

juillet
2017
Annonce par le gouvernement irakien de la libération de Mossoul

juillet
2016
Attentats terroristes à Bagdad, en Irak

juin
2014
Proclamation d'un califat par l'État islamique en Irak et au Levant

décembre
2006
Exécution de l'ex-président irakien Saddam Hussein

janvier
2005
Tenue d'élections législatives en Irak

mars
2003
Début d'une offensive militaire d'envergure en Irak

janvier
1991
Début d'une intervention militaire au Koweït

août
1990
Invasion du Koweït par l'Irak

août
1988
Entrée en vigueur d'un cessez-le-feu mettant fin à la guerre entre l'Iran et l'Irak

mars
1988
Utilisation d'armes chimiques en Irak contre les Kurdes

septembre
1980
Début de la guerre Iran-Irak

juillet
1979
Accession de Saddam Hussein à la présidence de l'Irak

octobre
1973
Début du premier «choc pétrolier»

juillet
1968
Coup d'État dirigé par le général Ahmed Hassan al-Bakr en Irak

août
1967
Ouverture d'un sommet des pays arabes à Khartoum

septembre
1961
Ouverture d'une conférence des pays non-alignés à Belgrade

juin
1961
Proclamation d'indépendance du Koweït

septembre
1960
Création de l'Organisation des pays producteurs de pétrole

Dès le début de la guerre en Irak, tout le monde s'est demandé : pourquoi ? Pourquoi cette guerre devait avoir eu lieu et surtout pour quels motifs ? Après presque trois ans de combats entre Américains et insurgés irakiens, nos interrogations sont toujours sans réponses. Ainsi, aujourd'hui, je crois qu'il est primordial que l'armée américaine se retire du territoire irakien et, selon moi, le plus vite possible.

En effet, tout débuta en avril 2003, lorsque le gouvernement américain s'est lancé dans une campagne contre les armes de destruction massive en Irak. Sans une coopération de leur part, il allait envahir le territoire et renverser le gouvernement de Saddam Hussein. Cependant tout s'était avéré être une farce, car dans les deux années qui ont suivis, des agents ont prouvé qu'il n'y avait pas d'armes de destruction massive dans le pays et que cet affrontement était donc inutile.

Mais le président américain n'a jamais voulu admettre cela, et durant près de deux ans, l'Irak a subi de nombreuses attaques. En effet, même si certains « terroristes » ont été arrêtés, le massacre de la population, lui, continue d'être réel. Les Irakiens sont donc fatigués de cette hégémonie et la situation ne fait qu'empirer. Une guerre civile est aux portes du pays, provocant une double inquiétude dans la population qui doute de plus en plus d'avoir un meilleur futur. George W. Bush, le Président des États-Unis, avait promis de rétablir la paix et surtout de faire évacuer le plus rapidement possible son armée, mais ce n'était que du mensonge. Un mensonge qui a trop longtemps été nourrit par les inventions d'un individu qui n'a jamais eu la capacité de gouverner un pays.

Au début de l'an dernier, ce même personnage avait prévu des élections libres, afin d'élire une Assemblée transitoire qui, à son tour, a élu le président de l'Irak. Mais, les attaques ont continué et d'innocentes victimes tuées. Pas plus de stabilité, pas plus d'espoir pour un peuple qui a tant souffert.

Ensuite, l'Irak a dû adopter une Constitution, mais les trois groupes présents sur le territoire, les chiites, les sunnites et les Kurdes, ont eu beaucoup de difficulté à négocier un texte, qui répondait peu à leurs exigences. Le vote a eu lieu le 15 octobre dernier, mais il reste tant de points en litige, que la Constitution n'a pas vraiment d'effet sur la population en générale.

Aujourd'hui, la guerre en Irak a coûté plusieurs centaines de milliards de dollars américains et le Sénat ne cesse d'augmenter le budget alloué à cet effet. Les élus commencent même à se demander sérieusement pourquoi le gouvernement de Bush s'attarde à rester présent sur le territoire. Un amendement a donc été voté, obligeant le gouvernement Bush à publier un rapport trimestriel sur la situation en Irak. En plus du Sénat, la population américaine aussi est épuisée de contribuer à une guerre qui ne mène à rien. La popularité de George Bush commence à s'en ressentir, car seulement 36% des Américains appuient cette lutte en territoire irakien (1).

Le gouvernement américain doit remettre l'Irak aux Irakiens et arrêter de s'ingérer dans les affaires internes du pays. Depuis le début de cette guerre, deux milles soldats ont été perdus, de l'argent a été gaspillé et surtout des innocents ont soufferts pour l'ambition d'une seul personne : George W. Bush. Tout ce cirque doit cesser, l'armée américaine n'a plus de crédibilité en Irak et les Irakiens doivent mener leur pays comme ils le désirent. Les Américains n'ont pas à dicter leur conduite (2).

Finalement, même s'il est évident que George W. Bush n'a pas l'étoffe d'un Président, il faut se rappeler qu'il a été élu l'an dernier, pendant la guerre en Irak. Alors, ceux qui le critiquent de dépenser de l'énergie et de l'argent sur une situation difficile à résoudre, devraient se demander pourquoi ils ont choisi, une deuxième fois, ce personnage ? Ainsi, qui est le plus à blâmer dans cette histoire, le président ou une population qui continue à encourager son gouvernement ?




Références:

1. RICHE. Pascal. « La politique irakienne de Bush sous surveillance », « Libération », http://www.liberation.fr, 17 novembre 2005.

2. (Sans auteur). « Les pertes américaines en Irak ont franchi le seuil des 2000 morts », « Le Monde », http://www.lemonde.fr, 18 novembre 2005.

3. The Associated Press. « Iraqis want Americans out-but when ? », ?New York Times?, http://www.nytimes.com, 18 novembre 2005.

4. (Sans auteur). ?Irak: les troupes britanniques pourraient se retirer en 2006?, ?Le Monde?, http://www.lemonde.fr, 18 novembre 2005.

Dernière modification: 2007-05-02 09:13:26

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.
Notes de recherche

Islam et antiaméricanisme: le premier nourrit-il le second?
Une analyse empirique sur la base de l'Arab Barometer de 2013.
Jean-Herman Guay, Sami Aoun et Eugénie Dostie-Goulet.

Le vote des jeunes: les motifs de la participation électorale au Canada
Une analyse empirique sur la base de données recueillies en 2011
Jean-Herman Guay, Anthony Desbiens et Eugénie Dostie-Goulet.

Cohérence idéologique et classes sociales: la pertinence de l'axe gauche/droite
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Jean-Herman Guay.

Les impacts idéologiques des facteurs sociodémographiques en Amérique latine
Une analyse empirique sur la base du World Values Survey
Laurie Morelli-Valiquette.

Nouveau management public et notation financière souveraine: réévaluation de la prépondérance des valeurs hoodiennes dans la gestion de l'État
Une analyse empirique
Alexandre Millette.

Autres analyses

Les forces irakiennes reprennent Mossoul : la fin de l'État islamique ?
>octobre 2017


Il y a 10 ans : le cirque du procès de Saddam Hussein
>novembre 2016


L'EI et Al Qaïda : l'ère du terrorisme à deux visages
>mars 2015


Jalal Talabani : fin d'une présidence respectée
>octobre 2014


La légalité de la guerre contre l'État islamique au coeur des débats à l'ONU
>septembre 2014


Le premier ministre irakien Nouri Al-Maliki sort gagnant des élections provinciales
>février 2009


L'Irak démocratique et libre... d'occupation
>février 2009


Un État kurde : un rêve possible ou une fantaisie ?
>octobre 2008


Les Kurdes : entre l'espoir et la crainte
>novembre 2007


Soldats capturés dans le golfe Persique
>avril 2007


Pour la liste complète de nos bulletins sur l'actualité, consultez la rubrique analyse. Ces bulletins sont rédigés par des étudiants et étudiantes du programme d'Études politiques appliquées de l'Université de Sherbrooke. La recherche et la rédaction sont supervisées par notre rédacteur en chef Serge Gaudreau.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016