Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

18 août 2017

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

2 November 2008

La Russie et « l'arme énergétique »


Darren Brazeau
analyste en formation,
École de politique appliquée,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Au fil du temps

September
2016
Réélection en Russie du parti Russie unie

October
2015
Attentat contre un avion de la compagnie russe Metrojet

January
2015
Chute importante du prix du baril de pétrole

July
2014
Écrasement d'un avion de la Malaysia Airline au-dessus du territoire ukrainien

March
2014
Tenue d'un référendum en Crimée

February
2014
Ouverture des Jeux olympiques d'hiver à Sotchi, en Russie

March
2012
Élection de Vladimir Poutine à la présidence de la Russie

December
2011
Réélection du parti Russie unie en Russie

April
2010
Signature du traité Nouveau départ (New Start) entre les États-Unis et la Russie

March
2008
Élection de Dmitri Medvedev à la présidence de la Russie

December
2007
Élection en Russie du parti Russie unie de Vladimir Poutine

June
2007
Ouverture du Sommet du G8 à Heiligendamm, en Allemagne

February
2007
Entente sur un éventuel démantèlement du programme nucléaire nord-coréen

September
2004
Dénouement d'une prise d'otages dans une école de Beslan, en Russie

March
2004
Élection de Vladimir Poutine à la présidence de la Russie

December
2003
Élection du parti Russie unie en Russie

December
1999
Annonce de la démission du président russe Boris Eltsine

August
1996
Signature d'un accord de cessez-le-feu entre la Russie et la Tchétchénie

December
1993
Tenue d'élections législatives et d'un référendum en Russie

À l'aube du 21ème siècle, les relations internationales sont métamorphosées par l'émergence de puissances nouvelles telles que la Chine et l'Inde. Unipolaire depuis la chute de l'Union soviétique, l'échiquier politique est bouleversé par la concurrence renouvelée générée par la montée de ces pays et de leurs industries florissantes. Malheureusement, notre planète ne s'est pas ajustée à ces évolutions technologiques et démographiques. L'assiette des matières premières qui alimentaient les besoins d'antan, doit maintenant être divisée autrement afin de rencontrer la demande des nouveaux importateurs.

Le pétrole est en tête de liste de ces nécessités, au grand bonheur des États exportateurs : « pour la première fois, les pays exportateurs sont en position de force face aux pays importateurs dans la mesure où le marché pétrolier [...] devient peu à peu structurellement déficitaire.(1)» La rareté amplifiée de cette ressource énergétique donne une influence politique indéniable aux États dont le sous-sol est riche. La dépendance énergétique des pays importateurs assure une « coopération » relative avec les fournisseurs. La Russie, deuxième exportateur mondial de pétrole brut après l'Arabie saoudite(2), est pleinement consciente de cette opportunité.

Renaissance russe

Considérablement affaibli à la suite de la guerre froide, le potentiel russe est propulsé vers de nouveaux sommets par l'arrivée de Vladimir Poutine à la présidence en 1999 et les évènements du 11 septembre 2001. En 2000, la politique du nouveau président consiste à « l'inclusion large de la Russie dans le système des relations économiques mondiales »(3) et ce, en mettant à contribution ses richesses en hydrocarbure. En plus de favoriser l'économie, le Kremlin considère la vente de gaz naturel et de pétrole comme étant un « capital politico-stratégique » pour le futur(4).

Les évènements du 11 septembre 2001 vont favoriser la consolidation des ambitions russes. Washington, qui demeurait méfiant face à Moscou et son emprise énergétique, considère soudainement celle-ci comme un partenaire dans la guerre contre le terrorisme(5). Les tensions existant entre les deux pays au sujet de la région du Caucase riche en pétrole se dissipent, faisant place à un esprit de coopération.

De plus, l'insécurité régnant au Moyen-Orient à la suite des attaques terroristes incite les investisseurs à rechercher la stabilité politique. Les analystes tels que Stephen O'Sullivan, directeur de recherche à la United Financial Group, prévoyaient à l'époque que « le pétrole ne provenant pas du Moyen-Orient sera considéré comme étant plus désirable.(6)» La Sibérie de l'ouest, d'où provient 60% du pétrole russe, offre la confiance recherchée(7).

Ainsi, à partir de 2002, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) constate à maintes reprises que la Russie excède l'Arabie saoudite en nombre de barils exportés(8). Les sept dernières années en Russie ont été marquées par des surplus budgétaires que l'Administration informatique de l'énergie du gouvernement américain attribue majoritairement à ses exportations énergétiques ainsi qu'au prix relativement élevé du baril de pétrole au cours de cette période(9).

Réglementation nationaliste

Dans l'objectif d'atteindre le plein potentiel de son influence politique et de sécuriser ses intérêts, le Kremlin garde une mainmise sur ses exploitations nationales en hydrocarbure. Mikhail Khodorkovski, directeur général de la compagnie Yukos, l'a appris à ses dépens en 2004. L'entreprise qui produisait près de 20% de la production pétrolière russe en 2003, et qui possédait des réserves de pétrole d'une valeur de 14,7 milliards de dollars, a été dépossédée afin de rembourser ses dettes de l'an 2000(10). Peu après, les actifs de cette entreprise privée ont été rachetés par la compagnie d'État Rosneft pour la moitié de la valeur marchande(12). Plusieurs analystes dénotent des cas semblables; les compagnies étrangères auraient de la difficulté à évoluer en Russie où la réglementation serait stricte et les taxes seraient particulièrement élevées à leur endroit. Inversement, les compagnies d'État s'enrichiraient aisément en accédant souvent aux contrats les plus juteux(13).

Poids lourd diplomatique

Moscou démontre sa suprématie énergétique sur la scène internationale par l'entremise de ses entreprises. En 2005, la Russie a contrecarré la volonté des nouvelles autorités ukrainiennes pro-occidentales d'établir une indépendance énergétique à son égard(14). La majorité des raffineries ukrainiennes étant de propriété russe, elles auraient simulé une série de « réparations et autres contretemps » qui a créé « un véritable blocus du marché des carburants » qui a rapidement « menacé de paralyser le pays »(15). Non seulement est-ce que le Kremlin a remporté son pari, mais il a pratiquement poussé à la démission la présidente ukrainienne Lulia Timochenko. En 2006, une situation comparable eut lieu entre la Russie et l'Ukraine au sujet du gaz naturel. Cette fois, l'Europe en entier fut touchée(16).

Enfin, étant le plus grand producteur de pétrole ne faisant pas partie de l'OPEP, la Russie aurait atteint les objectifs lancés par Poutine en 2000. En 2008, le Kremlin détient une influence majeure sur le prix du baril d'or noir et ainsi, sur l'économie mondiale (17). Selon certains analystes, la réaction timide suscitée dans les pays occidentaux par la guerre éclair entre la Russie et la Géorgie durant l'été 2008, serait la confirmation de la puissance renouvelée de Moscou(18). Le Kremlin aurait retrouvée les « ressources » pour ce faire respecter.




Références:

(1) TEURTRIE, David. « La stratégie de la Russie dans l'exportation de ses hydrocarbures: contrôle et diversification », Flux, No. 71, mars 2008, p. 24;

(2) OSBORN, Andrew. Russian oil production overtakes Saudi Arabia, The Independent, [EN LIGNE], 23 août 2006, http://www.independent.co.uk/news/business/news/ru... (Page consultée le 2 novembre 2008);

(3) RUCKER, Laurent. « La politique étrangère russe. À l'ouest du nouveau! », Le courrier des pays de l'est, Vol. 8, No. 1038, septembre 2003, p. 32;

(4) RUCKER, Laurent. Loc. cit.;

(5)BRAUER, Birgit, Sabrina, TAVERNISE. Russia Becoming an Oil Ally, The New-York Times, [EN LIGNE], 19 octobre 2001, http://query.nytimes.com/gst/fullpage.html?res=990... (Page consultée le 2 novembre 2008);

(6) BRAUER, Birgit, Sabrina, TAVERNISE. Loc. cit.;

(7) [S.A.]. La Sibérie à l'heure du pétrole, Radio-Canada.ca. [EN LIGNE], 26 juin 2008, http://www.radio-canada.ca/actualite/v2/tj22h/arch... (Page consultée le 2 novembre 2008);

(8) OSBORN, Andrew. Op. cit.;

(9) [S.A.]. Russia, Energie Information Administration. [EN LIGNE], mai 2008, http://www.eia.doe.gov/cabs/Russia/Background.html, (Page consultée le 2 novembre 2008);

(10)ARVEDLUND, Erin E.. NEWS AND ANALYSIS; Will Russia, the Oil Superpower, Flex Its Muscles?, The New-York Times, [EN LIGNE], 15 août 2004,

(11) KRAMER, Andrew E.. Russia Fattens Up a State Oil Compagny, The New-York Times, [EN LIGNE], 8 juin 2005, http://www.nytimes.com/2006/06/08/business/worldbu... (Page consultée le 2 novembre 2008);

(12) GELB, Bernard A.. Russian Oil and Gas Challenges, CRS Report for Congress, [EN LIGNE], 3 janvier 2006, http://fpc.state.gov/documents/organization/58988.pdf, (Page consultée le 2 novembre 2008);

(13) KRAMER, Andrew. Op. cit.;

(14)TEUTRIE, David. Op. cit.;

(15)Loc. cit.

(16)Loc. cit.

(17) [S.A.]. Russian Oil Power, The New-York Times, [EN LIGNE], http://query.nytimes.com/gst/fullpage.html?res=950... (Page consultée le 2 novembre 2008);

(18)TISDALL, Simon. Back to the futur in the Caspian corridor, The Gardian, [EN LIGNE], 30 octobre 2008, http://www.guardian.co.uk/world/2008/oct/30/russia... (Page consultée le 2 novembre 2008).

Dernière modification: 2008-11-10 10:24:32

-N.D.L.R.: Il est possible que des hyperliens actifs au moment de la recherche et de la rédaction de cet article ne le soient plus ultérieurement.

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016